Scor profite de la clémence des évènements naturels au premier trimestre

 |   |  331  mots
Copyright Reuters
Le réassureur améliore son résultat net trimestriel par rapport à l'an dernier à 104 millions d'euros grâce à la faible survenance de catastrophes naturelles.

Le réassureur Scor a annoncé jeudi un résultat net en fort redressement au premier trimestre 2012, à 104 millions d'euros contre une perte de 80 millions un an plus tôt alors que le début d'année 2011 avait été marqué par plusieurs catastrophes naturelles. Ce résultat est totuefois légèrement inférieur aux attentes des analystes, qui tablaient sur un bénéfice de 121 millions, selon le consensus établi par Dow Jones Newswires.
Le groupe a par ailleurs indiqué que ses capitaux propres s'élevaient à 4,519 milliards d'euros, en hausse de 2,6%, et que son actif net comptable par action s'établissait à 24,46 euros. Scor s'est félicité d'avoir obtenu des résultats "solides" dans "un environnement économique et financier perturbés.

Un ratio combiné qui s'améliore en dommages
En réassurance dommage et responsabilité, Scor voit son ratio combiné net (indemnisation des sinistres, frais et commissions rapportés aux primes perçues) tomber de 135,2% au premier trimestre 2011 à 92,5% sur les trois premiers mois de 2012.
Alors que le début de l'année 2011 avait été marqué par une série de catastrophes naturelles sans précédent au Japon, en Australie et en Nouvelle-Zélande, le seul fait notable du premier trimestre 2012 est lié, pour Scor , à la révision à la hausse du coût des inondations en Thaïlande, survenues fin 2011, à hauteur de 28 millions d'euros.
Les primes brutes émises en réassurance de dommage et de responsabilité sont en hausses de 20%. Cette forte croissance ne modifie pas l'objectif de 9% de progression sur l'année, conformément au plan stratégique, baptisé "Strong Momentum V1", indique Scor .

Une forte croissance en réasurance vie
En réassurance-vie, la croissance atteint 65%, grâce notamment à l'acquisition, finalisée en août 2011, de Transamerica Re, division américaine de réassurance du néerlandais Aegon. Au total, les primes brutes émises bondissent de 39%, à 2,32 milliards d'euros.
Le bon dynamisme commercial est légèrement atténué par le moindre rendement des placements, qui atteint 2,6% contre 3,5% au premier trimestre 2011.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :