Les Chinois trouvent la facture des cafés de Starbucks beaucoup trop salée

 |   |  616  mots
Starbucks s'est défend contre ses accusations en mettant en avantau des inveque ses prix différaient selon les villes en raison de facteurs variés, parmi lesquels le nivestissements, les prix de l'immobilier, les taux de change ou encore le coût du travail.
Starbucks s'est défend contre ses accusations en mettant en avantau des inveque ses prix différaient selon les villes en raison de facteurs variés, parmi lesquels le nivestissements, les prix de l'immobilier, les taux de change ou encore le coût du travail. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon les médias chinois, les prix de certains cafés, proposés par Starbucks, seraient plus élevés à Pékin qu'à Londres, Chicago, ou encore en Inde. Le groupe américain rejoint ainsi la longe liste des firmes étrangères dénoncées pour leurs pratiques commerciales dans le pays.

Les cafés de Starbucks seraient-ils trop chers dans l'empire du Milieu ? C'est en tout cas ce qu'affirment les médias du pays qui accusent la chaîne américaine de gonfler exagérément ses prix en Chine.

La télévision centrale d'Etat CCTV a ainsi diffusé ce dimanche un reportage de sept minutes accusant la firme de gonfler les prix dans ses établissements chinois, et expliquant qu'un grand café latte à Pékin coûte plus cher qu'à Londres, à Chicago ou bien encore en Inde. Selon cette enquête télévisée, la boisson reviendrait à 27 yuans (3,22 euros) dans la capitale chinoise, contre l'équivalent de 24,25 yuans à Londres, 19,98 yuans à Chicago et 14,6 yuans à Bombay.

Qualifié de "profiteur"

Le reportage de CCTV arrive à la suite d'une série de vives attaques de la presse écrite chinoise à l'encontre du groupe de Seattle. Le journal officiel Economic Information Daily l'a ainsi qualifié de "profiteur", tandis que le quotidien d'Etat China Daily épinglait des "prix élevés (que) Starbucks ne [pouvait] pas justifier".

Starbucks s'est défendu, dans une déclaration communiquée lundi à l'AFP, en mettant en avant que ses prix différaient selon les villes en raison de facteurs variés, parmi lesquels le niveau des investissements, les prix de l'immobilier, les taux de change ou encore le coût du travail.

Starbucks rejoint une longue liste de firmes dénoncées pour leurs pratiques commerciales en Chine

La récente insistance des médias d'Etat sur Starbucks "s'explique très probablement parce qu'il s'agit de la plus grande et de la plus célèbre" chaîne de cafés à l'occidentale en Chine", a estimé Kevin Yeong, directeur du cabinet Benchmark Asia Research Group. Starbucks rejoint ainsi la longue liste des firmes étrangères dénoncées pour leurs pratiques commerciales dans le pays.

"Depuis plusieurs mois, j'ai de vives inquiétudes à l'égard de toutes les firmes étrangères [en Chine], car il semble bel et bien que le gouvernement essaie de les restreindre", a-t-il ajouté. De fait, plusieurs fabricants étrangers de laits infantiles et des firmes pharmaceutiques, accusés d'entente sur les prix ou de corruption, ont récemment fait l'objet d'enquêtes par les autorités chinoises, à l'image de Danone. De son côté, le géant américain de l'informatique Apple avait subi il y a quelques mois d'une vague d'attaques au sujet de son service après-vente et de ses conditions de garantie, différentes en Chine.

"Les prix de Starbucks restent conformes à ceux pratiqués par ses concurrents étrangers dans le pays"

Dans le cas de Starbucks, la différence des prix pratiqués reflèterait non seulement des facteurs économiques, mais également la variété des statuts que revêt la chaîne de cafés selon les marchés.

Ainsi, aux Etats-Unis, "Starbucks réalise une grosse partie de ses revenus avec les ventes à emporter, tandis que la plupart des clients chinois au contraire consomment sur place et il n'est pas rare de voir certains y rester des heures durant", a expliqué James Roy, analyste senior du cabinet China Market Research Group. Et "les prix de Starbucks restent conformes à ceux pratiqués par ses concurrents étrangers dans le pays, et sont même parfois inférieurs", a abondé Kevin Yeong.

Starbucks avait commencé en 1999 à s'implanter en Chine, où il compte désormais plus de 1.000 enseignes et continue de s'étendre. Le pays pourrait détrôner l'an prochain le Canada comme deuxième plus gros marché du groupe après les Etats-Unis.

A lire aussi :

>> Starbucks veut servir directement son café dans les bureaux européens

>> Café : faut-il lâcher Nespesso pour ses concurrents ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2013 à 12:47 :
et en chine aussi Starbucks optimise ses revenus ?
a écrit le 23/10/2013 à 4:12 :
Ils ont raison, vous y allez et payez !!!
Donc ils continuent ....
a écrit le 23/10/2013 à 1:02 :
Je suis en chine depuis 15 ans.

Starbuck vends cher son café, car la chaine veut ouvrir les maximum de magasins, le plus rapidement possible.
Le prix de l'immobilier étant peut cher dans les petites villes, il faut acheter maintenant et revendre dans 20 ans, et encaisser une super plus value (10 fois, 20 fois le prix), ils font donc payer les clients. (et ceci est valable pour toutes les autres chaines de magasins).
a écrit le 22/10/2013 à 18:45 :
6 euros un cafe (39 francs) l'arnaque est belle ils sont forts pour cela nos cousins d'Amerique
a écrit le 22/10/2013 à 18:34 :
Café infect , digne d'une cantine d'entreprise espagnole. Pâtisseries immangeables , dignes d'une maîtresse de maison allemande. Décor pourri , à croire qu'il a été imaginé par une styliste américaine. Prix trop cher. Comme chez ces voleurs de commerçants parisiens.
Réponse de le 22/10/2013 à 20:30 :
C'est une référence au livre " Cien anos de soledad. CH 2 , II , alinéa 2.
a écrit le 22/10/2013 à 18:07 :
Je n'ai jamais compris la notoriété de cette marque. Le café y est tout ce qu'il y a de plus banal et les pâtisseries et autres sont assez peu savoureuses. J'y ai mis les pieds pour la première fois cet été, j'ai renouvelé l'expérience à deux reprises, et j'ai trouvé ça insipide et horriblement cher. Les gens veulent ils y aller parce que c'est soit disant branché ?
a écrit le 22/10/2013 à 17:56 :
ne serait ce pas une man?uvre politique de la part du parti communiste qui voudrait mettre sous sa coupe les industries étrangères grâce aux médias qu'ils contrôlent ?
a écrit le 22/10/2013 à 17:54 :
Je suis chinois. Ici , le café de Starbucks est aussi dégueulasse qu'il est cher. Allez plutôt chez le Français Marcel. Son café est super.
a écrit le 22/10/2013 à 16:46 :
C'est une règle universelle dans le commerce, "dis-moi ce que tu as et je te dirai combien je te prend". L'enseigne ne s'adresse nullement au milliard de chinois "pauvres" exploité par une minorité aux ordres du parti communiste. Comme toujours ce sont les ventres pleins qui se plaignent les premiers!
a écrit le 22/10/2013 à 16:43 :
Ils n'ont qu'à continuer à boire du thé au bouiboui du coin de la rue au lieu de se faire plumer par les ricains. Personne ne les oblige à y aller! Quelle stupidité ce Starbuck, absolument aucune utilité.
a écrit le 22/10/2013 à 15:47 :
Fausse polémique, l'expresso en Chine coute souvent 5?... et ce dans la plupart des grandes villes et quelque soit le standing...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :