Exclusif : le dernier discours de Daniel Bouton aux cadres de la Société Générale

 |   |  444  mots
Découvrez le dernier discours tenu par le président de la Société Générale, Daniel Bouton, qui vient de démissionner après plusieurs polémiques sur la rémunération des dirigeants ou l'affaire Kerviel, ce trader soupçonné d'avoir fait perdre 4,9 milliards d'euros à la banque.

Voici le discours prononcé par Daniel Bouton dans l'Auditorium des Tours Société Générale, devant les Ambassadors (hauts cadres du groupe, ndlr) du Groupe :


« Mesdames, Messieurs, c'est la dernière fois que je prends la parole dans cette salle. Je vais essayer de vous épargner un peu trop d'émotion.

Je voulais vous dire quelque chose de tout simple. Contrairement à l'image que je peux donner parfois, je suis quelqu'un de sensible. J'ai profondément aimé cette Maison au cours des 18 ans pendant lesquels j'y ai travaillé, au cours des 18 ans pendant lesquels je l'ai servie. Cette entreprise sait faire passer très vite, par la qualité des hommes et des femmes qui la composent, une chaleur, une culture, une humanité, une fierté qui sont absolument formidables. J'espère que j'en ai été digne pendant la totalité de mes mandats.

La première chose absolument essentielle, le message que je voudrais vous laisser, le message que je voudrais vous demander de transmettre horizontalement et de transmettre ensuite dans le temps, c'est qu'il faut privilégier l'unité de cette Maison, l'unité de son encadrement, l'unité de son état-major, l'unité qui a caractérisé finalement mes mandats, qui a été une période de paix sociale d'autant plus facile que la croissance était là, c'est vrai, mais dont nous avons su convenablement jouer.

Soyez fiers d'être Société Générale. C'est une entreprise formidable.

Nous avons la chance d'avoir à la Société Générale comme dans beaucoup d'entreprises, un Conseil d'administration qui a fonctionné dans des crises, qui a pris ses responsabilités, qui a montré en 1999 comme dans la crise Kerviel que vous pouviez avoir confiance en lui. Ce Conseil élira mon successeur jeudi. Je suis certain qu'il prendra la meilleure décision. Il a déjà pris une décision que je crois, et que les marchés ont considéré et que vous avez considéré jusqu'à ces dernières semaines, et que vous reconsidérez comme excellente, qui est la nomination de Frédéric Oudéa, un Directeur général de grande qualité. Il faudra finir la traversée de la tempête. La tempête n'est pas finie, la tempête financière, la tempête économique, et en même temps, tous ensemble préparer le rebond de la Société Générale pour après cette période de tempête. Vous en avez la capacité, nous en avons la capacité. Je voudrais vous remercier tous. J'ai passé 18 ans dans cette Maison qui ont été 18 ans formidables. Je crois qu'on en a fait une entreprise complètement formidable. Bon vent ! Merci à tous. »
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
FORMIDABLE ( traduisez qui fait peur) !!! pas mal pour un looser
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
bon débarras
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Et merci à ses clients?
"Je voudrais vous remercier tous", pour votre argent.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Merci aux stocks option et aux délits d'initié.
Bon vent
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Nous avons effectivement des gens formidables mais nos dirigeants d' entreprise croient trop souvent etre indispensables et ne cèdent que trop difficilement leurs sièges !
Je crois que les petits porteurs ne savent pas s' unir pour faire pression lors des assemblées .
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Cet homme a fait de Société Générale un groupe bancaire majeur de la zone euro, l?un des plus performants. Entre 97 et aujourd?hui les effectifs de cette banque ont presque doublé.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bon vent... l'émotion est peut être réelle mais le désastre l'est encore plus, particulièrement pour les salariés actionnaires qui tous ont misé sur cette banque et finalement.... payent la retraite dorée de Monsieur BOUTON !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Daniel Bouton porte la responsabilité en sa qualité de réprésentant légal de la Société Générale d'une absence de comptabilité en partie double efficiente qui aurait permis de détecter les opérations insensées de J. Kerviel. Daniel Bouton aurait du être révoqué ad nutum dès l'année dernière sans indemnité et la SG aurait du entreprendre à son encontre des actions judiciaires pour obtenir, à hauteur de son patrimoine, réparation partielle du préjudice que sa carence a fait subir à la banque.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pas un mot pour les autres salariés, pour les non-cadres... Qu'ils se démerdent...
Bon Vent... Bon débarras
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
c'est marrant bouton a démissionné en même temps que moi dommage car j'aimais beaucoup cette boite sauf que je ne suis pas parti avec le même salaire que lui eh oui maintenant j'ai intégré un autre groupe bancaire dommage pour la SG

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :