Les valeurs bancaires plongent en Bourse

 |   |  338  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le titre Société Générale est en chute libre, suivie par les autres valeurs bancaires françaises et européennes.

Ce mercredi, le titre Société Générale a atteint un plus-bas de 22,51% par rapport à la clôture d?hier à 20,16 euros. Dans son sillage, BNP Paribas chutait de 14% à 33,80 euros, et Crédit Agricole SA de 18,24% à 5,63 euros.

Un effondrement des valeurs bancaires à rapprocher d?abord des annonces du ministre grec des Finances, Evangelos Venizelos, faites à une radio grecque. Celui-ci envisage en effet de modifier son programme d?échange d?obligations, dans le cadre de l?aide de 160 milliards d?euros planifiée lors du sommet extraordinaire de la zone euro le 21 juillet dernier. Alors que seuls les titres arrivant à échéance en 2020 étaient dans un premier temps concernés par ce plan, et donc provisionnés de la sorte par les créanciers privés, le ministre a indiqué vouloir inclure les obligations arrivant à échéance "un peu après". Sauf que seule BNP Paribas détient des obligations grecques dépassant l?échéance de 2020.

Les raisons de la chute des valeurs bancaires sont à chercher ailleurs. Les mauvaises annonces s?accumulent : des chiffres de la production industrielle française décevants qui alimentent les prévisions de ralentissement économique de la France, le retour de Nicolas Sarkozy pour un réunion de crise sur le déficit budgétaire français et le triple A, ou encore des CDS ("credit default swaps") sur les banques en augmentation.

Société Générale cumule quant à elle les annonces décevantes. A commencer par ses résultats semestriels, présentant un résultat net part du groupe en baisse de 22,5%. Celle-ci avait même émis un avertissement sur résultats, annonçant que l?objectif d?un résultat net part du groupe de 6 milliards d?euros à horizon 2012 ne pourra pas être tenu. Et même plus récemment, l?annonce démentie d?un plan de sauvetage.

Vers 14h30 GMT, les banques allemandes suivent leurs voisines : à son plus bas, Commerzbank perdait ainsi 9,47% à 1,93 euros et Deutsche Bank 9,78% à 28,035 euros. A Milan, Intesa Sanpaolo chutait de 10,28% à 1,16% et Ubi Banca de 9,96% à 2,49 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :