Starbucks veut servir directement son café dans les bureaux européens

 |   |  525  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Afin de se diversifier et de mieux s'implanter sur le marché en européen, l'enseigne Starbucks va exporter ses boissons dans les bureaux de grandes entreprises. D'ici à quelques années, l'enseigne table sur plusieurs milliers de distributeurs automatiques de cafés répartis dans toute l'Europe.

Bientôt des cafés Starbucks à la pause cigarette ? Selon un article du Wall Street Journal, l'entreprise de distribution de boissons va exporter ses cafés... dans les bureaux d'entreprises européennes. Durant l'été, la société va lancer son programme nommé "Café Corner", qui prévoit de mettre en place des distributeurs automatiques dans les grands bureaux en Europe. Les employés pourront donc siroter les emblématiques Macchiato, Cappucino et autres spécialités à base de café qui font la renommée de la marque directement sur leur lieu de travail. Le programme s'appliquera à l'Allemagne, la France, les Pays-bas, le Danemark, la Finlande et l'Autriche. Selon Matt Sikes, le directeur du développement commercial en Europe de la marque, Starbucks vise à avoir plusieurs milliers de distributeurs dans toute l'Europe d'ici à quelques années.

Ce type de démarche n'est pas tout à fait nouveau. Starbucks a déjà commencé à exporter ses "Café Corner" en Suisse. Depuis six mois, 17 machines ont été installées dans des bureaux d'entreprises, dont une banque et une compagnie de chemins de fer. Et le programme semble être plutôt concluant : chaque jour, en moyenne 100 boissons sont achetées sur chaque machine.

Starbucks travaille en collaboration avec la société de distributeurs suisse Selecta Group, dont le chiffre d'affaires annuel est d'environ 930 millions de dollars pour 150 000 machines implantées dans 22 pays différents. Sur son site, la marque promet d'installer des espaces "inspirés par le style et l'ambiance des salons de café Starbucks", modulables et conçus pour l'utilisation sur le lieu de travail. Selecta envisage également de convertir certaines de ses machines existantes en machines Starbucks.

Reconquête du marché européen

Avec ce programme, Starbucks espère reconquérir le marché européen, où les résultats seraient en baisse, à en croire le dernier bilan financier de l'entreprise. Sans révéler de chiffres précis concernant les attentes financières de ce nouveau programme, le patron de la marque a déclaré que les Café Corner "étaient au c?ur de l'objectif d'augmentation de la fréquence des transactions". En plus de l'implantation de distributeurs, l'enseigne prévoit de mieux cibler son public en réaménageant certains de ses coffee shops, et en en fermant d'autres.

Dans certains pays, comme en Finlande, on trouve peu de coffee shops sur place. Mais l'enseigne est quand même connue des consommateurs, qui découvrent la marque lorsqu'ils voyagent et ont la possibilité d'acheter les produits chez des grossistes. Ainsi, les Café Corner vont permettre à Strabucks de mieux s'implanter localement dans certaines zones.

Les Européens, adeptes du café au travail

"Les Européens boivent 29 milliards de tasses de café au bureau par an", estime Jan Marck Vrijlandt, responsable des ventes chez Selecta. Et parmi eux, beaucoup seraient prêts à payer plus cher pour un produit de meilleure qualité. "Les distributeurs automatiques de café de marque sont nouveaux en Europe. Aucune offre de ce genre n'existe encore" ajoute-t-il. Les bureaux semblent donc être un marché prometteur pour des enseignes comme Starbuck . Selon M. Vrijlandt, on dénombrerait pas moins de 2 millions de machines à café dans toute l'Europe.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/06/2013 à 18:41 :
Cette uniformisation à la chaine US à tous les étages n'est pas une fatalité
Dans l'univers du café à emporter, des initiatives innovantes à l'état d'esprit indépendant commencent à germer comme projet-café avec sa notion de freechise et de marque libre...

a écrit le 15/06/2013 à 18:09 :
Avant de servir le café dans les bureaux, Starbucks (comme d'autres multinationales d'ailleurs), ferait bien de payer l'impôt sur les sociétés en France ! Café amer pour le contribuable français !
a écrit le 14/06/2013 à 10:34 :
A Seattle, d'un Starbucks on peut toujours voir un autre Starbucks....
a écrit le 14/06/2013 à 0:15 :
Personnellement, j'aime pas le café Starbucks et en plus il est très cher. Un petit Tim Horton's à Toronto coûte actuellement 1,40 dollar (canadien) et le Starbucks 2,50 dollars. Bon, chacun ses goûts :-)
a écrit le 13/06/2013 à 18:38 :
Les Européens, adeptes du café au travail ... Starbucks adepte de "l'optimisation fiscale". Sur societe.com, SIRET 44533010300166, vous verrez que tous les ratios de la société sont excellents sauf ceux de rentabilité. Soit l'expert-comptable n'est pas une étoile, soit au contraire il brille au firmanent des cieux ... Irlandais, peut-être.
a écrit le 13/06/2013 à 17:35 :
et ils factureront leurs prestations dans les paradis fiscaux comme d'hab ?
a écrit le 13/06/2013 à 16:56 :
Bah oui... Tu peux avoir que tu veux...
a écrit le 13/06/2013 à 15:59 :
C'est pas du café!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :