Tensions sur les vaccins : l'Union européenne prête à mettre sa menace de blocage à exécution

 |  | 496 mots
Lecture 3 min.
Alors que l'Union européenne continue de prendre du retard dans son programme de vaccination, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, s'est dite prête à bloquer les exportations d'AstraZeneca à l'étranger.
Alors que l'Union européenne continue de prendre du retard dans son programme de vaccination, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, s'est dite prête à bloquer les exportations d'AstraZeneca à l'étranger. (Crédits : Reuters)
Alors qu'AstraZeneca faisait déjà l'objet de tensions entre Londres et Bruxelles, le laboratoire anglais s'attire désormais les foudres de l'Union européenne. Face aux retards de livraison, la Commission européenne a menacé hier de bloquer les exportations du vaccins à l'étranger, avant d'avoir reçu ses commandes.

L'Union européenne, confrontée à des problèmes de livraisons de vaccins au coeur d'un vif différend entre Bruxelles et Londres, s'est dite prête jeudi à bloquer les exportations d'AstraZeneca, lors d'un sommet virtuel auquel a participé le président américain Joe Biden qui a annoncé le doublement de son objectif de vaccinations.

> Dossier : la course aux vaccins

Mécanisme de contrôle

Alors qu'une troisième vague épidémique déferle sur l'Europe - la Commission européenne a renforcé son mécanisme de contrôle des exportations pour les restreindre drastiquement vers les pays qui en produisent ou dont la population est déjà largement vaccinée.

Le mécanisme a déclenché l'ire du Royaume-Uni, premier destinataire des doses exportées hors du continent. Même si Londres et l'UE se sont engagés à trouver une solution et pourraient parvenir à un accord dès samedi, croit savoir le Premier ministre néerlandais Mark Rutte.

Lire aussi : Exportations de vaccins : Merkel favorable au blocage, la tension monte avec Londres

Interrogée à l'issue de la réunion des 27, la présidente de l'exécutif européen Ursula von der Leyen a prévenu: le laboratoire suédo-britannique AstraZeneca, qui n'a livré aux Vingt-Sept que 30 des 120 millions de doses promises au 1er trimestre, "devra d'abord rattraper son retard" et honorer son contrat avant de pouvoir exporter hors du continent.

21 millions de doses exportées

C'est "la fin de la naïveté", a jugé le président français Emmanuel Macron devant la presse. "Nous devons bloquer toutes les exportations aussi longtemps que des laboratoires ne respectent pas leurs engagements avec des Européens", a-t-il soutenu.

L'UE a exporté quelque 21 millions de doses, tous vaccins confondus, vers le Royaume-Uni, mais n'a reçu en retour aucune dose produite outre-Manche - alors que le contrat signé par AstraZeneca prévoyait la livraison de doses provenant de deux usines britanniques. L'entreprise a expliqué que son contrat avec Londres l'obligeait à honorer en priorité les commandes britanniques.

Lire aussi : Vaccins : AstraZeneca englué dans les crises

Selon un calcul de l'assureur-crédit Euler Hermes, le retard de l'UE dans son calendrier vaccinal, désormais de sept semaines, pourrait coûter à son économie 123 milliards d'euros en 2021.

Dans leur déclaration finale, les Vingt-Sept soulignent qu'"accélérer la production, les livraisons et le déploiement des vaccins reste essentiel et urgent pour surmonter la crise", et que "les efforts en ce sens doivent être intensifiés".

Dans la soirée, le président américain Joe Biden s'est joint à la réunion virtuelle, peu après sa première conférence de presse à la Maison Blanche. Il y a annoncé doubler son objectif de vaccinations contre le Covid-19 pour les 100 premiers jours de son mandat, le portant à 200 millions. "Nous aurons procédé à 200 millions d'injections d'ici mon centième jour en fonction", a-t-il promis.

Lire aussi : Le printemps et la vaccination redonnent aux Américains le goût du voyage

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/03/2021 à 11:34 :
S'ils pouvaient agir ceux la au lieu de parler sans arrêt. La vache quels boulets !
a écrit le 27/03/2021 à 9:55 :
Macron parle de naïveté. Il faudrait parler d'incompétence et de soumission aux USA. J'avais écrit il y a 2 mois que Biden bloquait les livraisons à l'Europe et prenait tout ce qui se produisait en Europe.Les USA l'avait déjà fait pour les tests en Italie en Mars 2020 en pleine crise dramatique pour les Italiens. America first. Mais il ne faut pas dire le "méchant" Biden. Interdit dans la presse bien pensante. Alors, en conclusion les Européens sont encore une fois les dindons de la farce et la commission européenne responsable mais pas coupable de milliers de mort avec le naif du village notre cher président. La pandémie aura révélé toute l'incurie de nos dirigeants naifs français (je cite du Macron dans le texte) et européens. Un nettoyage de printemps devient maintenant nécessaire. Et Breton, et Le Drian qui disent que le vaccin russe ne sert à rien. Vive l'Astrazeneca qui tue moins qu'il ne sauve, sic, dixit l'Agence de santé après les cas de Thromboses. Nous sommes rassurés.
Réponse de le 27/03/2021 à 13:59 :
MACRON n'est même pas capable de se rendre compte qu'il est incompétent. Pour moi, cela confine (sans jeu de maux...) à la bêtise, voir à la fainéantise. Quand je pense qu'il nous a abreuvé pendant des années de petite phrases assassines sur les Français : il fallait mieux qu'il les prononce avant de le voir à l'oeuvre....
a écrit le 26/03/2021 à 21:50 :
L’intention n’est pas la lutte contre le virus depuis le début car il n’y a aucune cohérence entre les actions et la réalité de l’impact sur la vie des populations.
Premièrement , pourquoi ne pas privilégier un seul vaccin pour tous ?
Pfizer pour tous par exemple ?
Comme l’ont fait plusieurs pays.
a écrit le 26/03/2021 à 17:54 :
Je ne sais plus qui a dit " PERFIDE ALBION " mais il avait tout compris et résumé en 2 mots .
Réponse de le 26/03/2021 à 19:23 :
Vous vous trompez de sujet, ils sont partis libres et vous , nous sommes en prison ..
a écrit le 26/03/2021 à 17:08 :
Non, elle prête surtout a rire, ou a pleurer, c'est possible aussi. Et tout ça bien sur a crédit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :