Deutsche Bank vers une restructuration historique ?

 |   |  446  mots
En se séparant de Postbank, l'établissement financier allemand fermerait jusqu'à un tiers de ses 700 agences en Allemagne.
En se séparant de Postbank, l'établissement financier allemand fermerait jusqu'à un tiers de ses 700 agences en Allemagne. (Crédits : © Ralph Orlowski / Reuters)
L'établissement financier allemand pourrait se séparer de sa filiale Postbank, jugée trop peu rentable. La question sera débattue lors d'un conseil de surveillance convoqué vendredi 24 avril.

Publié le 20/04/2015 à 08:02. Mis à jour le 20/04/2015 à 10:46.

Deutsche Bank va-t-elle se séparer de sa filiale ? L'établissement financier allemand pourrait revendre sa banque de détail Postbank, acquise par étapes à la fin des années 2000. L'information est rapportée par l'agence de presse Reuters, qui a consulté des analystes et des sources financières au fait des discussions au sein du groupe. Le Financial Times avance également cette information.

Deutsche Bank conserverait toutefois le réseau de banque de détail à son nom, ce qui reviendrait à préserver le modèle de "banque universelle". En outre, les activités de banque d'entreprise et de gestion de fortune devraient être renforcées, afin de compenser en partie la volatilité des revenus de la banque d'investissement.

Ces questions doivent être débattues lors d'un conseil de surveillance convoqué vendredi 24 avril.

Des milliards d'euros d'économies

En optant pour la vente de sa filiale, Deutsche Bank devrait réduire sa base de coûts 2014 d'environ trois milliards d'euros, jugent les analystes de JPMorgan. Le groupe a diminué ses coûts de 3,3 milliards depuis 2012 alors qu'il visait initialement 4,5 milliards d'économies.

La valeur de la division de banque de détail est estimée à quatre milliards d'euros, ou 0,4 fois la valeur comptable, selon la banque d'investissement Jefferies, une valorisation parmi les plus basses du secteur en Europe.

Mais la principale difficulté serait de trouver un acheteur. Postbank est considérée comme l'une des banques les moins rentables d'Allemagne avec un ratio coût/revenus de 81%, contre 67% pour Commerzbank.

Coût social important

L'éventuelle séparation impliquerait un coût social important. Postbank regroupe 1.100 agences et 14 millions de clients tandis que le réseau Deutsche Bank comprend 730 agences et 8,5 millions de clients.

En se séparant de Postbank, l'établissement financier allemand fermerait notamment jusqu'à un tiers de ses 700 agences en Allemagne.

     Lire aussi >> Les banques américaines et européennes ont supprimé 59.000 postes en 2014

Grève illimité à Postbank

Les salariés de Postbank ont démarré lundi une grève illimitée. "Les salariés sont extrêmement déstabilisés par les spéculations sans cesse renouvelées sur le maintien (dans le giron de Deutsche Bank) de Postbank et/ou de toute l'activité de banque de détail", explique un un porte-parole du syndicat des services.

Deutsche Bank, en panne de performances

Sous-valorisée en Bourse et pas assez performante, la banque allemande devrait par ailleurs plaider coupable et passer un accord avec la justice américaine pour clore des enquêtes sur son implication dans la manipulation du taux interbancaire Libor. L'établissement financier allemand devrait payer paierait 1,5 milliard de dollars d'amende (1,4 milliard d'euros).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/04/2015 à 15:26 :
La belle blague....Cette info en cache une autre: l'effet de levier chez Deutsche Bank est intenable du fait de l'engagement de cette banque dans les produits dérivés!
Lorsque la bulle financière éclatera cette banque ne sera pas la dernière à connaitre un mauvais sort.
a écrit le 20/04/2015 à 12:04 :
On parle de la restructuration du secteur bancaire allemand depuis des années, et de la profitabilité de la DB depuis tout autant. CBK n'est pas, non plus, assez profitable, et la moindre amende peut mettre les comptes dans le rouge..
a écrit le 20/04/2015 à 10:36 :
C'est bien qu'ils rationalisent, ils seront en position de force ou au moins de stabilité, tout comme les banques US, surtout si une nouvelle crise survient,
A propos de scandale du Libor, où en sont nos banques ?
Réponse de le 20/04/2015 à 15:38 :
Je me demande même si ils n'ont pas encore une surprise à venir, les subprimes sur x produits font doucement mais surement des ravages au usa, enfin, on saura tout ça à l'autopsie (et encore).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :