Crédit Agricole va mettre un terme à l'aventure boursière d'Emporiki

 |   |  213  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La banque verte, exposée à la dette grecque via cette filiale, a décidé de lancer une offre pour récupérer les 4% de titres encore en circulation à la Bourse d'Athènes.

L'action Emporiki devrait rapidement ne plus être côtée. Crédit agricole SA, la maison-mère de la banque grecque, a lancé de concert avec Sacam International SAS, filiale à 100% des caisses régionales de la banque verte, une offre à 1,76 euro sur les 20.466.745 actions encore en circulation à la Bourse d'Athènes, soit un montant total de 36 millions d'euros qui représente une prime de 37,5% par rapport au cours de la veille (1,28 euro).

Crédit agricole, qui est la banque française la plus fortement exposée à la Grèce avec Emporiki, a encore vu sa note de crédit abaissée vendredi soir par l'agence de notation Standard & Poor's. La banque française a passé l'an dernier au deuxième trimestre une dépréciation de 400 millions d'euros sur Emporiki qui s'ajoutaient à celle de 500 millions annoncée en 2009.

Dans un communiqué sur l'offre faite aux actionnaires, Crédit agricole estime que le plan de restructuration d'Emporiki engagé en juin 2010, et qui doit se traduire par un retour aux bénéfices de la banque grecque en 2012, "porte ses premiers fruits".

"Emporiki retrouve son efficacité opérationnelle, avec la baisse notable de son coefficient d'exploitation (101% au 4e trimestre 2008, 65% au 4e trimestre 2010) et un RBE multiplié par 3 entre 2009 et 2010", souligne le Crédit agricole.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/06/2011 à 15:24 :
Quelles sont les conséquences financière pour le crédit agricole, compte tenu que, je suis un client. Y a -il des risques à court terme sur les placements du crédit agricole?
a écrit le 15/06/2011 à 13:39 :
Pauget et son état major ont beaucoup cru à l'europe du sud et investi dès 2002 en grèce, italie, portugal... ces pays s'avérant très endettés - casa aurait pu mieux diversifier ses risques - la mondialisation n'implique pas qu'on fasse n'importe quoi ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :