Procès Kerviel : L’enregistrement « inquiétant » pour la Société générale a bien été diffusé

 |   |  612  mots
L'enregistrement d'un quart d'heure a été produit par Me David Koubbi, l'avocat de l'ancien trader de la Société générale
L'enregistrement d'un quart d'heure a été produit par Me David Koubbi, l'avocat de l'ancien trader de la Société générale (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
Le deuxième jour du procès au civil de Jérôme Kerviel face à la Société générale s’est ouvert jeudi 16 juin. Les débats ont tourné autour d'un enregistrement contesté entre une magistrate et une commandante de police.

« Un café allongé, un thé vert nature. » L'enregistrement d'une conversation privée entre une commandante de police et une magistrate qui ont eu à connaître de l'affaire Kerviel, enregistrement effectué à l'insu de la seconde, lorsque les deux femmes prenaient un café l'an dernier, près des Grands Boulevards à Paris, a bel et bien été diffusé au cours du deuxième jour d'audience du procès Kerviel devant la cour d'appel de Versailles.

Cet enregistrement d'un quart d'heure a été produit par Me David Koubbi, l'avocat de l'ancien trader de la Société générale, au motif qu'il met en lumière des dysfonctionnements de la justice dans l'instruction de l'affaire Kerviel. « La Société générale savait, savait [les prises de positions colossales non autorisées de Jérôme Kerviel sur les marchés ; ndlr]. C'est évident, évident », confie notamment l'ancienne magistrate Chantal de Leiris à l'ex-commandante de police Nathalie Le Roy.

L'enregistrement contesté...mais validé

Toujours selon Chantal de Leiris, les avocats de la Société générale auraient instrumentalisé la justice : « Ils (les magistrats) étaient complètement sous la coupe des avocats de la Générale, vous le gardez pour vous, c'était inimaginable. (...) Ce que l'on dit, c'est que c'est pas Aldebert qui a rédigé l'ordonnance de renvoi, c'est un des avocats [de la Société générale ; ndlr] qui lui a communiqué. » Mais, juste après la diffusion de cet enregistrement, Me Olivier Baratelli, mandaté par Chantal de Leiris, a indiqué que cette dernière contestait la légalité de cet enregistrement clandestin, et que celui-ci ne pouvait donc être versé au dossier, sous peine de constituer un délit d'audience. Un argument que la cour d'appel de Versailles a rejeté.

S'en est suivie l'audition d'un témoin, Jean-François Lepetit, ancien président du CMF et de la COB, dont la fusion a donné naissance à l'AMF (Autorité des marchés financiers). Interrogé sur la qualité des mécanismes de contrôle de la Société générale entre 2005 et 2008, à l'époque des faits, il répond qu'il n'en a aucune idée mais qu'il « n'y a pas de raison que ceux-ci n'aient pas été à la hauteur du professionnalisme de la banque ».

« Ce qui est invraisemblable, c'est la taille des positions prises par une seule personne »

Lorsque l'avocat général Jean-Marie d'Huy lui demande comment Jérôme Kerviel a pu s'exposer sur les marchés à hauteur de 50 milliards d'euros sans que la Société générale s'en aperçoive, Jean-François Lepetit invoque « la manipulation comptable », « l'imagination extraordinaire de certains opérateurs de marché pour cacher des positions non autorisées. » Tout en reconnaissant que « ce qui est invraisemblable, c'est la taille (50 milliards d'euros) des positions prises par une seule personne, ça ne colle pas. »

Tout l'enjeu des trois jours d'audience à la cour d'appel de Versailles, jusqu'à vendredi, est précisément de savoir si la Société générale a elle aussi commis des fautes ayant concouru à sa perte de 4,9 milliards d'euros en 2008, et si ces fautes l'empêchent de prétendre à une réparation intégrale de ce préjudice.

Une réparation intégrale à laquelle Jérôme Kerviel avait été condamné, en première instance puis en appel, à plus de cinq ans de prison dont trois ferme, mais qui avait été cassée par la Cour de cassation en 2014, la plus haute juridiction française ayant estimé que la banque avait failli dans ses mécanismes de contrôle, et ayant renvoyé le jugement sur ce volet civil de l'affaire devant la cour d'appel de Versailles.

Christine Lejoux, à la cour d'appel de Versailles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/06/2016 à 9:24 :
Mais ou sont les responsables et coupables de cette mascarade, au soleil sur la cote d'azur ?
Réponse de le 19/06/2016 à 13:20 :
Il n'y a plus trop de soleil sur la cote d'azur malheureusement.
Toute la colonne hiérarchique de Kerviel, et ce, jusqu'au pdg de l'époque (Daniel Bouton) sont partis de la banque, avec des enveloppes en gage de leur silence. L'ancien pdg s'était reconverti dans le conseil, mais cela est anecdotique vu son implication dans différentes grandes sociétés et groupements financiers ou de régulation.
Le plus effarant, c'est que les responsables directs au moment où l'affaire a éclaté n'étaient pas responsable de Kerviel depuis longtemps. Après leur départ, ils ont été remplacés par leur prédécesseurs... ceux même qui avaient laissé passer (encourager ?) ces prises de positions démentiels, à hauteur du capital de la banque !(tout en laissant croire qu'ils n'avaient rien vu... sauf évidement les bénéfices...)
a écrit le 16/06/2016 à 19:32 :
Nous attendrons donc bien sagement la décision finale: combien M.Kerviel remboursera-t-il au final, aux actionnaires, petits et gros, qui ont perdu de son fait (ceci est maintenant avéré par la sentence de la cour de Cassation) sur le préjudice correspondant au 1/4 de la capitalisation boursière de la société. Il s'agit évidemment de ne pas exiger de lui plus qu'il ne saurait raisonnablement en travaillant sa vie entière rembourser, mais aussi comprendre qu'un préjudice doit être remboursé par le fautif. Le fautif doit réparer sa faute!
Réponse de le 16/06/2016 à 21:02 :
Moi aussi je suis actionnaire de la SG.

Pour moi il y a une énorme faute du management qui est responsable de cet accident.
Réponse de le 16/06/2016 à 21:08 :
Encore faut-il connaitre le fautif pour cela. Dans cette affaire, le fautif semble s'en être sorti discrètement, tout en chargeant bien comme il faut un simple trader, dont l'entreprise ne pouvait ignorer les positions ...
Réponse de le 17/06/2016 à 7:06 :
Vous vous bosser pour les banques ! Ou alors êtes un actionnaire? J'ai l'impression que vous récitez un texte rédigé par le patron de Kerviel
a écrit le 16/06/2016 à 16:37 :
Cette affaire fait remonter dans ma mémoire le film de Rouffio: Le sucre. L'ambiance et les personnages sont du même acabit. L'avidité, exprimée avec un certain mépris, par Grézillo à l'encontre des spéculateurs qui lui demandaient: "Encore un p'tit peu" et qui aurait pu les conduire à leur perte sans l'intervention de l'Etat. Les petits porteurs payants les pots cassés. Rien n'a changé, les Banques créent les problèmes, les Etats renflouent et les épargnants "casquent". Evidemment que la SG savait, mais elle en voulait toujours plus, ce "encore un p'tit peu".
a écrit le 16/06/2016 à 16:36 :
C'est bien connu, il n'y a que la justice et le pape qui sont infaillible.
a écrit le 16/06/2016 à 14:35 :
La société générale avait été informée à plusieurs reprises par les organismes de contrôle
notamment en Allemagne. Ces organismes chargés de surveiller la bonne marche des
transactions avait prévenu la direction de la banque , de positions anormales et de vérifier
les comptes. Le trading est une activité surveillée, les salles de marché sont dirigées par un responsable qui tous les soirs surveillent les positions, celles débouclées ou celles
encore actives. Kerviel avant de faire perdre de l'argent à fait des opérations largement
gagnantes et qui ne respectaient pas d'avantage son autorisation de spéculer avec un montant plafonné . Il faut rappeler qu'une part importante des profits de cette banque provient de la spéculation mondialisée sur les marchés et des produits dérivés.
Réponse de le 16/06/2016 à 16:14 :
.Pour ma part ce qui me surprend c'est de savoir que des cadres de direction de la BNP ont enfreint la loi américaine, que la bnp a été condamnée à plusieurs milliards d'euros , l'équivalent de ce que Kerviel a fait perdre à la générale mais que eux n'ont jamais été inquiétés....en raison de leur position sociale !!!!!
Morale de l'histoire " que vous soyez puissant ou misérable ..." ....et comme Kerviel n'est pas Tapie ....
Réponse de le 18/06/2016 à 10:30 :
la banque devrait rembourser tous les trads gagnants supérieurs aux positions "normales"

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :