Education financière : la France ne veut plus être le mauvais élève

 |   |  1110  mots
Le comité stratégique d'éducation financière s'est réuni, ce lundi 25 novembre, à Citéco, le nouveau musée dédié à l'économie. Plusieurs axes dactions prioritaires ont été présentés pour améliorer le niveau de connaissance économique et financière des Français.
Le comité stratégique d'éducation financière s'est réuni, ce lundi 25 novembre, à Citéco, le nouveau musée dédié à l'économie. Plusieurs axes d"actions prioritaires ont été présentés pour améliorer le niveau de connaissance économique et financière des Français. (Crédits : Juliette Raynal)
Plus de deux ans après la mise en place d'un comité stratégique dédié à l'éducation financière, la France veut mettre un coup d'accélérateur à l'heure où plus de trois quarts des Français jugent leur niveau de connaissances moyen ou faible. Au programme : le déploiement d'un passeport "éducfi" à destination des collégiens et le maillage du territoire de différents points d'accueil : les uns dédiés à la gestion budgétaire, les autres au placement de son épargne.

"Les grands sujets économiques, les placements financiers, les questions de taux d'intérêt, d'inflation ne font pas partie de notre culture commune. L'objectif (..) c'est de faire en sorte que cette éducation financière fasse partie du patrimoine des Français ", a expliqué Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie et des Finances, lors d'un point presse organisé, ce lundi 25 novembre, à l'occasion d'une réunion du comité stratégique d'éducation financière, mis en place en 2016 et orchestré par la Banque de France. Celle-ci se tenait symboliquement dans l'enceinte de Citéco, musée de l'économie inauguré il y a quelques mois au sein du très singulier hôtel Gaillard dans le 17ème arrondissement de la capitale, à deux pas du parc Monceau.

La France moins bonne que ses voisins européens

Selon une enquête de la Banque de France, réalisée en 2018 auprès d'un échantillon de plus de 2.100 personnes, 77% des Français interrogés jugeaient leurs connaissances financières moyennes ou faibles. Bien qu'il s'agisse d'une auto-appréciation, ces résultats semblent coller à la réalité. Il rejoignent ainsi la mauvaise performance de la France à la première évaluation Pisa, réalisée en 2012 par l'OCDE auprès des élèves âgés de 15 ans. "Les résultats des élèves français en culture financière sont inférieurs à la moyenne des 13 pays et économies de l'OCDE ayant participé à l'évaluation. Environ un élève sur cinq (19.4 %, contre 15.3 % en moyenne dans l'OCDE) n'atteint pas le niveau de compétence de base (niveau 2) en culture financière", écrit l'organisation internationale dans une note consacrée à l'Hexagone.

"C'est l'un des paradoxes de la France, nous avons du retard en matière de culture économique, mais nous sommes aussi une grande nation d'économistes. Notre défi, c'est que cette culture économique irrigue toute la population française", a commenté Bruno Le Maire.

Dans cette optique, le comité stratégique d'éducation financière, qui rassemble pouvoirs publics, acteurs institutionnels, professionnels et associatifs, cible trois populations en priorité : les jeunes, les ménages en situation de surendettement ou de fragilité financière ainsi que les entrepreneurs. Les actions menées à leur égard doivent s'accélérer lors des prochains mois.

Déploiement du "passeport Educfi"

Au cours de l'année scolaire écoulée, des collégiens de classes de 4ème et 3ème de l'académie de Versailles ont ainsi pu expérimenter le passeport d'éducation financière, baptisé "passeport Ecofi". Il s'agit d'une séance de découverte de gestion budgétaire et d'utilisation des moyens de paiement. "Cette expérimentation va être étendue à cinq autres académies en 2020", a indiqué François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France, sans en dévoiler les noms. Aujourd'hui, cette introduction à l'éducation financière est dispensée par des salariés de la Banque de France, mais à terme, pour être généralisée, elle devrait l'être par les enseignants eux-mêmes, qui pourront s'appuyer sur des ressources pédagogiques mises à disposition par la banque centrale.

Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse, a par ailleurs rappelé que dans le cadre de la réforme du lycée, l'accent était désormais davantage porté sur la micro-économie. Selon lui, la présence de l'économie au collège et au lycée doit également s'effectuer à travers d'autres disciplines, comme les mathématiques où la question du calcul des taux d'intérêt peut être abordée. Il est également prévu que l'éducation financière fasse son entrée dans le service national universel (SNU). "Cette année 30.000 jeunes vont être concernés", a souligné Jean-Michel Blanquer.

Accompagnement budgétaire et information "neutre" sur l'épargne

Concernant les populations les plus fragiles, 150 points budget conseil (PBC) ont été labellisés suite à un appel à projets lancé entre avril et juin dernier drainant plus de 400 candidatures. Ces lieux d'accueil visent à informer, conseiller le public et à identifier les ménages en difficultés financières pour mieux les orienter. "Chaque structure labellisée bénéficie d'un soutien de 15.000 euros par an que l'Etat apporte", a précisé Christelle Dubos, secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé, présente lors du point presse. Cela représente donc un total de 2,25 millions d'euros sur l'année 2019 et le gouvernement prévoit de labelliser 250 points d'accueil supplémentaires en 2020 de manière à couvrir tout le territoire. Par ailleurs, la Banque de France prévoit de former 18.000 intervenants sociaux supplémentaires sur ces questions en 2020.

Toujours dans une logique de proximité, la Banque de France pilotera le déploiement des "rendez-vous de l'épargne" à destination du grand public. "Le conseil que nous pouvons apporter aux Français en matière d'épargne est un sujet majeur", a souligné Bruno Le Maire, rappelant l'environnement de taux durablement bas et la nécessité pour les Français de diversifier leur épargne à l'heure où, justement, le gouvernement fait la promotion de nouveaux produits comme le Plan épargne retraite (PER) et se félicite du succès populaire de la mise en Bourse de la Française des Jeux (FDJ).

A partir de l'année prochaine, dans chaque département, un local de la Banque de France accueillera donc un point conseil sur les placements. "Ce sera par définition un conseil désintéressé, qui répondra à des critères d'intérêt général. Ce sera un conseil apporté par la Banque de France en toute neutralité", a souligné le ministre de l'Economie et des Finances. Ces réunions d'information seront coordonnées par l'Autorité des marchés financiers (AMF) et l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR).

Une nouvelle enquête en 2021

Quant aux entrepreneurs, le portail Mesquestionsdentrepreneur.fr, comprenant un jeu d'analyse financière, a récemment été lancé. Une deuxième version est prévue en 2020. La Banque de France mène également une réflexion sur le développement d'une appli mobile, à la fois pratique et ludique, à destination des 17-25 ans, qui correspond à la période de la vie où les jeunes gagnent en autonomie en poursuivant leurs études loin du domicile familial ou en entrant dans la vie active.

Pour mesurer l'impact de toutes ces actions, la Banque de France prévoit de mener une nouvelle enquête sur les connaissances économiques, budgétaires et financières des Français dont les résultats seront publiés en 2021. "Nous sommes tous mobilisés pour qu'elle montre une amélioration sensible", a conclu François Villeroy de Galhau.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/11/2019 à 6:45 :
quand je lit "education financière", je vois tres bien le formatage des esprits pour en faire de bons consommateurs sans esprit critique petits soldats du capitalisme marchand mondialisé. L'éducation, ça ne peut pas se réduire a ce périmètre là. Mais nos dirigeants ne veulent pas des citoyens trop éduqués, sinon ceux ci finissent par comprendre ce qui se passe vraiment, et ils se retrouvent dans la rue faute de pouvoir déloger leurs "élites" autrement. Ils faut alors des policiers qui deviennent des éborgneurs répandant la terreur pour les ramener a la maison près des centres commerciaux, et ça fait désordre pour le business. Apprenons leur à épargner, dans la bourse qui nous enrichit, mais surtout pas a réflechir par eux-mêmes, ils pourraient se révolter à nouveau.
a écrit le 26/11/2019 à 13:24 :
" a indiqué François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France"

C'est clair qu'avec un nom comme ca, il ne pouvait pas travailler dans le BTP, la restauration ou l'Hotellerie.Vous voyez dès qu'on laisse une tête ca repousse vite.
a écrit le 26/11/2019 à 10:40 :
Les problèmes ne sont pas que dans l'éducation financière mais dans l'éducation dans tous ses aspects basiques. Mais on se ferme les yeux depuis des décennies sur cette réalité
a écrit le 26/11/2019 à 9:06 :
quand vous avez un president qui dit que c est gratuit, car c est l etat qui paie, vous vous dites qu il y a en effet du boulot …
Apres je vois bien les prof dont une majorité est quand meme tres a gauche aller expliquer ce que c est une action, une obligation ...
a écrit le 25/11/2019 à 23:01 :
On pourrait par exemple donner une petite formation à Manu Macron qui dit qu il faut arrêtez l austérité
Un pays qui fait 100 milliards de déficits n est pas dans l austérité mais dans la dépense non contrôlée
Que la limite des 3% a été créé pour éviter de se retrouver comme les grecques un jour
Que les dettes des états sont toujours remboursées
Les allemands font 50 milliards d excédent
On est là honte de l Europe
Réponse de le 25/11/2019 à 23:16 :
C'est sûr qu'avec nos politiques dans le déni des problèmes qui gangrènent la France, les français ne reçoivent pas de formation continue..Nul besoin d'aller chercher ailleurs pour comprendre l'absence de compréhension de beaucoup trop de français de la nécessité d'équilibrer les budgets, à commencer celui des retraites. Pourtant, la France est à la pointe en mathématiciens (et quelques mathématiciennes) de grand niveau.
Réponse de le 26/11/2019 à 12:52 :
@Pollo : les allemands ont peut-être 50 milliards d'excédent, mais ils ont frôlé de très peu la récession au dernier trimestre !! Cherchez l'erreur ...
Réponse de le 26/11/2019 à 13:19 :
"Les allemands font 50 milliards d excédent "

Super, ils vont pouvoir rembourser leur dette de guerre à la Grèce.
a écrit le 25/11/2019 à 20:10 :
C'est marrant le décalage d'action alors que des traités ont été signés qui de fait aurait du produire sens?

