Schäuble n'exclut pas un "Grexit" par accident

 |   |  286  mots
En dépit de tout le scepticisme, l'évolution de la Grèce à la fin 2014 était meilleure que ce que prévoyait le programme, avait toutefois expliqué Wolfgang Schäuble, jeudi, lors d'un forum organisé à Vienne.
"En dépit de tout le scepticisme, l'évolution de la Grèce à la fin 2014 était meilleure que ce que prévoyait le programme", avait toutefois expliqué Wolfgang Schäuble, jeudi, lors d'un forum organisé à Vienne.
L'Europe reste disposée à aider la Grèce mais le pays doit se laisser aider, a déclaré jeudi le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble. Il n'a pas exclu une sortie accidentelle d'Athènes de la zone euro.

"Comme la Grèce est seule à avoir la responsabilité, la possibilité de décider ce qui va arriver, et parce que nous ne savons pas exactement ce que font ceux qui sont aux responsabilités en Grèce, nous ne pouvons pas l'exclure (une sortie de la Grèce de la zone euro, ndlr)"

Dans une interview, vendredi 13 mars, à la chaîne autrichienne ORF, le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble a ainsi répondu à une question sur la possibilité d'un "Grexident", jeu de mots entre le "Grexit" - terme renvoyant à une sortie de la Grèce de la zone euro - et un accident. Une sortie désordonnée qui pourrait survenir si Athènes ne parvenait pas à un accord avec ses bailleurs internationaux, selon ce dernier.

Pas de nouveau financement si la Grèce ne remplit pas ses obligations

"L'Europe est prête à aider la Grèce, mais la Grèce doit se laisser aider", a-t-il souligné. Et d'ajouter que la Grèce ne recevra pas de nouveaux financements de l'Europe si elle ne remplit pas ses obligations.

Intervenant jeudi soir à un événement en compagnie de son homologue autrichien, Wolfgang Schäuble avait toutefois assuré que la Grèce n'était pas "un cas désespéré" et avait obtenu fin 2014 de meilleurs résultats économiques que ce qui était envisagé dans le plan de sauvetage dont elle bénéficie.

"En dépit de tout le scepticisme, l'évolution de la Grèce à la fin 2014 était meilleure que ce que prévoyait le programme", avait-il dit, tout en déplorant l'attitude des nouveaux dirigeants dans le dossier de la dette.

    Lire aussi >> Wolfgang Schäuble, l'énigmatique européen

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/03/2015 à 14:51 :
Tout le monde tape sur la Grèce mais la crise de l'Euro, c'est ni plus ni moins que la complaisance des banquiers de tous les pays vis-à-vis d'hommes politiques dont on savait pertinemment qu'ils étaient véreux.
Maintenant d'un point de vue géopolitique, la Grèce est notre frontière ultime contre la barbarie aux portes de l'Europe. Alors que les orthodoxes se déchirent en Ukraine, la Turquie islamiste d'Erdogan fait preuve d'une complaisance criminelle à l'égard de l'EI. Que se passera-t-il si l'Europe lâche la Grèce ? La laissera-t-on envahir sans réagir par les forces islamistes venues de l'Est ? Quand les croisés ont pillé Constantinople, c'est l'Empire Chrétien d'Orient qui s'est effondré et nous avons eu les Turcs aux portes de Vienne.
Si l'Europe lâche la Grèce, c'est le début de l'effondrement de notre continent et de notre civilisation.
a écrit le 14/03/2015 à 9:50 :
les échéances approchent, il va falloir raquer, piller toutes les caisses en excédent, rechercher l´argent et des garants tous asymuth....alors qu´il serait tellement simple de dire NON aux créanciers au même titre que l´installation d´un nouveau gouvernement semblerait pouvoir s´affranchir de tout traité ou convention signé antérieurement...! génial non...!
a écrit le 14/03/2015 à 9:39 :
Il est ce qu il est , mais le problème n est pas lui , mais ceux qui le suivent et surtout nos économistes la bave aux lèvres dans la perspective d appliquer de l austérité , leur jouissance était palpable il y quelques mois , mais la raison les a un peu calmé . Ils sont toujours là , prêt a défendre l indéfendable pourvu que cela aille dans le sens des profits pour leurs maîtres .
a écrit le 14/03/2015 à 9:33 :
endosser des créances douteuses .... je comprends le sentiment allemand !
a écrit le 14/03/2015 à 9:25 :
J'apprécie Schaüble, dernier défenseur des intérêts français. Et pour les grecs, ils sont devant leurs responsabilités, mais notons que c'est tout de même un peu bête de se fâcher avec ses amis, au prétexte qu'ils vous ont prêtés de l'argent... Qu'il évitent cependant de nous faire perdre notre temps..
Réponse de le 14/03/2015 à 12:42 :
les dignitaires de la république francaise devraient davantage se mouiller sachant que leurs banques auraient fort á faire en cas de grexit ou de grecax, les allemandes aussi mais dans une moindre mesure...
a écrit le 14/03/2015 à 8:57 :
Schaüble raus! mare de ce type bien allemand, psycho-rigide et arc-bouté sur ses certitudes et ses postures, en fait sans imagination, sinon vouloir dominer les grecs et même si tout le monde sait que les grecs ne rembourseront pas toute leur dette. D'ailleurs nous c'est pareil et en plus immense. Alors fermons la.
Réponse de le 14/03/2015 à 11:02 :
généralement l´effort d´imagination précède la signature de traités, conventions, reconnaissances etc...Il n´y a pas que les allemands qui ont la DENT DURE...Raus le Portugal, l´Irlande , l´Espagne, la Hollande, les Pays baltes, l´Autriche.... qui à eux seuls pourrait créer une zone monétaire leur évitant pas mal de déboires...
a écrit le 13/03/2015 à 22:47 :
Les grecs ne vont pas rembourser si leurs dirigeants n'ont même pas de quoi s'acheter une cravate ou un pull over.Si les euros insistent les grecs vont leur envoyer les réfugiés illégaux
dont pas mal d'isis. Kali nikta.
a écrit le 13/03/2015 à 21:51 :
Ce que vous devez absolument savoir sur l'euro et que l'Union Populaire Républicaine est le seul parti à expliquer.
L'euro n'est pas une monnaie unique mais un monnaie commune. En apparence, tous les euros sont identiques, mais en apparence seulement. Du point de vue juridique :
L'Allemagne émet une monnaie allemande appelée euro. Cette monnaie est juridiquement une créance sur la Bundesbank.
La France émet une monnaie française appelée euro. Cette monnaie est juridiquement une créance sur la Banque de France.
La Grèce émet une monnaie grecque appelée euro. Cette monnaie est juridiquement une créance sur la Banque centrale de Grèce. Etc.
Chacune de ces monnaies nationales est échangeable au taux de 1 pour 1 avec l'ensemble des autres monnaie de la zone euro, sans aucune limitation à ce change. On parle d'un « PEG » de 1 pour 1 que tous les Etats de la zone euro se sont engagés à respecter.
Contrairement à ce qui nous est répété à longueur de temps, les concepteurs de l'euro, en choisissant de conserver le système européen de banques centrales, voulaient donc que la monnaie commune soit un processus techniquement facilement réversible.
Pour retrouver ces informations et surtout comprendre pourquoi l'euro est une construction absurde, néfaste et vouée à l'échec : https://www.youtube.com/watch?v=7nHnHtC362s&feature=youtu.be
a écrit le 13/03/2015 à 20:51 :
Wolfgang Schäuble est un psycho rigide statufié sur ces principes ou plutôt sur les principes valables pour les autres, pas pour l'Allemagne. Les articles qui sortent sur la dette prouvent qu'elle est illégitime à 56%. Du pipeau, donc, il joue ce Wolfgang Schäuble pour emmener les rats se noyer là où il voudrait s'en débarrasser. Donneur de leçons et moralisateur d'opérette, frustré par sa carrière ratée. pas mystérieux du tout, le personnage !
Réponse de le 13/03/2015 à 21:18 :
Indépendamment d'une personne ou d'un peuple qui a tant souffert par l'argent et a été obligé d'être de droite, le contexte GENERAL actuel est qu'il est interdit, pour n'importe quel pays, de faire défaut ou répudier de la dette. Le dernier fut l'Equateur, juste avant Lehman.
a écrit le 13/03/2015 à 18:04 :
Le ministre allemand peut faire toutes les menaces qu'il veut, l'Europe continuera à payer puisque ce sont les grecs qui nous tiennent. Si les grecs quittent l'euro tout le système s'effondre et par effet de domino c'est l'UE qui explose .La montée des partis extrémistes aura eu au moins cet avantage, l'Allemagne ne décide plus rien et doit avaler toutes les couleuvres sur la folie des déficits des états du sud !!
a écrit le 13/03/2015 à 17:59 :
Il esr pathétique, on a envie de de rire ou de pleurer a entendre cet homme qui a tout faux. L’austérité qu'il a voulu imposer a l’Europe entière ,a ruiné ceux qui l'ont écouté les pauvres ibériques ,et d'autres.Et maintenant il veut la peau de la grece,qui réclame la dette de guerre , vraiment il est étonnant que l’Allemagne conserve un tel ayatollah nationaliste.
Réponse de le 14/03/2015 à 0:44 :
@Cantalou. Il suffit de demander à Mario d'imprimer un peu plus d'Euros.
a écrit le 13/03/2015 à 17:25 :
"l'évolution de la Grèce à la fin 2014 était meilleure..." Meilleure pour qui ? Certainement pas pour le quart de la population au chômage, certainement pas pour les retraités et les salariés qui ont vu leur revenus diminuer de moitié.
Donc meilleure pour qui ? Pour les gros industriels, pour les banques et pour les créanciers, surement...
a écrit le 13/03/2015 à 17:24 :
Manipulation quand tu nous tiens ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :