La réponse des banques aux 6 questions que l'on se pose

Le président de la Fédération bancaire française Frédéric Oudéa s'est soumis jeudi aux questions des journalistes sur les conclusions du sommet européen lors d'une conférence téléphonique. Retour sur ses principales déclarations.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Quand la décote des titres grecs de 50% sera-t-elle prise en compte dans les résultats des banques françaises ?

"C'est à chaque établissement d'en décider, mais, a priori, cette décision sera certainement intégrée dans les comptes du troisième trimestre".

Quel taux de participation des créanciers privés faudra-t-il atteindre pour que l'échange de titres se fasse ?

"L'idée est que d'avoir un taux de participation très élevé. Je pense qu'un taux supérieur à 80% est accessible".

La recapitalisation des banques françaises sera-t-elle possible avec la seule mise en réserve des profits ?

"Avec la mise en réserve d'une partie significative des résultats et des ajustements de tel ou tel élément du business model, ce sera possible. Nous nous sentons tout à fait sereins pour y arriver par nos propres moyens et nous n'avons pas besoin de fonds publics".

Où en sont les conditions de refinancement à long terme des banques ?

"Sur la liquidité, s'il n'y a pas d'amélioration notable des conditions de financements de long terme dans la zone euro en 2012, la question est de savoir s'il faut prévoir des mécanismes pour les garantir. Cela fait partie des réflexions qui se poursuivent. Mais à ce stade, il est prématuré d'en parler".

Contre quoi les titres grecs détenus par les banques vont-ils être échangés ?

"Les modalités de l'échange seront précisées plus tard. Nous repartirons probablement dans une logique d'échange des titres avec du collatéral sur une durée longue".

Quelle sera la politique de distribution de dividende des banques françaises ?

"Les dividendes sont un élément important dans la capacité des établissements à créer du capital. Naturellement, les éléments de l'environnement seront pris en compte le moment venu, c'est-à-dire plutôt en fin d'année."

Frédéric Oudéa a conclu les échanges en annonçant qu'à partir du 15 novembre, et comme cela avait été fait en 2009, les dirigeants des banques françaises iront à la rencontre des clients pour "rassurer sur notre engagement en matière de financement de l'économie".

TABLEAU Les besoins des principales banques européennes... dont la vôtre

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 01/11/2011 à 13:42
Signaler
Jeudi a été tenté le plan de la dernière chance pour les banques privées européennes... Bond de 20% de leur cours de bourse dans l'euphorie de ce plan qui semblait être un nouveau cadeau très généreux aux banques quoique déguiséé. Et quelques jours p...

à écrit le 31/10/2011 à 8:48
Signaler
Certaines banques françaises bientôt à court de liquidité ? http://www.agefi.fr/articles/La-Belgique-lance-hostilites-sujet-liquidites-bancaires-1198034.html

à écrit le 30/10/2011 à 13:19
Signaler
Vous avez dit ''Langue de bois'' ?? Mais non, c'est juste parler pour ne rien dire ! Nuance !

à écrit le 30/10/2011 à 12:54
Signaler
Encore une reponse de banquier qui ne fait aucun effort pour etre compris par les gens "normaux". Quant a l'article, les "6 questions que l'on se pose", mais qui peut bien se les poser?

à écrit le 30/10/2011 à 12:12
Signaler
Les mecs font des conneries,continue d'en faire,demande de l'aide,aucune contre partie en retour,continue de faire leurs conneries....Les banquiers ce sont comme des enfants,si tu montres pas que tu ne plaisantes pas quand il faut cesser de faire le ...

à écrit le 29/10/2011 à 9:29
Signaler
A nouveau, la langue de bois! Comment ces gangsters de l'argent peuvent continuer à se moquer de nous sans mesures de rétortion de la part du peuple ? Faudra t'il refaire 1789 et s'approprier leurs biens propres pour en faire des liquidités, les rend...

à écrit le 29/10/2011 à 6:55
Signaler
Tout le monde sait bien que ce sont les banques qui ont accumulé des déficits depuis 36 ans et qu'elles sont donc responsables de la dette française qui s'élève à ...11 800 milliards de FRF !!!

le 30/10/2011 à 6:28
Signaler
Votre bétise est incommensurable. Prenez des cours d'économie cela vous fera l plus grand bien

à écrit le 28/10/2011 à 15:30
Signaler
Il faut donc nationaliser les banques europeennes!

le 28/10/2011 à 21:14
Signaler
Avec quel argent? Des obligations à décoter vite? Toute expropriation doit être indemniser depuis la révolution.

à écrit le 28/10/2011 à 15:30
Signaler
Cela ne répond pas aux questions que l'on se pose. En particulier, les banques vont-elles en effet ne donner aucun bonus comme prévu par le président Sarkozy, pour renforcer les fonds propres ? La crise monumentale que nous traversons à cause des err...

à écrit le 28/10/2011 à 12:43
Signaler
Il n'y aura donc pas de prime de Noël pour les actionnaires cette année ? Ils sauront se rattraper l'année prochaine m'est avis... Par ailleurs, pas un mot sur les stock-options, parachutes dorés, bonus (la question n'était pas posée il est vrai pou...

à écrit le 28/10/2011 à 12:34
Signaler
1° M.Oudéa ferait bien de commencer par réduire drastiquement sa propre rémunération scandaleuse et qui ne correspond en rien ni à son travail ni aux risques qu'il prend personnellement 2° Les "traders" , ces gugusses qui jouent avec l'argent des act...

à écrit le 28/10/2011 à 12:29
Signaler
Monsieur Oudea ferait bien, pour recapitaliser "sa" banque: 1° de réduire sa propre rémunération scandaleuse et qui ne correspond en rien à son travail personnel 2° de réduire les rémunérations non moins scandaleuses de ses"traders" qui, sans prendre...

à écrit le 28/10/2011 à 10:54
Signaler
Ce lobby bancaire a (ou a eu ?) comme vice président le fondateur de Dexia, ça en dit long sur sa crédibilité et sa fiabilité.

à écrit le 28/10/2011 à 9:50
Signaler
j'ai rien compris ! et vous ?

à écrit le 27/10/2011 à 18:14
Signaler
oudéa....poil au doigts

à écrit le 27/10/2011 à 16:33
Signaler
Est-ce que quelqu'un de nos élites politiques, économiques et médiatiqueq sera un jour capable de penser que le fric n'est pas un Dieu. On n'entend parler que de croissance, déficit, dettes, matières premières à s'accaparer, milliards pour les indust...

à écrit le 27/10/2011 à 16:31
Signaler
Monsieur Oudéa, avec ses phrases inintelligibles, veut nous maintenir dans les hallucinations ! Après les agitations chamaniques, voici revenu le temps des mensonges et des aveuglements !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.