Dans les colonies de vacances pour ceux qui ont pu connaître, vous aviez y compris un chéquier, du coup je crois surtout que la question est essentiellement un problème de compréhension des enjeux de ceux qui veulent le pouvoir, après sonne le vide si ce n'est que la vision n'est plus et c'est tellement visible que les questions sont par défaut, une formidable possibilité de le comprendre!!!

Je pense qu'il est difficile de parler de cette question sans constater que le problème n'est pas celui de ceux qui veulent le pouvoir, non?


Il faut donc s'adresser a ceux qui gèrent pour savoir en quoi les gens ne comprendrais pas, qu'ils vivrons moins bien, que le marché est atone, que les opportunités dépendent d'un système qui n'est pas implacable dans le cheminement de l'individu.

L'état éducateur, te dit, tu seras ceci ou cela, du coup tu es ni ceci ou cela, si l'on est encore sur cette question a ce moment de transformation, d'évolution de mathématisation de la vie et donc de la compréhension des enjeux.
a écrit le 25/11/2019 à 18:41 :
Comprendre les rudiments de l'économie et la finance est sans doute nécessaire mais ce n'est pas suffisant. Il faudrait aussi faire comprendre aux gens qu'il y a rarement de solutions simples aux problèmes complexes, car le principal angle d'attaque des populistes est justement de faire croire aux crédules le contraire c.à.d. qu'il existe une solution universelle simple à tout problème "n'y a qu'à "
Réponse de le 25/11/2019 à 20:54 :
je suis d'accord avec vous sur la 1ere moitié de votre commentaire mais pas sur la 2nd moitié (à partir du mot "populistes" qui est galvaudé)

on pourrait tout aussi bien dire des "oligarchistes" qu'ils produisent le même discours simpliste et ce depuis des années : ne vous inquiétez pas, on s'occupe de tout, consommez, endettez-vous, dépensez votre épargne ou investissez-la en action, et tout ira bien :)
a écrit le 25/11/2019 à 18:27 :
je trouve assez rigolo que tous ces gens passent bcp de temps à nous expliquer que nous ne comprenons rien à l'économie, la finance, etc..
alors qu'eux même ne comprennent visiblement rien à ces même sujets, vu qu'en dépit de leur prétendu expertise, ils ne savent expliquer pourquoi la croissance est molle en dépit des injections monétaires, de déficits parfois faramineux (USA 2019) des taux extrêmement bas (baisse des taux de la FED et de la BCE, entre autre, encore récemment)
bcp de gens n'ont pas oublié qu'ils se sont fait rincer avec france Telecom, EDF, Eurotunnel etc...
je crois que les français ont parfaitement conscience que la croissance économique n'est pas endogène, qu'elle est maintenue à bout de bras par les états et banques centrales
et juste pour faire court, je pense qu'ils n'ont pas très envie d'épargner sur des supports qui, lorsqu'ils seront à la retraite, peuvent s'effondrer lors de la prochaine récession ou dépression (nombres de retraités américains ont du reprendre le chemin du travail lors de la crise de 2007-2009 quand leur épargne retraite s'est évanouie)
a écrit le 25/11/2019 à 17:21 :
errata
il fallait lire
' la france a le meme niveau en education financiere, qu'en maths, en langues etrangeres ou en lecture'
et interdire de savoir lire, c'est tres bien, ca reduit les inegalites entre ceux ' qui en ont la chance eux' de savoir lire, et ceux 'qui n'en n'ont pas la chance eux', et qui tirent tout le monde vers le bas dans un grand cadre de nivellement par le bas si cher a la gauche francaise
par contre il est interdit de ne pas savoir que jaures , beria et polpot etaient de saints hommes de gauche, petris d'humanite, car ils avaient la bonne morale
a écrit le 25/11/2019 à 17:07 :
Tandis qu'il faudrait enseigner aux enfants le vivant, à savoir l'air du temps, comme la permaculture par exemple, on va leur imposer une discipline aussi inintéressante que néfaste pour l'humanité par ailleurs en déclin il n'y a qu'elle pour ne pas le voir.

Comme si vous n'aviez déjà pas assez fait de mal aux enfants... Lamentable.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :