"Pour un new deal énergétique" plaident députés allemands et français

 |  | 405 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Pixabay / CC)
Une cinquantaine de parlementaires français et allemands cosignent une pétition appelant à un "new deal énergétique entre la France et l'Allemagne pour construire la transition en Europe", au moment où les deux pays vont prendre des décisions cruciales en matière de mix énergétique.

"Osons le new deal énergétique entre la France et l'Allemagne". Une cinquantaine de députés français, de plusieurs partis, et allemands et cinq eurodéputés, ont cosigné un appel au président de la République et à la chancelière à combiner leurs trajectoires énergétiques pour la construction d'une Europe pleinement engagée dans la lutte contre le dérèglement climatique.

Dans cette tribune publiée ce samedi 24 novembre sur le site de Libération, ces parlementaires soulignent que "la France comme l'Allemagne sont sur le point de prendre des décisions qui auront un impact majeur sur notre avenir énergétique": la future Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) et la date de sortie du charbon, qui doit être fixée par la commission charbon en Allemagne.

"La peur de devoir consommer de l'électricité produite par des centrales à charbon allemandes fait hésiter la France à enclencher la diminution de son parc nucléaire. A l'inverse, l'Allemagne craint qu'en actant la sortie rapide du charbon, elle soit contrainte d'importer de l'électricité issue des centrales nucléaires françaises, alors même que le pays a tourné le dos à cette énergie, la jugeant trop risquée après la catastrophe de Fukushima.

Le manque de coordination entre la France et l'Allemagne aboutit à une situation du tous perdants. La France est en passe de largement rater ses objectifs de transition énergétique sur les renouvelables et sur la réduction de sa consommation d'énergie. Quant à l'Allemagne, elle est très en retard sur la réduction de ses émissions de gaz à effet de serre" écrivent les cosignataires.

L'acte fondateur de l'Union de l'énergie ?

Dans la liste des signataires, se trouvent de nombreux LREM, notamment Matthieu Orphelin (LREM), Christophe Arend (LREM), Barbara Pompili (LREM), Jean-Michel Mis (LREM), mais aussi Sophie Auconie (UDI-Agir), Dominique Potier (PS), Paul Molac (Libertés et Territoires), et Pascal Durand (EELV).

Emmanuel Macron et Angela Merkel "ont l'occasion de construire un new deal gagnant-gagnant sur la transition énergétique d'ici la fin de l'année", plaident-ils. "Pour cela, ils doivent combiner la Programmation pluriannuelle de l'énergie et les plans de sortie du charbon pour enfin aligner leurs trajectoires énergétiques".

Ce new deal énergétique "peut être l'acte fondateur de l'Union de l'énergie dont l'Europe a tant besoin pour accélérer la lutte contre le dérèglement climatique", insistent les signataires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2018 à 9:03 :
Encore des moulins à vents, si au moins c'étaient des éoliennes !

Tandis que les verts allemands montrent une image progressiste de l'allemagne, ils n'ont jamais eu le pouvoir et en plus c'est la bonne vielle droite bien rance qui non seulement continue de diriger ce pays mais en plus vampirisant l'europe toute entière.
a écrit le 25/11/2018 à 23:13 :
L'électricité est moins chère en Allemagne qu'en France, raison pour laquelle nous sommes "importateurs nets" d'Allemagne depuis leur transition. Preuve en image : https://www.renewable-ei.org/en/activities/column/img/20180302/img02.jpg
Réponse de le 26/11/2018 à 16:27 :
vous avez raison Polytech , l'électricité des centrales à lignite allemandes est moins cher que le nucléaire mais hyper polluant ; les allemands disent que c'est temporaire , c'est sans doute ce qui vous rassure ...
demandez aux français s'ils veulent remplacer les centrales nucléaires par des centrales à lignite .
quant aux énergies renouvelables que vous dites pas plus cher ou moins que l'électricité nucléaire , alors pourquoi est-il nécessaire de les subventionner pour les faire accepter ?
Réponse de le 26/11/2018 à 21:40 :
Encore une fois polytech vous faites une lourde erreur en matière économique: vous confondez prix de marché et coût moyen. L’éolien allemand lorsqu’il y a beaucoup de vent a un coût marginal nul. Lorsque l’allemagne ne peut pas consommer toute sa production elle l’exporte, mais cela ne veut pas dire que le coût moyen de l’eolien est nul. Et parfois même les prix de marché allemands sont négatifs. C’est à dire que les producteurs payent pour qu’on consomme leur production. Vous voyez bien qu’il n’y a aucun lien entre exportations et prix de revient en matière de renouvelable
Réponse de le 26/11/2018 à 21:41 :
ce que vous écrivez est inexact: 1) il n'y a pas de lien évident lien entre coût de l'électricité et importations ou exportations. L'Allemagne exporte massivement de l'électricité renouvelable - essentiellement éolien - car elle a effectivement un parc installé très important, et que lorsque la production de renouvelables est excédentaires, ce qui est souvent le cas en hiver (fort vent sur la mer du Nord), les ENR ont la priorité sur le réseau d'après la loi européenne. Donc l'énergie renouvelable est exportée quel qu'en soit le prix. A d'autres moments, c'est la France qui exporte massivement son courant électronucléaire. Le propre d'un réseau incorporant une forte proportion d'ENR intermittents est qu'il nécessite de très importantes infrastructures de transport, afin d'exporter la production quand le soleil brille et que le vent souffle, et au contraire d'importer la nuit ou par anticyclone. 2) le prix moyen du MWh facturé aux ménages était en 2017 de 295€/MWh en Allemagne, et de 175€/MWh en France. Donc il est factuellement faux de prétendre que l'électricité est moins chère en Allemagne. Elle est pour l'instant très nettement moins chère en France
Cela dit, le prix ne fait pas tout. Comme le dit clairement l'article, la France va devoir gérer des déchets radioactifs pendant des siècles (et même au-delà), tandis que l'Allemagne produit toujours plus de 50% de son électricité avec des énergies fossiles (qui ne décroissent que très lentement), et reste en raison de ses centrales au lignite le plus fort émetteur de CO2 et de particules fines en Europe, devant la Pologne.
Réponse de le 26/11/2018 à 22:02 :
J’ai vu votre lien: c’est bien ce que dis vous confondez prix de marche et coût moyen. Vous prenez le prix de marche comme représentatif du coût moyen, or en matière d’énergie, le marché n’est là que pour pallier aux manques ou aux excèdents de production et spécifiquement pour l’Allemagne compte tenu de son équipement surdimensionné en éoliennes (ils ont 100gw de puissance installée, donc quand il y a du vent ils produisent trop et sont obligés de solder leur électricité). Alors s’il vous plaît revoyer vos connaissances en économie. Au passage, le prix de l’électricité en Allemagne est de 30cts le kwh. Si vraiment le prix de revient était le prix de marché, avec un tel différentiel, les entreprises d’électricité allemandes devra gagner un argent fou, or c’est le contraire elles gagnent beaucoup moins d’argent qu’edf.
a écrit le 25/11/2018 à 16:32 :
s'il y a une vraie nécessité d'envisager une transition énergétique élargie , il faut le faire avec l'ensemble des pays européens , et pas un bidouillage avec la seule Allemagne qui produit environ trois fois plus de CO2 et autres gaz toxiques que la France .
cette dimension crédibiliserait la démarche et donnerait du poids à l'EUROPE pour répondre aux USA , Chine ,Inde , qui sont et seront encore pour longtemps les plus gros émetteurs de pollutions atmosphériques .
pour l'instant , Trump qui a bien vu que les pays européens sont incapables de s'unir pour mener des actions d'Etats communes en particulier dans ce domaine - en dehors de déclarations d'intention non suivies d'effets - va logiquement ( ainsi que la Chine et l'Inde ) poursuivre le renforcement de son économie carbonée .
au moins lui a le courage d'assumer son choix .
Réponse de le 25/11/2018 à 19:27 :
]@ Kakech : votre raisonnement est superficiel, vous reprenez les arguties des lobbies sans réfléchir. L'Allemagne à une énergie moins chère que la nôtre puisque nous sommes "importateurs nets" d'électricité d'Allemagne depuis leur transition et c'est très facile à prouver. De plus ils ont permis d'innover (l'Europe dispose du nombre le plus élevé de brevets dans les renouvelables) et avec notamment la Chine de baisser les prix des renouvelables. Résultats elles inondent le monde et seront la principale source d'électricité dans les années et décennies à venir (Plus de 50%) très loin devant le nucléaire (entre 2 et 6%)
Réponse de le 26/11/2018 à 21:44 :
@ Polytech: il n'y a aucun lien évident entre prix de l'énergie et importation ou exportation. Dans un réseau incluant une forte proportion d'ENR intermittentes, tous les pays sont importateurs et exportateurs à un moment ou un autre, même l'Allemagne (qui reste globalement exportatrice sur une année). Quant au prix moyen du MWh facturé aux ménages, il était en 2017 de 295€/MWh en Allemagne, et de 175€/MWh en France. Donc il est factuellement faux de prétendre que l'électricité est moins chère en Allemagne. C'est le contraire: elle est nettement moins chère en France (pour l'instant).
a écrit le 25/11/2018 à 16:31 :
s'il y a une vraie nécessité d'envisager une transition énergétique élargie , il faut le faire avec l'ensemble des pays européens , et pas un bidouillage avec la seule Allemagne qui produit environ trois fois plus de CO2 et autres gaz toxiques que la France .
cette dimension crédibiliserait la démarche et donnerait du poids à l'EUROPE pour répondre aux USA , Chine ,Inde , qui sont et seront encore pour longtemps les plus gros émetteurs de pollutions atmosphériques .
pour l'instant , Trump qui a bien vu que les pays européens sont incapables de s'unir pour mener des actions d'Etats communes en particulier dans ce domaine - en dehors de déclarations d'intention non suivies d'effets - va logiquement ( ainsi que la Chine et l'Inde ) poursuivre le renforcement de son économie carbonée .
au moins lui a le courage d'assumer son choix .
Réponse de le 25/11/2018 à 19:29 :
]@ Kakech : votre raisonnement est superficiel, vous reprenez les arguties des lobbies sans réfléchir. L'Allemagne à une énergie moins chère que la nôtre puisque nous sommes "importateurs nets" d'électricité d'Allemagne depuis leur transition et c'est très facile à prouver. De plus ils ont permis d'innover (l'Europe dispose du nombre le plus élevé de brevets dans les renouvelables) et avec notamment la Chine de baisser les prix des renouvelables. Résultats elles inondent le monde et seront la principale source d'électricité dans les années et décennies à venir (Plus de 50%) très loin devant le nucléaire (entre 2 et 6%). Et regardez leurs chiffres d'affaires et entreprises dans les renouvelables, comme Siemens numéro 1 mondial. Vous appelez çà un échec alors qu'ils vont vous écraser quand vous aurez enfin compris où sont les marchés. Le nucléaire en France est cuit regardez qui détient la majeure part des marchés nucléaires mondiaux.
a écrit le 25/11/2018 à 15:40 :
On ne va quand même pas infliger aux consommateurs d’energie électrique Français un doublement du prix du kw/h pour faire comme l’Allemagne !!! Avec le mix énergétique actuel, le kw/h coûte aux environs de 15 centimes et ce en incluant des taxes pour financer les énergies renouvables. Comme quoi, on est très confiant dans l’espoir de leur rentabilité !!! Toute augmentation de prix mettra forcément davantage de gens dans la précarité énergétique !!!
Réponse de le 25/11/2018 à 19:32 :
@ Ozarmes : renouvelez votre parc nucléaire en France et vous verrez que les allemands ont toujours l'énergie la moins chère, comme aujourd'hui, raison pour laquelle nous sommes importateurs nets d'énergie d'Allemagne. Quand vous voulez compter, tenez compte des dépenses mais aussi des recettes sinon votre calcul est erroné et c'est le cas. Vous répétez des slogans sans rien vérifier. L'énergie est un secteur spécialisé, pas pour les amateurs, désolé !
Réponse de le 25/11/2018 à 21:13 :
@polytech
Cher polytech, vous faites une erreur de raisonnement majeure. Vous déduisez du fait que la France est importatrice nette d’électricité Allemande ( si c’est vrai?) que le prix de l’électricité allemande est moins cher.
C’est vrai en coût marginal lorsque le vent souffle beaucoup et où l’allemagne Ne peut pas consommer tout son éolien et que la France l’importe mais c’est faux en moyenne sur l’annee. Vous confondez coût marginal et coût moyen
Par ailleurs, il est possible que la France importe de l’ Électricité allemande pour la réexporter vers des pays dont le coût est momentanément supérieur
Réponse de le 25/11/2018 à 23:00 :
@ Wiki : là vous inventez ! Le mix allemand est moins cher que le nôtre c'est la raison du choix des allemands qui voulaient favoriser leur économie et industrie sachant que la pollution était temporaire. Ils ne pouvaient pas fermer nucléaire et charbon ils ont donc opté pour l'option la moins coûteuse au final. S'ils avaient opté pour du nucléaire neuf ils auraient évidemment eu une électricité plus chère que la nôtre c'est l'évidence que j'espère vous comprenez (le neuf coûte plus cher que l'amorti) Par ailleurs on ne s'amuse pas à acheter en Allemagne pour revendre ailleurs à meilleur prix car on ne stocke quasiment pas et via la Suisse c'est cher. Voici les prix allemands et français depuis leur transition, vous constaterez que le nucléaire n'est évidemment pas compétitif au mix renouvelables + charbon et à terme renouvelables + stockage qui a des coûts marginaux très bas : https://www.renewable-ei.org/en/activities/column/img/20180302/img02.jpg
a écrit le 25/11/2018 à 0:44 :
Pas de souci : Taxo-Man Stoppe aux Frontières, pollution et réchauffement climatique planétaires
a écrit le 24/11/2018 à 22:07 :
Cette appel des députés est totalement illogique pour un cartésien.
Si on le prend au pied de la lettre, voici ce que cela donne
La France n’aurait pas fait sa transition énergétique vers une électricité decarbonée: c’est faut cela fait 40 ans que c’est fait, contrairement aux allemands
Ensuite, si la France se passait du nucléaire, elle devrait importer de l’électricité allemande produite avec du charbon: pourquoi donc? La France ne serait donc pas capable de produire suffisamment d’electrIcite renouvelable alors qu’on arrête pas de nous prétendre le contraIre. Mais alors pourquoi sortir du nucléaire si c’est vrai
Idem côté allemand: si les allemands arrêtent le charbon, ils devraient importer de l’électricité nucléaire française (chose qu’il font déjà par ailleurs) alors même qu’ils ont déjà des équipements de renouvelables pléthoriques. Qu’est ce à dire, qu’il n’est pas possible d’etre 100% renouvelable ?
Donc alors même que les hypothèses non dites de cet appel c’est qu’il n’est pas possible d’etre Indépendant avec 100% de renouvelable, des députés français proposent carrément pourtant de se priver des centrales. Nucléaires françaises, d’abandonner la seule technologie énergétique dans laquelle la France a un avantage, qui est la troisième industrie du pays et la seule à même de nous permettre de decarboner l’électricité Mais aussi les transports pour lutter contre le réchauffement climatique et dont même les allemands auraient besoin pour faire leur transition.
Cet appel ne peut avoir en sous-main que l’industrie gazière qui trouvera la la capacité à vendre des centrales au gaz pour compenser l’intermittence des renouvelables et les grandes entreprises allemandes qui ont bien compris que le nucléaire est un avantage compétitif de notre économie ( un kwh moins cher) et une menace pour leur suprématie industrielle. C’est un vrai Munich industriel et écologique auquel les députés français signataires appellent! Il est temps de réagir à cet appel stupide et dangereux pour notre sécurité énergétique.
Réponse de le 25/11/2018 à 19:39 :
@ Wiki : mettez vous à jour dans l'énergie car vous raisonnez avec des données erronées. Le nucléaire est cher et n'arrive pas à baisser ses prix. Les renouvelables sont moins chères et l'on n'a pas besoin de beaucoup de stockage donc il devient de plus en plus compétitif. Les vendeurs de gaz peuvent stocker le C02 sous forme solide et vous vendre de l'hydrogène : c'est ce que commencent à faire les russes. Si vous voulez donc être indépendant vous devez produire de l'hydrogène et du biométhane (Power to gas pour le stocker) inférieur au prix de marché russe. Et la concurrence à commencé. D'où la nécessité d'avoir une approche hydrogène-méthanation "EUROPEENNE" pour avoir l'énergie la moins chère au final ! Comprendo ou je dois en rajouter une couche ?!
Réponse de le 26/11/2018 à 22:06 :
Polytech, votre raisonnement est fondamentalement erroné: dans une économie développée qui ne peut pas se permettre la moindre interruption d'alimentation en énergie électrique, ce n'est pas le prix au MWh de telle ou telle source d'énergie, renouvelable ou pas, qui compte, mais le prix du MIX énergétique dans son ensemble qui parvient à rendre ce service ininterrompu. Ainsi ce n'est pas le prix du MWh éolien ou solaire qu'il faut regarder - il ne veut rien dire puisque ces sources d'énergie ne sont pas disponibles en permanence -, mais le prix du MWh renouvelable pondéré au prorata de la consommation globale avec le prix des autre sources d'énergies destinées à contrebalancer l'aspect fondamentalement intermittent des ENR: ce peut être des centrales à flamme (pétrole, charbon, gaz, biomasse...), du stockage, ou bien des importations. Or ces moyens de pilotage de la production restent fondamentalement chers, d'autant plus qu'il ne sont utilisés eux aussi que par intermittence (alors que les coûts fixes sont énormes), lorsque les ENR ne fournissent pas assez. Et dans ce cadre, les chiffres récents sont clairs et incontestables: le mix énergétique français est moins coûteux pour les ménages (175€ le MWh en moyenne en 2017) que le mix allemand (295€ le MWh en 2017).
a écrit le 24/11/2018 à 22:06 :
Cette appel des députés est totalement illogique pour un cartésien.
Si on le prend au pied de la lettre, voici ce que cela donne
La France n’aurait pas fait sa transition énergétique vers une électricité decarbonée: c’est faut cela fait 40 ans que c’est fait, contrairement aux allemands
Ensuite, si la France passait au nucléaire, elle devrait importer de l’électricité allemande produite avec du charbon: pourquoi donc? La France ne serait donc pas capable de produire suffisamment d’electrIcite renouvelable alors qu’on arrête pas de nous prétendre le contraIre. Mais alors pourquoi sortir du nucléaire si c’est vrai
Idem côté allemand: si les allemands arrêtent le charbon, ils devraient importer de l’électricité nucléaire française (chose qu’il font déjà par ailleurs) alors même qu’ils ont déjà des équipements de renouvelables pléthoriques. Qu’est ce à dire, qu’il n’est pas possible d’etre 100% renouvelable ?
Donc alors même que les hypothèses non dites de cet appel c’est qu’il n’est pas possible d’etre Indépendant avec 100% de renouvelable, des députés français proposent carrément pourtant de se priver des centrales. Nucléaires françaises, d’abandonner la seule technologie énergétique dans laquelle la France a un avantage, qui est la troisième industrie du pays et la seule à même de nous permettre de decarboner l’électricité Mais aussi les transports pour lutter contre le réchauffement climatique et dont même les allemands auraient besoin pour faire leur transition.
Cet appel ne peut avoir en sous-main que l’industrie gazière qui trouvera la la capacité à vendre des centrales au gaz pour compenser l’intermittence des renouvelables et les grandes entreprises allemandes qui ont bien compris que le nucléaire est un avantage compétitif de notre économie ( un kwh moins cher) et une menace pour leur suprématie industrielle. C’est un vrai Munich industriel et écologique auquel les députés français signataires appellent! Il est temps de réagir à cet appel stupide et dangereux pour notre sécurité énergétique.
Réponse de le 25/11/2018 à 19:40 :
@ Wiki : mettez vous à jour dans l'énergie car vous raisonnez avec des données erronées. Le nucléaire est cher et n'arrive pas à baisser ses prix. Les renouvelables sont moins chères et l'on n'a pas besoin de beaucoup de stockage donc il devient de plus en plus compétitif. Les vendeurs de gaz peuvent stocker le C02 sous forme solide et vous vendre de l'hydrogène : c'est ce que commencent à faire les russes. Si vous voulez donc être indépendant vous devez produire de l'hydrogène et du biométhane (Power to gas pour le stocker) inférieur au prix de marché russe. Et la concurrence à commencé. D'où la nécessité d'avoir une approche hydrogène-méthanation "EUROPEENNE" pour avoir l'énergie la moins chère au final ! Comprendo ou je dois en rajouter une couche ?!
Réponse de le 25/11/2018 à 21:24 :
@polytech
Je maintiens que les allemands ont un coût de l’électricité deux fois plus cher alors même qu’ils produisent 40% du total avec du charbon qui est moins cher (ce qui montre le niveau du coût des renouvelables) , que le gouvernement allemand vient d’arreter De subventionner les renouvelables suites aux critiques des citoyens,
Par ailleurs si le nucléaire était plus cher, pourquoi les allemands continuent d’utiliser 8GW d,électricité nucléaire ?
Votre condescendance est surprenante.
Réponse de le 26/11/2018 à 10:27 :
@ Wiki : si l'électricité allemande était plus chère les français n'en seraient pas "importateurs nets" depuis leur transition et les 8 derniers réacteurs nucléaires sont bien prévus d'être fermé d'ici 2022 dans la loi atomique. Vérifiez vous-même le différentiel de prix Allemagne/France : https://www.renewable-ei.org/en/activities/column/img/20180302/img02.jpg
a écrit le 24/11/2018 à 20:09 :
Si l'électricité allemande au charbon est facturée au double (d'après ce qu'il parait) de la notre, nous acheter notre énergie nucléaire leur fera une baisse de factures (même avec 50% de marge de leur côté).
Une forêt allemande doit être rasée pour extraire du charbon en quantité, me semble.
Le modèle de l'ADEME disant qu'on pourrait fonctionner aux renouvelables à 100% à sais plus quelle échéance, c'est à condition, déjà, de réduire la consommation [et ne pas calculer combien la transition complète coûterait en giga euros].
Réponse de le 25/11/2018 à 9:29 :
Vous avez totalement raison : on peut déjà imaginer les réactions des gilets jaunes si on leur annonce mardi que la France va se couvrir d’eoliennnes, de panneaux solaires et de méthaniseurs et que la conséquence c’est un doublement du prix de l’électricité, au niveau allemand actuel alors que 60% de l’électricité chez eux est produite pourtant par du charbon et du nucléaire (qui sont moins chers)
Réponse de le 25/11/2018 à 19:44 :
@ Photo 73 : L'Allemagne était parmi les pionniers des renouvelables d'où un prix initial cher. Mais çà n'empêche par que leur électricité hors taxe est moins chère que la nôtre (nous sommes depuis leur transition "importateurs nets") et qu'ils sont parmi les leaders dans les entreprises et innovations renouvelables (Siemens n°1 mondial). Par contre notre parc vieillit et le remplacer coûterait plus cher que passer aux renouvelables désormais moins chères. Nous avons donc fait une boulette en n'accompagnant pas les allemands dès le départ et en les critiquant plutôt que de coopérer, tout le monde y gagnait. Il serait donc temps de comprendre que les allemands ne sont pas plus idiots que nous.
Réponse de le 25/11/2018 à 21:35 :
Ne tenez pas compte de ce que dit polytech: les allemands ont fait le mauvais choix et voudraient nous y amener. Ils sont incapables de se passer de charbon et de nucléaire malgré tous leurs efforts, parce ce que c’est physiquement impossible. Plus ils mettront d’éoliennes, plus ils devront construire de centrales au gaz, donc ils ne réduiront pas fondamentalement leur équation en co2 et se mettront dans la main des russes.
Réponse de le 26/11/2018 à 10:31 :
@ Wiki : si les allemands ont fait le mauvais choix, pourquoi sommes nous "importateurs nets" d'énergie d'Allemagne depuis leur transition comme vous pouvez le vérifier partout et comme mon lien le prouve avec un prix de marché de l'électricité continuellement moins cher que chez nous ? Et pourquoi Siemens est numéro 1 mondial alors qu'Alstom a été absorbé par GE ? Relisez donc l'histoire. Quant aux centrales gaz vous devriez constater qu'entre 2010 et 2016 soit 6 ans l'Allemagne a connu environ 160 épisodes de 5 jours avec une production inférieure à 5 GW et pour chaque année seulement un épisode de 10 à 14 jours de vents faibles. Combler 14 jours en stockage (Power to gas etc) qui couvre le reste ne représente qu'un % très modéré du mix en plus sur le réseau Entso-e. Ils disposent en plus d'un potentiel de 6 mois de stockage (cavernes salines) donc vraiment aucun problème. L'Allemagne va fermer les réacteurs nucléaires restant en 2022 (loi atomique) et ferme régulièrement des centrales thermiques comme mon lien plus haut vous le démontre.
a écrit le 24/11/2018 à 19:28 :
Super mais il faut associer tous les pays voisins car nous sommes interdépendants sur le réseau Entso-e avec plein de technologies importantes à développer en commun. J'en cite une seule pour faire court : l'électrométhanogénèse : il y a une part de 40% de C02 qui n'est pas exploitée dans le biogaz (agricole, traitements des eaux, déchets etc). Avec cette méthode on l'utilise à haut rendement (96%) et à bas prix. Résultat ont double quasiment la production de biogaz injectable tout en quasiment réduisant le prix de production par 2. Au plan européen doubler la production de biogaz en réduisant les prix c'est énorme. Voir SoCalGaz aux Etats-Unis (Californie) qui développe des réacteurs modulaires à grande échelle et Electrochaea en Allemagne et Danemark entre autres. Une autre idée : le développement d'un véhicule électro-solaire à prix modéré : moins de 400 kg, aérodynamisme maxi et plus de 6m2 solaire (rendement du flexible 32%) donc moins de 100 kg de batteries, forte autonomie, favorable aux gens dans les campagnes et véhicules professionnels et aussi sur le marché mondial et moins besoins de bornes de recharges + apport au réseau et autres activités. Si on ne le fait pas d'autres sont en train de le faire avant nous. on a certes déjà HX2 et Bolloré Hanergy Solar mais il faut des prix de vente raisonnables et au plan européen on peut largement.
Réponse de le 25/11/2018 à 10:34 :
Moi je suis à 100% pour l'énergie propre, renouvelable, abondante, peu chère mais de grâce que l'on m'explique comment produire cette électricité verte dans un contexte ou la consommation électrique est destinée à s'accroitre. Actuellement la communication porte sur les puissances installées et jamais sur les puissances produites (actuel quelque 4000 éoliennes pour 5% de l'électricité consommée). En outre, que l'on cesse de nous dire que les méthaniseurs sont merveilleux alors que leurs sous-produits gavés de nitrates de phosphates et autres métaux lourds (parfois) sont épandus sur des terres qui n'en peuvent plus de recevoir ces déchets. L'énergie propre et en abondance est un mythe tout comme le mouvement perpétuel. Commençons par produire des petites bagnoles bridées à 110 qui ne consommeraient que 2,5litres - qu'en pense l'Allemagne?
Réponse de le 25/11/2018 à 12:11 :
@polytech
Cet appel est un cheval de Troie des gaziers et de l’industrie Allemande. On nous propose de sacrifier le nucléaire pour que l’Allemagne fasse ce qu’elle aurait du faire depuis longtemps. C’est totalement irresponsable.
Réponse de le 25/11/2018 à 20:00 :
@ Albert : vous sous-estimez le potentiel des renouvelables qui sont universelles au plan mondial (contrairement au nucléaire limité par ses risques) et intégrable au plus près de nous dans les bâtiments etc (contrairement au nucléaire ou vous n'imaginez pas un réacteur par immeuble). On sait faire des bâtiments indépendants en énergie entre 60% (pour les plus mal exposés et peu isolés) à 150% et plus pour les meilleurs. Dès lors on peut couper le réseau pour des bâtiments, entreprises, quartiers. Et ainsi économiser les infrastructures lourdes et leurs coûts (plus de 33%). Le stockage tant de chaleur que d'électricité n'est pas un problème on sait désormais faire et de mieux en mieux et à moindre coût. Dès lors la transition se fait au niveau de chacun (donc va beaucoup plus vite au plan mondial puisque les problèmes et solutions sont quasi identiques) et non plus seulement au niveau du système électrique "centralisé" propre au nucléaire. C'est devenu possible grâce au bas prix des renouvelables et du stockage et des multiples solutions. Donc raisonner avec de multiples éoliennes est raisonner comme il y a 20 ans et plus et non pas comme maintenant et à l'avenir. Il y a des phases dans les transitions et c'était la phase 1. On passe à la phase 2 (intégration, efficacité énergétique etc). On consomme moins on utilise moins de ressources etc Enfin un véhicule thermique sera toujours moins performant qu'un véhicule électrique et on fait des batteries au sodium (sel) donc vous pouvez aller directement à l'électrique plutôt que de vous casser la tête avec des thermiques à 2 litres etc qui sont des pertes de temps et d'argent. Par ailleurs le biogaz et ses sous produits sont désormais correctement employés par la plupart des agriculteurs. Les erreurs de départs de certains sont régulièrement corrigées sion ils perdraient leurs cultures et terres pour longtemps avec la pollution et ce n'est pas dans leur intérêt. Il n'y a pas de métaux lourds dans la plupart des sous produits biogaz ce n'était que le cas des unités de tris qui faisaient n'importe quoi. Là aussi on a progressé. Vérifiez avec les différents rapports dont Inra etc
a écrit le 24/11/2018 à 19:15 :
Un "new deal" énergétique qui se concentre uniquement sur l'électricité qui est déja décarbonnée en France...

La baisse des émissions de CO2 en France ne se fera pas sur l'électricité qui est déja décarbonnée, elle se fera sur l'isolation des habitations, le remplacement des chaudières au fioul et à gaz par des pompes à chaleur (le chauffage, c'est 30% des émissions françaises (8% pour la production l'électricité)).

A plus long terme, la baisse se fera sur les transports (30%) avec les voitures à hydrogène. (Une voiture électrique rejete autant de CO2 qu'une termique sur son cycle de vie.)
Réponse de le 25/11/2018 à 8:22 :
Je ne suis pas spécialiste, mais sur les pompes à chaleur; on lit et entend n'importe quoi, et les professionnels n'ont pas un message clair quant aux inconvénients et à la rentabilité. Par ailleurs, on en parlait déjà il y a près de 30 ans, et il y en a peu d'installées dans le résidentiel, pourquoi ? Il manque là aussi d'études objectives, comme pour les motorisations des voitures
Réponse de le 25/11/2018 à 10:40 :
Sur les pompes à chaleur: pour la solution Air/air - 1KW électrique consommé apportera 2 kW en chaleur et pour l'Air/eau - 1KW électrique apportera 3KW en chaleur. Se sont des ordres de grandeur.
Réponse de le 25/11/2018 à 12:07 :
Je peux répondre sur la pompe à chaleur: j’en ai une depuis 9 ans qui chauffe une maison de 180m2 ainsi que l’eau chaude. Elle est longue à rentabiliser (mais elle génère des économies ) mais c’est d’abord parce que le prix du gaz n’integre pas le prix du co2. C’est pourquoi il faut continuer d’augmenter La taxe carbone.
Pour ça qui est de la voiture électrique, j’ai une zoe depuis 3 ans qui est devenue la voiture principale de la maison.
Toutes les études sérieuses concluent maintenant qu’il est préférable de remplacer une voiture thermique par une électrique même aux US: les études qui prétendent que l’électrique produit plus de co2 ne tiennent pas compte d’une part du co2 produit par l’extraction du pétrole (alors qu’elles tiennent compte du co2 produit par l’extraction des métaux de la batterie) et sous estiment grandement la durée de vie de la batterie.
Réponse de le 25/11/2018 à 20:08 :
@ Rainbow : les pompes à chaleur ne peuvent pas tout faire et sont responsables des pics de demande. De plus il se vend de 10 à 17 climatiseurs par seconde dans le monde avec les gaz réchauffants qui vont avec. Il faut donc choisir une pompe à chaleur de Cop supérieur à 5 (elles ne sont pas très nombreuses) mais ne pas hésiter non plus à faire du solaire thermique pour l'eau chaude et le chauffage qui apportent 65% de l'eau chaude et plus de 50% du chauffage. Avec le solaire hybride (PV + thermique) on obtient la mobilité en plus et on peut stocker la chaleur et utiliser de simpples convecteurs solaires. Bref solaire (thermique+ PV) + pac c'est un peu plus cher au départ mais dure bien plus longtemps et rapporte plus et le solaire c'est quasiment sans entretien sur des durées de vie jusqu'à 40 ans environ, bien plus qu'une pac seule.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :