Crédit Agricole : Xavier Musca en première ligne sur le dossier grec

 |   |  1396  mots
Xavier Musca entre au Crédit Agricole. Copyright Reuters
Xavier Musca entre au Crédit Agricole. Copyright Reuters
Xavier Musca rejoint l'équipe dirigeante de Crédit Agricole S.A et la filiale grecque Emporiki qui plombe les résultats du groupe sera sous sa responsabilité.

L'arrivée de Xaveri Musca, ancien secrétaire général de l'Elysée, dans l'état major de Crédit Agricole SA est une surprise. Une fois envolés ses espoirs de prendre la direction générale de la Caisse des dépôts et consignations, son nom avait circulé comme l'éventuel successeur de Jean-Pierre Jouyet dans l'hypothèse où celui ci quitterait la présidence de l'Autorité des marchés financiers, ou encore comme patron du Mécanisme de stabilité européenne (MES). Finalement, Xavier Musca devient donc banquier dans le secteur privé mutualiste. Il deviendra en juillet directeur général délégué de Crédit Agricole SA, la strucutre côté du groupe.

Xavier Musca en mission sur le dossier grec

Sa nomination en rappelle une autre : celle de François Pérol, l'ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée sous la présidence Sarkozy, bombardé en mars 2009 à la tête du groupe qui n'était pas encore BPCE (Banque Populaire Caisse d'épargne) alors bien mal en point. Le pôle banque de détail à l'international, assurance et gestion d'actifs dont Xavier Musca va reprendre la direction au Crédit Agricole perd lui aussi de l'argent. Et pour cause : la banque de détail à l'international inclut la filiale grecque Emporiki dans son périmètre.

De là à dire que Xavier Musca va quasiment remplir une mission de service public pour aider le Crédit Agricole à sortir du bourbier grec...Il n'y a qu'un pas que certains franchissent allègrement. Xavier Musca est il vrai l'un des meilleurs spécialistes de la crise des dettes souveraines. Son expérience sera précieuse pour le groupe bancaire, si la Grèce venait à sortir de la zone euro après les élections législatives du 17 juin.

Reste que sa nomination doit avoir l'aval de la Commission de déontologie de la fonction publique. Et qu'elle devra ensuite être validée par le Conseil d'administration du Crédit agricole SA du 17 juillet avant d'être effective.

La banque de détail à l'international a perdu de l'argent en 2011

Si le pôle gestion d'actifs, assurance, banque privée était bénéficiaire l'an dernier (+951 millions d'euros), la banque de détail à l'international a contribué négativement au résultat net du groupe à hauteur de 2,6 milliards d'euros. Le produit net de l'ensemble des filiales de banque de proximité à l'étranger s'est élevé à 3,1 milliards sachant que le groupe compte plus de 2500 agences réparties dans 12 pays (à comparer avec les 7000 agences des caisses régionales en France et les 2000 agences du LCL). La plus grosse implantation se situe en Italie où le groupe est présent depuis 2007 sous les enseignes Cariparma et de FriulAdria, auxquelles s'est ajoutée la Caisse d'épargne La Spezia en 2011. Au total, l'Italie compte 962 agences.

A part la Grèce son troisième marché "domestique", le Crédit Agricole est également présent en Europe centrale (Pologne, Ukraine, Serbie) et dans la zone méditerranéenne (Maroc et Egypte), ainsi qu'à Madagascar. La banque verte détient par ailleurs deux participations dans la troisième banque portugaise (Banco Espirotos Santo) et en Espagne (Bankinter dont il détient 24,5%).

Le groupe ayant recentré sa stratégie de développement sur l'Europe, trois filiales ont été vendues en 2011 : en Uruguay, à Djibouti et au Cameroun.

Emporiki, la filiale qui a coûté 6 milliards

En Grèce, le Crédit Agricole est présent avec sa filiale Emporiki qui compte 337 points de vente et 1,3 million de clients. Rachetée en 2006 pour environ 2 milliards d'euros un prix jugé élevé à l'époque, cette banque située à Athènes était promise à une belle croissance. Elle a d'ailleurs dans un premier temps développé la production de nouveaux crédits sous l'impulsion de son dirigeant d'alors Anthony Crontiras.

Face à la dégradation de la situation, il est remplacé en 2009 par Alain Strub, un spécialiste de la gestion des risques. Une série de mesures de redressement est engagée : nettoyage du portefeuille de crédits, réduction du nombre d'agences et des effectifs. Mais elles se révèlent insuffisante face à une crise qui ne cesse de s'aggraver dans le pays.

Fin 2011, Emporiki avait encore 22 milliards d'euros de crédits en portefeuille. Le Crédit Agricole a finalement obtenu le week-end dernier l'accès d'Emporiki aux liquidités d'urgence de la banque centrale grecque, un accès qu'on lui refusait jusqu'alors au motif qu'Emporiki était une banque étrangère. En parallèle, le groupe a réduit le besoin de refinancement net de sa filiale à 5, 5 milliards, soit la moitié d'il y a un an. Mais le retour aux bénéfices initialement prévu en 2012 est maintenant repoussé en 2014. Depuis 2007, Emporiki a perdu 3,6 milliards d'euros, sans compter les augmentations de capital de près de 2 milliards. Une facture de près de 6 milliards pour le Crédit Agricole.

La colère des actionnaires

"Notre cours de Bourse a été malmené. La Grèce a pesé lourdement sur nos comptes et nous ne distribuons pas de dividende" déclarait Jean-Marie Sander, président de Crédit Agricole SA, à l'ouverture de l'Assemblée générale des actionnaires le 22 mai durant laquelle les actionnaires n'avaient pas caché leur colère traitant la filiale grecque Emporiki de "puits sans fond".

"La crise grecque a coûté 2,4 milliards en 2011, c'est beaucoup", essentiellement liés à la décote des obligations souveraines grecques, avait reconnu Jean-Paul Chifflet, le directeur général de Crédit Agricole SA avant de préciser que des "mesures drastiques ont été prises depuis juillet 2011". L'exposition de CASA a ainsi baissé de 11,4 milliards en mars 2011 à 5,2 milliards d'euros à fin mars 2012, a-t-il ajouté et de détailler : "nous redressons Emporiki, limitons les crédits et renforçons les dépôts. Nous avons réduit les charges".

Pas de sortie possible de la Grèce pour l'instant

La banque verte n'a pas d'autre alternative que de gérer au mieux la situation d'Emporiki. Une vente n'est en effet pas envisageable dans le contexte actuel, ni un retrait brutal du pays comme avait pu le faire le groupe avec l'Argentine en 2004 lors de la crise de la dette. La banque en Grèce est tout de même le 6eme établissement du pays. Pour un groupe comme le Crédit Agricole qui affiche des ambitions de leadership en Europe, abandonner une filiale dans un pays de la zone euro ne paraît pas une option. Nommer une personnalité extérieure, dont la crédibilité et l'expérience de le gestion des crises est incontestable, même s'il ne s'agit pas d'un banquier, est aussi un moyen de desserrer l'étau sur le management qui est la cible des critiques ces dernières semaines en interne comme en externe.

 

Qui est Xavier Musca ?

Xavier Musca est un haut fonctionnaire qui a fait toute sa carrière dans l'Administration ou le les cabinets gouvernementaux. Né en 1960 à Bastia, il est diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris. Il est aussi ancien élève de l'Ecole Nationale d'Administration (promotion Léonard de Vinci). 

Il a effectué la première partie de sa carrière à l'Inspection générale des Finances et à la direction générale du Trésor. Directeur du Cabinet de Francis Mer, ministre de l'Economie et de Finances de 2002 à 2004, Xavier Musca est ensuite nommé directeur général du Trésor et de la Politique Economique en juin 2005.
Il devient Secrétaire Général Adjoint de la Présidence de la République en février 2009, puis Secrétaire Général en février 2011.

Nicolas Sarkozy avait demandé à son successeur à l'Elysée, François Hollande, la nomination de Xavier Musca, à la tête de la Caisse des Dépôts et Consignations. La tradition républicaine veut qu'un poste prestigieux soit en effet proposé à l'ancien bras droit du président. Comme il a été rapidement annoncé en mai dernier que ce voeu ne serait pas exaucé, les spéculations allaient bon train. Certains le voyaient comme futur président de l'Autorité des marchés financiers, d'autres à la tête du Mécanisme européen de stabilité (MES). Son arrivée dans l'état major du Crédit Agricole est une surprise.

 

 

 

 

Source : document de référence du Crédit agricole enregistré auprès de l'AMF. Mars 2012

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :