Natixis reste dans le rouge au deuxième trimestre

La filiale de BPCE a publié une perte nette de 883 millions d'euros sur la période d'avril à juin. Elle confirme la garantie apportée par sa maison-mère sur 35 milliards d'euros de ses actifs.
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Le moins que l'on puisse dire, c'est que les résultats de Natixis étaient très attendus. Publiés ce mercredi avec un jour d'avance, ils font ressortir une nouvelle perte nette part du groupe de 883 millions d'euros.

Les analystes anticipaient une perte de 466 millions d'euros selon le consensus établi par Dow Jones Newswires et de 911 millions d'euros pour le consensus Reuters. Il s'agit du cinquième trimestre consécutif dans le rouge pour la banque d'investissement.

La perte nette du deuxième trimestre est néanmoins réduite par rapport au déficit de 1,8 milliard d'euros enregistrés au premier trimestre. Pour rappel, en 2008, le groupe bancaire a perdu 2,8 milliards d'euros.

Le produit net bancaire (PNB, équivalent du chiffre d'affaires) atteint 568 millions d'euros au deuxième trimestre, contre 81 millions d'euros un an plus tôt. Le résultat brut d'exploitation fait pour sa part ressortir une perte de 518 millions d'euros, réduite par rapport au déficit de 1,08 milliard d'euros du deuxième trimestre 2008.

En revanche, le coût du risque n'en finit pas de progresser. Il s'élève à 1,28 milliard d'euros à comparer à seulement 280 millions un an plus tôt. Les provisions dans la division de banque de financement s'élèvent à 748 millions d'euros.

Il faut également noter que la banque, filiale de la BPCE (Banque Populaire Caisse d'Epargne), a confirmé les informations des Echos, à l'origine de la suspension de cotation du titre mardi sur une garantie de ses actifs dits "toxiques". Cette garantie va porter sur environ 35 milliards d'euros d'actifs GAPC. Natixis précise que les actifs risqués du portefeuille cantonné s'élèvaient à 29,7 millions d'euros à fin juin 2009 contre 33,7 millions à fin mars 2009.

"La garantie BPCE crée les conditions d'un retour à une capacité bénéficiaire du groupe dans son ensemble dès le deuxième semestre 2009", assure la banque dans un communiqué. Le groupe confirme ainsi ses objectifs de croissance et de retour à la rentabilité attendu pour le second semestre 2009.

La cotation de l'action Natixis, suspendue depuis mardi matin, devrait reprendre ce merdredi. Objet d'une flambée spéculative au milieu de l'été, le titre a gagné 84,72% depuis le début de l'année, après s'être effondré de 85,54% en 2008. A près de 2,3 euros à la clôture de mardi soir, l'action reste néanmoins encore loin des 19,55 euros, son prix lors de l'introduction en Bourse de la banque fin 2006.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Combien de prime avaient touché les dirigeants de ces banques pour monter NATIXIS ? Ils vont rembourser ?

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
"garantie sur les actifs dits toxiques sur environ 35 milliards d'?....." le nettoyage risque de durer plusieurs années et le prix d'introduction ne sera jamais obtenu.... C'est un nouvel Eurotunnel.....!!!

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Je ne comprends pas toute cette communicatin concernant la garantie BPCE. Depuis, le départ (la fusion Ixis / Natixis), un protocole (du type garantie à première demande) oblige les Caisses d'Epargne et / ou les Banques Populaires à couvrir les perte...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.