Londres prépare une taxe exceptionnelle sur les bénéfices des banques

 |   |  241  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le gouvernement britannique envisagerait un "raid fiscal" sur les profits du secteur bancaire, qu'il a particulièrement soutenu ces derniers mois.

Un "raid fiscal" sur les bénéfices bancaires, c'est à cela que se prépare les équipes de Gordon Brown, selon le Sunday Telegraph. Une taxe exceptionnelle pourrait être mise en place par le gouvernement britannique sur les banques du Royaume-Uni, qu'elles aient bénéficié directement ou indirectement de son aide au cours des derniers mois.

Londres estime que l'ensemble des banques a bénéficié de l'assainissement du secteur financier. Par conséquent, les autorités estiment que les contribuables, qui ont financé les plans de sauvetage et de relance, soient "récompensés".

Cette opération pourrait rapporter plusieurs centaines de millions de livres, selon le Sunday Telegraph. Les banques britanniques s'apprêtent en effet à présenter des résultats records pour certaines d'entre-elles. Ces performances devraient s'accompagner d'une politique de bonus particulièrement généreuse, ce qui a le don de mettre le cabinet du Premier ministre très en colère.

Selon le Sunday Times, les prévisions de forte croissance des résultats des banques britannique et les promesse de bonus mirobolants qui y sont associés, auraient plongé Gordon Brown dans une "colère noire". Le Premier ministre travailliste souhaite, élargir ces opération pour permettre une taxation plus importante de leur bénéfices. Pour l'instant, le régime fiscale britannique est beaucoup plus clément, il permet même aux banques actuellement de compenser leurs pertes sur plusieurs années fiscales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/10/2009 à 5:57 :
Londres... n'est-ce-pas la capitale du pays qui se moque régulièrement de notre système social et de notre fiscalité ? Isn't it ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :