Zone euro : accord trouvé sur la recapitalisation directe des banques

 |   |  435  mots
Sur les 500 milliards d'euros du MES, 60 seront consacrés à la recapitalisation directe des banques. /Reuters
Sur les 500 milliards d'euros du MES, 60 seront consacrés à la recapitalisation directe des banques. /Reuters (Crédits : reuters.com)
La recapitalisation directe par le Mécanisme européen de stabilité (MES) pourra être activée à partir de novembre 2014 lorsque la supervision unique des banques de la zone euro entrera en vigueur si "une banque ne parvient pas à attirer suffisamment de capitaux privés".

Les conditions sont désormais clairement fixées. Les pays membres de la zone euro sont parvenus à un accord politique cette semaine sur la manière dont pourra être mise en œuvre la recapitalisation directe des banques par le fonds de secours de la zone euro.

40 milliards d'euros pour les banques espagnols

Cet instrument, destiné à renflouer les banques sans plomber les budgets des Etats, avait été promis par les dirigeants européens en juin 2012, et intéressait prioritairement l'Espagne. Le pays avait bénéficié au printemps 2012 d'un prêt de 40 milliards d'euros pour ses banques en difficulté. Deux ans plus tard, il est nettement moins demandeur et le mécanisme n'est de toute façon pas rétroactif.

La recapitalisation directe par le Mécanisme européen de stabilité (MES) "s'appuie sur les principaux éléments sur lesquels un accord avait été trouvé en juin 2013" entre ministres des Finances de la zone euro, a indiqué l'Eurogroupe dans un communiqué publié sur son site mardi.

La recapitalisation directe, active dès novembre 2014

Elle pourra être activée à partir de novembre 2014 lorsque la supervision unique des banques de la zone euro entrera en vigueur, dans les cas où "une banque ne parvient pas à attirer suffisamment de capitaux privés" et "si le pays concerné n'est pas en mesure de la recapitaliser", explique le communiqué.

A partir de cette date, pour qu'une banque puisse bénéficier de recapitalisation directe, il faudra qu'au minimum 8% de ses pertes soient renflouées en interne ("bail-in"), c'est-à-dire par ses actionnaires et ses créanciers.

Un instrument "crucial de l'union bancaire"

Sur les 500 milliards d'euros du MES, 60 seront consacrés à la recapitalisation directe des banques. Il s'agit "d'un instrument crucial de l'union bancaire", estime Alan Lemangnen, de Natixis, cité par l'AFP, qui dit cependant "douter qu'il soit utilisé un jour, étant donné ses conditions d'utilisation". Si le mécanisme est activé, le pays qui abrite la banque concernée "doit demander un programme d'aide auprès du MES, ce qui est une sorte de punition", indique l'analyste de Natixis.

En outre, les décisions concernant son éventuelle utilisation "devront être prises à l'unanimité par les ministres des Finances de la zone euro", ce qui fait de la recapitalisation directe "un instrument hautement politisé", poursuit-il.

Enfin, cet instrument pourrait être utilisé dans le cadre du Mécanisme de résolution unique de la zone euro, qui permettra de gérer la liquidation des banques. "Or, la manière dont ces instruments et ces institutions fonctionneront les uns par rapport aux autres reste extrêmement floue", s'inquiète Alan Lemangnen cité par l'AFP.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2014 à 11:23 :
" à renflouer les banques sans plomber les budgets des Etats" : et qui va payer alors ? Le "MES", c'est à dire l'Europe, c'est à dire les états, et donc le contribuable... Encore une fois.... Les actionnaires ne paieront qu'un tout petit 8% symbolique, et les états, 92%, soit 11,5 fois plus que les actionnaires !!!
Réponse de le 17/06/2014 à 11:16 :
bail out : l'argent vient de dehors... bce qui prete, etat qui leve impot
bail in : renflouement interne, en se servant sur les comptes des clients qui ne sont pas endettés...

voilà, merci de ne pas censurer ce commentaire. les petites gens qui ne comprennent pas ces anglicismes ont le droit d'être informés. ce n'est pas à eux de payer les pots cassés de la folie dispendieuse des autres.
a écrit le 12/06/2014 à 10:10 :
Au vu de cet article,l'on se dit que malgré les pseudos stress-test,le système bancaire européen est toujours inefficient et pour certains en grande difficulté de trésorerie et que les états seront toujours tenus pour responsables de leur système bancaire.Faire l'unanimité pour accéder au MES ne sera pas toujours facile,quand à la dotation de 500 milliards d'euro c'est vraiment insignifiant pour des banques qui possèdent pour certaines des actifs supérieur à 10.000 milliards d'euro et qui se trouveraient en grande difficulté.Une grande banque qui fait faillite cela n'est possible qu'au USA,nous en France on risque rien,c'est bien connu.
Réponse de le 12/06/2014 à 16:21 :
Aux USA, une seule grande banque a fait faillite : Lehman, dont le patron était le pire ennemi du ministre des finances de l'époque, qui était bien content de le liquider. La plupart des banques US, à l'origine de la crise des subprimes, ont été sauvées avec les 700 milliards du TARP, et avec les 3500 milliards de la planche à billets ("QE"). Quelle honte.
Réponse de le 13/06/2014 à 8:45 :
Analyse juste,le peuple américain n'est pas dupe au même titre que les européens.Tout cela tient plutôt lieu d'un racket organisé que d'une économie saine et maitrisé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :