Ant Financial, la banque digitale qui valait 100 milliards

 |   |  759  mots
Le produit phare d'Ant Financial est Alipay, un service devenu multi-usages, du seul paiement électronique sur le web ou sur le mobile, au règlement en boutique physique.
Le produit phare d'Ant Financial est Alipay, un service devenu multi-usages, du seul paiement électronique sur le web ou sur le mobile, au règlement en boutique physique. (Crédits : Ant Financial)
La maison-mère d’Alipay, le service de paiement de l’Amazon chinois, Alibaba, cherche à lever 5 milliards de dollars dans un tour de table géant qui en ferait l’entreprise non cotée en Bourse la mieux valorisée au monde, même devant Uber. Au point de dépasser la capitalisation de grandes banques, comme BNP Paribas et Goldman Sachs.

Des micro-commissions sur des petits paiements, mais sur un marché gigantesque. Le service de paiement Alipay, lancé en 2004 sur le modèle de PayPal par l'Amazon chinois Alibaba, est devenu un géant du paiement. Sa maison-mère, Ant Financial (« la fourmi de la finance ») est la plus importante Fintech au monde, ces entreprises qui réinventent la finance par la technologie, loin devant deux autres chinoises et deux américaines, selon le classement de KPMG : une place obtenue du fait de sa méga-levée de fonds de 4,5 milliards de dollars en 2016, déjà la plus importante jamais réalisée hors marchés par une entreprise de l'Internet. Ant Financial s'apprête à solliciter les investisseurs pour un nouveau tour de table colossal, de 5 milliards de dollars, qui la valoriserait entre 80 et 100 milliards de dollars, selon l'agence Reuters. De quoi la propulser en tête des entreprises en hypercroissance non cotées en Bourse, devant l'américain Uber (valorisé « que » 68 milliards lors de sa dernière levée en 2016).

Une entreprise financière de 100 milliards de dollars, c'est plus que ne vaut la française BNP Paribas, 78 milliards d'euros (soit 96 milliards de dollars), et les américaines Morgan Stanley et Goldman Sachs (idem), si l'on se livre au jeu des comparaisons.

« La fourmi est un symbole de force modeste mais tenace dans le monde de la nature. Les fourmis sont peut-être petites, mais elles ont une force sans limite quand elles travaillent ensemble. La fourmi symbolise aussi notre confiance et notre dépendance des petites et micro-entreprises », explique Ant Financial sur son site.

Son bénéfice avant impôts a plus que triplé en 2017, à 2 milliards de dollars.

Commander un taxi, payer en ligne et en magasin

Alibaba, qui vient de réorganiser le capital pour détenir en direct 33% d'Ant Financial, avant une probable introduction en Bourse, n'a pas caché son ambition d'en faire « un leader mondial de la Fintech ». Le PayPal chinois vient de se casser les dents aux États-Unis : son projet de rachat du service de virement international MoneyGram pour plus d'un milliard de dollars a été bloqué par les autorités américaines, pour des questions de sécurité nationale. Les géants chinois de la finance digitale font peur aux États-Unis : Ant Financial avec ses 520 millions d'utilisateurs actifs d'Alipay, mais aussi son concurrent WeChat Pay, du groupe Tencent, aux plus de 600 millions d'utilisateurs, ce qui en fait sur ce critère « la plus grande banque du monde. »

Ant Financial n'est pas à proprement parler une banque, mais se décrit comme « une entreprise de technologie qui apporte des services financiers inclusifs dans le monde. » Elle s'est diversifiée et propose une appli de gestion de patrimoine (Ant Fortune), une banque en ligne pour PME (MYbank), un service d'analyse de score de crédit (Zhima Credit) et un service de stockage informatique à distance pour les entreprises financières (Ant Financial Cloud). Et son service phare Alipay est devenu multi-usages, du seul paiement électronique sur le web ou sur le mobile, au règlement en boutique physique.

« Alipay a évolué de portefeuille numérique à facilitateur de style de vie. Les utilisateurs peuvent commander un taxi, réserver un hôtel, acheter des tickets de cinéma, payer des factures d'électricité, prendre des rendez-vous médicaux ou acheter des produits de gestion de fortune directement dans l'appli. En plus du paiement en ligne, Alipay s'étend dans les paiements offline en magasin à la fois en Chine et en dehors. Des dizaines de millions de commerçants en dur acceptent désormais Alipay en Chine et son service en magasin couvre plus de 36 pays et régions du monde », détaille Ant Financial.

Alipay Ant Financial Fintech

[Les marques et services d'Ant Financial]

En Europe, Alipay s'est ainsi associé à plusieurs banques, dont BNP Paribas en France, Barclays au Royaume-Uni, UniCredit en Italie et des partenaires du monde du paiement comme le suisse Six, le français Ingenico et l'allemand Wirecard, pour pouvoir fournir son service aux millions de touristes chinois visitant le Vieux continent. Mais Alipay, comme WeChat Pay, peine pour l'instant à percer auprès de consommateurs non chinois.

C'est tout l'enjeu des années à venir pour l'entreprise chinoise, qui emploie plus de 7.000 personnes et est dirigée par une femme, Luc Peng, 44 ans. Longtemps portée par la croissance exponentielle de l'e-commerce chinois, Ant Financial va devoir prouver sa capacité à exporter son modèle et l'adapter aux spécificités locales. Un rachat de MoneyGram lui aurait permis d'acquérir d'un coup un réseau international très étendu.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :