Le principal réseau d'aide à domicile réclame un fonds d'urgence pour son financement

L'Union nationale de l'aide, des soins et des services à domicile manifeste samedi dans 17 villes.

2 mn

En décembre, le gouvernement a annoncé le déblocage de 25 millions d'euros pour revaloriser les salaires des aides à domicile.
En décembre, le gouvernement a annoncé le déblocage de 25 millions d'euros pour revaloriser les salaires des aides à domicile. (Crédits : reuters.com)

Le principal réseau de prestataires d'aide à domicile organisait samedi des rassemblements dans 17 villes, pour demander au gouvernement un nouveau "fonds d'urgence" pour 2015, face au manque de financement du secteur, a affirmé à l'AFP son président Francis Contis. "Nous demandons la mise en place d'un nouveau fonds d'urgence pour 2015, puisque c'est la première année où nous n'avons plus rien pour passer le cap", s'est alarmé le président de l'Union nationale de l'aide, des soins et des services à domicile (UNA). Ce réseau regroupe près d'un millier de structures de services et d'aide à domicile.

"Nous disposions d'un fonds d'urgence très modeste de 50 millions d'euros, destiné à aider les associations en grave difficulté" à cause de la réduction de leurs activités et de tarifs inférieurs à leur prix de revient, a-t-il expliqué. Ce fonds avait été mis en place en attendant le vote du projet de loi "sur l'adaptation de la société au vieillissement", qui prévoit le versement d'aides au secteur, a-t-il expliqué.

Première étape de la réforme de la dépendance, ce projet de loi centré sur les aides au maintien à domicile des personnes en perte d'autonomie doit être financé par la Contribution additionnelle de solidarité pour l'autonomie (Casa), taxe sur les pensions des retraités imposables, qui rapporte 650 millions d'euros par an. Le produit de la Casa "non consommé en 2015 pour ces mesures ira bien à la CNSA" (Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie), avait confirmé en janvier Laurence Rossignol, la secrétaire d'Etat aux personnes âgées.

Problème pour l'UNA: le vote du projet de loi "est retardé de six mois en six mois", a déploré Francis Contis, qui demande sa "mise en œuvre rapide et effective". Adopté en première lecture à l'Assemblée nationale en septembre dernier, le texte sera "définitivement voté au Parlement en 2015, décrets compris, pour une entrée en vigueur au 1er janvier 2016", a garanti au début de l'année Mme Rossignol.

Pour "pouvoir faire face à la demande croissante" de services d'aides, M. Contis appelle aussi à une aide supplémentaire d'environ 300 millions d'euros via "des mécanismes nouveaux" de financement, comme la réorientation des "recettes de l'Etat" ou la réaffectation de "contrats d'assurance-vie en déshérence".

En décembre, le gouvernement a annoncé le déblocage de 25 millions d'euros pour revaloriser les salaires des aides à domicile. Dans un rapport publié en juillet, deux sénateurs avaient fait état d'un "système à bout de souffle à réformer d'urgence". Ils demandaient des changements de la tarification ainsi que des améliorations des conditions de travail pour renforcer l'attractivité du secteur.

2 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 07/03/2015 à 16:26
Signaler
La France est devenue un pays au capitalisme bizarre, à savoir que personne ne peut apparemment fonctionner sans les aides de l'État, c'est-à-dire l'argent du contribuable !!! Je pense qu'il faudrait réformer à grande échelle et n'accorder le droit ...

le 07/03/2015 à 20:14
Signaler
Déjà par principe démocratique: surement pas. Mais d'un point de vue plus pragmatique: d'une part tout le monde paye des impôts indirects, d'autre part ce n'est pas parce que quelqu'un paye beaucoup d’impôts directs que son activité (ou l'entreprise ...

le 07/03/2015 à 21:17
Signaler
@dra: 1) principe démocratique de quoi ? peux-tu voter à l'UMP, au PS, au FN, etc. sans payer ta cotisation ? Le principe de celui qui paie a le droit de voter existe donc déjà. 2) et c'est exactement ce que je dis, il faut arrêter de subventionner l...

le 07/03/2015 à 23:07
Signaler
c'est ça t'as raison (puisqu'on se tutoie maintenant ...). je reprends ce que j'ai dit 1° tout le monde est contribuable (au moins en ce qui concerne les différents impôts et taxes indirects) 2° ceux que tu identifies comme "contribuables" bénéfi...

le 08/03/2015 à 12:51
Signaler
@dra: 1) si tu lisais correctement mes commentaires, tu saurais que je suis contre toute aide qui sort de la poche du contribuable. 2) pourquoi les partis ne seraient-ils pas comme tout le monde ? Prêcherais-tu qu'on est tous égaux, mais que certains...

le 08/03/2015 à 18:16
Signaler
1) et moi je te dis que tout le monde a été ou sera à la fois contribuable et aidé à un moment de sa vie. Et même je me répète: l'activité d'un salarié qui paye des impôts peut être entièrement dépendante des subventions que reçoit son entreprise (do...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.