EDF abaisse (encore) son objectif de production nucléaire pour 2016

Le groupe doit faire face à un arrêt prolongé de plusieurs de ses réacteurs, qui avaient suscité l'inquiétude de Ségolène Royal. Il abaisse également son objectif d'Ebitda.
Le 10 octobre dernier, la ministre de l'Environnement Ségolène Royal avait adressé un courrier à EDF, lui rappelant qu'il était impératif de maîtriser la situation pour assurer la continuité de l'approvisionnement.
Le 10 octobre dernier, la ministre de l'Environnement Ségolène Royal avait adressé un courrier à EDF, lui rappelant qu'il était "impératif" de "maîtriser la situation pour assurer la continuité de l'approvisionnement". (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)

EDF n'a pas le choix. Jeudi, l'énergéticien a annoncé qu'il abaissait son objectif de production nucléaire pour l'année 2016, et qu'il revoyait à la baisse son objectif d'excédent brut d'exploitation (Ebitda). Le groupe précise que les marchés de l'électricité ont été informés du report du redémarrage de cinq réacteurs, dont la production ne reprendra qu'en décembre : Bugey 4, Gravelines 2, et Tricastin 1, 3 et 4.

Un communiqué dévoilé mardi précise les nouveaux objectifs : la production 2016 est attendue à 378-385 térawattheures (contre 380-390 précédemment), et l'Ebitda est ajusté "à 16,0-16,3 milliards d'euros contre 16,3-16,6 milliards d'euros précédemment". C'est la troisième fois, après juillet et septembre, que la production nucléaire est revue à la baisse, en raison du problème concernant plusieurs de ses réacteurs, mais aussi de la régularisation tarifaire attendue suite à un arrêt du Conseil d'Etat rendu mi-juin.

Inspection suite à une anomalie

Les cinq réacteurs concernés font l'objet d'une inspection par EDF à la suite de la détection d'une anomalie en avril 2015. Elle concernait la composition de l'acier des générateurs de vapeur, similaire à celle touchant le couvercle et la cuve de l'EPR en construction à Flamanville (Manche).

Après la découverte de cette anomalie, en avril 2015, EDF avait été prié par l'ASN de mener des analyses pour recenser les équipements des réacteurs en exploitation qui pourraient être concernés par une anomalie similaire à celle de l'EPR.

Le gouvernement met la pression

Ces problèmes successifs et les arrêts qui en ont découlé inquiètent l'exécutif. Le 10 octobre dernier, la ministre de l'Environnement Ségolène Royal avait adressé un courrier à EDF, lui rappelant qu'il était "impératif" de "maîtriser la situation pour assurer la continuité de l'approvisionnement", alors que l'hiver arrive et demande une production plus élevée en électricité.

Le PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy, s'est voulu pour sa part rassurant. "Nous mettons tout en œuvre pour nous assurer qu'un maximum de réacteurs nucléaires seront en situation de fonctionner entre le début de mois de décembre et la fin du mois de février" a-t-il affirmé.

 (Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 08/11/2016 à 8:11
Signaler
L'énergie ne doit être traitée comme un sac de pommes de terre, c'est à dire comme une marchandise ordinaire. L'énergie remplace le travail, le travail produit de l'énergie; il faut comparer le travail avec l'énergie, le cout du travail avec le prix ...

à écrit le 04/11/2016 à 14:00
Signaler
Le modèle nucléaire est en perte de vitesse. Il devient de plus en plus cher à produire. Le prix arrêté dans le cadre des négociations de deux réacteurs EPR à Hinkley-Point est de 92.50 £/MWh (environ 110 euros) pendant 35 ans. Un champ d'éoli...

le 04/11/2016 à 17:42
Signaler
Le nucléaire pose de nombreux problèmes. On a le choix entre la peste nucléaire ou le choléra gaz ou charbon : L'éolien offshore ou pas ne produit pas tout le temps. Donc comparer le coût et uniquement le coût ne suffit pas. Personne n'accepte d'avo...

le 05/11/2016 à 10:03
Signaler
Petit soucis !!!! Et quand il n y aura Pas de vent vous allez pédaler ???

le 05/11/2016 à 19:03
Signaler
Grosse erreur de Intermittence : l'electricité nuke ne se stocke pas non plus, c'est pour cela qu'on la vend bradée la nuit et que les centrales de pompage-turbinage existent comme Grand'maison (1800 MW quand meme). En plus, il ne sait pas qu'il ...

le 06/11/2016 à 22:33
Signaler
@ Steph : Le parc nucléaire peut moduler sa production, ce qu'il fait tout au long de la journée, tout au long de la semaine, tout au long de l'année. Et un petit rappel : Il n'y a en France que 5GW de capacités en pompage-turbinage pour 62GW de n...

le 07/11/2016 à 0:08
Signaler
" Et quand il n y aura Pas de vent vous allez pédaler ??? " Pour "lisser" la production, il y a plein d'énergies alternatives au nucléaire : éolien, solaire, hydroélectrique, biomasse, géothermie, courants marins, etc. Il y a aussi d'autres chose...

à écrit le 04/11/2016 à 13:50
Signaler
Apres des niveaux parmi les plus bas le MWh retrouve depuis 4 semaines un niveau qualifié de normal il y a 2 ans, et tout ca avec 12 réacteurs en moins. On peut donc bien se passer de nucléaire.

le 06/11/2016 à 22:35
Signaler
Mais bien sûr qu'on peut se passer de nucléaire... à condition de le remplacer en très large partie par du gaz, du charbon et de la lignite.

à écrit le 04/11/2016 à 13:43
Signaler
Sachant que le secret défense fait taire le nucléaire et que les nouvelles intrigantes et pas terribles de la sorte s'enchainent, devons nous commencer à nous inquiéter ?

le 06/11/2016 à 18:44
Signaler
Nucléaire secret, non mais vous rigolez ? Je vous rappelle que ça fait la une de la presse nationale lorsqu'un ouvrier meurt sur le chantier de l'EPR (les 600 autres salariés qui meurent en moyenne chaque année dans un accident du travail mériterai...

à écrit le 04/11/2016 à 13:29
Signaler
Cela risque d'être chaud cet hiver pour se chauffer a l'électrique, surtout en Bretagne mais eux ont le "chouchen".

à écrit le 04/11/2016 à 11:49
Signaler
bref les ecolos ont fait les malins mais sans nucleaire il n'y a plus d'electricité (a moins de bruler du charbon) par contre comment se fait il qu'EDF voit son EBITDA baisser ? Les prix ont fait x3 de l'electricité suite a ces baisses de producti...

le 04/11/2016 à 21:46
Signaler
Le parc nucléaire appartient aux Français qui l'ont financé et pas seulement à un opérateur, même s'il est majoritairement public et qu'il exploite le parc. D’où l'existence de l'ARENH Accès Régulé à l’Électricité Nucléaire Historique. Suite à l'ouve...

le 05/11/2016 à 11:23
Signaler
Mais le parc nucléaire appartient à Edf !! Oui les français et l état ont payé pour ce parc nucléaire mais via Edf qui appartenait à 100% à l état français. Maintenant qu'EDF a été privatisé en partie, et que l'état a donc vendu une partie de ses...

à écrit le 04/11/2016 à 11:18
Signaler
Ah, s’il pouvait faire très froid cet hiver ! Quelques pénuries d’électricité remettraient les idées en place concernant le nucléaire, n’en déplaise aux Verts nucléophobes. Et, en général, une nuit froide correspond à pas de vent (anticyclone). Don...

à écrit le 04/11/2016 à 9:37
Signaler
Voila où cela mène d'être totalement dépendant d'une seule filière, qui plus est dont le parc est ancien et ça ne va pas s'arranger ....

le 04/11/2016 à 15:33
Signaler
Cette filière est bien maitrisée en france. La recherche doit se poursuivre et s'intensifier. E.D.F l'A.S.N et l'Etat pourraient etre moins rigoureux, et personne n'en sauraient rien. Leur Ethique est tout à leur honneur, et confère une Crédibilité

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.