Scor encaisse les catastrophes naturelles au premier trimestre

 |   |  332  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le réassureur français a publié ce mercredi un résultat net au premier trimestre en baisse de 61%. Ce résultat a notamment été impacté par les charges des dernières catastrophes naturelles.

Les catastrophes ont impacté le résultat net au premier trimestre du groupe de réassurance français. Le résultat net du cinquième réassureur mondial est ressorti en baisse de 61% à 36 millions d'euros contre 93 millions un an plus tôt. Le groupe a été affecté par une charge avant impôt prévue de 157 millions d'euros liée aux tremblements de terre au Chili et en Haïti et à la tempête Xynthia en Europe.

Après un chiffre d'affaires en hausse de 3,3% à 1,613 milliard d'euros (en progression de 4,7% à données constantes dans le dommage et quasiment inchangé en réassurance vie), Scor a précisé avoir engrangé un volume d'affaires en progression de 14% lors du renouvellement de ses traités du mois d'avril (10% des renouvellements annuels).

Dans le dommage, le ratio combiné qui mesure la rentabilité technique des souscriptions en rapportant les coûts des sinistres et des frais aux primes encaissées s'est logiquement dégradé sous l'effet des catastrophes naturelles, ressortant à 108,6%, contre 99,4% un an plus tôt.

L'impact des catastrophes naturelles sur le bénéfice a été cependant en partie compensé par les résultats de la réassurance vie, dont la marge opérationnelle s'est redressée à 6,0% contre 4,5% un an plus tôt, à la faveur d'une hausse des revenus des placements et des plus-values réalisées permises par la progression des marchés.

Cependant, le groupe affiche des fonds propres en progression de 5,1% par rapport à la fin 2009 à 4,1 milliards d'euros. Concernant, l'embedded value ou EEV (valeur intrinsèque) malgré la crise "le niveau élevé de l'EEV à fin 2009 (s'établissant à 1,9 milliard d'euros - soit 10,8 euros par action - contre 1,7 milliard d'euros à fin 2008) atteste une nouvelle fois de l'efficacité de la stratégie de diversification" a précisé Scor.

"Le premier trimestre confirme la capacité du groupe à dégager des résultats positifs grâce à ses deux grands moteurs (dommage et vie) et à absorber de grands chocs", se félicite Denis Kessler, PDG de Scor, dans un communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :