Zone euro : la production industrielle déçoit les analystes

 |   |  201  mots
Parmi les États membres pour lesquels les données sont disponibles, les baisses les plus marquées ont été enregistrées en Lettonie(-3,1%), en Finlande (-2,5%) ainsi qu'en Lituanie (-2,3%).
Parmi les États membres pour lesquels les données sont disponibles, les baisses les plus marquées ont été enregistrées en Lettonie(-3,1%), en Finlande (-2,5%) ainsi qu'en Lituanie (-2,3%). (Crédits : © Rebecca Cook / Reuters)
La production industrielle a reculé de 0,1% en janvier, a indiqué Eurostat, jeudi. Elle pâtit notamment des baisses de 2,2% pour les biens de consommation durables et de 0,5% pour les biens intermédiaires.

Alors que les analystes avaient parié sur une hausse de 0,2% de la production industrielle en janvier, celle-ci s'est contractée. Elle a reculé de 0,1%, indique Eurostat, jeudi 12 mars. Elle avait connu une hausse de 0,3% (chiffre révisé) en décembre.

Le chiffre de janvier laisse supposer que l'année 2015 a démarré poussivement pour l'industrie. Celle-ci n'aurait su tirer parti ni de l'affaiblissement de l'euro ni de la baisse des prix du pétrole, selon Jessica Hinds, de Capital Economics.

Finlande, Lettonie et Lituanie: le trio des plus fortes baisses

Le léger repli enregistré est dû à des baisses de 2,2% pour les biens de consommation durables et de 0,5% pour les biens intermédiaires.

Il y a cependant des hausses: la production de biens d'investissement ainsi que celle des biens de consommation non durables ont augmenté chacune de 0,1%; et celle de l'énergie de 0,9%.

Parmi les États membres pour lesquels les données sont disponibles, les baisses les plus marquées ont été enregistrées en Lettonie(-3,1%), en Finlande (-2,5%) ainsi qu'en Lituanie (-2,3%). A l'inverse, la plus forte hausse a été enregistrée à Malte (+6,1%).

Toutefois, sur un an, la production industrielle a augmenté de 1,2% dans la zone euro, souligne Eurostat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/03/2015 à 12:22 :
Si la zone euro déçoit, la France n'a-t-elle pas un problème de définition du terme croissance ?La croissance française n’est-elle pas une illusion ? La consommation augmente autant que l’inflation depuis au moins 98. Si les Allemands font de la modération, leur niveau est plus élevé. Hors administration à 25%, les français ne consomment que pour 55% du PIB, voilà un anti modèle. N’est-il pas un fait étrange: si on compte les km/surface on trouve : USA 0,67 Japon 0,90 Espagne 1,32 Italie 1,62 RU 1,72 Allemagne 1,80 France 1,92…
On nous sert des relances ronds-points, autoroutes vides et pourtant y a des pauvres, et pas de technologie dans l’industrie ? Les ronds-points qui font tourner les caisses, on appelle cela du PIB ?
a écrit le 13/03/2015 à 8:06 :
En France l'Etat invente la croissance par arrêté municipal... On embauche 100 000 fonctionnaires on appelle cela de la croissance. Quid des 6 millions de chômeurs qu'on laisse de côté, pourquoi n'auraient-ils pas le privilège d'être fonctionnaires?
Question aux lecteurs, quelle est la définition du PIB ? alors qu’on n’explique pas les comptes publics, on parle de dettes non déclarées hors bilan, de comptes du COR farfelus alors qu’on gèle les retraites, la définition pour croissance et pib semble différente de nos voisins. En France, quand on fait de l’administration on appelle cela du PIB. Ailleurs, on fait de la consommation des ménages, on appelle cela du PIB… Nous faisons autant de consommation que d’inflation… on fait dans l’ILLUSION de la croissance. 25% d’administration, 55% de consommation. En Europe on trouve 60 à 65% consommation et 20 d’administration. En Amérique, on près de 70/15. Qu’est-ce que le moteur de la croissance ?
Nous faisons dans la croissance administrative et la stagnation du niveau de vie !
a écrit le 13/03/2015 à 0:58 :
N'avons-nous pas le triple échec du gouvernement sur la croissance, l'emploi, le niveau de vie, prétendument modèle social qui n'assure pas dans son administration l'équité de salaire, la production toujours en recul, où est la relance, faut-il cautionner les recul de pib par habitant quand surtout quand ils briment la consommation des ménages. A l'époque quand Néron faisait drouing sur sa cythare, il finissait pas bien après avoir incendié la ville.
a écrit le 12/03/2015 à 23:32 :
La production française ne cesse de se réduire, depuis longtemps... rien ne se passe en terme d'emploi. L'Europe est une zone de fort chômage et de faible croissance qui doit se remettre en cause. Dans les élections, on note une forte abstention et une poussée aux dernières élections du vote fn... n'y aurait-il pas une indignation contre ces échecs? On voit que les jeunes sont fortement discriminés dans l'emploi à l'expérience et qu'on fait dans la précarité. Par ailleurs le pib par habitant recule comme la consommation. Pourquoi n'y aurait-il pas des plans de départs?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :