Migrants : comment l'Europe veut renforcer la surveillance et les sauvetages

 |   |  522  mots
Le plan propose que les services des différents États de l'Union européenne prendront les empreintes digitales de tous les migrants.
Le plan propose que les services des différents États de l'Union européenne prendront les empreintes digitales de tous les migrants. (Crédits : © Stringer . / Reuters)
L'Union européenne planche sur dix actions "immédiates" pour faire face à la "crise" migratoire en Méditerranée après une série noire de naufrages meurtriers, dont celui dans la nuit entre samedi et dimanche qui a fait 800 morts. Elle prévoit entre autres un renforcement des opérations de patrouilles maritimes et d'accélérer la destruction des navires utilisés par les passeurs.

"Nous devons prendre des mesures directes, pratiques et substantielles. Si nous n'agissons pas maintenant, la crise va prendre des proportions dangereuses dans les mois qui viennent."

Par ces quelques mots, Dimitris Avramopoulos, le commissaire européen en charge de l'immigration a présenté son plan d'action, lundi 20 avril. Un plan "pleinement soutenu" par les ministres des Affaires étrangères et de l'Intérieur de l'UE réunis en urgence à Luxembourg, a assuré ce dernier au côté de la chef de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini. Revue de détail.

Renforcement de la surveillance, capture des navires

  • Le plan prévoit que l'Union européenne renforce ses opérations de patrouilles maritimes en Méditerranée, appelées Triton et Poséidon, en débloquant davantage de fonds et de matériel. L'UE va également étendre le champ des patrouilles à une zone maritime plus vaste.
  • Il est prévu que l'UE engage des efforts systématiques pour capturer et détruire les navires utilisés par les trafiquants d'êtres humains, sur le modèle de la mission anti-piraterie Atalante menée par l'Europe au large de la Somalie. Il s'agira d'une mission à la fois civile et militaire, ont déclaré des responsables de l'UE sans donner de plus amples précisions.
  • Les services européens des douanes, de la justice et traitant les demandes d'asile se réuniront régulièrement et coopéreront pour déterminer le mode opératoire des trafiquants, afin de comprendre comment ils se financent et d'enquêter sur eux.
  • Les services d'assistance aux demandeurs d'asile de l'UE vont envoyer des équipes en Italie et en Grèce, afin de traiter les demandes d'asile.
  • Le plan propose que les services des différents États de l'UE prendront les empreintes digitales de tous les migrants.
  • L'Union européenne va examiner des options pour un mécanisme de relocalisation d'urgence des migrants.
  • L'UE veut aussi mettre en place un projet pilote pour répartir entre les 28 pays membres, sur une base volontaire, au moins 5.000 demandeurs d'asile.
  • Les Vingt-Huit vont mettre en place un nouveau programme visant au retour rapide des migrants "irréguliers", qui sera coordonné par l'agence européenne de surveillance des frontières Frontex, à partir des pays méditerranéens de l'UE.
  • Il est proposé que les les Vingt-Huit déploient des officiers de liaison à l'étranger chargés de recueillir des renseignements sur les flux migratoires et va renforcer le rôle des délégations européennes.
  • L'Union devrait par ailleurs renforcer ses actions dans des pays limitrophes de la Libye, via un effort conjoint entre la Commission européenne et les services diplomatiques de l'UE.

Ce plan doit être soumis jeudi 23 avril aux chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE lors d'un sommet extraordinaire convoqué après le nouveau naufrage dimanche au large des côtes libyennes. Ce drame a fait 800 morts, ont annoncé tôt mardi à Catane, en Sicile, des représentants du Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR) et de l'Organisation internationale pour les migrations (IOM) après avoir parlé aux survivants.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2015 à 20:40 :
Il aura fallu attendre combien d'années, combien de morts pour en arriver là. Comme souvent c'est bien parce que l'opinion publique est marquée par ce dernier drame qu'une ébauche de solution est prise à la va vite.
a écrit le 21/04/2015 à 20:39 :
Il aura fallu attendre combien d'années, combien de morts pour en arriver là. Comme souvent c'est bien parce que l'opinion publique est marquée par ce dernier drame qu'une ébauche de solution est prise à la va vite.
a écrit le 21/04/2015 à 12:24 :
Quand je dis qu'il existe des pays (je pense au Quatar, aux Emirats Arabes Unis par exemple) où les conditions d'accueil d'une grande partie de ces migrants seraient plus adaptées : ces pays ont un fort besoin de main d'œuvre, ne sont pas des "mécréants" puisque la langue, la religion, les coutumes vestimentaires, les particularités alimentaires (halal) et mêmes coutumières (chariah) sont les mêmes. Même le climat est adapté (soleil chaleureux). Comme en économie, pourquoi ne pas rapprocher l'offre (les migrants en quête d'une terre d'accueil hospitalière) à la demande (un pays hospitalier en demande de main d'œuvre)... En Europe, toutes ces conditions ne sont pas réunies... Bref, je tente à nouveau mon commentaire.
Réponse de le 21/04/2015 à 14:55 :
Sans doute que les pays que vous citez n'en veulent pas parce qu'eux n'ont pas d'état d'âme alors qu'ici on nous culpabilise. Et comme tout le monde est beau et gentil, voilà le résultat.
a écrit le 21/04/2015 à 10:59 :
Qu'on arrête un peu la culpabilisation : tous ces morts ne sont pas la faute des pays de l'Europe, mais bien des pays qui où l'explosion démographique (liée pour partie aux croyances religieuses) entraîne des guerres dues au manque de retour consécutif. On ne peut être tenu pour responsables de l'explosion démographique, d'autant que ce n'est qu'un début avec le Milliard d'habitants du Nigeria qu'on nous annonce.

Il faudra donc d'autres mesures. Le sauvetage ne doit pas entraîner un appel d'air à des migrants qui n'ont rien à perdre : donc ok, mais uniquement pour retour à la case départ immédiatement (qu'on aura identifié via la surveillance)
a écrit le 21/04/2015 à 9:56 :
Merci SARKOZY pour le guerre en LIBYE .... c'est pire qu'avant !
Réponse de le 21/04/2015 à 14:51 :
C'est sur que comme en Irak le boulot n'a pas été fini. Il eu été plus facile d'éradiquer les islamistes tant qu'on était sur place.
a écrit le 21/04/2015 à 8:11 :
La question de fond reste la suivante. L'Europe ne fait plus d'enfants et se dépeuple. Au Sud, l'Afrique voit sa population exploser. 500 millions en 1950, 1 milliard en 2010 et peut être 3 milliards en 2100. La nature a horreur du vide. La faible natalité européenne fait un formidable appel d'air. Les Européens devraient travailler à construite une politique nataliste en même temps qu'ils doivent mieux contrôler leurs frontières.
Réponse de le 21/04/2015 à 9:37 :
ca sert a quoi de faire des chomeurs ?
Faire des enfants c est bien, mais si c est pour qu ils finissent au RMI,est ce vraiment une bonne chose ?
Sans compter qu on a plus beoins de bras mais de cerveaux. et donc que former des gnes, ca coute cher. donc on ne peut former tout le monde si chacun fait 7 gosse comme au niger !

Ce qui attire les africains, c est pas le pseudo vide europeen (allez a paris ou en hollande pour voir si c ets vide) mais le niveau de vie. entre crever de faim en afrique et vivre avec 800 €/mois en europe le choix est vite fait ...
Réponse de le 21/04/2015 à 10:05 :
La natalité crée de l'emploi, la coopération aussi, mais l'ouverture des frontières a tout changé ainsi que la perte de souveraineté dans la décision! Merci a l'euro entre autre!
Réponse de le 21/04/2015 à 15:14 :
il faut arrêter de faire des enfants dans le monde , nous allons vers une famine sans nom ! mais personne nes'en préoccupe??????????
Réponse de le 21/04/2015 à 19:12 :
Les Espagnols et les Grecs ne font plus d'enfants et ils ont plein de chômeurs. Les Américains et les Anglais ont une natalité forte et ils ont le plein emploi...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :