Slovénie : le nationalisme prend les rênes du pouvoir

 |   |  335  mots
Le Parti nationaliste remporte comme prévu les législatives avec 25% des voix après dépouillement de 99% des bulletins contre 12,6% pour le parti rival LMS.
Le Parti nationaliste remporte comme prévu les législatives avec 25% des voix après dépouillement de 99% des bulletins contre 12,6% pour le parti rival LMS. (Crédits : Reuters)
Les nationalistes du Parti démocratique slovène (SDS) ont remporté comme prévu les élections législatives de dimanche, selon les résultats préliminaires diffusés par la commission électorale.

Le parti anti-immigration, crédité de 25% des voix après dépouillement de 99% des bulletins, a nettement devancé son plus proche rival, le parti de centre-gauche LMS (12,6%), mais ce score risque de ne pas lui suffire pour former un gouvernement de coalition faute d'alliés au Parlement.

Le chef de file du LMS, Marjan Sarec, maire indépendant de la ville de Kamnik, a en revanche dit à l'annonce des résultats avoir bon espoir d'accéder au poste de Premier ministre.

"Si tout le monde s'en tient à ce qu'il a dit avant l'élection, je pense avoir une opportunité de former un gouvernement", a-t-il déclaré.

La mise en place difficile d'un gouvernement

La plupart des partis ont assuré n'avoir aucune intention de former une alliance avec les nationalistes, qui ont reçu le soutien du Premier ministre hongrois, Viktor Orban. Le chef du SDS, Janez Jansa, a lui-même reconnu qu'il lui serait difficile de former un gouvernement puisqu'il lui faudrait pour cela constituer une coalition avec au moins deux autres partis.

slovenia

Janez Jansa, chef du Parti Démocratique Slovène. credits: Reuters.

"Nous devrons probablement attendre quelque temps (...) avant que de sérieuses négociations sur un nouveau gouvernement puissent démarrer", a déclaré en début de journée Jansa, qui a été Premier ministre à deux reprises.

"Nous sommes convaincus qu'aujourd'hui, un premier pas sera franchi vers la transformation de la Slovénie en un pays où le bien-être et la sécurité des Slovènes seront prioritaires."

Ces législatives anticipées avaient été convoquées après la démission en mars du Premier ministre Miro Cerar (centre-gauche), qui avait clairement tiré les leçons de son incapacité à mener à bien un ambitieux projet ferroviaire.

Quelque 1,7 million d'électeurs étaient invités à choisir leurs candidats issus de 25 partis politiques différents, dont neuf seront représentés dans un Parlement très fragmenté, selon les résultats préliminaires. Le taux de participation n'a été que de 51,5%.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/06/2018 à 5:10 :
L’échec de l'UE et de l'Euro sera du à l'axe franco-allemand. Les accords et traités ont toujours étés préparés par l'axe dans des réunion préalables, les autres pays ont suivi et signé. Ces accords sont en passe de faire de certains pays de l'Europe des républiques bananières. Je pense que nous avons eu une chance historique et que nous n'avons pas su la saisir. Pour cela il aurait fallu que la France et l'Allemagne cessent d’être la France et l'Allemagne. Ces deux pays ne se sont jamais sentis partie d'un tout, ils se sont toujours sentis les patrons.
Il faudrait renégocier les traités, comme le demande le nouveau gouvernement italien, dans le but d'arriver à une convergence des économies. Actuellement nous assistons à une divergence en faveur des pays centraux au tour de l'Allemagne. Je ne crois pas que cela se fera. La plupart des grandes entreprises italiennes ont été rachetées par des internationales allemandes ou françaises.
Les emplois à grande valeur ajoutée ne sont plus en Italie, les emplois moins bien payés et souvent polluants y sont restés.
Je comprend les Italiens.
a écrit le 04/06/2018 à 16:52 :
L'europe faisant son beurre du dumping social a besoin d'esclaves immigrés sous couvert des meilleurs intentions humanistes qu'il soit bien entendu, alors qu'au final bénéficiaire aux travailleurs sans papiers à court terme mais à long terme les aspirant sans cesse dans une spirale de la précarité emmenant avec eux les salariés locaux.

On se demande juste pourquoi le FN veut y rester en union européenne hein, le plus menteur des partis, et pourtant il y a une sérieuse concurrence dans le genre !

Après l'exemple de la seconde guerre mondiale et des européistes qui trouvaient en hitler un bon moyen d'unir les européens, je le dis sans rire et nombreux le savent, voici l'union européenne qui exploite encore une fois une main d'oeuvre esclave, obligée de travailler dur pour ne pas avoir à retourner dans leurs pays encore pire.

On comprend pourquoi la situation de ces pays ne s'améliore jamais, cela arrange bien les affaires des riches quand même hein... -_-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :