Pacte de stabilité : les Européens cherchent des règles pour concilier rigueur et pragmatisme

A Bruxelles, les ministres des Finances vont tenter ce mardi de trouver un terrain d'entente sur les règles budgétaires du pacte de stabilité, suspendues jusqu'en janvier 2023 en raison de la pandémie. Paris défend la nécessité de les adapter pour favoriser la croissance européenne, Berlin insiste sur la validité du mécanisme du pacte. Les différentes crises traversées par la zone euro depuis 2008 ont montré qu'il fallait les adapter.
Robert Jules

6 mn

Christine Lagarde, présidente de la BCE, Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, et Christian Lindner, ministre des Finances allemande, lors de leur arrivée à Bruxelles lundi pour la tenue de l'Ecofin.
Christine Lagarde, présidente de la BCE, Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, et Christian Lindner, ministre des Finances allemande, lors de leur arrivée à Bruxelles lundi pour la tenue de l'Ecofin. (Crédits : Reuters)

Le débat sur le pacte de stabilité et de croissance, ce mécanisme qui oblige les Etats membres de la zone euro à limiter leur déficit budgétaire à 3% du PIB et leur dette publique à 60% du PIB, est lancé ce mardi à Bruxelles, à l'occasion d'une réunion des ministres des Finances de la zone euro (Ecofin) présidée par Bruno Le Maire. Lundi, ce dernier a donné le ton dans un entretien aux Echos en affirmant que "les règles actuelles européennes sur la dette publique sont obsolètes" sans toutefois remettre en cause le pacte, un instrument qui est censé faire converger les économies de la monnaie unique.

"Il faudrait une modification des traités"

De son côté, son homologue allemand, le libéral Christian Lindner, ne pense pas "qu'on puisse de façon réaliste s'attendre à des changements fondamentaux sur les critères de dette et de déficit, pour lesquels il faudrait une modification des traités". Olaf Scholz, le chancelier allemand, en visite à Madrid, a précisé lors d'une conférence de presse tenue avec le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez que le pacte restait "la base" à partir de laquelle les Européens continuent "à marcher ensemble dans les années à venir" et constituait "le cadre dans lequel nous avons pu mettre en place, par exemple, le plan de relance européen" post-Covid, plan dont l'Espagne et l'Italie ont été les grands bénéficiaires à travers une aide constituée en partie de subventions.

L'opposition entre Paris et Berlin n'est pas aussi tranchée qu'elle en a l'air sur ces règles qui sont suspendues jusqu'à janvier 2023 en raison de la pandémie. Certes, la nouvelle coalition allemande après les 16 années de leadership d'Angela Merkel doit rassurer une opinion et des alliés (les pays du nord "frugaux") qui restent attachés à la rigueur budgétaire et refusent de partager le poids des dettes des pays "cigales" (les pays du sud de l'Europe).

Mais Paris, qui préside pour six mois le Conseil de l'Union européenne, entend adapter un système rigide qui n'est pas l'outil optimal pour faire face aux turbulences économiques, comme on l'a vu dans la crise financière de 2008, celle de la dette européenne, notamment de la Grèce, et aujourd'hui celle de la pandémie. Sans compter que faire bouger les lignes constituerait un bon point sur l'Europe pour le futur candidat Macron à l'élection présidentielle.

 Une politique budgétaire contracyclique

Car la pandémie a montré que mener une politique budgétaire (le fameux "quoi qu'il en coûte" d'Emmanuel Macron) contracyclique pour éviter une grave récession et l'écroulement des économies avait été une option positive. Lors de la crise financière de 2008 et celle de la dette européenne, notamment de la Grèce, les politiques d'austérité imposées en Europe sous la férule allemande et la passivité française n'ont pas eu les résultats positifs escomptés, notamment en termes de relance de la croissance, assainissement des finances publiques et des réformes structurelles. Autrement dit, la volonté de réduire rapidement les déficits publics avait bridé la reprise sur le Vieux continent, dont la vigueur est synonyme de recettes fiscales pour les budgets des Etats. Les présupposés idéologiques avaient pris le pas sur le pragmatisme, comme l'avait reconnu plus tard le FMI.

En réalité, c'est la Banque centrale européenne (BCE), sous la présidence de Mario Draghi, qui avait pallié ces erreurs d'appréciation en défendant l'euro, là aussi "quoi qu'il en coûte", face aux marchés financiers, et en assouplissant sa politique monétaire en baissant les taux d'intérêt jusqu'à passer en territoire négatif et en initiant un programme de rachats de dettes publiques.

Lire aussi 2 mnLe déficit public en France ramené à près de 7% en 2021; objectif : 5% en 2022 et 3% en 2027, dit Olivier Dussopt

Les leçons tirées de la crise précédente

Avec l'irruption de la pandémie, on a pu constater que les leçons des crises précédentes avaient été tirées. La BCE a de nouveau baisser ses taux et mis en place un programme de rachat d'actifs spécifique à cette période pour que les Etats puissent utiliser la dette pour soutenir notamment le secteur privé. Cette politique inédite (hors périodes de guerre) a eu un coût. Les pays de l'OCDE ont vu leurs ratios entre dette publique et PIB s'envoler en moyenne de 20 points de PIB. C'est dans ce contexte nouveau que s'ouvre la discussion sur les critères du pacte de stabilité.

"Le débat a durablement changé de nature. On n'est plus dans la crise grecque, où l'Europe avait rebranché dans la précipitation des règles désuètes. Ce qui était une erreur économique et politique. Il y a une convergence des différentes parties. On n'entend plus, non plus, beaucoup de voix dire qu'on n'a pas besoin de règles budgétaires, surtout à la lumière de la crise Covid. Maintenant, la stratégie économique pour les dix ans qui viennent est à construire", résumait dimanche Clément Beaune, secrétaire d'Etat aux Affaires européennes dans un entretien à Ouest-France.

En effet, la crise du Covid-19 a accéléré la prise de conscience du changement de paradigme imposé par la transition énergétique et la numérisation croissante des activités économiques pour lutter contre le réchauffement climatique. C'est le sens du plan de relance européen de 2020, "NextGenerationEU", sur lequel se sont accordés les membres de l'UE d'un montant de 750 milliards d'euros - 360 milliards sous forme de prêts et 390 milliards de subventions - qui met l'accent pour un tiers sur la décarbonation et la numérisation de l'économie. Et pour la première fois, ces montants seront levés directement sur les marchés financiers sous la forme d'un emprunt mutualisé de l'ensemble des Etats-membres. Une initiative politique qui montre le chemin parcouru depuis les précédentes crises.

Réunir les conditions de la croissance

Si donc le besoin de revenir à un assainissement des finances publiques, notamment  par la réduction des aides consenties durant la pandémie, et la nécessité pour les Banques centrales de resserrer leurs politiques monétaires pour lutter contre l'inflation restent à l'ordre du jour, en revanche, les pays de la zone euro ont compris qu'il fallait réunir les conditions pour soutenir la croissance européenne devenue une priorité face à la Chine et aux Etats-Unis dans la compétition internationale.

"Il faut adapter les règles (...), en travaillant sur des adaptations avec un objectif : permettre plus d'investissements dans les années qui viennent en Europe", soulignait ainsi Clément Beaune. Sans remettre nécessairement en cause le cadre du pacte de stabilité, la réflexion des ministres des Finances pourrait porter sur la catégorisation des dépenses publiques. L'une des pistes serait d'assouplir les critères pour les dépenses participant du développement de la croissance verte et numérique, et de les conserver pour celles qui relèvent plutôt du fonctionnement de l'Etat.

Robert Jules

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 19/01/2022 à 9:28
Signaler
un pays ou ' faire des economies', ca veut dire ' depenser moins que ce que j'aurais souhaite' n'a aucune credibilite......la france veut faire du m'enfoutisme pour n'avoir rien a gerer, et souhaite laisser la facture a ses ' amis' ( qui pensent que ...

à écrit le 18/01/2022 à 20:25
Signaler
Théâtre et pipeau. Ce qui se prépare c'est l'effondrement programmé de l'économie et du système monétaire mondial, pour mettre en place les objectifs suivants : assurer la transition de la puissance mondiale des usa vers la chine le plus pacifiquemen...

le 19/01/2022 à 2:44
Signaler
Vous lisez trop de mauvaises presses. Les objectifs US et Chinois sont aux antipodes.

le 19/01/2022 à 16:26
Signaler
Effet Dunning-Kruger 1. la personne incompétente tend à surestimer son niveau de compétence ; 2. la personne incompétente ne parvient pas à reconnaître la compétence de ceux qui la possèdent véritablement ; 3. la personne incompétente ne par...

à écrit le 18/01/2022 à 14:44
Signaler
"Le pragmatisme" c'est de considérer la monnaie comme un moyen et non comme un but, de ne pas faire subir "la rigueur" entre son lieu de création et sa thésaurisation dans les paradis, mais d'en amplifier la vitesse circulation!

à écrit le 18/01/2022 à 14:33
Signaler
Je crois qu'il vaut mieux faire de la pragmeur parce que le rigmatisme, rien que d'entendre ça t'as déjà mal aux articulations

à écrit le 18/01/2022 à 14:18
Signaler
C'est hyper facile, faut couper de suite tous les détournements d'argents publics, placements de réseaux, emplois fictifs, pots de vin n'en jetez plus c'est infini leur truc, via les mégas riches et ainsi avec ces centaine de milliards retrouvés util...

à écrit le 18/01/2022 à 14:15
Signaler
rigueur? ils parlent de l'argent injecté par la banque centrale européenne? ou des subventions données? parce que la rigueur, la population européenne l'a vit depuis 2008 comme une idéologie. Alors qu'ils ont donné le fric aux entreprises, et fabriq...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.