La rémunération des patrons du CAC 40 retrouve son niveau de 2011

 |   |  381  mots
La rémunération globale des patrons du CAC 40 demeure dans la moyenne basse des 100 principaux groupes européens, selon Towers Watson. REUTERS.
La rémunération globale des patrons du CAC 40 demeure dans la moyenne basse des 100 principaux groupes européens, selon Towers Watson. REUTERS. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La rémunération globale des patrons du CAC 40 s'est établie à 3,48 millions d'euros en moyenne en 2013, contre 3,49 millions en 2011 et 3,08 millions en 2012, selon le cabinet Towers Watson.

La rémunération moyenne des patrons du CAC 40 a retrouvé cette année les niveaux de 2011, à 3,5 millions d'euros, mais demeure inférieure à celle de leurs pairs européens. La rémunération globale des patrons du CAC 40 s'est en effet établie à 3,48 millions d'euros en moyenne à ce jour en 2013, contre 3,49 millions en 2011 et 3,08 millions en 2012, selon une étude du cabinet Towers Watson.

Cette rémunération, qui tient compte du salaire de base, des bonus et des stocks options, reste toutefois dans la moyenne basse des 100 principaux groupes européens, parmi lesquels figurent 14 groupes français, souligne l'enquête.

Les Suisses tiennent la palme d'or

Ainsi, pour ces 14 patrons hexagonaux, la rémunération globale s'établit à 3,78 millions d'euros, loin derrière celle de la plupart de leurs collègues européens. Seule celle des patrons des grands groupes nordiques, dont sept figurent parmi le top 100 en Europe, est inférieure, à 1,91 million d'euros.

Les Suisses (8 groupes dans le top 100) tiennent la palme, à 7,63 millions d'euros de rémunération globale, devant les Espagnols (5 groupes) à 7,21 millions, les Allemands (15 groupes) à 6,3 millions et les Britanniques (21 groupes) à 5,7 millions. Viennent ensuite les Italiens (4 groupes parmi le top 100) à 4,1 millions d'euros et enfin les Belges (5 groupes) à 3,96 millions.

Le décalage entre les Français et leurs voisins s'explique, selon le cabinet Towers Watson, par un salaire de base médian inférieur parmi les groupes du CAC 40 à celui en vigueur dans les autres grands groupes européens, mais également par une structure de rémunération davantage portée sur des éléments variables liés à la performance de l'entreprise dans des pays comme le Royaume-Uni ou l'Allemagne.

Les effets bénéfiques du "Say on Pay"

L'étude juge par ailleurs "positive" la mise en place d'un "Say on Pay" sur la rémunération des dirigeants, en vertu duquel les assemblées générales des actionnaires vont dorénavant être consultées sur la question, car elle permet, selon le cabinet, une "véritable autorégulation".

Le Say on Pay tend à améliorer la gouvernance des entreprises en obligeant conseils d'administrations et comités de rémunération à "instaurer une meilleure communication avec les représentants des actionnaires et les autres parties prenantes" et par la mise en place d'organes de contrôle, estime l'étude.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/11/2013 à 17:19 :
Vive la social!
a écrit le 20/11/2013 à 10:10 :
Ohhh cela me fait chaud au coeur de savoir que ma non-augmentation profitera tout de même à quelqu'un... mon patron !
a écrit le 20/11/2013 à 9:17 :
Faire des efforts ok, mais si c'est pour constater en Fance des milliardaires et multimillionaires se gaver, alors non !
a écrit le 19/11/2013 à 23:35 :
La rémunération des patrons progresse de 15%!
a écrit le 19/11/2013 à 22:26 :
Curieux, les patrons des pays les plus "performants" en terme global sont ceux qui ont les salaires les plus bas alors que ceux des pays les plus en difficulté allemagne comprise (comprenne qui pourra) sont ceux qui ont les plus gros salaires! Et on va encore essayer de nous faire avaler que c'est normal et nécessaire!! Il y a vraiment un problème de déontologie!!
a écrit le 19/11/2013 à 22:24 :
Curieux, les patrons des pays les plus "performants" en terme global sont ceux qui ont les salaires les plus bas alors que ceux des pays les plus en difficulté allemagne comprise (comprenne qui pourra) sont ceux qui ont les plus gros salaires! Et on va encore essayer de nous faire avaler que c'est normal et nécessaire!! Il y a vraiment un problème de déontologie!!
a écrit le 19/11/2013 à 19:06 :
Article financé par la CGT? Quel est l'intérêt de présenter des chiffres tenant compte de la moyenne non représentative de la majorité plutôt que la médiane? Pourquoi gonfler la valeur avec des stocks options dont la valeur n'est déterminée qu'à leur cession?
Réponse de le 20/11/2013 à 10:38 :
vu la poignee de personnes, moyenne ou mediane reviendrait au meme !
Réponse de le 20/11/2013 à 14:22 :
.Etant donné la volatilité du CAC40 (classement des 40 meilleurs valorisations françaises), je doute que le résultat soit sensiblement le même. Il faut garder en tête que dans le CAC40 la contre-performance est possible au risque de disparaître du classement.
a écrit le 19/11/2013 à 19:02 :
ça fait plaisir !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :