Standard & Poor's s'explique sur la dégradation des banques

 |   |  542  mots
Copyright AFP
Copyright AFP
L'agence de notation a produit une étude sur les principales menaces qui pèsent sur la stabilité des notes des banques européennes.

La stabilité des notes des banques européennes ne tient qu'à cinq fils. Selon l'agence de notation Standard and Poor's, le cocktail explosif consiste, pour les banques, dans l'exposition aux cinq risques suivants : la détérioration de la qualité de crédit des Etats, la menace d'une récession économique, les contraintes de financement, la transition vers des exigences de régulation plus contraignantes et une modification de la nature du soutien des Etats.
L'agence de notation précise que "ces risques sont liés et peuvent se renforcer mutuellement. La manière dont les banques européennes y feront face aura un impact sur l'appréciation de leur qualité de crédit. Pour les banques qui sont exposées de manière sensible à un ou plusieurs de ces risques, leur notation pourrait être mise sous pression".

Perspectives négatives

Aujourd'hui, environ la moitié des notes des institutions financières les plus importantes en Europe est assortie d'une perspective négative par S&P. Sachant que la notation de la plupart des établissements financiers est liée à celle de leur pays d'implantation. S&P affirme ainsi qu'une stabilisation des notes des Etats permettrait de relâcher la pression sur celle des banques. Par contre, la santé du système bancaire peut se détériorer si l'environnement fiscal se dégrade et si l'aversion au risque des investisseurs perdure, ce qui impliquerait un renchérissement du coût du refinancement des banques sur les marchés.

Créances transfrontalières

Par ailleurs, pour S&P, l'impact d'une récession serait d'autant plus important que les plus grandes banques en Europe sont exposées à de nombreux prêts transfrontaliers dans les pays périphériques de la zone euro, ce qui constitue un facteur d'augmentation du risque de transmission d'une récession. "Nous remarquons des liens forts, par exemple, de la France et de l'Allemagne vers l'Italie et l'Espagne, de la Grande-Bretagne vers l'Irlande, ou de l'Espagne vers le Portugal. Il y a aussi des liens importants depuis l'Autriche, l'Italie et la Belgique, vers les pays d'Europe centrale et orientale, et de la Scandinavie vers les pays Baltes."

Des dégradations potentielles

S&P relève par ailleurs que certaines banques sont mieux positionnées que d'autres, qui auront besoin de davantage de temps pour s'adapter aux différents changements de leur environnement. En effet, les établissements qui tireront plus vite leur épingle du jeu sont, logiquement, ceux qui officient dans des économies résistantes, qui ont des fonds propres solides, des sources de liquidités et de financement maîtrisées, une moindre dépendance au refinancement sur les marchés, des positions de risque diversifiées, et un business model centré sur le client. "Les autres font face à des risques de restructuration plus importants et, potentiellement, à des dégradations".
L'agence annonce qu'elle pourrait abaisser les notes des banques qui auraient des difficultés à réduire leur dépendance aux prêts de la BCE et/ou à renforcer leur profil de financement et de liquidité. A l'inverse, les notes de celles qui sont peu vulnérables aux fluctuations des marchés et qui n'ont pas besoin de changer en profondeur leur business model, pourraient être stabilisées.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/04/2012 à 11:17 :
Juste pour avoir un aperçu "un peu" plus large de la situation, je conseille à tous ce lien amusant : http://www.fdic.gov/bank/individual/failed/banklist.html et vous noterez une nouveauté réellement hilarante : "No Acquirer"...
a écrit le 12/04/2012 à 0:31 :
Qu'a l'Australie a voir la dedans? Probablement lu "Australia" ou de trouvait "Austria". La Grèce a également profité des taux bas qui ont suivi l'adoption de l'euro pour multiplier les créances envers... La Bulgarie, la Macédoine et même l'Albanie!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :