La Société Générale choisit le successeur de Daniel Bouton

 |   |  269  mots
Le conseil d'administration va désigner son nouveau président ce mercredi. Un choix interne semble privilégié, comme celui d'Anthony Wyand. Mais le directeur général Frédéric Oudéa pourrait aussi être choisi.

Une page va se tourner ce mercerdi soir au sein de la Société Générale, après les douze années de règne de Daniel Bouton à la présidence de la banque depuis 1997. Trois noms circulent depuis plusieurs jours dans la banque pour lui succéder . Deux internes, Jean-Martin Folz et Anthony Wyand, tous deux administrateurs, et un externe, Philippe Lagayette, vice-président de la banque d'investissement de JP Morgan en Europe.

S'il peut  apparaître comme le favori, Jean-Martin Folz - l'ancien patron de PSA Peugeot-Citroën - porte une responsabilité dans le manque de préparation de la succession de Daniel Bouton. Surtout, son nom est associé à la polémique du plan de stock-options attribué puis retiré en mars, qui a contribué à la chute de Daniel Bouton. Son élection présenterait donc le risque de relancer la polémique médiatique et les critiques à l'encontre de la Société Générale. 

La candidature d'Anthony Wyand s'impose alors logiquement comme favorite. Malgré sa nationalité britannique, il parle très bien français et présente l'avantage d'avoir un profil de financier. Il a été dirigeant de l'assureur britannique Aviva et occupe toujours un siège d'administrateur au sein de la banque italienne UniCredit avec qui la Société Générale avait étudié une fusion en 2007. 

Enfin, les chances de Philippe Lagayette semblent plus faibles. Plusieurs sources proches estiment que la banque ne choisira pas un président venant de l'extérieur.

Certains salariés s'attendent à un coup de poker, avec la désignation du directeur général, Frédéric Oudéa.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Et pourquoi pas Claude BEBEAR, l'homme qui créé le groupe AXA (et qui a l'avantage de ne pas être Inspecteur des Finances).
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Et pourquoi pas retenir Philippe Citerne qui connait la Génerale comme personne et qui présente l'avantage d'être soutenu pae l'ensemble du personnel
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La SG, conserve et garde avec soin l'esprit qui lui a été inculqué quand cette banque était nationalisée, depuis, les employés ronronnent au sein de ce que l'on appelle le "new management", autrement dit : les copains avant tout...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
pourquoi pas Jérome KERVIEL le lampiste de service qui est celui qui a mis le moins de monde sur la paille parmi tous les traders du Monde des finances ??
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
On pourrait ajouter Louis Schweitzer (mais c'est un ENArche Inspecteur des Finances!) et qui a plutôt bien réussi dans RENAULT. Pas de promotion interne, SVP: il n'ont pas prouvé qu'ils étaient à la hauteur.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
sa retraite, c'est normal, vu les gros benefices des baques et la charg des patrons sur les épaules
c'est normal.
quqnd au nouveau patron, ? ce sont tous les memes....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :