Accord Belgique-BNP Paribas sur le rachat de Fortis, la facture se monte à 10,4 milliards d'euros

 |   |  709  mots
Le gouvernement belge et la banque française sont parvenus à un accord samedi sur le rachat d'une partie des actifs de Fortis. Dimanche soir, BNP Paribas a précisé que le montant de l'opération devrait atteindre 10,4 milliards d'euros, avec un impact positif sur ses comptes dès 2010.

D'après l'accord conclu avec les autorités belges au début du week-end, BNP Paribas devrait racheter 75% de Fortis, la banque française ayant obtenu des garanties supplémentaires de l'Etat belge. Les actionnaires doivent valider le projet lors d'une assemblée générale des 8 et9 avril prochain, mais certains de leurs représentants le critiquent toujours. (Retrouvez le nouvel accord dans le communiqué de BNP Paribas).

D'après Baudouin Prot, le directeur général de la banque française, le rachat par BNP Paribas de la banque belge Fortis « se présente vraiment très bien ». Il doit permettre au groupe français, déjà numéro trois de la banque dans l'Union européenne, de devenir numéro un du secteur dans la zone euro, avec 540 milliards de dépôts.

Le rachat d'une partie des actifs de Fortis devrait coûter au total 10,4 milliards d'euros à BNP Paribas. Tout d'abord, la banque va prendre le contrôle de 75% de Fortis Banque pour 8,3 milliards d'euros, une opération tout en titre. La banque de la rue d'Antin va également racheter 25% de Fortis Assurance Belgique pour 1,375 milliard d'euros en numéraire, un compromis entre les 100% annoncés en octobre et les 10% prévus fin janvier. Enfin, l'accord conclu avec Bruxelles comprend l'acquisition de Fortis Luxembourg pour environ 800 millions d'euros.

Le nouveau groupe combiné revendiquera 660 milliards d'euros d'actifs sous gestion, quatre marchés domestiques dans la banque de détail et un ratio de crédits sur dépôts de 120%, d'après un communiqué de BNP Paribas publié dimanche en fin de journée.

Mais l'opération, pour être finalisée, doit être approuvée par les actionnaires de Fortis, qui avaient rejeté un premier plan de rachat il y a quelques semaines à une courte majorité. Cependant, Baudouin Prot, le directeur générale de BNP Paribas, se montre plutôt optimiste. Il a expliqué qu'une nouvelle "assemblée générale devrait se tenir le 8 et 9 avril" mais qu'à la différence de la précédente, "tous les actionnaires pourraient voter". Le 11 février, "seuls les actionnaires historiques" le pouvaient, soit 22% du corps électoral, a-t-il rappelé.

Nouvelles garanties de l'Etat belge

Fortis Banque a été nationalisée à 100% par l'Etat belge début octobre. Avec cette opération, Bruxelles devient donc le premier actionnaire du groupe français. BNP Paribas a obtenu des garanties supplémentaires si la situation de Fortis Banque se dégrade, un risque d'autant plus réel que la société vient de relever d'un bon milliard d'euros l'évaluation de sa perte nette pour le quatrième trimestre 2008, soit 6 milliards au total.

Fortis Banque supportera elle-même les premières pertes éventuelles sur ses actifs à risque, à concurrence de 3,5 milliards d'euros, mais l'Etat belge garantira les 1,5 milliard d'euros suivants. L'Etat belge est prêt à renflouer la banque si besoin dans les trois ans, pour au maximum 2 milliards d'euros, ce qui pourrait faire repasser sa participation au-dessus de 25%.

BNP Paribas de son côté a donné des assurances écrites sur les emplois et le maintien "d'un ou plusieurs centres de compétence européens ou mondiaux" en Belgique, selon un communiqué du gouvernement belge. Toutefois, "un certain nombre d'ajustements seront nécessaires", a reconnu à Bruxelles le directeur général de la banque française, Baudouin Prot. Pour tenter de rassurer les petits actionnaires, l'accord révisé réduit enfin la part des actifs à risque restant à la charge de Fortis Holding.

Le feuilleton du rachat de la banque belge, frappée durement par la crise, dure depuis cinq mois et a même conduit à la démission d'un Premier ministre belge, soupçonné de pressions sur la justice pour qu'elle valide un précédent plan de sauvetage. Un premier accord avait été conclu entre la banque et l'Etat mais les actionnaires de la holding l'avaient remis en cause, obligeant à revoir la copie. Les actionnaires sont d'ailleurs toujours aussi critiques envers le nouveau projet. L'un de leurs principaux représentants, l'avocat Modrikamen, l'a rejeté, estimant qu'il ne voyait "absolument rien de favorable pour les actionnaires". De multiples recours judiciaires ont été déposés. Et les actionnaires de Fortis holding vont devoir à nouveau voter sur l'accord révisé dans les prochaines semaines.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
il faut rappeler à cetains que la finance n'est ni littérature ni prose. Seul le pragmatisme conduit à de bonnes réflexions.
A Bon entendeur
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
la belgique vient de se faire depouille de des banques DEXIA et FORTIS ,la region flammande seule a sauver KBC me semble t'il . tous nos commentateurs font cocorico et nous disent que les banques francaises von pas trop mal ,c'est nouveau . a mon avis cette affaire va accelerer la decomposition de la BELGIQUE, les paris sont ouverts
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ok gastounet : la Belgique va recevoir 3,5 Milliards et pas 10,4 Milliards,puisque 90% sont réglés en actions acceptées au triple du cours de bourse. Jolie moins value pour les contribuables Belges,avec pareille "monnaie de singe".
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il est simplement regrettable que l?arrogance si typiquement française se soit manifestée dans cette affaire . La palme revenant au sieur Fitoussi dans son intervention devant la presse télévisuelle belge . Ce « bel esprit parisien » ne mérite que blâme pour sa prestation mesquine ,et pour le tort qu?il a causé outre-Quiévrain à l?image de son pays .Et dire qu?il est réputé devoir former des « élites » . Ainsi que me le rappelle parfois un ami flamand « le problème avec les français c?est qu?ils n?ont pas encore compris que Louis XIV et Napoléon Ier sont morts depuis longtemps » , il y a de la sagesse dans son propos . Et moins de jactance à tous les niveaux politiques et économiques serait sans nul doute plus profitable à cette nation que l?on aime bien par ailleurs (n?a-t-elle pas décernée la Légion d?Honneur à la bonne ville de Liège pour conduite héroïque )
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Miam miam...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Belle affaire ! Bravo la BNP ! Décidément les belges n'usurpent pas leur réputation d'idiots patentés...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Lemaire.yannick je CONSTATE plutot le contraire. Dc au lieu de dénigrer une formation sans savoir, suis la avant de juger et de comparer. Je sais pas qui t'as rencontré pour te faire penser cela mais le bts est une formation professionnelle, ceux sont des cours pratiques dc plus centré sur les techniques professionnelles. La définition meme du bts contredit ce que tu dis, les diplomés sont des personnes directement apte à la vie professionnelle et directement COMPETENTE dans leur champs de compétence!!!

Ps: ce site est très mal, ou soit c'est mon navigateur qui est mal configuré ou qui déconne. S'actualiser automatiquement à chaque fois alors qu'on a pas fini de tt taper ou qu'on a oublié de taper un pseudo. On est Obligé de se resouvenir de ce qu'on a tapé et de le retaper encore une fois; c'est galère.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@FORTICHE /l'insulte ne fait que démontrer la pauvreté de la capacité d'argumentation.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Votre 19.18 hier 10/03/09 : Intéressant propos, cependant votre axiome paraît un peu court , il conviendrait peut-être ,à la lumière des récents événements , d?y ajouter mathématiques financières (fractales ou analytiques et autres packaging ) .Quand au pragmatisme il présuppose une connaissance symétrique des marchés par les différents acteurs , possibilité dont l?existence est à tout le moins à mettre en doute . Enfin ,dans un autre registre ,celui de l?humain et de son intelligence: « Au commencement était le verbe » .Bonne journée
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
il est toujours etonnant de lire le cout de 10 milliars d'euro pour le rachat de Fortis Banque. Comme indique dans votre article, le rachat se fait par echange d'actions. Dans cet echange, le gouvernement belge recoit aux allentours de 11% et le Luxembourg 1%. En fait, cet achat devrait etre evalue donc a 2.5 milliard puisque la capitalisation boursiere actuelle de BNP Paribas est de 25 milliard d'euro.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :