Goldman Sachs perd 5 milliards de dollars avec la réforme fiscale de Trump

 |   |  414  mots
Goldman ajoute cependant que cette estimation peut encore varier en fonction de l'impact de la nouvelle législation.
Goldman ajoute cependant que cette estimation peut encore varier en fonction de l'impact de la nouvelle législation. (Crédits : © Brendan McDermid / Reuters)
La réforme du code des impôts américain prévoit une taxe exceptionnelle, pour le rapatriement d'argent stocké à l'étranger. L'opération implique des dépenses fiscales de plusieurs millions, voire milliards de dollars, pour les grands groupes concernés.

Goldman Sachs a annoncé vendredi prévoir une baisse d'environ 5 milliards de dollars (4,17 milliards d'euros) de son bénéfice au quatrième trimestre, imputable à la réforme fiscale signée la semaine dernière par le président américain Donald Trump.

Environ les deux tiers de ces 5 milliards sont liés à l'impôt dû en cas de rapatriement des bénéfices de la banque réalisés hors du pays, a déclaré Goldman dans un avis à la Securities and Exchange Commission (SEC), l'autorité des marchés financiers aux Etats-Unis. Goldman ajoute cependant que cette estimation peut encore varier en fonction de l'impact de la nouvelle législation.

Taxe exceptionnelle

Donald Trump a signé le 22 décembre à la Maison blanche la loi sur la réforme de la fiscalité aux Etats-Unis, votée par le Congrès, apportant la touche finale au premier succès législatif majeur de sa présidence. Cette réforme, qui prévoit 1.500 milliards de dollars d'allègements fiscaux pour les particuliers et les entreprises, est la plus importante votée aux Etats-Unis depuis 30 ans.

Cette loi abaisse notamment de manière significative le taux d'imposition des sociétés américaines, de 35% à 21%, et fixe un taux exceptionnel d'imposition de 15,5% pour la trésorerie et ses équivalents, et de 8% pour les actifs moins liquides, en cas de rapatriement des liquidités stockées à l'étranger.

Cette taxe exceptionnelle permettra par exemple à Apple de rapatrier son énorme trésorerie de 252,3 milliards de dollars sans devoir s'acquitter d'un important taux d'imposition, un objectif de longue date du groupe.

Dépenses fiscales

Le laboratoire pharmaceutique Amgen a aussi indiqué la semaine dernière tabler sur des dépenses fiscales de 6 à 6,5 milliards de dollars au fil du temps, en raison du rapatriement des liquidités accumulées à travers le monde.

Plusieurs autres groupes ont attiré l'attention sur l'impact exceptionnel qu'ils subiraient à cause de la réforme. Delta Airlines a évoqué la possibilité d'une charge fiscale exceptionnelle de 150 millions à 200 millions de dollars.

De grandes banques européennes comme Barclays, UBS Group et Crédit Suisse ont déclaré que la nouvelle loi d'imposition leur coûterait chacune entre 1,3 milliard et 3 milliards de dollars de dépréciations d'actifs.

Bank of America a indiqué la semaine dernière qu'elle prévoyait un résultat net amputé de 3 milliards de dollars pour le trimestre à fin décembre 2017, essentiellement en raison de certaines dépréciations d'actifs d'impôts différés.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/01/2018 à 10:37 :
Vive Trump!!!! ce n'est pas Macron qui ferait payer les banques. Il prefere faire payer les vieux au dessus de 1380€ par mois et ceux qui travaillent la classe moyenne. C'est tout de meme plus équitable. pauvres banques sinon.
Réponse de le 01/01/2018 à 11:44 :
Vous n'avez rien compris du tout. Goldman Sachs va perdre 5 milliards au début mais grâce à la baisse d'impôt Goldmab Sachs va tout récupérer en quelques années puis va être gagnante. Donc Trump donne de l'argent aux banques.
Réponse de le 01/01/2018 à 15:59 :
Tous les gens qui ont regardé dans le détail sa réforme disent qu’au bout de quelques années elle va plus imposer les pauvres qu’avant, et moins le top 1%.
Par ailleurs, Trump attaque encore l’obamacare à travers cette réforme, ce qui avantage encore les plus fortunés au détriment des plus fragiles.
a écrit le 31/12/2017 à 15:59 :
Mince...c'est vraiment moche non? 😂
a écrit le 30/12/2017 à 19:19 :
Trump contrairement au mac ne fait pas que seulement donner aux riches, il demande des compensations en échange et devant cette baisse massive des impôts, les multinationales américaines n'ont absolument rien à dire.
a écrit le 30/12/2017 à 18:26 :
L'auteur de cet article n'a rien compris. Les grands groupes américains rapatrient les benefices de l'étranger parce que la réforme Trump a baisse le taux d'imposition sur les benefices rapatriés. Ce qu'ils attendaient depuis de nombreuses années, durant les quelles ils ont accumulés ces benefices en les laissant à l'étranger. Ce n'est pas une nouvelle taxe.
a écrit le 30/12/2017 à 15:15 :
MACRON DEHORS
a écrit le 30/12/2017 à 10:09 :
Bien sûr certains vont hurler au génie de Donald Trump. C'est sûr quand Apple va rentrer ça va être le jackpot, 8% de 250 milliards soit 20 milliards sans compter d'autres multinationales. A comparer au déficit budgétaire des USA en 2017, 666 milliards de dollars, par contre les impôts sur les sociétés vont passer de 35% à 21% et ça fait beaucoup d'argent en moins quand même. La différence c'est qu'Apple ne va rentrer qu'une fois.
Réponse de le 30/12/2017 à 19:22 :
"La différence c'est qu'Apple ne va rentrer qu'une fois. "

Mais paiera des impôts aux états unis...

Quand je vois les soldats néolibéraux autant expulser leur détestation envers trump je doute.

Ben oui les gars une fois de plus les états unis vont humilier économiquement le reste du monde qui totalement dégénéré continue de courir après les états unis ne comprenant toujours pas que ce sont eux qui font les règles du jeu, du coup ils sont condamnés à être leaders à vie.
Réponse de le 30/12/2017 à 20:12 :
Je suis prêt à parier citoyen blasé que le déficit des USA va tellement se creuser dans deux ans qu'ils seront obliger d'abandonner cette réforme.
Mais dans deux ans vous allez dire que c'est les forces néo-libérales qui auront fait capoter la réforme (alors que wall street l'a applaudit des deux mains).
Réponse de le 01/01/2018 à 22:11 :
Je ne dis pas que cela va réussir ou pas je dis juste que le bitcoin et la baisse d'impôts massive aux états unis vont porter un coup sévère aux paradis fiscaux du monde dont nombreux sont en UE. La puissance de ces dernières, du moins des établissements financiers qui les possèdent, ne peut pas être sous estimée.

Je n'ai pas a aimer Trump ou pas c'est juste que de ne pas voir qu'il fait bouger les lignes comme cela ne s'est jamais vu relève d'un profond aveuglément. Les remous qu'il cause sont incroyables, il y a plein de phénomènes importants à analyser en ce moment.
a écrit le 30/12/2017 à 6:38 :
Les entreprises américaines passent à la caisse alors qu'en France c'est le peuple qui paye !
Htag impôt et taxe hausse du carburant de 10% etc...
Réponse de le 30/12/2017 à 10:33 :
Les entreprises US sont loin de payer autant que les entreprises françaises en france et puis elles profitent plus largement des paradis fiscaux (Pays bas, Irlande...). Par ailleurs la hausse du carburant sera de 6,9% et non de 10%. Enfin je préfère largement vivre en France dans un système plus équitable que dans un système totalement privatisé ou tout est inaccessible à moins de gagner beaucoup beaucoup d'argent.
Réponse de le 30/12/2017 à 17:57 :
"Les entreprises américaines passent à la caisse alors qu'en France c'est le peuple qui paye ! "

En France, le peuple paie aussi le CICE donné au patronat depuis quelques années.
a écrit le 30/12/2017 à 1:57 :
Goldman Sachs, c'est bien cette firme si honnête qui a fait perdre des dizaine de milliards à la Grèce par ses conseils intéressés sur la dissimulation de sa dette, pour gagner des commissions bien juteuses que ses associés se sont mises dans les poches au lieu d'aller en taule, comme cela aurait du être le cas. On ne va pas pleurer sur eux.
Réponse de le 30/12/2017 à 10:35 :
Exact, et la même firme qui cherche à relocaliser ses quelques 1000 trader à haute valeur entre Paris et Francfort.
Réponse de le 31/12/2017 à 17:57 :
Cher lecteur 69. La « haute valeur » des traders de GS est-elle proportionnelle aux bulles et aux crises financières qu’ils engendrent... et qui font augmenter mes impôts parce s’il faut bien ensuite renflouer les banques « too big to fail ».?
a écrit le 29/12/2017 à 22:45 :
Finalement, si j'ai bien compris, Trump va ramasser la mise à 100% en récupérant tout cet argent des grandes sociétés américaines placé à l'étranger.
Si ça continua de la sorte, il va être réélu haut la main sans problèmes.
Ce qui est moins marrant, c'est que tous les autres pays, en particulier ceux qui s'alignent systématiquement sur la politique américaine vont être les dindons de la farce.
Réponse de le 30/12/2017 à 13:34 :
Pour moi ces rentrées d'argent ne sont même pas suffisantes pour financer sa reforme. Donc si le déficit budgétaire dérape, il faudra s'attendre à une crise politique puisque c'est un point de crispation majeur aux USA.
Réponse de le 30/12/2017 à 18:00 :
"il va être réélu haut la main sans problèmes".

Par les grands électeurs donc.Car Clinton avait 3 millions de voix de plus que lui.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :