Condamnation de neuf organismes de crédit

 |   |  79  mots
Ils ont été reconnus coupables de manquement à leur obligation de mise en garde.

Neuf organismes de crédit viennent d?être condamnés. Ils devront à verser 35.000 euros de dommages et intérêts à l?une de leurs clientes, pour avoir manqué à leur obligation de mise en garde, selon l?AFP.

La victime, aujourd'hui âgée de 75 ans et à la retraite, avait contracté 17 crédits depuis 1986, pour un montant global de 113.000 euros, alors que ses revenus mensuels n'excèdent pas 1.000 euros.

Les organismes condamnés sont notamment Cofinoga, Cetelem, Cofidis, Finaref et Sofinco.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2010 à 12:11 :
pourquoi certains ne s'en prennent-ils qu'aux organismes de crédit ? Certes, dans le cas présent, aucun n'a semble-t-il fait son travail, à savoir contrôler la solvabilité financière de leur cliente. Mais tout comme les fonctionnaires ne sont pas tous des fainéants, nous les employés de banque ne sommes pas tous des voleurs ! Et, hélas, cette dame n'est pas exempte de responsabilité non plus : de nos jours, plusieurs possibilités d'offrent aux personnes surendettées pour essayer de sortir de l'eau : renégociation des crédits, rachat de crédits, commission de surendettement, etc... L'important, c'est d'abord de montrer sa bonne foi.
a écrit le 29/03/2010 à 17:33 :
Les particuliers sont en très grande majorité mono-banque. Obliger les organismes de crédit à demander les trois derniers relevés bancaires, où figure les prélèvements, permet à la société accordant un crédit de faire le point sur la solvabilité du demandeur. C'est simple.
a écrit le 29/03/2010 à 11:20 :
Gwladys oublie de mentionner que ces organismes de credit sont liees aux banques car ils en sont les filiales...Excusez le manque d´accents, il n´y en a pas sur ce clavier.
a écrit le 29/03/2010 à 6:38 :
arrêtons de mettre les banques à l'index.
Les plus gros responsables sont les organismes de crédit (SOFINCO, CETELEM, COFINOGA) qui accordent des crédits sans vérifier la solvabilité de leurs clients et à des taux plus qu'usuraires.
Responsabilisons aussi les clients en les mettant en garde sur les crédits revolving et carte de crédit fourre tout.
un employé de banque qui n'oublie pas qu'avant tout c'est l'intérêt du client qui doit primer sur l'intérêt financier.
a écrit le 29/03/2010 à 6:12 :
En effet les établissement de crédit pratique des taux d'interet élevés par contre concernant le cas de cette personne il faut arr^^eté soit elle est idiote soit a besoin d'être mise sous tutelle, lorque l'on gagne 1.000 euros par moi on ne se met pas 113.000 euros de crédit sur le dos. le comtpe est vite fait en accumulant ses échéances elle savait pertinament qu'elle dépasserait ses possibilités de remboursement.
Quand à son age en parlant de la faiblesse des personnes d'un certain age ses premiers crédit remont à 1986 elle avait donc 51 ans...
Les gens doivent être raisonnable aussi, et ne doivent pas oublier de déclarer leurs crédit même les crédits à partir de 3 mois.
a écrit le 29/03/2010 à 5:25 :
il faut aussi que les gens soient un peu plus intelligent. il ne faut pas vivre au dessus de ses moyens. faire des crédits est une chose mais il faut être sur de pouvoir rembourser. beaucoup de gens veulent un pur canapé, une super télé écran plat, consoles, etc... surtout avec ces organisme les taux sont énormes.
a écrit le 29/03/2010 à 5:10 :
Bonne analyse de MD2
a écrit le 29/03/2010 à 3:21 :
Une seule mesure suffit pour arrêter le massacre du surendettement : le fichier positif ; mais les pouvoirs publics n'écoutent que le lobbye bancaire et pas l'interet général
a écrit le 28/03/2010 à 9:44 :
CELA ME TRANQUILISE CAR JE SUIS EN PROCES AVEC COFINOGA
a écrit le 28/03/2010 à 5:36 :
Profiter de les faiblesses des gens d'un certains âges, parce que les retraités sont sur et bien voila, paf sur le bec et neufs organismes seulement, ou sont les autres qu'ils se lèvent
a écrit le 27/03/2010 à 7:31 :
Enfin....!
Mais il reste encore des dizaines de milliers d'emprunteurs asphyxiés par un sur-endettement lié à des crédits à la consommation.
Le gouvernement ne peut pas, à la fois, baser la croissance sur l'endettement, et vouloir réformer le crédit à la consommation (et donc freiner les dépenses des ménages). C'est incohérent.
Il n'y a que la hausse des salaires (avec l'inflation à venir ?) qui peut résoudre le problème des ménages. Assez des crédits !
Sauf que l'Etat donne le mauvais exemple.....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :