le marché des introductions en Bourse se ranime

la dernière édition du rapport trimestriel de PwC, « IPO Watch », évoque un redressement du marché des introduction en bourse. Chez Nyse Euronext on ne crie pas encore victoire.

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Nyse Euronext, LSE Group, Deutsche Börse ou encore SIX Swiss Exchange peuvent-ils enfin rêver au retour d'un marché primaire actif ? Après une période prolongée d'incertitude et de volatilité, la dernière édition du rapport trimestriel de PwC, « IPO Watch », évoque un redressement du marché des introduction en bourse. Après seulement 868 millions d'euros levés sur les marchés européens au quatrième trimestre 2011, le premier trimestre de l'année en cours s'est soldé par un rebond à près de 2,3 milliards d'euros. Mais il est encore trop tôt pour crier victoire. « On assiste à une réouverture du marché, mais nous restons prudemment optimistes pour la suite », commente Marc Lefèvre, en charge de l'activité émetteurs chez Nyse Euronext.

Le bilan du premier trimestre 2011, de 3 milliards d'euros, n'a pas été atteint sur l'ensemble des marchés européens. Surtout, le nombre des introductions en Bourse ne s'est pas redressé. PwC en a comptabilisé 58 entre janvier et mars, dont 12 opérations sans levée de fonds. Le quatrième trimestre est somme tout comparable puisque sur les 78 introductions recensées, 50 ont été l'occasion de levées de fonds. Quoi qu'il en soit, on reste loin de 95 IPO du premier trimestre 2011, dont 75 avec levées de capitaux.

Des opérations moyennes de 50 millions d'euros

Seul élément plutôt encourageant donc, les capitaux sollicités : en Europe, l'opération moyenne ressort à 50 millions d'euros, contre 17 millions seulement au quatrième trimestre 2011 et 39 millions au premier trimestre 2011. Mais là encore, un petit bémol : deux opérations ont permis de gonfler les chiffres : Ziggo, un câblo-opérateur néerlandais qui a fait son apparition sur Nyse Euronext, et DKSH, une société thaïlandaise de négoce et de distribution cotée sur SIX Swiss Exchange.

Ziggo a levé 804 millions d'euros (925 millions avec l'option de surallocation), soit 84% de l'activité primaire totale de Nyse Euronext. DKSH a mobilisé 681 millions. Autrement dit, à elles deux, ces opérations expliquent 65% du bilan trimestriel. Sans elles, l'opération moyenne tombe à 18,5 millions d'euros sur l'ensemble de l'Europe.

Nyse Euronext constate toutefois l'arrivée de PME de taille plus importantes et des opérations plus importantes, passées de 5-10 millions en 2011 à 20-80 millions cette année. En seulement six opérations, hors Ziggo, l'opérateur boursier a d'ores et déjà dépassé son bilan de levées de 2011, qui était de 149 millions d'euros.

Quid du reste de l'année ? Les spécialistes de PwC mettent en avant d'autres points encourageants : des prix d'introduction qui ressortent dans le haut des fourchettes indicatives sont la preuve que les opérations récentes ont remporté un certain succès. Mais c'est aussi le comportement des actions nouvellement en Bourse : PwC évoque de bonnes performances globalement. Les projets d'IPO seraient nombreux, parmi lesquels des projets qui avaient été reportés l'an passé. De fait, si l'amélioration des conditions de marché se confirme ? à moins d'une résurgence de la crise en zone euro -, pour PwC les perspectives semblent positives pour 2012.

« Les yeux étaient rivés sur l'opération Ziggo », souligne Marc Lefèvre, Responsable Développement Commercial et Relations Emetteurs Listing Europe chez NYSE Euronext. « Et l'opération a été très bien accueillie ». Le dirigeant se veut donc optimiste, sans se départir d'une certaine prudence pour l'année en cours. « Ce vent positif dont nous profitons, avec de nombreuses opérations en perspective ? une dizaine identifiées à ce jour d'ici à la fin juin et des introductions plus importantes au second semestre, cette appétence des investisseurs, que ce soit les particuliers ou les professionnels, peut s'inverser rapidement si la crise en zone euro ressurgit. Les tout derniers jours nous incitent à la prudence ». Et parmi les opérations espérées au cours des prochains mois, le dossier Veralia pourrait bien revenir sur le devant de la scène.
 

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 06/04/2012 à 15:42
Signaler
Je souhaite pouvoir apporter un petit correctif à cet article. DKSH est une société dont le siège est suisse et basé à Zurich. Ceci explique sûrement son introduction au SIX Swiss Exchange.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.