General Electric vend à Goldman Sachs 16 milliards de dollars de dépôts bancaires

 |   |  361  mots
Des personnels de GE Capital Bank U.S vont également rejoindre Goldman Sachs.
Des personnels de GE Capital Bank U.S vont également rejoindre Goldman Sachs. (Crédits : © Lucas Jackson / Reuters)
La transaction porte sur l'acquisition de GE Capital Bank U.S, une plateforme bancaire en ligne créée par le conglomérat américain. Lequel continue donc de quitter le secteur de la finance - et de solder la crise financière de 2008- pour se recentrer sur ses activités industrielles.

Goldman Sachs va intervenir dans le recentrage sur ses activités industrielles entrepris par General Electric. La banque d'investissement rachètera pour 16 milliards de dollars (14,3 milliards d'euros) de dépôts bancaires au conglomérat américain, révèle un communiqué publié jeudi 13 août.

Les termes financiers de l'opération n'ont pas été rendus publics.

8 milliards de dépôts bancaires et autant en certificats de dépôts

La transaction porte sur l'acquisition de GE Capital Bank U.S, une plateforme bancaire en ligne de GE. Elle comprend environ 8 milliards de dépôts bancaires et pour 8 milliards de certificats de dépôts (titres de créance négociables destinés la plupart du temps aux investisseurs professionnels).

Des personnels de GE Capital Bank U.S vont également rejoindre Goldman Sachs, est-il indiqué dans le communiqué.

"Cette transaction est un autre pas important" dans la réduction de la taille de GE Capital, considérée avant la crise financière de 2008 comme la cinquième banque américaine, a expliqué Keith Sherin, un des responsables du conglomérat, cité dans le document.

68 milliards de dollars d'actifs financiers déjà vendus

Les déboires, pendant la crise, de GE Capital, maison mère de GE Capital Bank U.S, ont conduit GE à abandonner le métier de banque pour se consacrer à ses activités industrielles: aéronautique, production d'électricité, équipements pour le bâtiment, transport et santé. GE a déjà ainsi vendu l'équivalent de 68 milliards de dollars d'actifs financiers et vise les 100 milliards de dollars de ventes d'ici à la fin de l'année. D'autres cessions sont prévues en 2016.

Mardi, le groupe de Fairfield (dans le Connecticut) a annoncé qu'il allait vendre à la banque Capital One, pour environ 9 milliards de dollars, un portefeuille de prêts octroyés à des acteurs de l'industrie de la santé.

Le conglomérat, qui veut générer 90% de ses bénéfices de ses activités industrielles à compter de 2018 contre 58% l'an dernier, prévoit de conserver seulement les structures de GE Capital offrant des solutions de financement aux clients souhaitant acquérir des produits qu'il fabrique.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/08/2015 à 12:01 :
Je trouve cela effarant ! GE ne transfère pas les avoirs de ses clients, mais les vend ! Et supposons que GS fasse faillite demain (bon, pour l'instant ils sont protégés par le système, mais rien n'est gravé dans la pierre), et bien votre argent est perdu sans qu'on vous ait demandé votre avis sur ce transfert/vente !!! Faut le faire quand même :-)
a écrit le 14/08/2015 à 17:27 :
L'entrain mis à la cession de son secteur bancaire ces derniers temps pointe la volonté de GE de se lancer dans une acquisition majeure aux USA. Ce sera probablement celle de United Technologies qui s'est allégé le mois dernier de son segment plus militaire. On sait que cela avait été le principal obstacle à une autre tentative ancienne. L'achat des turbines d'Alstom permettra de crédibiliser l'américain face à ce challenge industriel. GE est attendu à plus de 200 milliards de chiffre dans les deux ans. Sur la partie française UT a repris Goodrich qui avait lui même acquis TRW avec ses usines en France [TRW auto a été vendu à l'allemand ZF]. Il est probable que cette partie soit cédée encore une fois à un acteur local. GE regarde aussi les activités moteurs de l'anglais Rolls-Royce, ce qui le verrait mettre un terme aux accords avec Safran. Une manière de compensation.
a écrit le 14/08/2015 à 17:10 :
Le recentrage des activités de GE sur l'industriel est surtout bon pour la revalorisation boursière de ses activités, n'ayant plus l'épée de Damoclès d'une nouvelle crise du système financier sur le dos.
a écrit le 14/08/2015 à 16:40 :
GE a raison de vendre les liquidités pour investir dans du solide. GE fait sont job, fabriquer de la croissance et de l'innovation, pour un investissement basé sur des actifs réels comme ils savent le faire. Les liquidités, c'est pas forcément rentable a certains moments...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :