Suisse : poussée de la droite aux élections

 |   |  647  mots
L'immigration est le thème principal des élections législatives en Suisse
L'immigration est le thème principal des élections législatives en Suisse (Crédits : © Ruben Sprich / Reuters)
L'UDC, la droite populiste suisse anti-immigration sort renforcée des élections législatives ce dimanche, occupant le tiers des sièges du Conseil National, selon une projection de l'agence suisse ats.

La poussée de la droite aux élections législatives semble se confirmer en Suisse ce dimanche après la clotûre du vote. La question de l'immigration a, il faut dire, constitué la première préoccupation des électeurs. L'UDC, la droite populiste suisse anti-immigration devrait ainsi occuper le tiers des sièges du Conseil National, selon une projection de l'agence suisse ats.

L'Union Démocratique du Centre gagnerait 11 élus, avec au total 64 représentants à la chambre basse du parlement qui compte 200 élus. Il battrait son meilleur score en 2007 avec 62 élus. La projection porte sur des résultats définitifs sur 13 cantons et sur les projections pour 11 autres. Il y a au total 26 cantons. Dans la chambre sortante élue en 2011 l'UDC occupait 54 sièges.

L'immigration, thème prédominant

"Un thème a été malheureusement très dominant dans la campagne", s'est lamenté à la télévision une candidate socialiste, Rebecca Ruiz, en référence aux débats sur les réfugiés et l'immigration, thèmes favoris de l'UDC. "Les gens ont voté guidés par la peur", a-t-elle estimé.

L'autre parti de droite, les libéraux du PLR, le parti des libéraux radicaux, obtiendrait 5 élus de plus (30 sièges dans la chambre sortante). Le parti socialiste (PS), second parti du pays, en perdrait 3 (46 sièges dans la chambre sortante). Les Verts perdraient 4 sièges et les Verts-Libéraux en perdraient 6.

Le vote par correspondance, adopté par la plupart des électeurs, était ouvert depuis deux semaines. Les bureaux de vote ont été accessibles seulement dans la matinée dimanche et le scrutin a clos à midi.

Virage à droite

Les questions de l'asile et de l'immigration constituent la "première priorité" à traiter pour 48% des sondés par l'institut gfs.bern, loin devant les relations avec l'Union européenne, priorité pour seulement 9% des sondés. "Nous voulons une immigration contrôlée (...) Pas question de surcharger les finances publiques et le budget social en ouvrant toutes grandes les frontières, quand tant de jeunes ici restent sur le carreau", avait résumé Roger Golay, élu sortant candidat à Genève où il préside le MCG, le Mouvement des citoyens genevois, une petite formation de la droite populiste qui entretient des relations avec le Front national, l'extrême-droite française.

Les sondages avaient indiqué que les partis de droite, les libéraux du parti libéral radical (PLR-16,9% des intentions de vote) et les populistes de l'Union démocratique du centre  (UDC-28% des intentions de vote), premier parti de Suisse, devraient sortir renforcés par ce scrutin. Le deuxième parti du pays, le parti socialiste (PS), arriverait à se maintenir avec 19,3% des intentions de vote. Les petits partis du centre et les verts-libéraux payent, pour leur part, ce virage à droite, ils devraient perdre des voix et des sièges.

Les slogans radicaux de l'UDC

Pour sa campagne, l'UDC qui s'est choisi comme slogan "rester libres", n'a pas hésité à recourir aux photos montages avec des photos de femmes en burka avec pour légende "Islam bientôt chez nous?". L'affiche la plus radicale revient aussi aux jeunes UDC du Canton de Vaud avec une caricature de jihadiste portant un brassard UE, sur fond le drapeau de l'Union européenne, qui s'apprête à décapiter une jeune blonde baillonée vêtue d'un drapeau suisse. "Gardez la tête sur les épaules", clame l'affiche "votez pour la liste UDC".

La spécificité de la démocratie suisse reste cependant le multipartisme qui permet à sept partis d'être représentés parmi les 200 élus à la proportionelle dans chaque Canton pour le Conseil National, la chambre basse du parlement. Cinq partis cohabitent au gouvernement qui compte sept ministres au total. Cette cohabitation particulière au sein de l'exécutif obéit à ce qui a été baptisé "la formule magique", une répartition des portefeuilles entre les partis.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/10/2015 à 11:54 :
Après cela tous les bons français vont vouloir aller vivre en Suisse mais... PB les français sont des migrants pour les suisses qui ne veulent pas partager comment faire?
C'est comme le Luxembourg on trie et on ne prend que les gens "bien" c.a.d ceux qui ont du fric. L'égoïsme suprême et que fait on des autres, on les abat et d'où vient la fortune de ces gens qui vivent en Suisse quelquefois voir souvent de l'exploitation des plus faibles à l'étranger! L'air des Alpes est peut être vivifiant mais force est de constater qu'il ne favorise pas la solidarité mais plutôt l'étroitesse d'esprit et le repliement sur soi.
a écrit le 19/10/2015 à 9:21 :
Le parti n'est pas plus populiste que le parti socialiste racoleur, et qui pour votre gouverne tombe à 18,8% pour ma part, le parti est un parti agrarien, dont le peuple suisse par son électorat a voté les représentants de la nation, c'est exactement ce qui attend la France l'arrivée de Marion ou de Marin à l'Elysée. Les autres partis comme le verts sont replacés dans le contexte, ils disparaissent presque. Le programme politique de l'UDC convient très bien au peuple qui a élu ses représentants, c'est une bonne chose, les verts défendent les petites bêtes, les rouges les fonctionnaires et les réfugiés, mais aucun parti ne défend les intérêts du peuple, le politique ne pense qu'à son tiroir caisse et à sa réélection tout sauf au préoccupation du peuple.
a écrit le 19/10/2015 à 8:18 :
Erreur dans le titre : poussé de l'extreme droite.
A moins que droite et extreme droite soit la même chose pour La Tribune
a écrit le 19/10/2015 à 6:46 :
"Nous voulons une immigration contrôlée (...) Pas question de surcharger les finances publiques et le budget social en ouvrant toutes grandes les frontières, quand tant de jeunes ici restent sur le carreau". Quel programme extrémiste....
Réponse de le 19/10/2015 à 11:49 :
@Bruno_bd: "Pas question de surcharger les finances publiques et le budget social en ouvrant toutes grandes les frontières"..... A quelles finances publiques fait vous références? De l'Etat Fédéral? des Cantons? Avez-vous ne serait-ce une once d'idee du mode de fonctionement du système politique CH pour déballer vos "anneries" copier-coller sur le modèle de la république française. N'allez surtout pas imaginer que l'UDC même à 30% au national puisse gouverner seule, ou en s'alliant avec le PLR (Liberaux-Radicaux), car il n'y a pas de majorité de droite aux chambres legislative... c'est là la difference profonde entre un systéme dit majoritaire (France), et un système dit proportionel (Suisse) qui plus est bi-camérale et ou le peuple peut acter par référendum à tout instant. .... Le programme de l'UDC (comme des autres partis d'ailleur) n'en n'est pas un... il s'agit juste de positions qu'il faut négocier a chaque cession parlementaire. Aucun parti ne peut prétendre appliquer son programme à la lettre... juste infleuncer un peut ou un peu moins selon les thémes.
a écrit le 18/10/2015 à 22:48 :
Le bon sens suisse en action , bravo à eux , ça fais rêver !
Réponse de le 19/10/2015 à 10:11 :
Les Suisses observent les immenses réussites de notre "bon" gouvernement socialiste et en tirent sagement des conclusions sensées : ils se débarrassent de la gauche.
Réponse de le 19/10/2015 à 11:32 :
@ "Sagesse Suisse": ils se débarrassent de la gauche. ..... Avant de vous lancer dans un analyse politique de bistrot de coin de rue, il vous faudrait d'abord comprendre comment marche la representativité des Chambres Federales CH. Mais bon dans votre logique "Majoritaire" française, c'est peine perdue de vous faire comprendre ce qu'est la "proportionelle". Les campgnes votes UDC, par oppossion aux villes qui vote à gauche voir au centre. Les campagnes sont economiquement très dépandantes des fonds que les économies de villes leurs subventionnent, donc par conséquent l'UDC se mettra de toute façon à table avec les autres partis si elle entends deservirent son electorat aux Fédérale. A la chambres haute du Parlement (le conseil de Etat) L'UDC de 30% tombe à moins 15%. Tout le géni du modèle helvète: Le peuple se défoule au "National", mais vote avec sérieux et mesure aux "Etats", en y elisant pas les plus guelards mais bien les plus compétants. Et en définitive, c'est toujours le peuple qui décide en dernier recours... Puisseiz-vous jamais en France en faire de même, bien que chez vous... les référendums vous les faites pour ne pas le appliquer.
Réponse de le 19/10/2015 à 11:52 :
@ Enjoy: "ça fais rêver !" ... ne revez pas trop de ce dont vous ne saississez pas bien les "subtilités"... vous risqueriez d'être déçu.
a écrit le 18/10/2015 à 20:34 :
ça préfigure partiellement les prochaines élections régionnales en france , les élus dont certains ne payaient pas leurs impôts d'autres avaient des comptes en suisse (justement) nous demandent de financer l'accueil des migrants et de retarder notre départ en retraite faute d'argent dans les caisses ; dès lors comment s'étonner ! réponse au mois de décembre
a écrit le 18/10/2015 à 19:26 :
Finalement nos amis petits Suisses entiers au lait cru, ils ont juste quelques semaines d'avance aux urnes. On peut supposer qu'en France, il y aura également une poussée de droite. Sachant que les reportages et interviews des immigrés arrivés tout récemment mettent en avance les "exigences" des familles, appartement trop petit, temps d'attente trop long, regroupement refusé, nourriture non adéquate, questions vestimentaires, etc...
Alors, réalité ou manipulation, difficile de se faire une idée vrai de la situation sous l'emprise du stress, du déracinement, du "voyage", de la langue de l'interview.
Réponse à suivre dans quelques semaines.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :