Scandale du Libor : le directeur général de Barclays démissionne

 |   |  671  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Déjà mis en cause par les actionnaires de Barclays pour ses rémunérations excessives, Bob Diamond n'aura pas résisté au scandale du Libor : la banque a annoncé, ce mardi, la démission de son directeur général avec effet immédiat.

Bob Diamond n'a pas pu sauver sa place. Mis en cause dans le scandale du Libor, le directeur général de Barclays a annoncé sa démission, ce mardi. Agé de 60 ans, né aux Etats-Unis, il est à l'o­ri­gine de la montée en pui­ssa­nce de Ba­r­clays, no­ta­m­ment de­puis 2008 et du ra­chat d'une pa­rtie des acti­vités de la défu­nte Le­hman Bro­thers. Cela fait plu­si­eurs mois qu'il est sur le selle­tte en Gra­nde-Bre­tagne à ca­use de sa rémunéra­tion ( et no­ta­m­ment du ve­rse­ment d'une prime de 5,75 mi­l­li­ons de li­vres pour le pa­i­e­ment de ses impôts) et des mo­nta­ges fi­s­caux auda­ci­eux qui lui ont valu les fou­dres de certa­ins acti­o­n­na­i­res mais aussi du Trésor pu­blic bri­ta­n­ni­que.

Tentatives de manipulation du Libor et de l'Euribor

Ba­r­clays a an­noncé mer­credi qu'elle allait pa­yer au to­tal l'équi­va­lent de 290 mi­l­li­ons de li­vres -soit envi­ron 360 mi­l­li­ons d'euros - pour met­tre fin à des enquêtes des régula­te­urs bri­ta­n­ni­que et améri­cain sur des te­nta­ti­ves de ma­ni­pula­tion des taux interba­n­ca­i­res Li­bor et Euri­bor. Ces taux défi­ni­ssent le prix auquel les ba­nques se prêtent de l'a­r­gent, mais aussi indi­re­cte­ment ceux des crédits aux ména­ges et aux en­tre­pri­ses. L'a­f­fa­ire a fait grand bruit au Roya­ume-Uni et d'a­u­tres éta­bli­sse­me­nts sont im­pliqués dans ce sca­ndale. Une vi­ngta­ine d'e­nquêtes au­ra­i­ent ai­nsi été ouve­rtes sur plu­si­eurs co­nti­ne­nts et vi­se­ra­i­ent no­ta­m­ment Ci­ti­group, HSBC et UBS. Di­ma­n­che, on ap­pre­nait d'une source pro­che du dossier que Royal Ba­nk of Sco­tland (RBS), qui de­vrait aussi pa­yer une ame­nde, a li­ce­ncié qua­tre de ses tra­ders fin 2011 en ra­i­son de leur im­pli­ca­tion présumée dans cette af­fa­ire.

Démission du président Marcus Agius

Re­flet du tollé que sus­cite l'a­f­fa­ire ou­tre-Ma­n­che, le prési­dent du co­nseil d'a­dmi­ni­s­tra­tion de Ba­r­clays, Ma­r­cus Agius, 63 ans, an­cien de chez La­zard, avait déjà an­noncé lu­ndi qu'il qui­ttait son poste, confirmant une info­rma­tion di­f­fusée par la BBC di­ma­n­che. "Les événe­me­nts de la se­ma­ine dernière ont mis en évi­de­nce des co­mpo­rte­me­nts ina­c­cepta­bles au sein de la ba­nque et ont porté un coup déva­sta­teur à la réputa­tion de Bar­clays", avait alors estimé Ma­r­cus Agius dans un co­mmu­niqué. Au co­nseil de Ba­r­clays siègent aussi quelques poids lourds de la Co­rpo­rate En­gland », co­mme Mike Rake, 64 ans, Prési­dent de BT et d'Ea­sy­yjet, et ca­ma­rade de polo du pri­nce Cha­rles, sir John Su­n­derland, 66 ans, an­cien Prési­dent de Ca­dbury Schwe­ppes et du CBI (Co­nfe­de­ra­tion of Bri­tish In­dus­try) ou sir An­drew Li­ki­erman, Prési­dent du Na­ti­o­nal Audit Office, et re­cteur de la Lo­n­don School of Eco­no­mics.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/07/2012 à 16:32 :
Don't cry Bob! ... Papa «Red Carpet & Co» est là!
a écrit le 04/07/2012 à 13:00 :
Cette affaire pose la question du fonctionnement de l?Euribor. Il est censé être calculé sur base de taux d?emprunt interbancaires réels. En fait, la plupart des banques de l?Euro zone se tournent pour leurs emprunts quasi exclusivement vers la BCE. Ainsi les taux qu?elles déclarent ne sont-ils pas tout aussi inventés ?
a écrit le 03/07/2012 à 21:54 :
Il faut que justice soit faite. Quand il y a eu des émeutes à Londres, on a mis en prison pour 6 mois un type qui a volé une bouteille d'eau (!!!). Alors il serait absolument scandaleux que les responsables de la fraude sur le Libor, qui se monte à des milliards, n'aillent pas eux aussi en prison. La justice doit être la même pour tous, petits voleurs ou gros voleurs.
a écrit le 03/07/2012 à 16:49 :
Il va bien falloir que les pouvoirs judiciaires se décident à jeter les voyous de la finance en prison à vie.
a écrit le 03/07/2012 à 15:12 :
Barclays risque de devoir indemniser toute la place boursière..... !
Réponse de le 03/07/2012 à 16:47 :
Pourquoi risque ? j'espère bien qu'elle devra le faire, et aussi qu'il ne sera pas le seul à payer les pots cassés
a écrit le 03/07/2012 à 12:11 :
Cet homme avait ôsé déclarer : "Le temps des remords pour les banquiers est fini." (La Tribune du 7 mars 2011).

Ce n'est pas tout. On pouvait lire dans Le Figarod du 19 février 2011 que : " La banque britannique Barclays a payé 113 millions de livres (134 millions d'euros) d'impôt sur les sociétés en 2009 au Royaume-Uni, soit une fraction de ses bénéfices, a révélé le groupe, provoquant une vive réaction de l'opposition travailliste samedi.

Le montant de l'impôt sur les sociétés versé par Barclays en 2009 représente 2,5% de son bénéfice imposable au cours de cette même année. Le groupe bancaire a rendu public ce chiffre à la demande de la commission parlementaire britannique des Finances.Barclays s'est défendue en expliquant que la plupart de ses bénéfices sont réalisés à l'étranger, et donc imposables le cas échéant dans les pays où ils ont été réalisés".

Vous noterez les mots : "le cas échéant" à la fin du paragraphe...

Quand on y ajoute le fraude sur le libor, ça fait beaucoup. On voit bien que la City est au au bout de son système, en espérant que ce ne soit que la City ....

Citoyen indigné



a écrit le 03/07/2012 à 11:29 :
Je suis Banquier, je m'appelle Diamond...je touche des bonus de 5 millions..je fraude le fisc, et je vais juste démisionner pour pouvoir enfin profiter du fric que j'ai accumulé... jusqu'où faudra-t-il aller pour que l'on régule la finance mondiale...
Réponse de le 03/07/2012 à 19:18 :
Il n'y a aucune représailles possible à son encontre. Même pas confisquer l'argent qu'on lui a octroyé en prime; Il ne sera pas fiché à la banque d'Angleterre ou dans n'importe quelle banque. L'état va prendre l'argent du contribuable pour rembourser les dettes éventuelles, Pas de peine de prison,pas de regrets, juste un coup d'arnaque réussi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :