HSBC vend son activité de prévoyance au Royaume-uni à Swiss Re

 |  | 286 mots
Lecture 1 min.
La vente, qui reste soumise au feu vert des autorités, devrait être finalisée au deuxième semestre de 2015.
La vente, qui reste soumise au feu vert des autorités, devrait être finalisée au deuxième semestre de 2015. (Crédits : reuters.com)
La transaction, dont le montant n'a pas été précisé, porte sur des actifs d'environ 4,2 milliards de livres (5,2 milliards d'euros).

La banque britannique HSBC va vendre son activité de prévoyance au Royaume-Uni à une filiale de Swiss Re, ont annoncé mercredi les deux groupes. La transaction, dont le montant n'a pas été précisé, porte sur des actifs d'environ 4,2 milliards de livres (5,2 milliards d'euros).

HSBC va vendre ses contrats d'assurance retraite individuelle et ses fonds de pension d'entreprise à ReAssure, une filiale de Admin Re Group, elle-même faisant partie du groupe de réassurance helvétique.

Suppressions d'emplois

La vente, qui reste soumise au feu vert des autorités, devrait être finalisée au deuxième semestre de 2015.

HSBC avait dévoilé en mai 2011 un plan passant par la suppression de dizaines de milliers d'emplois dans le monde et le recentrage du groupe sur ses activités stratégiques. Elle a depuis vendu des dizaines d'activités ou de participations jugés non prioritaires.

Augmenter l'échelle de son activité

"Des transactions comme celle-ci permettent à Admin Re de maintenir et augmenter l'échelle de son activité", a de son côté déclaré John Dacey, le président d'Admin Re, cité dans un communiqué. Cette opération s'inscrit dans la stratégie de croissance d'Admin Re au Royaume Uni, a-t-il précisé.

Admin Re est spécialisée dans l'acquisition de portefeuilles fermés de police d'assurance vie et santé. Elle se charge d'administrer des contrats à long terme jusqu'à leur échéance au sein de ces portefeuilles qui n'acceptent plus de nouveaux clients.

En novembre dernier, Swiss Re avait mis un terme aux discussions préliminaires avec le britannique Phoenix Group Holding, avec lequel il avait envisagé de regrouper les activités d'Admin Re au Royaume Uni, faute d'un accord sur les termes de la transaction.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :