Les Suisses votent pour ou contre une sortie accélérée du nucléaire

 |   |  507  mots
L'idée du gouvernement est de décommissionner les 5 réacteurs qui produisent environ un tiers de  l'électricité en Suisse, au fur et à mesure qu'ils approchent de leur fin de vie.
L'idée du gouvernement est de décommissionner les 5 réacteurs qui produisent environ un tiers de l'électricité en Suisse, au fur et à mesure qu'ils approchent de leur fin de vie. (Crédits : REUTERS/Regis Duvignau)
Les électeurs suisses doivent se prononcer dimanche sur une accélération de la sortie du nucléaire de leur pays, qui prévoit la fermeture de 3 de ses 5 réacteurs dès l'an prochain.

Les Suisses vont-ils confirmer leur volonté de sortir du nucléaire le plus rapidement possible ? Quelques mois après la catastrophe nucléaire de Fukushima au Japon, provoquée en mars 2011 par un tsunami meurtrier, les autorités suisses avaient décidé de fermer progressivement les centrales nucléaires, sans toutefois fournir de calendrier précis.

L'idée du gouvernement est de décommissionner les 5 réacteurs qui produisent environ un tiers de  l'électricité en Suisse, au fur et à mesure qu'ils approchent de leur fin de vie. Mais toutes les centrales nucléaires suisses opèrent sous des licences qui leur permettent de continuer à produire tant qu'elles répondent aux critères de sécurité.

C'est pourquoi les Verts ont commencé à réunir il y a 4 ans les 100.000 signatures nécessaires pour organiser une "votation" au niveau fédéral, comme le prévoit le système de démocratie directe en vigueur dans le pays.

La centrale de Beznau pourrait fermer dès 2017

"L'initiative de retrait nucléaire" propose de limiter à 45 ans la durée de vie d'un réacteur. Si le oui l'emporte, la centrale de Beznau, en service depuis 47 ans dans le canton d'Aargau (nord), près de la frontière allemande, devrait fermer ses portes en 2017. Ses deux réacteurs sont actuellement en réparation. Il s'agit de la plus vieille centrale nucléaire au monde, depuis la fermeture du réacteur d'Oldsbury en Grande-Bretagne en 2012.

La centrale de Muhlberg, lancée en 1972 dans le canton de Berne, devrait aussi interrompre ses opérations l'an prochain. Celles de Gosgen à Soleure et Leibstadt à Aargau suivraient en 2024 et 2029.

Le gouvernement et la droite ne veulent pas aller trop vite

Sans une date limite, "il faudra attendre d'avoir une panne ou un incident avant de pouvoir fermer les centrales nucléaires", a expliqué à l'AFP dans un courriel Mathias Schlegel, porte-parole de l'initiative des Verts.

Le gouvernement suisse est d'accord pour stopper graduellement ses réacteurs, mais reproche à l'initiative des Verts de déboucher sur des fermetures prématurées. Il est soutenu par le Parlement et les partis de droite.

La Suisse produit environ 33% de son électricité à partir du nucléaire, près de 60% grâce aux centrales hydrauliques et un peu plus de 4% avec des sources renouvelables, comme le solaire et l'éolien, selon des statistiques officielles.

Les Verts, soutenus par les partis de gauche, affirment que l'expansion rapide des énergies renouvelables en Suisse et en Europe pourrait rapidement compenser la perte de production d'origine nucléaire.

Des électeurs partagés

Alors que les premiers sondages donnaient un net avantage aux partisans d'une sortie accélérée du nucléaire, l'écart s'est nettement resserré puisque, selon une enquête publiée la semaine dernière, le "oui" recueillerait 48% des voix et le "non" 46%.

Les bureaux de vote ouvrent à 10h00 (09h00 GMT) et fermeront leurs portes à midi, mais la plupart des électeurs suisses ont la possibilité de voter par anticipation.

Le résultat final devrait être connu en début de soirée

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/11/2016 à 13:59 :
L Allemagne a deja arreté la plupart de ses réacteurs nucléaires. Il n en reste plus que 8 en operation sur 35 lesquel seront egalement arrêtés progressivement.
Et alors ? L allemagne n a jamais tant exporté de courrant electrique grâce à l abondance du régénératif qui couvre plus de 40 % de la consommation actuellement.
La capacité de production de courant " vert" est déjà supérieure à la consommation totale du pays. Les centrales au charbon et à gaz très flexibles suffisent pour palier les periodes creuses sans vent et sans soleil.
Les Suisses ne sont pas aveugles et voient tres bien comment l Allemagne a resolu le probleme, d´autant plus que le vrai problème du traitement des déchets nucléaires est loin d être résolu !
Réponse de le 28/11/2016 à 2:51 :
Les allemands produisent une électricité extrêmement polluante (qui nécessite l'émission de 20 à 30 fois plus de CO2 que la nôtre), extrêmement chère, et ont investi des centaines de milliards d'euros dans du PV et de l'éolien dont la production est encore largement minoritaire dans le mix allemand (~20%). L'essentiel est encore produit par du gaz, du charbon, de la lignite et du nucléaire, et les émissions de CO2 du secteur électrique allemand ont même tendance à légèrement augmenter.
Réponse de le 28/11/2016 à 14:29 :
@ Bachoubouzouc : Les émissions de C02 de l'Allemagne ont baissé de 29% de 1990 à 2014 et celles de la France de 17% seulement dans le même temps. Le solaire est toujours inférieur à l'éolien dans un mix européen. Les renouvelables couvrent environ 36% de la consommation électrique allemande et les allemands sont désormais les 1er au monde en efficacité énergétique. Le charbon n'a rien à voir avec le développement des renouvelables mais lié à l'histoire du pays, à son sous-sol, son industrie, au lobby allemand du charbon et à son prix faible à cause du gaz de schiste américain notamment. La France quant à elle ne pourrait pas se permettre un Tchernobyl ou un Fukushima, imaginez. Voir plus en détail : http://decrypterlenergie.org/la-sortie-du-nucleaire-en-allemagne-entraine-t-elle-une-hausse-des-emissions-de-co2
Réponse de le 29/11/2016 à 1:46 :
@ Mines Paris tech :

Les émissions de CO2 par habitant ont baissé dans les mêmes proportions en France et en Allemagne de 1990 à aujourd'hui alors que la France partait de 30% plus bas et n'a pas investi ces folles sommes dans le PV et l'éolien. Autrement dit, l'impact du PV et de l'éolien allemand sur leurs émissions de CO2 est indiscernable. À l'inverse, le parc nucléaire français a fait diminuer de 1/3 nos émissions de CO2 par habitant de 1980 à 1990.

Et oui le parc nucléaire français présente un risque d'accident industriel majeur. Mais ce risque est extrêmement faible. À l'inverse, c'est par milliers que le charbon et la lignite allemandes tuent chaque année... et ce jusqu'en France (d'après un rapport du WWF).
Réponse de le 29/11/2016 à 23:25 :
@ Bachoubouzouc : La France est plus devenue du société de services que l'Allemagne depuis 90 et sa démographie a cru plus vite alors que son économie était moins favorable et moins exportatrice de biens industriels, donc vous faussez les données en les comparant par habitant sur cette période spécifique. De plus elles sont équivalentes lorsque l'on intègre les émissions importées des biens acquis ailleurs soit environ 12 T de CO2 par habitant et par an. Le nucléaire comme les renouvelables réduisent les émissions de C02 de manière équivalentes mais avec beaucoup moins de risques pour les renouvelables ni déchets très dangereux sur des durées incontrôlables de centaines de milliers d'années comme pour le nucléaire, ni en irradiant une immense zone comme à Tchernobyl ou Fukushima avec la mise en place de sarcophage de durée de vie de seulement une centaine d'année donc insuffisante malgré son coût très élevé. Il y a 1 accident nucléaire majeur tous les 21 ans statistiquement et la densité de population de la France rendrait redoutables les conséquences d'un tel accident, d'où la nécessité de fermer les réacteurs au fil de leur âge et niveau de sécurité, de plus en plus défaillante comme l'ASN le constate actuellement et alors que tout ne peut être techniquement rénové. Le coût d'une transition vers les renouvelables est moins élevée que vers le nucléaire puisque les renouvelables sont universelles donc industrialisables en séries. C'est la raison pour lesquelles elles se diffusent plus vite que le nucléaire partout dans le monde et si l'on avait choisi cette option dès le départ nos rentrées industrielles auraient certainement été meilleures que notre bilan export et situation de nos opérateurs nucléaires, sans les risques ni déchets. Les coûts en Allemagne nets des exportations de technologies et investissements publics de R&D très faibles, d'intégration de l'ex-RDA dont les renouvelables ont servi d'aides et de problèmes spécifiques à l'Allemagne comme la production au Nord, la consommation au Sud et le réseau, n'est pas si chère que vous semblez le croire. Comme au Danemark leur économie se porte plutôt mieux que la nôtre avec cela et avec des entreprises du secteur en plutôt bonne santé comme Vestas et les prix de leur énergie commencent à baisser quand les nôtre ne vont pas finir d'augmenter alors que nous aurions besoin de l'inverse. Le secteur nucléaire filière uranium a voulu aveugler les gens et les faits lui donnent de plus en plus tort mais il faut du temps à un lobby et à des intérêts pour qu'ils ouvrent les yeux sur les réalités qui changent et avec de meilleures solutions trouvées régulièrement.
a écrit le 27/11/2016 à 11:29 :
Visiblement, les suisses vont prendre une décision aux conséquences complexes sans étude d'impact, sans savoir par quoi ils pourraient remplacer ce nucléaire.

Les écologistes parlent de le remplacer par des énergies renouvelables, mais personne ne sait si techniquement et économiquement c'est possible.
Réponse de le 27/11/2016 à 14:05 :
Oui on ne sait rien, on est encore en 1980, la technologie n'a pas progressé.
Réponse de le 27/11/2016 à 14:56 :
La Suisse exporte déjà de l'éléctricité, donc la production est excédentaire et la consommation diminue. Il y a beaucoup de marge pour le solaire, car le gouvernement traîne avec les subventions promis.
Il y a également de la marge avec le réhaussement des barrages ou de la nouvelle construction de barrages. Il y a des projets qui sont prêt, mais les verts sont toujours contre, car les murs ne sont pas beau et à cause des grenouilles qui risque la noyade.
Réponse de le 28/11/2016 à 3:16 :
@ y a pas de progrès :

Bah non, pour ce qui est de la gestion d'un vaste réseau électrique de grande puissance, la technologie n'a pas tellement changé depuis les années 80. Inventez une technologie de stockage à grande échelle (de l'ordre du TWh) et à bas coût (moins de 30€/MWh stocké) et on en reparle.
Réponse de le 28/11/2016 à 3:21 :
@ "@Bachoubouzouc"

Les suisses ne peuvent pas s'arrêter d'exporter, comme ça, du jour au lendemain. Parce qu'il y a des gens, sur le réseau, qui ont besoin de ces exportations.

À un moment il faudrait que tout le monde arrête de concevoir sa transition énergétique en partant du principe que ses voisins sont capables de tout encaisser.
a écrit le 27/11/2016 à 11:28 :
Imaginer que dans dix ans, toutes les voitures soient électriques et se rechargent sur une simple prise de courant ? Qui fournira cette puissance électrique colossale. Les éoliennes ? Vous rigolez... ?
Réponse de le 27/11/2016 à 14:23 :
Les voitures électriques c'est une idée dans le vent. Pour les écolos pas besoin d’éolienne, ils brassent suffisamment d'air !
Réponse de le 27/11/2016 à 14:28 :
C'est pour cela que a voiture électrique est une imposture, une arnaque et une escroquerie à laquelle ne croient que les gogos décérébrés. Le pétrole est moins dangereux qu'une bombe atomique installée au fond de votre jardin. L'énergie atomique - comme la bombe du même nom - n'est utilisée que dans une minorité de pays qui mettent sciemment le monde entier en danger. Symptomatique : ces états-voyous ont toutes des populations qui croupissent dans une pauvreté de plus en plus grande. Bon, après ça, faudrait que le populo de base réfléchisse. A l'impossible...
Réponse de le 01/12/2016 à 14:10 :
Oui , exact, Guillaume, la voiture électrique est une grosse arnaque car elle consomme de l'électricité. D'ailleurs, l'aspirateur électrique est aussi une grosse arnaque car on peut balayer à la main. De même, le frigo, c'est une énorme arnaque, car on peut mettre sa nourriture au frais dans un placard ou dehors en hiver. Et même la machine à laver électrique c'est une arnaque, car on peut laver son linge à la main...Franchement, on se fait arnaquer partout à cause du tout électrique...tiens il faut aussi débrancher les ordinateurs, car on peut envoyer des courriers par la poste ou écrire dans les journaux papiers, c'est mieux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :