HSBC : la justice suisse enquête, perquisitions à Genève

 |   |  255  mots
Selon Swissleaks, des milliards de dollars auraient transité par HSBC Suisse, dans le but d'échapper à l'impôt ou pour être blanchis via des sociétés écrans.
Selon Swissleaks, des milliards de dollars auraient transité par HSBC Suisse, dans le but d'échapper à l'impôt ou pour être blanchis via des sociétés écrans. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le ministère public du canton de Genève a ouvert une procédure suite à l'affaire Swissleaks révélée par un consortium de journaux internationaux concernant un scandale de fraude fiscale et de blanchiment d'argent. Des perquisitions sont en cours mercredi au siège de la banque HSBC Private Bank.

L'opération SwissLeaks qui a révélé un système d'évasion fiscale à grande échelle a fini par faire réagir le ministère public du canton de Genève. "Le ministère public annonce qu'il a, suite aux récentes révélations publiques relatives à la banque HSBC Private Bank (Suisse),ouvert une procédure pénale contre la banque et contre inconnus", pour blanchiment d'argent aggravé, indique-t-il dans un communiqué publié mercredi 18 février.

L'enquête pourrait être étendue à des personnes physiques

Si l'enquête est ouverte contre la banque, comme le précise le communiqué, elle pourrait être étendue à des personnes physiques "qui seraient elles-mêmes soupçonnées d'avoir commis des actes de blanchiment" ou d'y avoir participé.

Une perquisition est en cours ce mercredi 18 février au siège de la banque HSBC Private Bank quai du Mont-Blanc à Genève. Elle est conduite par le procureur général du canton, Olivier Jornot, assisté par le premier procureur, Yves Bertossa.

Énorme scandale de fraude fiscale et de blanchiment d'argent

La banque HSBC Private Bank (Suisse) est au cœur d'un énorme scandale de fraude fiscale et de blanchiment d'argent, le 9 février dernier. Il a été révélé par un consortium de journaux internationaux, qui ont décortiqué les données volées par l'ex-informaticien de la banque Hervé Falciani.

Selon Swissleaks, des milliards de dollars auraient transité par cette banque, dans le but d'échapper à l'impôt ou pour être blanchis via des sociétés écrans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2015 à 17:10 :
Les noms disparue des listings sont sans doute les noms des 300 parlementaires français parmi le millier de français impliqués.
On attend les noms et les nombreuses démissions qui devraient suivre.
Réponse de le 18/02/2015 à 20:52 :
Source?
a écrit le 18/02/2015 à 12:19 :
Du bruit pour rien. Des broutilles. Ce qui compte c'est que les banques françaises, avec des fonds propres de 3,5% des engagements peuvent s'effondrer en cas de choc même inférieur à celui de 2008 et l'état ne pourra les sauver....
Réponse de le 18/02/2015 à 17:11 :
@pierpol
Pas de problème je me protège des banques françaises qui ne passent que des tests ???
Par sécurité je place en Suisse.
a écrit le 18/02/2015 à 11:54 :
je vais me rapporter mes avoirs sur mon livret A en France Oh là là je fais pipi dans ma culotte
a écrit le 18/02/2015 à 11:40 :
Et la justice française dans #affaireapollonia ???
On attend depuis 2008.
De nombreuses banques françaises impliqués dans cette escroquerie en bande organisée au préjudice de 1 milliard €
a écrit le 18/02/2015 à 11:25 :
Des noms auraient disparu des listings HSBC, d'après Eric de Montgolfier. Le Figaro 13/02.
On continue à nous prendre pour des quiches.
Que la justice passe

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :