Les Français ont mis 80 milliards d'euros de côté à fin juillet

 |  | 722 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : George Hodan / PublicDomain / CC0)
Le taux d'épargne en France a augmenté de 12 points au deuxième trimestre pour s'établir à 27,4%, note l'Insee. La consommation des Français, après le rebond post-confinement, peine à repartir du fait d'un manque de confiance dans l'avenir.

Le confinement a conduit les Français à fortement épargner, au détriment de la consommation qui peine à repartir d'un bon pied, malgré les messages d'optimisme du gouvernement. Cette frilosité à dépenser, alors que les revenus ont été préservés par les mesures de chômage partiel, se mesure au gonflement de l'épargne, dont le taux a augmenté de 12 points pour s'établir à 27,4% au deuxième trimestre, selon les chiffres de l'Institut national des statistiques et des études économiques (Insee) vendredi. D'ici la fin de l'année, les Français devraient avoir mis de côté pas loin de 100 milliards d'euros, "l'épargne Covid" s'élevant déjà à 80 milliards à fin juillet, selon la Banque de France.

Relancer la consommation

Aussi, face à cette frilosité, l'enjeu pour le gouvernement sera de relancer la consommation des ménages. Attendu jeudi, le plan de relance de 100 milliards d'euros "devra remettre dans le circuit cette épargne excessive en rassurant sur l'emploi", note Philippe Waechter, chef économiste chez Ostrum Asset Management.

"Comment on mobilise cette épargne pour soutenir l'économie? C'est la grande question. Le plan de relance est censé faire repartir la machine mais il ne comporte pas de mesure ciblée sur l'épargne comme en Allemagne", qui a décidé de baisser la TVA pendant six mois, relève Mathieu Plane. "Le gouvernement préfère donner un message de confiance, inciter les Français à dépenser, mais est-ce que cela sera suffisant? Le risque est de mourir riche", ironise l'économiste.

D'autant que le fragile optimisme qui prévalait depuis le déconfinement risque d'être mis à mal par la recrudescence de l'épidémie, qui a conduit à imposer le port du masque à Paris ou Marseille et dans les entreprises.

Lire aussi : Tous masqués à Paris et sa proche banlieue

La consommation post-confinement n'a pas rattrapé ses pertes

Plus grave que le masque obligatoire, la perspective d'un réconfinement. De fait, le trimestre porte les stigmates de l'obligation imposée aux Français de rester chez eux: les dépenses de consommation ont ainsi chuté de 11,5%.

Après avoir bondi à la sortie du confinement (+35,5% en mai et +10,3% en juin), les achats se sont stabilisés en juillet (+0,5%), avec une prime pour la consommation de carburants, en forte hausse, au détriment des dépenses en habillement-textile qui progressent plus faiblement.

La consommation des ménages retrouve ainsi "quasiment" son niveau de novembre 2019, selon l'Insee, mais "on n'a pas eu de véritable rattrapage, au sens où on continue d'accumuler des pertes", selon Mathieu Plane, directeur adjoint du département Analyse et Prévision de l'OFCE. Dès lors, "on ne peut pas parler de reprise, mais d'un simple rebond" de l'activité.

Pire chute du PIB en France depuis 1949

Surtout, cette baisse de la consommation a fait chuter le produit intérieur brut de 13,8% au deuxième trimestre 2020, selon l'Insee. Cet effondrement est inédit depuis 1949, date à laquelle il a commencé à mesurer l'activité économique française de façon trimestrielle. Même après la chute de Lehman Brothers en 2008-2009 ou la grève générale de mai 1968, la chute n'avait pas été aussi brutale.

Après un recul du PIB de 5,9% entre janvier et mars, la France est donc officiellement entrée en récession à l'issue du premier semestre.

Lire aussi : 2020, année chaotique : le PIB de la France bondira de +19% au 3e trimestre et ne reculera "que" de 9% au total, prédit l'Insee

Parce que le confinement y a été plus strict et en raison de la spécialisation sectorielle de l'économie (tourisme et aéronautique), la France fait moins bien que l'ensemble de la zone euro (-12,1%) et a fortiori que l'Allemagne, où le recul est limité à 10,1%. Mais l'Espagne a subi un recul de 18,5% et le Royaume-Uni de 20,4%.

Pour 2020, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a confirmé la prévision du gouvernement d'une contraction du produit intérieur brut (PIB) de 11%, alors que l'Insee table sur -9%. Cette prudence s'explique notamment par "beaucoup d'incertitudes internationales", a-t-il justifié, citant le Brexit, l'élection présidentielle américaine et le futur plan quinquennal chinois.

A plus long terme, le PIB français ne devrait retrouver son niveau d'avant-crise qu'en 2022, où une croissance de 1,4% est attendue.

Lire aussi : Crise sanitaire : le déficit se creuse de 34 milliards d'euros par rapport à 2019

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/08/2020 à 14:50 :
J'ai beaucoup de mal à le croire...
Réponse de le 01/09/2020 à 11:09 :
Faut pas si 95% des Français font partie des classes pauvre et moyenne et manquent d'argent, 5% se partagent la richesse de notre pays. Exemple si 95 personnes ne peuvent pas mettre de l'argent de côté, Mr Macron lui peut compenser à lui seul via son salaire qui ne sert qu'à des plaisirs vu qu'il paye rien... Maintenant si un prend des Carlos Ghon, Guillaume Peppi... croyez vous pas que leurs salaires sont démesurés et non justifiés?
a écrit le 30/08/2020 à 13:59 :
Je ne sais pas, le chiffre me parait très haut, en divisant cela par les nombres: de français, d'actifs,... Je me retrouve avec de grosses sommes.
Ca m'étonnerait que la majorité des français aient pu épargner à ces niveaux; cette épargne doit plutôt viser les classes moyennes et hautes de revenus qui ne dépensent plus. Et du coup lexicalement ça serait peut être plus compréhensible, que de se dire que jean kevin smicard de son état, au lieu d'acheter son dernier iphone pour se dire qu'il est comme le reste du monde préfère épargner au cas où, alors que c'est peut être plutôt jean rodolphe qui ne dépensent plus ses 10K mensuels.
a écrit le 30/08/2020 à 11:02 :
OUI!!
ET ALORS!!!!!
ca regarde qui ce que je fait de mon argent!!!!
a écrit le 29/08/2020 à 15:22 :
On est sous manipulation collective pour éviter toute adaptation individuelle responsable!
Dormez brave gens!
a écrit le 29/08/2020 à 14:34 :
Relancer la consommation :
Que TOUS les prix y compris eau/gaz et électricité soient baissés de 20 % et vous verrez .
Réponse de le 29/08/2020 à 16:46 :
En fin de compte cela correspond a la TVA prélevé! Mais ce qu'il désire c'est justement nous "arnaquer" ce montant!
Réponse de le 30/08/2020 à 18:37 :
Les 20% corresponde a la TVA qui est loin d'être sociale!
a écrit le 29/08/2020 à 13:31 :
Il faut virer Macron et son barratin , la France est une ruine avec un service public décomposé . Seul un pouvoir autoritaire pourra nous sortir de l'ornière .
a écrit le 29/08/2020 à 12:56 :
Retraités, après les 1,7% de CSG pris en plus par ce gouvernement LREM, et pour certains encore qui paient les taxe d'habitation, il faut continuer et persister à ne pas consommer et à moins donner aux enfants et petits-enfants. Ils faut leur expliquer ce qu'est le gouvernement LREM issu du socialisme rempant. Nous avons un allié de poids, et qui revient à grand pas le CODIV-19 qui plombe lourdement l'économie.
a écrit le 29/08/2020 à 12:37 :
Si le gouvernement veut de la consommation je lui conseille fortement d'enlever le simulateur de retraite ! Depuis que j'ai pu constater à quel point j'allais me faire avoir je ne consomme plus que par stricte nécessité ! Et c'est incroyable de voir à quel point on peut réduire son train de vie sans la moindre gêne ! Revoyez vos assurances vos forfaits téléphone votre façon de manger et SURTOUT les vices qui en plus vous font du mal. Rien qu'en arrêtant la clope et l'alcool vous vous retrouvez avec une petite fortune à épargner chaque fin de mois ! Terminé les restos les bars et autres cinés ! J'essaie chaque mois de faire mieux que le précédent et j'ai pas commencé avec le covid !
Réponse de le 29/08/2020 à 13:28 :
Idem pour moi : je n'ai qu'un seul objectif : rembourser au + vite mon emprunt pour mon domicile (maison avec jardin potager et arbres fruitiers) adopter "la simplicité volontaire". Vivre bien sans superflu dont on ne fait rien au final. Arrêt des achats "compulsifs" dont nous n'avons pas besoin.
Bref se recentrer sur ce qui est important : bon bien-être, ses amis, sa famille et les plaisirs simples de la vie
J'économise, jamais dans le rouge et bonus, je dors très bien !
Réponse de le 29/08/2020 à 17:40 :
je fais comme toi a cause de ma future retraite de polypensionnee. j'ai cessé de consommer pour améliorer ma future pension. Quand j'entends que des personnes défendent le système actuel de retraite, ça me rend dingue. Il est tellement inégalitaire.
Réponse de le 30/08/2020 à 0:35 :
Les "jeunes générations" -disons en dessous de 35 ans - doivent comprendre que la retraite par répartition ne eur fournira que le minimum absolument vital pour éviter la rue;, pas plus pour avoir une retraite un minimum confortable - un toit, une alimentation corrrcte et quelques loisirs de base -, il faut impérativement économiser et investir dès son entrée dans la vie active. Oui c'est difficile, surtout avec les salaires nets assez bas actuels, mais c'est néanmoins vital.
Réponse de le 30/08/2020 à 13:53 :
y'avait pas besoin d'un simulateur à la retraite, si vous aviez suivi votre cours d'économie au lycée, qui était même présent dans mon lycée pro, vous auriez su que la moyenne des retraites des gens nés depuis les années 70 seraient plus proches du minimum vieillesse que du smic.
Faute au déséquilibre démographique, du chômage de masse endémique et la montée des coûts de la prise en charge sociale.
a écrit le 29/08/2020 à 12:34 :
mais c'est l'épargne de précaution, les EHPAD sont tellement chères qu'ils faut bien que les pauvres gens jouent aux fourmis. C'est aux riches de relancer l'économie, en embauchant, en consommant en France etc, etc.... Mais ils n'ont jamais vraiment participer à l'essor du pays ! Ah oui pour se plaindre ils sont bien présents, pour trouver des ficelles pour gagner plus là ils sont bien présents, à voir les affaires que sortent les journaux d'investigation on a compris. Il serait de bon temps de foutre la paix aux petits épargnants du livret A, et de regarder à la loupe les agissement des actionnaires et leurs fortunes
a écrit le 28/08/2020 à 19:57 :
100 puis 80, bientot 60, 40 voir que dalle.
Ces articles sont tellement serieux que les titres sont dignes de 1984
a écrit le 28/08/2020 à 18:34 :
"Le ou la Covid19", enfin le "machin" ( mot cher à De Gaulle) à le mérite de faire comprendre aux Français qu'hors gadget et vacances au bout du Monde (par avion), il y a en France suffisamment d'éléments pour vivre bien, sainement, simplement.
Écologiquement, c'est un plus.
a écrit le 28/08/2020 à 18:05 :
100 milliards mis de côté d'une part, et une dette publique qui s'est creusée de combien? 500 milliards? Soyons plus sérieux, l'argent public (et privé) doit aller vers ce qui rend notre pays plus compétitif, et permettra, peut-être, le maintien de notre niveau de vie très élevé.. A défaut, les lendemains vont être extrêmement sombres.
a écrit le 28/08/2020 à 16:15 :
N'en déplaise aux grincheux la décroissance a commencé, le covid n'en est qu'un accélérateur.
Inéluctable, des ressources limitées, une augmentation de la population faudra faire avec.
Une hérésie donc que de vouloir dépenser pour du superflu.
Réponse de le 28/08/2020 à 19:22 :
Les guerres et les pandémies ont toujours causé une décroissance temporaire. Rassurez vous la croissance repartira de plus belle après. C'est comme après la pluie, c'est toujours le beau temps.
Réponse de le 30/08/2020 à 17:01 :
Oui, vive la décroissance. Lorsque les gens mourrons de faim ils seront prêt à se prostituer. Ils auront la liberté juridique mais en réalité les contraintes économiques.
Franchement vous regardez ce pour quoi vous prêchez.
a écrit le 28/08/2020 à 16:15 :
Dépenser pour acheter quoi ? Lorsqu'on a déjà de quoi se loger, se nourrir et quelques gadgets electroniques, il ne reste plus vraiment de besoin à satisfaire.
Réponse de le 28/08/2020 à 17:55 :
Oui, d'autant que cela augmente à côté:

Mauvaise nouvelle pour le pouvoir d'achat des ménages. Alors que les comptes des particuliers sont déjà bien éprouvés par les retombées de la crise sur l'emploi et les salaires, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) annonce le relèvement de 0,6% des tarifs réglementés de vente du gaz au 1er septembre. Cette augmentation sera, par rapport au dernier barème d'août, de 0,2% pour les clients utilisant le gaz pour la cuisson, de 0,4% pour ceux qui ont un double usage cuisson et eau chaude, et de 0,7% pour le chauffage.
a écrit le 28/08/2020 à 16:15 :
Visiblement la confiance règne vis a vis de l’État, serait elle tenté de nous décevoir?
a écrit le 28/08/2020 à 15:02 :
Dépenser en voyages à l'étranger, en vacances, en restaus vs covid masqué ?
Avec mes 190€/mois de revenus (AssuranceVie) j'ai pas économisé, rien acheté en VPC (hors composants électroniques livrés par TNT en boite aux lettres) parce qu'on nous avait dit que la Poste ne livrait que l'essentiel, l'indispensable, pour survivre, pas le futile vu le personnel moins nombreux vs covid. J'ai peut-être mal interprété, j'adore la VPC (livres FNA*, autres trucs, café équitable,), ça me fait penser à ma sonde différentielle, à commander (pas très très cher mais indispensable pour faire des mesures d'appareils sur secteur !).
Les gens ne se sont pas habitués à la dépense réduite pendant le confinement, on survit, la frénésie acheteuse, voire fièvre n'est-ce pas du passé ?
En soldes (juillet) ai trouvé des chaussures Meph* pour une fois, y a pas que du 46 ou 47 ! Le problème des vrais soldes, ne reste que ce qui se vend peu, pas fabriqué "spécial soldes".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :