EXCLUSIF : le "chat" du patron de la Société Générale avec ses salariés

 |   |  2461  mots
Hier, le directeur général de la Société Générale, Frédéric Oudéa, a répondu aux questions des salariés de la banque au cours d'un "chat". Il leur a notamment répondu sur la polémique sur la distribution de stock-options aux dirigeants de l'établissement qui ont finalement dû y renoncer.

bob: Bonjour M. Oudéa

Bonjour à toutes et à tous, nous avons le plaisir d'accueillir Frédéric Oudéa, directeur général de la Société Générale.
Bonjour à toutes et tous !
Merci d'être aussi nombreux à participer à ce chat.
Je tenais à m'adresser à vous aujourd'hui compte tenu de la période particulière que nous traversons.
Je suis très heureux d'avoir l'occasion de répondre à vos questionns..

Maud : Les relations avec la presse française et le gouvernement français ne semblent toujours pas au "beau fixe"Que comptez-vous faire pour les améliorer ? Peut-on laisser dire que "la Société Générale ne respecte pas l'intérêt général "?

Nous sommes dans une crise grave.
Aujourd'hui les banquiers servent de boucs émissaires,
or cette crise ne se résume pas à une crise du système financier même si bien sûr les banques ont leur part de responsabilité.
La Société Générale est en France, plus particulièrement parfois critiquée, avec l'affaire Kerviel, puis plus récemment la polémique sur la rémunération des mandataires sociaux.
La reconstruction de l'image des banques prendra du temps.
Aujourd'hui, nous faisons tous ensemble le maximum pour aider nos clients à traverser cette crise.
Nous finançons l'économie française, mais nous nous sommes aussi engagés par exemple à poursuivre nos financements en Roumanie la semaine dernière.
Je suis convaincu que c'est en poursuivant dans cette voie que nous saurons démontrer que nous sommes restés des partenaires responsables tout au long de la crise.
Et donc, que nous aurons contribué à l'intérêt général.

Arlette L. : A votre avis, quel est l'erreur principale de Société Générale sur l'attribution des stocks options pour ses dirigeants ? Le montant ? Le timing ? La légitimité ? Comprenez-vous le tollé ? Si oui, pourquoi ne pas l'avoir anticipé ?(Merci de ne pas me répondre que les stocks sont attribués par le Conseil d'administration...et que vous n'intervenez pas dans les discussions).Bon courage en tout cas, car ça ne doit pas être facile tous les jours.

Je crois qu'il faut d'abord bien rappeler les faits.
C'est le conseil d'administration et c'est bien seulement lui qui a décidé, comme chaque année, en début d'année, le plan d'actions et de stock options
pour les salariés et mandataires sociaux.
Ces plans font partie de notre politique d'association des salariés aux résultats du groupe.
Le conseil a souhaité comme chaque année que la rémunération des mandataires sociaux soit alignée sur la performance future du Groupe.
Et cette année, je le rappelle, aucune allocation concernant les mandataires sociaux n'était définitive puisque pour la première fois

Arlette L.: Alors c'est notre conseil d'administration qui vit hors-sol...

toutes les stock options étaient conditionnées à la performance sur les trois prochaines de l'entreprise par rapport à nos 14 concurrents.
Le 9 mars, le conseil a arrêté le prix d'exercice des stock options fixé comme chaque année, comme la moyenne des 20 jours de bourse précédent le conseil.
Conformément aux recommandations de l'AFEP, la communication s'est faite très rapidement, après le conseil.
Nous avons fait clairement une erreur d'appréciation sur la sensibilité de l'opinion publique française à ce sujet.
Mon erreur c'est de ne pas avoir porté suffisamment d'attention à cette décision du conseil, organisé en deux temps.
Ma motivation n'est absolument pas ma rémunération et une hypothétique plus-value à 5 ans.
Je suis motivé comme les autres mandataires sociaux par le redressement de la banque.
Je dois avouer que j'ai été évidemment très meurtri par l'impact médiatique de cette affaire sur notre banque,
j'ai profondément regretté de ne pas avoir su anticiper ce point.

Etienne : Aujourd'hui, nouvelle annonce, concernant cette fois-ci les montants provisionnés pour la retraite de nos dirigeants. Que faut-il en penser ? Quelqu'un voudrait-il la peau de la Société Générale ? Et/ou celle de sa figure de proue dans l'opinion publique, Daniel Bouton ?

D'abord un rappel :
tous les éléments relatifs aux retraites des mandataires sociaux sont connus depuis plusieurs années et publiés dans notre document de référence.
Il n'y a pas de dispositif spécifique les concernant.
Ils bénéficient de retraites comparables aux pratiques de place qui ont été votés en assemblée générale.
Encore une fois, dans un climat où les banquiers sont critiqués, ces dispositifs même anciens alimentent des polémiques.
Il est clair que le monde a changé.
Et d'ailleurs les nouvelles dispositions relatives aux mandataires sociaux sont nettement plus contraignantes.
Pour ce qui est de la deuxième partie de votre question, il est vrai que la Société Générale fait l'objet d'attaques systématiques qui me paraissent injustifées quand on regarde son attitude face à la crise.

le tchat : monsieur oudéa, pourquoi avoir accepté de faire un tchat avec les collaborateurs en cette période ?
Il est fondamental en période de crise d'être à l'écoute, de communiquer, d'être proche des collaborateurs...
C'est ce que je fais aussi en me déplaçant régulièrement en France dans le réseau ou la semaine dernière à l'étranger, en l'occurence en Roumanie..

IVRY: Vous est-il possible svp de faire un point sur AIG, Banque AIG; ce qui a été perçu et actuellemnt vérifié par les parlementaires US; ce qui est encore en portefeuille
En ce qui concerne AIG, nous avons contracté des contrats d'assurance qui s'appellent des CDS pour couvrir la valeur d'un certain nombre de nos produits.
Ces contrats étaient assortis de mécanismes d'appel de marge, c'est à dire de versements réguliers, par l'assureur AIG de montants en espèces dans nos comptes pour compenser la perte de valeur constatée sur les produits assurés depuis le début de la crise.
En fin d'année 2008, le gouvernement américain a préféré mettre fin à ces contrats d'assurance,
en rachetant également au nominal les actifs assurés.
Au total, nous n'avons ni pertes ni gains sur ces opérations en 2008,
et nous n'avons plus d'exposition significative sur AIG.
..
SGSS : Après Fimat/Calyon Financials et SGAM/CAAM, à quand la fusion SGSS/Caceis? Pourquoi la Société Générale se vend-elle par appartement au groupe Crédit Agricole?

La Société Générale ne se vend pas par appartement à qui que ce soit.
Elle développe là où cela fait sens les partenariats industriels.
C'est le cas avec La Banque Postale en matière de monétique et de crédit conso.
Avec le Crédit Agricole, avec New Edge et la gestion d'actifs.
Avec la Caixa, en matière de banque à distance..

Jimmy : Mr Oudéa, bonjour,On annonce d'important passage en provision pour défaut dans pays de l'est. Quelle est l'exposition de ROSBANK et d'une façon plus globale, de nos filiales de cette région ?
La crise est mondiale et va toucher tous les pays, y compris les pays d'Europe de l'Est.
Nous aurons une augmentation du coût du risque dans ces pays mais qui aujourd'hui me paraît tout à fait gérable au regard de la profitabilité des filiales concernées,
de leur taille modeste dans le total du groupe.
Nous sommes en bonne position relative dans ces pays, nous savons nous adapter à des crises, et à moyen terme, je suis convaincu de notre potentiel de croissance dans cette zone..

Pierre : Quelle sera la politique d'embauche pour 2009 ?lou4 : Pensez-vous relancer les embauches?
Comme vous le savez nous faisons face à d'importants départs en retraite, notamment dans les réseaux France.
Nous devons donc recruter et nous avons prévu environ 4 000 recrutements en 2009 en France.
Et entre 10 et 15 000 dans le monde.
Bien entendu dans cette période de crise, pour les métiers qui sont les plus affectés, ma priorité est de protéger les salariés du groupe et de privilègier donc les reclassements internes..

Nani: La société générale avait-elle ou pas besoin de l'aide de l'état ?
Je rappelle que nous avons été sollicités par l'Etat français comme toutes les banques françaises pour soutenir le financement de l'économie française.
Et à ce titre, nous avons eu accès à des dispositifs d'appui à la liquidité et de renforcement de nos fonds propres via des titres hybrides.
Cet appui nous coûte de l'argent et est très rémunérateur pour l'Etat.
..
gédéon: Allons nous réussir à traverser la crise en conservant notre modèle "stand alone" ?
christophe : la stratégie de l'indépendance est elle encore tenable ?
Oui, c'est clair. Si nous travaillons bien ensemble,
nous allons sortir par le haut de la crise et nous aurons des opportunités d'acquisition.
La crise a montré que les très grosses banques étaient très fragiles.
Nous avons un modèle de banque universelle très efficace et performant que nous pouvons encore renforcer en densifiant encore notre présence et approche client,
en améliorant notre efficacité opérationnelle et en tirant partie de la somme de nos talents.
..
LEA: Qu'attend-on du projet "Evolution" au sein de SG CIB ? Quels sont les principaux changements vises ?
J'attends une profonde évolution du business modèle avec moins de trading pour fonds propres et le renforcement du business clients.
Nous bénéficions d'ores et déjà des bouleversements intervenus sur ces métiers en ce début d'année.
Ainsi Didier Valet, notre directeur financier, a confirmé lors d'une conférence à Londres la conquête de parts de marché et un bon début d'année, même si nous aurons à constater des dépréciations d'actifs complémentaires gérables..
Je suis très confiant sur la transformation en cours et les opportunités de développement d'activités dans ce métier..

Etincelle : Pourquoi le seul thème abordé par notre hiérarchie est la réduction des coûts ?
D'abord ce n'est pas le seul thème abordé par la hiérarchie. Nous parlons clients, ressources humaines, gestion des risques, l'amélioration de l'efficacité opérationnelle est un des volets de notre action.
Dans un monde où la croissance du PNB sera plus difficile, il est indispensable de mieux mutualiser, améliorer nos processus,
réduire les dépenses inutiles, pour au total abaisser le point mort et renforcer la robustesse de nos plate-formes.
Cela nous permettra de gérer avec efficacité de nouveaux clients, et ceci, sans risque opérationnel.
C'est un enjeu stratégique pour nos actionnaires et pour tous nos salariés..

phil: comment rassurer nos clients dans le reseau
Il faut répéter inlassablement :

Phil : Les polémiques s'accumulent autour du Groupe dans un contexte économique déja difficile pour le Réseau , les clients nous intérrogent, les arguments manquent.....
nous prêtons et nous accompagnons nos clients pour les aider à traverser la crise, en déployant la palette des financements disponibles et en travaillant avec efficacité avec le médiateur des crédits.
Le groupe a de très bonnes performances dans un tel contexte, une structure financière solide, un très bon rating.
Je sais combien le travail au quotidien est difficile dans le réseau, il faut continuer à marteler les avantages compétitifs du groupe dans un marché bancaire français qui par ailleurs s'en tire très bien par rapport ce qui se passe dans d'autres pays.
C'est le maintien de votre proximité avec nos clients qui nous fera gagner en traversant cette crise grave et fatigante pour tous.
..
Alex : La Société Générale doit-elle craindre les nouvelles mesures qui pourraient-être prises lors du G20 à Londres en faveur d'une régulation renforcée et d'une meilleure transparence des marchés financiers ?
Il y aura un renforcement de la réglementation des marchés financiers et du secteur bancaire, cela ne fait aucun doute et cela ne nous fait pas peur, dès lors que les règles du jeu sont identiques d'un endroit à l'autre, d'un pays à l'autre.
Nous avons d'ores et déjà anticipé dans notre réflexion stratégique ou dans notre gestion, par exemple en matière de rémunération, ces évolutions..

Samia: Vous dites que le monde à changé. Comment voyez vous l'avenir de notre groupe?
Je reste extraordinairement confiant dans l'avenir de notre groupe.
Nous sommes aujourd'hui une des rares banques à bénéficier d'un bon business modèle nous permettant d'accompagner efficacement nos clients dans la crise.
Notre ligne stratégique est claire, nous avons un ensemble de projets à mener à bien permettant de renforcer encore ce modèle, cequi nous permettra de saisir les opportunités qui vont se présenter.
Le groupe Société Générale est parfaitement capable de s'adapter à la nouvelle donne d'un monde probablement à plus faible croissance dans les prochaines années,
avec une régulation renforcée mais avec une importance du rôle de banquier comme financeur de la croissance encore plus déterminante..
Merci Frédéric Oudéa. Le mot de la fin ?
Cela fait maintenant dix mois que je dirige le groupe Société Générale.
Ces dix mois ont été difficiles comme ils l'ont été pour vous car nous faisons face à la crise la plus grave des 50 dernières années.
Depuis l'affaire Kerviel, puis la faillite de Lehman, le groupe a eu à gérer des moments de crise et s'en est très bien tiré en abordant l'année 2009 en position de force.
Soyez assurés que les difficultés des deux dernières semaines n'entament pas ma motivation et ma détermination.
Je n'ai rien perdu de ma volonté et je me concentre chaque jour pour conduire le navire à bon port et faire de la Société Générale une banque conquérante.
Concentrons-nous sur nos clients et je suis sûr que alors tout se passera bien.
Je sais combien la période actuelle est difficile pour vous.
La gestion de cette crise qui dure fatigue, mais cette crise aura une fin, continuons donc à batir, renforcer ensemble une Société Générale institution de référence dans le monde bancaire.
Merci pour votre engagement de tous les instants.
Partageons ensemble la même détermination et confiance !
frenaviane: merci Monsieur Le Directeur, ces échanges font du bien... et répondent à pas mal de nos questions. Tenez bien la barre, il y en a besoin !!
Jimmy: merci Mr Oudea
LEA: Merci Monsieur Oudea. Nous vous renouvelons notre confiance.
lalala: bravo Monsieur oudéa.
Pierre: Merci !
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Suis salarié SG, pas reçu d'invitation á ce chat, bien dommage, j'aurais eu 2/3/ questions á poser...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Concernant D.Bouton, l'opinion publique ne comprend pas qu'il soit toujours en place après le scandale Kerviel. Dans de nombreuses sociétés, il aurait soit démissionné, soit il aurait été "remercié".
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La perte de la SG dans les subprimes est largement supérieure à celle de l'affaire Kerviel. Ces 2 pertes ont été annoncées simultanément par la SG. M. Oudéa ne se prive pas d'évoquer Kerviel mais aucun mot sur les subprimes.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les pertes dans les subprimes sont du même ordre que celle de Kerviel et de ses probables complices, qui ont été remerciés.

Quant au reste, eh bien, que sait-on des plans de retraite et stock-options des concurrents qui ont perdu eux aussi leur chaussettes dans la crise actuelle?

A mon avis la SG est la meilleure banque de la place par la qualité du service rendu tant aux clients qu'aux actionnaires. Ayant eu affaire au CA, CL et à la BNP... j'en sais quelque chose.

a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il était temps que Mr OUDEA communique avec les salariés de la SOCIETE GENERALE. La pression est forte et les angoisses des clients sont pour le moins compréhensibles. Je pense que Berlin a raison; on ne parle que de la SG, mais ce n'est pas mieux ailleurs. Bon courage à la SOCIETE GENERALE et ENSEMBLE en privilégiant l'intérêt général ils sauront s'en sortir.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Fouiller les comptes de la Sté Générale pour sortir les voyous de cette banque, OUDEA n'est qu'un petit egocentrique arriviste qui se prend au serieux, bousté par BOUTON LE BANDIT, LES CHIENS NE FONT PAS DES CHATS !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Communication pitoyable de dirigeants aux abois pris la main dans le pot de confiture par temps de crise de surcroit.
Tristes personnages obscènes et indécents, infoutus de se discipliner, le monde est en train de changer, reveillez MM Oudéa et Bouton.
Enfin c'est vrai si M oudéa ne se gêne pas pour évoquer Kerviel pas un mot sur la perte dues aux investissements hasardeux tels les subprimes...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Merci aux salariés qui ont posé les questions pertinentes .
M. OUDEA vie sur sa planète et prend pour ma part par sa filiale le CDN pour une bille je change de banque pas mieux mais au moins pour montrer que le client peut aussi faire comme il l'entend.
2 remarques de M. OUDEA ce n'est pas moi mais le conseil c'est à dire les copians.
plus value hypotétique 5 ans!!!! sur les stocks voilà une belle hypocrisie et prendre les clients et les salariés pour des imbéciles.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Lea, Iala et Pierre devraient faire légitiment carrière à la SG.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
les tchatteurs ont reçu des stock-options pour avoir été aussi serviles??
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Exclusive l'extraordinaire initiatiive Dir+Com Soc Gen: dégoulinant chat sur mesure d'Oudéa
Si pas un poisson d'avril, un monument ce 'chat avec son personnel' organisé par M. Oudéa et sa Dir+Com. est inénarrable. Perles à savourer, les aller-retour avec 'Arlette' sur les stock-options. Il tacle sans pudeur: "C'est le conseil d'administration et c'est bien seulement lui qui a décidé..." Conclusion du bon peuple "Alors c'est notre conseil d'administration qui vit hors-sol" Il enfonce Freud: "Ma motivation n'est absolument pas ma rémunération..." Après "les banquiers servent de boucs émissaires...", pour les mal entendants: "Aujourd'hui les banquiers servent de boucs émissaires...", encore une couche: "la Société Générale fait l'objet d'attaques systématiques qui me paraissent injustifées..."
De Nani, la Q: "La société générale avait-elle ou pas besoin de l'aide de l'état?..." R ponpon: "Je rappelle que nous avons été sollicités par l'Etat français..."

Glisse sur les pays de l'Est, Rosbank; AIG permet l'admirable '"En fin d'année 2008, le gouvernement américain a préféré mettre fin à ces contrats d'assurance en rachetant également au nominal les actifs assurés". Conclusion "nous n'avons plus d'exposition significative sur AIG".
Fort bien mais quelle exposition sur d'autres CDS, quelles dépréciations d'actifs complémentaires à venir?
Une incroyable série de remerciements par les employés après le final : "le groupe a eu à gérer des moments de crise et s'en est très bien tiré en abordant l'année 2009 en position de force" Fin de la performance, merci l'Etat français SOLLICITEUR, merci M. Obama. Absolument rien sur les procès et class-actions en devenir. Ma conclusion: présenté comme un 'chat', probablement sélectionné voire présenté, monté et 'fabriqué sur mesure' cette exclusivité deviendra la prochaine bible du fayot Soc Gen, voire un contre exemple pour les manuels d'éthique managériale. JeanGuy78 .
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
En dehors du président du conseil d'administration et du directeur général, combien y-a-t'il d'inspecteurs des finances à la Société Générale?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Et sinon, des questions un peut plus pertinente ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Etonnant ce "tchat" car nous salariés de la SG n'etions pas au courant. Problème de communication... ou alors on nous aurait menti à l'insu de notre plein gré ...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
PERSONNE ne CROIT MR OUDEA à part son microcosme et ses amis, les memes que ceux de mr Bouton, c'est a dire le microcosme qui va mettre le feu a la nation tot ou tard
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le public et les salariés du groupe sont troublés par les avantages des dirigeants SG. Il est établi que ces avantages ont été décidés par le Conseil d'administration présidé depuis des années par Daniel Bouton.
Amenés à débattre publiquement, puis à renoncer à leurs avantages et se justifier, les dirigeants exécutifs sont pollués par un Conseil mal avisé.
Il est grand temps d'en changer et de réunir les fonctions de Pdt et de DG, afin que le dirigeant exécutif prenne et assume ce type de décision.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Habituellement la com interne est toujours au rendez vous, mais là ... Je n'ai rien vu circuler. Un tchat avec les employés de dir/com ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Incroyable cette parodie de com. On croirait lire le compte-rendu plein d?autosatisfaction du PC Chinois : « Les travailleurs regardent confiants l?avenir, fiers et admiratifs devant leur glorieux dirigeants si lucides et intelligents » Dans quel monde vivent ces gens pour croire que nous allons avaler cette histoire.
« Nous avons fait clairement une erreur d'appréciation sur la sensibilité de l'opinion publique française à ce sujet. Mon erreur c'est de ne pas avoir porté suffisamment d'attention à cette décision du conseil, organisé en deux temps. » dixit Mr Oudea.
Ce monsieur ne doit jamais lire la presse, ni regarder la télévision. Ce n?était pas quand même pas difficile de se rendre compte que l?opinion public avait les nerfs à vif suite à toutes ce histoires de parachutes dorés, primes en tout genre, et autres scandales ! même si il y a une grande part d?irrationalité dans tout ce fatras !?
Une dernière question : Arlette L. ? C?est une blague ou la brave Arlette aurait elle repris du service ? nous l?avons connu plus pugnace.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les voyous des banques sont des CASSEURS A PUNIR, comme les casseurs de Strasbourg ou Corses, IN FINE, les voyous des banques ont CASSE l'ECONOMIE et la SANTE DE LA NATION, c'est enormément plus grave .... et donc la prison pour ces financiers bandits, c'est pour quand ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
IL faudrait que certains arrêtent de faire de l'autosatisfaction.

Alors que les banques ont touché des aides de l?Etat, le CREDIT AGRICOLE se moque de tous: contribuable, autorités étatiques, actionnaires et clients de la banque. Sa filiale CHEVREUX, qui a attribué fin mars 2009 51 millions d'euros à ses salariés alors qu elle supprime 75 emplois a envoyé un communiqué dans lequel elle assume totalement cette distribution. Le courtier indique que le montant des bonus concerne l'ensemble des collaborateurs, mais il n indique pas la répartition de la distribution : quel part pour la direction de CHEVREUX ?

Sans parler des bonus de NATIXIS filiale de la BANQUE POPULAIRE et des CAISSES D EPARGNE: NATIXIS a versé 70 millions de bonus à 3.000 de ses salariés fin mars 2009. NATIXIS a annoncé une perte nette de près de 2,8 milliards d'euros et la BANQUE POPULAIRE et les CAISSES D EPARGNE ont reçu des aides publiques tout en mettant à disposition de NATIXIS 2 milliards.


a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
c'est dans les milieux financiers qu'il faut faire du ménage, vos électeurs attendent de vous des actes pour nettoyer les milieux affairisdtes de la finance... allez au travail, ca ce sera du serieux, et de l'utile
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
il y a marqué "chat"...et non pas "critiques pour gauchistes frustré"...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
tous les salariés ont été prévenus par mail...s il y en a qui ne lisent pas leur messagerie
sans autre remarque je suis assez surpris de voir que des documents internes circulent...il serait heureux que d autres entreprises moralisatrices soient moins à guichets fermes....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
S'il y avait des pénis par terre, certains marcheraient sur les fesses...Pfff Nous sortirons de cette crise avec un visage social encore plus tendu, car le but est de se refaire et de gagner plus. Les employés de banques vivent des pressions encore plus fortes. VENDRE à tout prix, pigeonner les clients, campagnes commerciales ciblées, ventes forcées ou dissimulées. Voila le quotidien de la banque! Moins de personnel, plus de travail pas d'augmentations... Pourtant des bénéfices, et des scandales...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :