Wolfgang Schäuble, l'énigmatique européen

 |   |  2789  mots
« Personne ne sait ce que pense ou ce que ressent vraiment cet homme, pas même la chancelière », résumait dans un article publié par le Spiegel à l'occasion du 70e anniversaire du ministre des Finances, en septembre 2012, le politologue Gerd Langguth.
« Personne ne sait ce que pense ou ce que ressent vraiment cet homme, pas même la chancelière », résumait dans un article publié par le Spiegel à l'occasion du 70e anniversaire du ministre des Finances, en septembre 2012, le politologue Gerd Langguth. (Crédits : reuters.com)
Qui est vraiment le ministre allemand des Finances ? Quelle est sa conception de l'Europe ? De la réponse à ces questions dépend une partie de l'avenir du vieux continent.

Les dernières semaines de la crise grecque ont montré combien était essentiel pour l'avenir de l'Europe le débat interne au gouvernement allemand entre Angela Merkel et Wolfgang Schäuble. Depuis la publication, le 3 janvier de l'information selon laquelle le gouvernement fédéral était prêt à expulser la Grèce de l'euro jusqu'au compromis construit vendredi dernier, les débats au sein de l'exécutif allemand ont déterminé la direction des négociations avec la Grèce et, partant, l'image future de la zone euro.

Schäuble, « tête de Janus »

Aussi faut-il nécessairement s'intéresser à cette figure de Wolfgang Schäuble et à ses rapports avec Angela Merkel. La tâche n'est pas aisée. « Personne ne sait ce que pense ou ce que ressent vraiment cet homme, pas même la chancelière », résumait dans un article publié par le Spiegel à l'occasion du 70e anniversaire du ministre des Finances, en septembre 2012, le politologue Gerd Langguth. Wolfgang Schäuble est un Sphinx, une « tête de Janus » comme le décrit aussi Gerd Langguth, une énigme dont il est impossible de trouver le mot.

« Le dernier européen » ?

Ainsi en est-il de sa vision de l'Europe. En août 2013, le philosophe Jürgen Habermas, peu susceptible de sympathie avec les Conservateurs de son pays, saluait en Wolfgang Schäuble « le dernier européen » du cabinet Merkel, il saluait une tribune signée par le ministre et publiée dans plusieurs pays européen et titrée « non à l'Europe allemande. » Quel contraste avec le « Herr Nein », décidé semble-t-il, la semaine dernière à chasser les Grecs de la zone euro, comme il l'était en 2012 et comme il l'était encore en 2013, quelque mois avant cette tribune, avec Chypre !

Les vertus protestantes

Mais la contradiction n'est qu'apparente. Pour la résoudre, il faut comprendre d'où vient Wolfgang Schäuble. Né en pleine guerre, en 1942, dans une famille protestante dans la très catholique Fribourg-en-Brisgau, le ministre fédéral des Finances est le produit de sa culture. Le protestantisme badois, auquel le ministre restera fidèle, est un protestantisme défensif, c'est une religion exigeante, valorisant l'effort, le travail, l'obéissance à la règle, au prix de la souffrance s'il le faut. Aussi Wolfgang Schäuble ne s'est-il jamais laissé stopper par les épreuves. Ni l'attentat qui l'a paralysé en 1990, ni son échec pour succéder à Helmut Kohl en 1999, ni son échec à la présidence fédérale en 2004. Aussi a-t-il toujours tenu ses objectifs, quelles que soient les critiques. Pour preuve, cette volonté indéfectible de réaliser le premier budget fédéral équilibré depuis 1969.

L'Ordungspolitik, cœur de la pensée Schäuble

C'est ensuite un enfant de la culture ouest-allemande de l'après-guerre qui allie un attachement indéfectible à la démocratie libérale en politique à la « culture de la stabilité » en économie. Wolfgang Schäuble déteste les extrêmes en politique, comme la RFA les a toujours abhorrés, elle qui a successivement interdit en 1955 le parti communiste et en 1969 le parti néo-nazi NPD. On se souvient qu'il avait regretté après les élections européennes de mai 2014 qu'une « formation fasciste », le Front national, fût arrivée en tête en France. Il n'a pas hésité, alors que certains politiques de la CDU voulait se rapprocher des Eurosceptiques d'Alternative für Deutschland, de les qualifier de "honte pour l'Allemagne." Et l'on n'a guère besoin d'insister sur ses rapports avec Syriza.

Economiquement, Wolfgang Schäuble, entré à la CDU à 20 ans, il est le pur produit de la pensée ordolibérale du ministre de l'économie puis chancelier Ludwig Erhard. Sa pensée économique est fondée sur un marché « encadré » par un cadre défini par le politique, mais libéré de toute influence politique. Ce marché ordonné, en allemand Ordnungpolitik, constitue le cœur de sa pensée et vient assez bien se confondre avec son fond protestant. Wolfgang Schäuble y est resté très fidèle et c'est ce qui le différencie d'une Angela Merkel qui s'est formée dans les années 1990 à l'économie capitaliste, dans un tout autre contexte intellectuel.

La sobriété de l'Etat

Il existe deux fondements à l'Ordnungspolitik, qui se retrouve constamment dans les actions de Wolfgang Schäuble. Le premier, c'est l'Etat sobre. Un Etat dépensier et généreux vient nécessairement perturber l'ordre logique du marché. Il doit se retirer sur ses fonctions régaliennes (il a prouvé en tant que ministre de l'Intérieur à poigne combien cette fonction était pour lui importante) et dans son rôle de régulation. L'Etat n'est jamais une solution pour Wolfgang Schäuble, c'est un cadre. La solution, elle, vient du marché. Et jamais l'Etat, donc la puissance démocratique, ne peut s'imposer face au marché. L'Etat doit s'adapter aux conditions du marché, pas l'inverse. « Le vrai arbitre démocratique, c'est le marché », disait Ludwig Erhard. D'où la double détestation pour la finance dérégulée et pour le socialisme. D'où aussi ce refus de voir un pouvoir élu remettre en cause la stabilité financière. Là encore, la friction avec Syriza était inévitable.


Le respect du contrat

Deuxième pilier de l'Ordnungspolitik : le respect du contrat. Le marché est une série de contrats qui doivent être garantis par la puissance publique. Mais l'Etat n'a rien à faire dans le marché. Il doit même donner l'exemple et est le premier à respecter ces contrats. D'où cette religion des traités et ce juridisme strict, étroit aux yeux de beaucoup, qui est au cœur de l'action européenne de Wolfgang Schäuble. Le respect des traités, le respect des créanciers va, pour Wolfgang Schäuble, au-delà de la volonté démocratique. Il va même au-delà de la morale. Il est le fondement du bon fonctionnement de l'économie. Il permet d'établir la confiance, la stabilité et, pour lui, la prospérité.

L'attachement européen

Pour finir, Wolfgang Schäuble est un enfant de l'Europe. Plus que ces prédécesseurs, pour qui l'Europe était avant tout un moyen de remettre l'Allemagne dans le jeu, le ministre fédéral des Finances a toujours montré un authentique attachement à la construction européenne. C'est pour lui la seule réponse à la mondialisation, selon le schéma si courant dans les élites européennes qui voient les nations du vieux continents « trop petites » pour jouer un rôle dans le monde moderne. Du coup, a-t-il toujours plaidé pour une intégration européenne renforcée et c'est ce qui le différencie des ordolibéraux eurosceptiques type Alternative für Deutschland. Dès 1994, il cosignait un rapport avec le député Kurt Lamers qui fait encore rêver à Bruxelles, où il proposait à la France de créer un « noyau dur », une « union politique. » Lorsque, en 2012, il reçut le Prix Charlemagne, prix Nobel des Europhiles, il reprit cette idée d'une union politique, fondée sur l'élection démocratique directe du président de la Commission et sur un rôle accru du parlement européen.

Europe à l'allemande, pas Europe allemande

Mais qu'on ne s'y trompe pas : cette Europe de Wolfgang Schäuble, si elle n'est pas une « Europe allemande » dans son esprit, autrement dit une Europe dominée par l'Allemagne, est une « Europe à l'allemande », une Europe qui accepte l'Ordnungspolitik et la culture de la stabilité. Wolfgang Schäuble, en bon fils de cette RFA effrayée par son propre passé, ne veut pas d'une Allemagne hégémonique, mais il reste persuadé que l'Allemagne est un modèle pour l'Europe. Et l'Europe qu'il veut construire, il veut la construire sur ce modèle. Dans la plupart de ses textes sur l'Europe, à commencer par la tribune de 2013 citée par Jürgen Habermas, il met en avant cette « voie allemande » que doit suivre le vieux continent.

Le cœur de l'incompréhension avec les autres gouvernements européens

Du coup, on comprend que la démocratisation de l'Europe unie dans l'esprit de Wolfgang Schäuble ne prévoit pas la démocratisation de la politique économique. Et c'est peut-être là le cœur de l'incompréhension entre le ministre et nombre de ses homologues. Aussi, lorsque, prenant enfin les sempiternelles demandes françaises de « gouvernement économique » au mot, Wolfgang Schäuble a réformé la gestion de la zone euro, il n'a pas, comme pouvait l'attendre Nicolas Sarkozy, mis en place une instance capable de relancer l'économie ou d'investir. Il n'a pas créé un gouvernement central chargé de gérer et de coordonner l'économie européenne. Il a mis en place une « gouvernance renforcée » de la zone euro, un renforcement du pacte de stabilité par la mise en place des directives Two-pack et Six-pack, par le semestre européen et par le pacte budgétaire. Autrement dit, conformément à sa culture, il a construit un cadre indépendant, renforçant le rôle de la Commission, pour contraindre les Etats à accepter enfin, de gré ou de force, la « culture de stabilité. »

Dès lors peut-on mieux saisir ce que recherche « l'Européen » Schäuble : une zone euro conforme à sa propre culture. Ses appels à la diversité européenne, lancé dans son discours de réception du Prix Charlemagne ne doivent pas tromper. Ils ne concernent pas l'économie, mais la culture, mais les langues, mais les formes politiques. En économie, Wolfgang Schäuble ne connaît qu'une religion : l'Ordnungspolitik. A l'été 2014, il avait ainsi mené une grande campagne de presse pour refuser toute remise en cause du pacte de stabilité et ramener à la raison Matteo Renzi et son projet insensé d'exclure les investissements du calcul du solde budgétaire. En réalité, pour le ministre allemand, quiconque entend ne pas respecter les règles de cette religion ne peut demeurer dans la communauté européenne. D'où l'incompréhension majeure avec la Grèce.

L'échec de l'Europe selon Schäuble : la Grèce

Durant la crise de la dette, Wolfgang Schäuble a réussi à convertir tous les pays en crise à sa vision et à graver cela dans le marbre des règles et des traités. Parfois, comme avec l'Irlande ou l'Italie, il a fallu un peu bousculer les politiques locaux, les menacer. Mais enfin, tous ont fini par accepter la logique Schäuble : priorité absolue à « l'ajustement », la réduction de la « mauvaise graisse » (née évidemment de l'absence de bon encadrement de l'Etat et du marché) à grande vitesse et la consolidation accélérée des budgets. Tous, sauf la Grèce. Non que les politiques grecs n'aient pas fait de zèle, bien au contraire. Mais voilà, la recette n'a pas fonctionné dans le cas grec. Dans l'esprit du ministre allemand, cet échec ne peut pas être l'échec de sa pensée, c'est le produit d'un pays qui refuse la « réforme », autrement dit la conversion au libéralisme à l'allemande.

Se débarrasser de la Grèce

Depuis 2011, Wolfgang Schäuble est persuadé que la Grèce ne peut entrer dans son projet européen. Autrement dit, elle n'a plus sa place dans la zone euro. Dès lors, à quoi bon s'acharner à la conserver dans la zone euro ? En 2011, quelques jours après l'annonce d'un référendum sur le premier mémorandum proposé par George Papandréou, le ministre allemand propose ouvertement au vice premier ministre hellénique Evanguélos Vénizélos (c'est lui qui l'affirme) d'organiser une sortie de la Grèce de la zone euro. Refus poli de l'Hellène. Mais Wolfgang Schäuble ne s'arrête pas là. En mai 2012, les élections grecques ne permettent pas la constitution d'un gouvernement. Un nouveau scrutin est prévu pour le 17 juin. Syriza pourrait l'emporter et remettre en cause le remède de cheval imposé en mars au pays. Le ministre des Finances propose alors à Angela Merkel de « lâcher la Grèce. » La chancelière accepte que son ministre menace les Grecs de l'apocalypse s'ils votent mal, mais elle refuse d'accepter une sortie du pays de la zone euro. Finalement, la menace permet à « l'ami d'Angela », Antonis Samaras de l'emporter.

Se retrouver face à ce qu'on déteste ou Schäuble face à Syriza

La même question va se poser en ce début 2015. Mais cette fois, les menaces de la Wilhelmstrasse, le siège du ministère allemand des Finances, via le Spiegel le 3 janvier ne portent pas leurs fruits. Alexis Tsipras fait campagne sur le refus de la peur, Syriza l'emporte. Wolfgang Schäuble est face à ce qu'il déteste le plus : des gens qui refusent les règles tant par l'absence de cravate que par la remise en cause des mémorandums ; des keynésiens qui n'hésitent pas à citer Marx ; des gens qui n'hésitent pas à dire que la dette n'est pas remboursable, qu'il faut, avec les réformes, prévoir un plan d'investissement. Syriza est le cauchemar du protestant badois disciple de Ludwig Erhard. L'envie de faire un exemple reprend inévitablement à Wolfgang Schäuble. Pour lui, la question n'est pas l'absence de respect de la démocratie grecque, mais le fait que les électeurs grecs ont, par leur choix, décider de facto une option impossible dans le cadre de la zone euro telle qu'il l'entend.

Wolfgang Schäuble a cédé vendredi

D'où sa remarque à l'entrée de la réunion de l'Eurogroupe : « il ne s'agit pas du problème que d'un seul pays, mais c'est de la confiance au sein de l'Europe dont il s'agit. » Comprenez : si l'on cède à la Grèce, alors le respect des contrats sera aléatoire et l'Europe dont rêve le ministre allemand sera vouée à l'échec. La position de Wolfgang Schäuble va donc être ferme, jusqu'à jeudi dernier et au « nein » lancé à la lettre de Yanis Varoufakis. Mais vendredi, le ministre allemand a dû mettre de l'eau dans son vin. Il a dû accepter une remise en cause de sa position : le « programme » et rien d'autres, autrement dit le respect du contrat, rien que le respect du contrat. Il a dû accepter de laisser une chance à Syriza. Il a dû renoncer à faire un exemple qui, en prouvant l'inutilité de ces votes « alternatifs » aurait renforcé l'attachement de la zone euro à l'Ordnungspolitik.

La vieille rancœur avec la chancelière

Pourquoi ? Sans doute la chancelière a là encore freiné son ministre. Les deux personnages ont des rapports complexes. Wolfgang Schäuble a montré et montre encore une obéissance irréprochable à Angela Merkel. Pourtant, par deux fois, la chancelière l'a humilié. En 1999, Wolfgang Schäuble, alors chef de la CDU, est aux prises avec une affaire de caisse noire au sein du parti. Il reconnaît avoir menti et avoir dû accepter de l'argent d'un marchand d'armes. Angela Merkel porte le coup de grâce dans une tribune publiée dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung. En 2000, elle prend sa place à la tête de la CDU. Quatre ans plus tard, la chancelière promet à son prédécesseur le poste de président fédéral. Encore dans l'opposition, elle a cependant la main car la droite est majoritaire à l'assemblée qui élit le président. Pourtant, devant les réticences au sein des Libéraux, elle décide finalement de présenter l'ancien directeur général du FMI Horst Köhler. Wolfgang Schäuble est furieux, mais accepte l'année suivante de rentrer dans le gouvernement d'Angela Merkel.

L'opposition avec Angela Merkel sur l'Europe

Le respect et l'obéissance, mais aussi l'impossibilité pour la droite allemande de se passer d'Angela Merkel, ont pansé en partie ces divisions. Mais il en reste une. Angela Merkel est une pragmatique, elle ne comprend pas le juridisme de Wolfgang Schäuble. Elle n'est pas une fille de Ludwig Erhard et de la culture politique ouest-allemande. Mais elle tente de trouver une voie qui soit la plus favorable à l'Allemagne. L'européisme de la chancelière est différent : elle sait que l'euro est une chance pour l'industrie allemande. Elle refuse de la remettre en cause pour des principes. Voilà pourquoi, vendredi, elle a freiné Wolfgang Schäuble, encore une fois. C'était à prévoir : déjà en janvier, elle avait déjugé son ministre après l'article du Spiegel. La chancelière pense que la stratégie de l'exemple met en danger l'irréversibilité de l'euro. Le risque est trop important. La rumeur veut que le compromis de vendredi ait été construit à l'Elysée, avec François Hollande. Ce serait le signe qu'Angela Merkel refuse plus que jamais la logique Schäuble. Reste à savoir si ce refus est définitif.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/07/2015 à 21:00 :
Pourquoi trouve-t-on tant de haine chez ceux qui font tant de fautes de français?
a écrit le 02/03/2015 à 0:01 :
un article bien documenté, et - surprise - cette-fois ci apparament sans parti pris de la part de notre cher Godin. Merci!
a écrit le 01/03/2015 à 20:57 :
Je trouve un peu curieux qu'on puisse reprocher à un ministre de défendre les intérêts de son pays ! Personnellement, j'aimerais que les nôtres fassent la même chose :-)
a écrit le 01/03/2015 à 20:44 :
si sa compétence, serait pour la FRANCE , alors la merci !!!
a écrit le 01/03/2015 à 17:12 :
100% d'accord avec Wolfgang Schäuble. Heureusement qu'il est la pour maintenir le cap face aux communistes attardés grecs et autres podemos.
a écrit le 01/03/2015 à 15:55 :
La France se soumettra car elle est égalitariste et socialiste. Ces conceptions interdisent le progrès économique et le progrès tout court car sans argent rien n'est possible. L'empire germanique prend forme. Tant mieux.
a écrit le 01/03/2015 à 13:26 :
Monsieur Godin, cette fois je trouve que vous avez écrit un très bon article qui reflète bien la situation et l état d esprit non seulement de Wolfgang Schäuble mais de toute la classe dirigeante allemande.
Cette «Ordnungspolitik » comme vous l appelez, vous la retrouvez dans tous les domaines et à tous les echelons en particulier dans les entreprises.
C est un peu ( beaucoup) la clé de leur succès sur les marchés.
Réponse de le 01/03/2015 à 13:47 :
Schäuble et Merkel rêvent d'une France sous domination allemande.
Le but de leur politique économique est de détruire l'industrie française et européenne à leur seul profit.
Réponse de le 01/03/2015 à 15:00 :
@ARD
Pour détruire l'industrie française et surtout et malheureusement les pme, nous n'avons pas besoin de nos amis allemands pour les détruire, on l'a fait et on continue de le faire tout seul, comme un grand.
Nous ne sommes pas plus idiots que les autres, loin de là, mais il y a tellement de blocages dans notre pays que c'est très difficile d'aller de l'avant et je plains nos dirigeants quels qu'ils soient.
Si on réfléchit cinq minutes: il faut le 49.3 pour passer de 7 à 12 dimanches par an et pouvoir voyager de Compiègne à Brest en bus..... Ubu roi.
Cordialement
a écrit le 01/03/2015 à 11:56 :
Un des kapos de la finance , revanchard...
a écrit le 01/03/2015 à 11:15 :
L EUROPE DOIT EVOLUEZ PARS PLUS DE DEMOCRATIE ET DE SOLIDARITE ENVERS LES PAYS FAIBLES? MAIS LA RIGEUR DEMANDE PARS LES ALLEMAND DOIT ETRE PLUS SOUPLE ? HEUREUSSEMENT M e MERKEL VEILLE A NE PAS TONBE DANS LE PIEGE DES FRAUDEURS T EL QUE Mr SCAUBLE ?////MORALES/// EN POLITIQUE COMME EN ECONOMIE ILS FAUT SE DEPARASSER DES BRANCHES POURRIES
a écrit le 01/03/2015 à 11:06 :
Si la dette reste soutenable pour la France et le reste de l'UE cela est du au fait que l'Allemagne a encore besoin de nous pour que sa signature soit valable!
L'Allemagne a fait des "réformes" en décalage par rapport au reste de l'Europe afin de profiter le la manne avenir!
L'UE (et non l'Europe) n'a nullement était créé par De Gaulle qui ne voulait pas se faire enfermer dans "un machin" qui portait ombrage a la souveraineté de la France!
La délocalisation est du, en grande parti, a l'entrée de la France dans la zone euro et a sa perte de compétitivité,par son avance du point de vu social!
La France a beaucoup plus d'atout en sortant de la zone que d'y rester! Elle s'est enfermé dans une secte dogmatique au lieu d’être ouverte au monde!
Réponse de le 01/03/2015 à 11:43 :
Encore un champion qui a pris ses leçons d'économie au FN. Une bêtise apres l'autre. C'est exactement l'inverse la signature de la Françe reste valable car il y a l'Allemagne. Et l'UE c'est quoi d'autre qu'une zone de libre échange? Bref vous ne savez absolument pas de quoi vous parlez. Faudrait arrêter de gober la propagande du FN et commencer a faire fonctionner son cerveau.
Réponse de le 01/03/2015 à 13:07 :
Avant la zone euro, la France avait elle un problème question signature?
Réponse de le 01/03/2015 à 13:10 :
Vous êtes né avec l'euro?
Réponse de le 01/03/2015 à 13:44 :
@@bref: je trouve fatigant ces répliques du genre "si t'es pas d'accord avec moi, t'es raciste, t'es du FN, etc.". Chacun a droit a son opinion et si on est pas d'accord, c'est pas une tare non plus :-)
Réponse de le 01/03/2015 à 14:00 :
@@bref, alors expliquez-nous puisque vous semblez être si malin!
Réponse de le 01/03/2015 à 18:20 :
et si on critique la Grosse Deutschland, on est germanophobe!
a écrit le 01/03/2015 à 10:43 :
Encore un article qui veut nous faire croire que c'est l'Allemagne qui a capitulé devant la Grèce et pas l'inverse. Mr Godin arrêtez d'écrire, vous n'êtes plus du tout crédible !
a écrit le 01/03/2015 à 10:03 :
Cet article est fondé sur une doctrine, certes mais qui porte ses fruits. Les résultats sont là inutile de rappeler les performances économiques de l'Allemagne.
Ce qui pourrit la démocratie et encore plus l'économie, ce sont les doctrines qui empêchent toute forme de pragmatisme dans un monde qui évolue rapidement.
Je voudrais simplement rappeler 2 choses:
1 - C'est sur la signature de l'Allemagne que la dette de l'Etat français et du reste de l'UE reste soutenable (pendant combien de temps???)
2 - La soi disant hégémonie allemande est moins le résultat d'une volonté dominatrice que de notre propre faiblesse. J'en veux pour preuve que l'Allemagne ne nous a pas forcé à mettre en place les 35 heures ni la taxe à 75%, et ne nous a pas empêché d'avoir un tissus industriel compétitif et de qualité.
L'Europe a été crée par De Gaulle et Adenauer précisément pour supprimer cette tendance à retourner vers son voisin les causes de ses incompétences.
Songez qu'en 2000, l'excédent de la balance commerciale française était supérieure à celui de l'Allemagne.
La France a tous les atouts pour avoir des relations économiques équilibrées avec l'Allemagne, nous avons F.Hollande et N.Sarkozy, ils ont A.Merkel et W.Schauble !!!
Réponse de le 01/03/2015 à 10:57 :
Si la dette reste soutenable pour la France et le reste de l'UE cela est du au fait que l'Allemagne a encore besoin de nous pour que sa signature soit valable!
L'Allemagne a fait des "réformes" en décalage par rapport au reste de l'Europe afin de profiter de la manne avenir!
L'UE (et non l'Europe) n'a nullement était créé par De Gaulle qui ne voulait pas se faire enfermer dans "un machin" qui porter ombrage a la souveraineté de la France!
La délocalisation est du, en grande parti, a l'entrée de la France dans la zone euro et a sa perte de compétitivité car en avance du point de vu social!
La France a beaucoup plus d'atout en sortant de la zone que d'y rester!
Réponse de le 01/03/2015 à 13:29 :
tres bien dit Monsieur Livestrong 1002.
a écrit le 01/03/2015 à 9:02 :
Voilà un article insipide et collaborationniste. Schauble veut une europe allemande, comme jadis Hitler. Tout le reste est littérature
Réponse de le 01/03/2015 à 10:09 :
Je vous plains beaucoup car soit vous manquez de références historiques, ou vous rejetez la cause de nos problèmes sous des motifs peu avouables.
Réponse de le 01/03/2015 à 11:58 :
Belette ,exact , les mêmes motivations ;;;
a écrit le 28/02/2015 à 22:52 :
- La stratégie nationale de l'Allemagne contre l'Europe : « elle mène une politique strictement nationale, profite de l'Euro qui nous interdit de dévaluer et de faire baisser notre coût du travail, elle renonce au prix d'un partenariat énergétique avec la Russie à l'énergie nucléaire, en attendant une entente commerciale avec la Chine, le tout sans jamais consulter ses partenaires européens. Avec un allié économique comme l'Allemagne, nous n'avons plus besoin d'ennemi. On peut même se demander si sa stratégie ne consiste pas à faire perdurer l'euro encore cinq ans, en espérant qu'en 2017 il n'y aura plus d'industrie française. (Emmanuel Todd - économiste)
a écrit le 28/02/2015 à 20:42 :
Le chapitre relevant de l'attachement à l'Europe correspond parfaitement à une volonté d'union qui doit reprendre force dans tous les esprits Européens. J'ai trouvé cet article très intéressant par la connaissance qu'il apporte sur l'esprit des dirigeants Européens que le commun des Français ne connait pas.
a écrit le 27/02/2015 à 18:54 :
Schäuble s´est certainement sali les mains a une époque où le financement des partis étaient encore assez louche. Même son patron de l époque le Chancelier Helmut Kohl a reconnu avoir été backiché. Il s agissait de la vente du conglomérat chimique Leuna en ex RDA qui comme pas hasard a été attribué après la réunification au groupe Elf-Aquitaine . Kohl n a jamais divulgué le nom des son bienfaiteur mais on a dit que c etait Mitterand en persone. Vrai ou faux ? personne ne sait … Kohl est encore en vie.
Schäuble comme tous les membres du gouvernement allemand est un Européen convaincu. Lui comme ses confrères sont convaincus que le peupe allemand ne pourra vivre heureux et continuer de s´épanouir que dans une Europe unie .
Ce peuple a été traumatisé par les conséquences de la 2 ème GM, bien conscients que ce sont bien leurs ainés qui ont mis l Europe à feu et à sang.
Les allemands d aujourdhui sont des pacifistes acharnés qui refusent catégoriquement toute intervention militaire.
L Allemagne est certainement prête à faire des sacrifices pour atteindre le but d une vraie Union Européene. L Allemagne sait très bien ce que signifie perdre sa souverainité. La RFA a mis presque 30 ans après la capitulation en1945 pour redevenir plus ou moins souveraine. La RDA n ´a regagné sa souverainité qu´en 1990 avec la réunification.
La souverainité c est bien beau mais ce n est pas un but en soit. Ce qui compte avant tout, cest de vivre dans un système économique et social équilibré.
Les allemands sont fiers de leur performance, d´avoir pu rebâtir leur pays entierement détruit et d´être aujourdhui la 3 eme puissance industrielle du monde, d avoir un système social qui fonctionne et envié par beaucoup, une société où il ny a pratiquement pas de pauvres.
Par contre ce que Schäuble et ses collegue ne supportent pas c est qu on se paye leut tête. Or c est justement ce qui se passe actuellement avec les amis grecs.
La Grece a perdu toute crédibilité envers les allemands et quand même le parlement vote en faveur d un prolongation du plan d aide en cours. Il acceptent alors qu au fond d´eux ils sont contre. Il le font pour le bien de Europe, pas pour les Grecs qui ne le méritent pas.
On n est plus en 1870 , en 1914 ou en 1938. Aujour hui en 2015 l ´Europe n´ est que l´un des « players » sure cette planète . L Allemagne seule, la France seule ne parlons pas de la Grece seule ne pourront pas survivre economiquement et socialement sans cette union.
Réponse de le 28/02/2015 à 15:31 :
"Les allemands d aujourdhui sont des pacifistes acharnés qui refusent catégoriquement toute intervention militaire. "
= c'est sûr, ils ne veulent plus faire la guerre (ça coûte de l'argent) préférant envoyer les soldats français se faire tuer à leur place. Par contre pour vendre des armes, les allemands sont parmi les premiers exportateurs au monde. Vendre des armes c'est bon pour l'export!
Réponse de le 28/02/2015 à 17:46 :
Quand au prétendu "pacifisme" des allemands, c'est un joli conte pour enfants:
1) ils profitent de la construction d'une Europe soit disant coopérative pour mener une guerre commerciale sans scrupule à leurs (soi-disant) partenaire;
2) ils sont le plus gros exportateurs mondial d'arme après les USA;
3) ils ont exigé que les gouvernements grecs continuent d'acheter de l'armement allemand couteux pour pouvoir bénéficier de plan d'aide (sous-marins);
Ect, etc...
Réponse de le 28/02/2015 à 18:34 :
pour @ ARD = Allemagne est un maillon de l OTAN et refuse toute participation á des opérations de Radada non mandatées par l ONU comme cela a ete le cas en Iraq ou en Lybie dont Les consequences catastropiques se passent de commentaires. Tout l arsenal Lybien est passé aux mains des terroristes. Bravo !

Dans le cas de la Mission ISAF en Afghanistan, mandatée par l´ONU, l Allemagne a deployé 5300 soldats, la France 4000 (source Wikipédia).

L Allemagne ne vend et livre que du materiel militaire aux pays amis et à des regimes démocratiques. Voir annulation récente d un contrat de chars Leopard a l Arabie Saoudite.
Réponse de le 28/02/2015 à 18:40 :
êtes-vous payés par les allemands pour faire de la propagande pro Deutschland sur LT?
Réponse de le 28/02/2015 à 19:22 :
@papafox: il faudrait citer des sources fiables (et non des on-dits) pour prouver ce que vous écrivez dans votre 1er paragraphe.
@ARD et Dap
Je voudrais savoir où vous trouvez vos infos. l'Allemagne a exporté USD 3 Mlds d'armes en 2012 soit la 4ème place mondiale (source BFM TV et je ne sais pas si cela est vrai) après les EU, Russie et France (USD 4.6 Mlds) et le budget défense de l'Allemagne est inférieur d'environ 5-10 % à celui de la France.
Cordialement
Réponse de le 01/03/2015 à 11:32 :
En principe, un accord signé en 1972 par les ministres de la Défense Michel Debré et Helmut Schmidt interdit à l'un des deux pays de mettre son veto sur des contrats de son voisin, sauf «exceptionnellement», dit le texte. Or, ce n'est pas la première fois que la France se heurte à des blocages allemands : il a fallu de longs mois de discussions pour que Nexter obtienne l'autorisation, en 2012 et 2013, de vendre des véhicules blindés légers Aravis à l'Arabie saoudite, car son châssis est produit par Daimler. A l'époque, le gouvernement allemand était tout entier de droite, mais l'Aravis est le concurrent du Dingo allemand...
Réponse de le 03/03/2015 à 17:59 :
"La souverainité c est bien beau mais ce n est pas un but en soit. Ce qui compte avant tout, cest de vivre dans un système économique et social équilibré.": la servitude volontaire!
a écrit le 27/02/2015 à 7:27 :
C est un patriote Allemand .
a écrit le 27/02/2015 à 1:48 :
Il a le nez qu'il a , mais estime toi heureux qu'il n'ait pas laissé la Grèce te bouffer la baraque , à toi , tes fils et les fils de tes fils.
a écrit le 26/02/2015 à 19:39 :
Il a un nez variqueux, il est raide comme une trique, il dessert l'Europe, bouh...!!!
a écrit le 26/02/2015 à 18:20 :
un nationaliste allemand qui n'est pas à la hauteur de la construction européenne,et qui donne une très mauvaise image de l"allemagne
Réponse de le 27/02/2015 à 10:21 :
Désolé mais il n'est pas du tout nationaliste, il aime sa patrie comme vous et moi. Il pense que l'Allemagne par sa situation géographique et par sa taille ne peut que jouer un rôle important au sein de l'Europe. Il est favorable a des référendums européens sans droit de véto des Etats. Il est favorable à l'élection du président de la commission européenne au suffrage universel direct. Il vient de Fribourg à une cinquantaine de kilomètres de Colmar. Non, ce n'est pas du nationalisme mais du réalisme économique et politique. S'il ne réclame pas de contreparties aux aides, ce sont les députés allemands qui vote non de toute manière et c'est l'AfD (Parti anti Euro) qui monterait dans les intentions de vote.
Réponse de le 27/02/2015 à 17:36 :
Je pense qu'il est très européen. Mais qu'il est vraiment convaincu que le modèle mercantiliste à l'allemande est le seul bon (le "modèle" grec étant jusqu'à présent, on ne peut pas le nier, mauvais). A tort selon moi mais le fait est qu'il est en position de force.
Réponse de le 01/03/2015 à 18:30 :
"modèle mercantiliste à l'allemande est le seul bon" = oui pour lui seul le modèle Deutschland über alles est le bon. Les autres pays devront se soumettre à l'Allemagne. Vous avez bien résumé sa vision pour l'Europe.
a écrit le 26/02/2015 à 17:18 :
Shauble une copie de Bismarck mais pas l'original. Jean Toussaint Dessanti disait au siècle dernier que, le XX siècle aura été une grande kermesse à côté de ce qu'il se passera au XXI. Je crois qu'il avait raison et que l'Allemagne portera encore une responsabilité en ce qui concerne l'union européenne avec la collaboration une fois de plus de certains français.
Réponse de le 28/02/2015 à 15:36 :
tout à fait, les allemands ont toujours la même mentalité, dominer l'Europe coûte que coûte, quitte à faire crever tout le monde
a écrit le 26/02/2015 à 15:29 :
Ce bon Monsieur Schäuble, accusé il n'y a pas si longtemps de corruption par un trafiquant d'arme, maintenant a la tete de l'Europe.
Les allemands seront bien malheureux quand viendra le temps de compenser le retard d'investissement allemand. En effet, les maigres milliards d'euros de balance positive ne suffiront surement pas a compenser les centaines de milliards d'euros nécessaire a la modernisation ou du moins a l'entretient des infrastructures allemandes, ni au vieillissement de sa population !
Réponse de le 26/02/2015 à 19:36 :
vous songez peut-être à l´infrastructure routière ? Je peux vous rassurer, le projet de vignette ou de péage dont s´enorgueillissent les pays hautement industrialisés dont l´Italie et la france, va permettre de remédier au déficit s´il y a...Européens de tout bord et autres,vont devoir s´en acquitter et donc créer indirectement des revenus dont les futurs embauchés européens vont profiter au même titre que l´état allemand...!
Réponse de le 26/02/2015 à 21:41 :
ça rapportera a tout casser 700 millions d'euros (loin des centaines milliards nécessaires) mais problème cette vignette spécial étranger est discriminatoire est risque d'être rétorqué par Bruxelles!!
Réponse de le 27/02/2015 à 10:31 :
contrairement aux francais, les allemands fondent leurs prévisions en retenant la valeur pessimiste (prudence ). la joie collective n´en sera que plus forte lorsque les rentrées abondent, ce qui est souvent le cas ! Pour ce qui est de Brüssel et des sanctions je vous renvoie aux largesses accordées à la France en matière budgétaire !
Réponse de le 28/02/2015 à 15:27 :
il n'y a qu'un allemand qui peut proposer une taxe péage spécial étranger.
L'Allemagne aimerait avoir les avantages de l'Europe sans les inconvénients.
Réponse de le 01/03/2015 à 15:51 :
ARD = connaissez vous par hasard l´origine de cette idée de péage par les étrangers ? Si Non, renseignez vous ! C est le resultat d un chantage du parti CSU en Baviere apres les dernieres elections fédérales de 2012. La Majorité meme Angela Merkel est contre cette bêtise et tout le monde espere que ce projet sera rejeté au niveau de la commission Europeene. Moi aussi !
En fin compte tout le monde devra payer cette " Maut" y compris les Allemands.
Mais la maut sera déduite de la taxe annuelle sur les vehicules, une taxe ( vignette) qui n´ existe plus en France
Réponse de le 01/03/2015 à 18:02 :
la CSU et l'allié de la CDU, donc la Merquelle est d'accord pour que seuls les étrangers payent pour la PKW-Maut.
Mais Bruxelles va mettre son Veto à ce projet totalement délirant et discriminatoire. Je me répète, mais seul un allemand peut avoir une idée aussi saugrenue.
Réponse de le 01/03/2015 à 18:09 :
"Mais la maut sera déduite de la taxe annuelle sur les vehicules allemands"
= justement, c'est ça qui est discriminatoire... c'est le fait que le péage soit juste réserver aux seuls étrangers. C'est comme si en France, on faisait payer un allemand plus cher le péage autoroutier ou qu'on déduisait de la taxe d'habitation ou foncière la partie servant à financer les routes en France.
a écrit le 26/02/2015 à 14:12 :
sans avoir lu l´intégralité de l´article, Schäuble est un bon gestionnaire de la S.A. Allemagne, boussole à l´appui pouvant même se permettre grâce à son excédent bugétaire de 18 milliards d´influencer au niveau national offre et demande...! Mr. Godin ne me contredira sans doute pas !
Réponse de le 26/02/2015 à 19:22 :
par contre les millions de pauvres allemands sans doute si!
Réponse de le 27/02/2015 à 10:34 :
Au Politbarometer de ZDF le 16 janvier il avait la note de 7/10. C'est la troisième personnalité politique la plus populaire derrière Angela Merkel et Frank Walter Steinmeier le ministre SPD des Affaires Etrangère. Les millions de pauvres allemands semble ne pas être trop mécontents.
Réponse de le 28/02/2015 à 15:25 :
on s'en fout de la ZDF et de la côte de popularité de Schäuble en Allemagne.
Ce type ne défend que les intérêts des allemands, comme tous les allemands présents sur ce forum français!
Réponse de le 01/03/2015 à 22:14 :
alors pourquoi choisir ARD comme pseudo? Vous pas tres cohérent!
a écrit le 26/02/2015 à 13:53 :
C'est une grosse tête. Doctorat.
Il connait l'Ancienne Macro-Economie.
Et aussi la nouvelle. A la Perfection.

Guten Tag , Herr Doktor Schaüble...Best Regards.
Réponse de le 26/02/2015 à 15:30 :
Il parait qu'il connait aussi tres bien Karlheinz Schreiber !
Réponse de le 26/02/2015 à 19:23 :
@Cow, Vielen Dank Herr collaborateur compatriote
Réponse de le 26/02/2015 à 22:12 :
Karlheinz Schreiber ?
Un type bien , comparativement à ce que l'on voit en France et aux States... Désirez-vous des noms , Herr ?
Réponse de le 27/02/2015 à 15:59 :
Schaüble est un juriste, pas un économiste, c'est d'ailleurs une bille en économie.
Réponse de le 28/02/2015 à 15:34 :
@Cow, non merci, gardez les, les noms de vos compatriotes allemands et allez poster vos commentaires pro-allemands sur un site allemand.
a écrit le 26/02/2015 à 13:36 :
Article très intéressant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :