Rémunérations excessives : les actionnaires des banques se révoltent

 |   |  359  mots
27% des actionnaires de Barclays votent contre la rémunération du DG Bob Diamond. Copyright Reuters
27% des actionnaires de Barclays votent contre la rémunération du DG Bob Diamond. Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Plus d'un quart des actionnaires de Barclays et près du tiers de ceux de Credit Suisse ont voté contre les programmes de rémunération des dirigeants, lors des assemblées générales qui se tenaient vendredi.

Oubliée, la torpeur des assemblées générales dont les actionnaires attendent impatiemment la fin pour se précipiter sur le buffet des rafraîchissements ! Après celle de Citigroup la semaine dernière, les AG des banques Barclays et Credit Suisse, qui se déroulaient vendredi, ont presque viré à la foire d'empoigne, les actionnaires s'insurgeant contre les émoluments proposés aux dirigeants. Marcus Agius, le président de la britannique Barclays, a eu beau présenter ses « excuses » pour l'émoi causé en début d'année par le bonus de son directeur général, Robert Diamond, et promettre des dividendes plus élevés, rien n'y a fait : plus d'un quart (27%) des actionnaires de Barclays ont refusé d'accorder au bien nommé Bob Diamond les 17,7 millions de livres sterling (22 millions d'euros) auxquels il prétendait, au titre de 2011.

Certes, 68% des actionnaires ont donné leur blanc-seing au plan de rémunération (5% se sont abstenus) mais le pourcentage de votes « contre » constitue une véritable révolution, quand on sait que, l'an dernier par exemple, 6% seulement des actionnaires des entreprises britanniques avaient rejeté les résolutions relatives aux rétributions.

Vent de rébellion au Crédit Suisse

Après la crise financière du second semestre 2011, qui a vu les bénéfices des banques européennes et américaines s'effondrer et leur capitalisation boursière partir en fumée, il n'est plus possible pour les petits porteurs des banques, et même pour leurs plus gros actionnaires, de dire « amen » à des salaires dignes des plus glorieuses années de la finance. Essorés par un cours de Bourse qui a perdu le quart de sa valeur au cours des douze derniers mois, conséquence d'un bénéfice net en chute de 16% en 2011, une bonne partie des actionnaires de Barclays, emmenés par l'association des assureurs britanniques (ABI), ont dit « stop. »

Même vent de rébellion chez Credit Suisse, où 31,6% des actionnaires ont voté contre le plan de rémunération des dirigeants, emboîtant le pas à ceux de Citigroup qui, la semaine précédente, avaient été 55% à s'opposer aux rétributions envisagées.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/06/2012 à 18:44 :
ils en ont marre du pile je gagne face tu perds...
a écrit le 07/06/2012 à 10:31 :
Le probleme du monde financier reste et restera la cupidité. Comment des dirigeants qui travaille que quelques années peuvent ils prendre autant d'argent sans forcement penser au bien de l'entreprise a long et meme moyen terme. Versus certains employés qui y travail depuis de longues années. Quant aux actionnaires, ils devraient etre majoritaire a pas plus de 30%. Mais là, les interets perso en prennent un coup!!!!
a écrit le 29/04/2012 à 16:21 :
Sans capital (et donc actionnaires dans le cas d'une société) pas d'employés ni de dirigeants. Il faut bien que quelqu'un mette de l'argent sur la table pour qu'une entreprise soit créée ou tourne ! Le problème de ce genre de banque est que les dirigeants n'en sont pas les propriétaires, d'où les excès. Ce sont des sauterelles qui sont là pour seulement quelques années qui négocient des golden hello à l'arrivée, des salaires et bonus indécents, des stock-options dont l'objet n'est pas d'en faire de véritables actionnaires mais de spéculer sur l'action de la société et enfin, des golden parachutes au cas où ils foireraient leur mission ! Mais tous cela se fait depuis des années avec l'assentiment des actionnaires qui se la ferment tant que le dividende est bien dodu. La conclusion qui s'impose est que la véritable indécence réside dans l'obscénité des profits réalisés par le monde de la finance dans la période de crise que nous connaissons.
a écrit le 29/04/2012 à 11:42 :
Tout comme les entreprises, La France devrait être dirigé par ses actionnaires, ceux qui entreprennent et créent de la richesse. Les pouilleux et les assistés n'ont pas leur mots à dire.
Réponse de le 29/04/2012 à 13:52 :
Vous parlez de quel actionnariat? celui qui demande une rentabilité à 2 chiffres ou celui qui parie sur le long terme?
L'actionnaire ne crée pas de richesse, il apporte son capital. Ce sont les employés sous l'impulsion de leurs dirigeants qui créent la richesse, c'est la force du travail Rappelez vous de l'image suivante (un peu simpliste j'en conviens) : pour dresser un obélisque, il faut un jour avec 200 hommes. Ne comptez même pas sur un homme pour le dresser en 200 jours. C'est vrai qu'avec acharnement et en améliorant la productivité du bonhomme on peut espérer quelque chose...
Au fait, qui sont les pouilleux et les assistés?
a écrit le 29/04/2012 à 9:02 :
taper sans arret sur les dirigeants des banques (créateurs de richesse)c'est les décourager.vous voulez vraiment qu'ils aillent vendre leurs competences a l'etranger?
Réponse de le 29/04/2012 à 9:28 :
Allons Baron, un peu de décence s'il vous plait !! ^^
Réponse de le 29/04/2012 à 10:50 :
Qu'ils partent, ils y seront bien reçus ... ou pas. Ils seront remplacés par des N-1 et ça fera de l'air pour tous, ça permettra un renouvellement.
Réponse de le 29/04/2012 à 11:23 :
Un dirigeant de banque créateur de richesse il y a longtemps qu'il n'y en a plus si tant est qu'il en est jamais existé, les banques et les fonds d'investissements ont leur permet de créer de la monnaie à partir de rien (hors le capital qui ne leur appartient pas) pour ensuite s'approprier le travail et les fruits du travail des autres, et en plus leurs dirigeants s'enrichissent alors qu'ils ne sont pas propriétaires du capital de leur propres "boutiques" car il faut quand même des actionnaires. C'est ce que j'appelle du vol caractérisé.
Réponse de le 02/05/2012 à 17:57 :
Il n'y a aucun rapport entre les revenus pharamineux de ces dirigeants et leurs performances économiques. Ces revenus sont fonction des capacités de négociation entre les dirigeants et le conseil d'administration. Et d'un effet d'émulation , de course aux bonus, au sein d'une petite minorité de rapaces. Ça a été étudié maintes fois par les économistes. Et c'est confirmé par le fait que, même quand ils ont conduit l'entreprise au désastre, ces gus s'en tirent généralement avec un parachute doré.
a écrit le 28/04/2012 à 23:21 :
...pour lutter contre les dividendes excessifs, nous avons la solution: les rémunérations excessives, et pof avec les impôts excessifs tout se corrige naturellement.
a écrit le 28/04/2012 à 19:27 :
Il est anormale qu'une minorité de blocage de 25 % par exemple ne puisse pas s'opposer à des décisions de gestion telles que la fixation des salaires des dirigeants. Pour le moins il serait intéressant que les ationnaires qui se sont opposés à ces rémunérations indécentes proposent une motion fixant des règles plus précises et plus contraignantes pour la fixation des rénumérations.
a écrit le 28/04/2012 à 19:23 :
En effet, ce n'est pas normal que les actionnaires gagnent si peu. Je VEUX du 15% MINI.
a écrit le 28/04/2012 à 18:15 :
Les casseurs de l'économie que sont les dirigeants et les administrateurs cosanguins des banques font beaucoup plus de dégats que les petits larçins des casseurs des banlieues. ET DONC il y a longtemps que les Etats auraient du légiféré pour rendre possible l'arrêt et la comparution directe des administrateurs et des dirigeants des banques pour les condamnés et les jeter en prison pour 20 ans incompressibles.
Réponse de le 28/04/2012 à 19:11 :
ont attend quoi pour faire comme en islande démission du gouvernement
privatiser les banques refuser de payer une dettes que les banques ont fait
refaire avec le peuple une constitution
voila la vrai démocratie et bien c ce qu'ils ont fait en islande ET SA MARCHE
eux il repartent de l'avant nous dans un mur
au fait POURQUOI? LES média disent rien sur ce pays et surtout sur ce qu'il ont fait ALORS VOUS attendaient QUOI POUR LE FAIRE
Réponse de le 30/04/2012 à 8:19 :
Privatiser les banques ? euh en France elles sont privees.
Refuser de payer les dettes que les banques ont faites ? euh en France je ne vois pas une seule banque dont il aurait fallu payer les dettes (hors Dexia qui est un cas bien particulier helas).
Quel tissu d'inepties que vos commentaires.
Réponse de le 01/05/2012 à 1:29 :
Dexia n'est pas un cas particulier : l'état a pris le risque d'aider toutes les banques, en sachant pertinemment que dans certains cas il ne récupèrerait pas son argent ; cela a été dexia, cela aurait pu être la SG si les US n'avaient pas sauvé AIG qui a alors versé 10 milliards à la SG), etc.
a écrit le 28/04/2012 à 17:56 :
Marre du rsa je veux étre rémunéré
Réponse de le 28/04/2012 à 22:28 :
au lieu de passer ta journée sur la tribune va peut etre chercher du boulot.........
a écrit le 28/04/2012 à 17:55 :
Moi aussi je veux étre rémunéré !! J'ai dit marre de vivre avec 150 euros c'est se qui reste de mon rsa quand j'ai payé edf ,gdf, eau , ect ...
a écrit le 28/04/2012 à 17:37 :
tous des phoques les banquiers
a écrit le 28/04/2012 à 17:18 :
Cela va dans la bonne direction, timidement. IL faudrait aussi protester contre les bonus gigantesques de tous ces traders qui ont participé à la forte destruction de valeur pour les actionnaires des banques, tout en faisant faire des pertes énormes aux états qui sont venus à leur secours. EN 2010, 8200 traders ont eu en moyenne 242 000 euros de bonus par personne, qu'est ce qui justifie un salaire aussi énorme ? Rien !!!
a écrit le 28/04/2012 à 15:55 :
ma grand mère disait aussi : la première perte est la bonne.
autrement dit, plus vous insistez, plus vous perdez.
perdu pour perdu, si vous ne savez pas quoi faire de votre argent soutenez les entreprises locales, vous aurez au moins de la reconnaissance.
a écrit le 28/04/2012 à 15:44 :
je suis bien content pour eux , c'est maintenant à nous . nous devons crier la Honte des
directeurs de banque qui sont entrain de ruiner notre Pays ,
Réponse de le 28/04/2012 à 23:01 :
encore une fois vous confondez directeurs de banque et dirigeants... belle culture!
Réponse de le 29/04/2012 à 8:59 :
marie a raison:les directeurs sont ceux qui appliquent sans scrupules les ordres des dirigeants.en plus d'etre mal payés ils sont stupides
Réponse de le 30/04/2012 à 8:20 :
et beh ils ne sont pas les seuls alors a etre stupides ! Vous meritez amplement d'etre nommes directeur d'une tres tres grosse agence !
Réponse de le 30/04/2012 à 12:19 :
au moins eux ils travaillent...
a écrit le 28/04/2012 à 15:19 :
c'est encourageant! hasta la victoria siempre!!!!
a écrit le 28/04/2012 à 15:17 :
"... se révoltent." Et quelle révolte... : voir le "printemps" arabe déjà muselé, les Indignés déjà contenus et réprimés et l'Islande déjà rachetée... Show must go on.
a écrit le 28/04/2012 à 15:08 :
Ils ne sont pas encore assez nombreux,aller un peu de courage encore mr les actionnaires!!!
a écrit le 28/04/2012 à 12:26 :
ma grand mère disait "il vaut mieux un petit chez soi; qu'un grand chez les autres" les grand mère ont toujours raison.
l'argent par le travail; tout le reste est baratin... le baratin ne paye pas.
a écrit le 28/04/2012 à 11:08 :
Il est temps que les petits actionnaires réagissent : non seulement les principaux dirigeants s'octroient des rémunérations indécentes mais le pouvoir des banques sur les sociétés est tel qu'ils organisent la chute des actions et les petits porteurs se trouvent piégés : ils ne peuvent plus retirer leurs fonds et doivent payer chaque année des frais de compte . Arnaque ?
Réponse de le 28/04/2012 à 12:14 :
Boma vous n'avez pas compris:
les actionnaires sont la plupart des entreprises, des grands groupes: il y a peu de petits actionnaires....
Réponse de le 30/04/2012 à 16:31 :
@kiki

Peu importe du moment qu'ils disent non à ces banquiers imbus d'eux-mêmes alors qu'ils n'ont aucun mérite
a écrit le 28/04/2012 à 10:37 :
Comme quoi !... Le capitalisme sauvage est synonyme de scandales et d'injustices sociales ! La révolte est la seule riposte possible pour les spoliés du système!... CQFD...
a écrit le 28/04/2012 à 9:54 :
A quand un coeff entre le salaire mini et le salaire maxi? il faut dire que beaucoup des salaires des gros dirigeants sont payés avec les subventions sur les bas salaires donc avec nos impots
Réponse de le 28/04/2012 à 11:13 :
il aurait fallu voter Mélenchon pour cela !!
a écrit le 28/04/2012 à 9:19 :
J'espère que cela va continuer car pour l'instant cela ne suffit visiblement pas! Il est temps que les rémunérations injustifiées disparaissent. Actionnaires et citoyens doivent marcher dans le même sens pour leurs intérêts.
a écrit le 28/04/2012 à 7:52 :
Intéressant. Depuis des lustres, on nous fait croire que les méchants sont les actionnaires : ils tirent des revenus du capital donc pas du travail donc c'est les méchants qui s'engraissent pendant les plans de licenciements, etc.
Sauf que depuis une dizaine d'années, alors que de grosses sociétés comme Total affichent de belles progressions de leurs bénéfs, les actionnaires voient leur capital s'effondrer crise après crise. Et quand ils se voient les boucs émissaires de la crise dans les médias, ils snobent le petit peuple comme nous en se disant qu'on ne comprend rien, en veulent vaguement aux responsables de la crise ("c'est qui ?") sans pour autant leur rentrer dedans.
Moi je les considère "victimes consentantes" de ce système : ils ont tellement foi dans ce libéralisme que, lorsque les dirigeants de gros groupes se baffrent à leurs dépens, ils nous laissent considérer l'actionnariat comme les responsable de tous les maux de nos économies vérolées.
Si (enfin) tous ces bobos qui espéraient tirer un revenu de leur capital réagissent contre ces modes de gestion cyniques qui ne cherchent plus à pérenniser l'intérêt général des entreprises à long terme eh bien qui sait ?
Peut-être qu'on va retrouver d'ici quelques années des grands patrons qui ont ENVIE de faire se développer l'emploi autant que leurs émoluments. Ça a existé...
Réponse de le 30/04/2012 à 16:33 :
...il y a longtemps mais l'Histoire est un éternel recommencement
a écrit le 28/04/2012 à 2:16 :
Bien sur, moins ils paieront les dirigeants, plus il en restera pour eux.
Réponse de le 28/04/2012 à 12:01 :
ou pour les salaries... toujours le verre à moitié vide
a écrit le 28/04/2012 à 0:59 :
.. ben quoi ? c'est normal les grosses rémunérations grâce aux stratégies de bonneteau qui permettent aux cadres des banques de se gaver de commissions à chaque aller-retour, surtout si ça fait s'effondrer la boîte et que ça provoque la ruine des actionnaires et clients. Surtout des clients, d'ailleurs, parce qu'après tout c'est jamais que leur argent à eux avec qui les cadres jonglent, donc c'est normal que les clients le perdent, leur argent, puisque c'est la finalité du capitalisme financier que de le leur piquer .. Donc premio : les clients (pas les actionnaires, hein ..) confient leur argent à la banque qui pourrait pas tourner sans, et première conséquence logique : les clients n'ont aucun retour et même perdent leur fric (frais gonflés etc ..) ça c'est normal puisque ça a toujours été comme ça, argument imparable. Deuzio : les actionnaires investissent dans la banque (pas les cadres, hein ..) donc c'est normal que les actionnaires aient des rémunérations minables et même perdent du fric parce que les cadres ont joué au casino avec l'argent des autres, afin de se gaver de commissions au passage sur les dérivés les plus délirants qu'on puisse inventer. Il faut comprendre que c'est le fondement même d'une économie saine, puisque c'est le dogme libéral qu'on apprend aux économistes sur les bancs des facultés anglo-saxonnes, et le néo-libéralisme c'est la seule stratégie économique viable, et non une gigantesque arnaque planétaire. Donc tout va très bien, y'a rien à changer Mme la Marquise, et il faut continuer sans se poser de question puisque "The Economist" l'a dit. C'est bien ça, M'sieur Stiglitz, j'ai tout bien compris là ?
a écrit le 27/04/2012 à 23:59 :
Il serait temps qu'ils se révoltent parec que ces rémunérations ridicules sont autant d'argent en moins pour les actionnaires !
a écrit le 27/04/2012 à 23:08 :
Petits maquereaux contre gros requins.
Absents du casting: salariés, clients.
Réponse de le 28/04/2012 à 10:16 :
Tous ces gens sont riches et apportent du capital certes...mais créent-ils de la richesse? Je ne pense pas effectivement!
Les dirigeants répondront par: "mes chers actionnaires, nous allons encore profiter plus de nos esclaves les salaries, clients et honnêtes travailleurs"...des vampires
Réponse de le 28/04/2012 à 11:50 :
Avez vous lu un billet sur le site de Jorion qui montre comment on essaye de réduire la lutte des classes via l'assurance vie?
a écrit le 27/04/2012 à 22:16 :
Comme quoi c'est d'abord l'affaire des actionnaires avant d'être celle des gouvernements !
Réponse de le 30/04/2012 à 16:35 :
Car ils sont propriétaires de ces sociétés en effet
a écrit le 27/04/2012 à 22:03 :
On va ressortir le goudron et les plumes comme au bon vieux temps. La fumeuse "justice" étant opportunément absente pour ces gens la, ce gavage et provocation quotidienne doivent cesser.
a écrit le 27/04/2012 à 22:00 :
Très bien. Après tout, dans ces histoires absurdes de rémunérations si élevées qu'elles en deviennent presque grotesques pour les grasses baudruches goinfrées d'ego déplacé qui se les auto-attribuent, ce n'était pas aux politiques d'y mettre un terme. C'est aux actionnaires, aux mandants, qu'il revient de remettre à leurs places leurs employés, leurs mandatés...
Réponse de le 28/04/2012 à 10:23 :
Entièrement faux ce serait de l'ingérance totale. Personne n'est "employé" par les actionnaires et heureusement. Rien ne les oblige à conserver leurs titres. Ce sont des vampires tout autant que les PDG (qui sont eux-même actionnaires d'autres sociétés). Ces AG ne me font penser qu'à une seule chose: "le bucher des vanités" ou tous ces ventripotents espèrent tirer une coupe de champagne à l'oeil pendant que les salariés triment pour leurs rentes. C'est aux salariés de remettre en place ces fainéants...et à force de tirer sur la corde...
Réponse de le 28/04/2012 à 10:38 :
@mon pauvre ami;quand les actionnaires seront partis vous faitescomment ,?beaucoup d'actionnaires sont de petits épargnants qui préparent leur retraite.les autres sont des groupes étrangers qui partiront ailleurs. constations DANS LES BANQUES LES SALARIES ONT MINI 15 MOIS DE SALAIRE
Réponse de le 28/04/2012 à 11:48 :
Bien sur et vous savez comment il est calculé?
Et bien on prend le salaire normal sur douze mois et on le divise par 15.
Ça fait des petits mois et quelques gros mois.
Réponse de le 28/04/2012 à 12:03 :
@malo: vous fantasmez!!!!!!!!!!! 15 mois de salaire vous rêvez ou quoi????? gardez vos commentaires s'ils sont si dénués de vérité
Réponse de le 28/04/2012 à 12:23 :
15 mois de salaire dans les banques, c'est courant. je confirme.

Vu dans la logique financière, c'est un salaire différé c'est d'abord des intérêts pour les banquiers.
C'est aussi une tromperie car pour les petits salaires, si l'on divise le salaire annuel par 15 le résultat est inférieur au SMIC.

Il faut prendre l'argent où il est: chez les pauvres!
Réponse de le 28/04/2012 à 14:25 :
Oui tous les salariés de banque roulent en porsche c'est bien connu. Ils boivent du champagne dans leur bureau et travaillent 3 heures/jour. Il sont rémunérés sur 20 mois et touchent tous des bonus faramineux...vous rêvez cher monsieur. Les banques sont privés, c'est pas le ministère des finances non plus!
Réponse de le 02/05/2012 à 17:21 :
Que j'aimerais être payé sur 15 mois ! Je le suis sur 13 et avec un salaire de 1300 ? par mois alors au lieu de vouloir cracher sur des gens vous feriez mieux de vous renseigner sur leur situation !
a écrit le 27/04/2012 à 21:11 :
Cca sufit
a écrit le 27/04/2012 à 20:42 :
Il suffira d'un signe...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :