Mise en place de Bâle III : la Fed prend son temps

La période de consultation sur la mise en oeuvre aux Etats-Unis de l'accord international de renforcement du système bancaire, dit de Bâle III, a été prolongée jusqu'au 22 octobre, a annoncé mercredi la Banque centrale américaine (Fed).
Le siège de la Réserve fédérale des États-Unis, ou Fed, à Washington - Copyright Reuters
Le siège de la Réserve fédérale des États-Unis, ou Fed, à Washington - Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

La Banque centrale américaine (Fed) a annoncé mercredi qu'elle prolongeait jusqu'au 22 octobre la période de consultations sur la mise en oeuvre aux Etats-Unis de l'accord international de renforcement du système bancaire, dit de Bâle III. Début juin, la Fed avait présenté trois projets lançant le processus de mise en oeuvre et ouvert jusqu'au 7 septembre une "période de commentaires" destinée à recueillir l'avis des parties concernées par l'application de cet accord signé en septembre 2010.

"La période des commentaires a été prolongée [jusqu'au 22 octobre] pour permettre aux parties concernées d'avoir plus de temps pour comprendre, évaluer et préparer leurs commentaires sur les propositions", a indiqué la Fed dans un communiqué. Censés entrer en vigueur progressivement à partir de 2013, les projets proposés par la Fed définissent notamment de nouveaux ratios de capitaux obligatoires et obligent les plus grandes banques à remanier leur politique de gestion du risque de marché.

Les Etats-Unis ont longtemps été soupçonnés de renâcler à la mise en oeuvre de Bâle III alors qu'ils sont déjà en retard de plusieurs années pour la mise en conformité de leur système bancaire aux normes de Bâle II. Les normes internationales de Bâle III doivent imposer à terme un relèvement du ratio de fonds propres durs (capital social et bénéfices mis en réserve) de chaque banque à 7% du total des crédits qu'elle a alloués. Les plus grandes banques américaines ont plusieurs fois critiqué ces normes. En 2011, Jamie Dimon, le PDG de JPMorgan Chase, les avait jugées "antiaméricaines".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 09/08/2012 à 8:37
Signaler
C'est une honte ces banques américaines. Après avoir piloté l'assèchement des dollars utilisé par les banques non américaines, après s'être ouvertement assis sur Bâle2, après avoir causé une crise d'impact mondial, et après avoir été à l'origine de c...

le 09/08/2012 à 10:52
Signaler
Bâle...tringues... Je ne sais pas si vous avez bien évalué l'impact de Bâle 3 ? En gros sur le périmètre actuel Bâle 2, les FP éligibles dimminuent de moitié, plus les FP supplémentaires exigés... En moyenne, on triple le besoin de FP pour les banque...

le 09/08/2012 à 11:20
Signaler
le principe de Bâle 3 n'est pas mauvais en soit, par contre une application plus progressive aurait été moins devastatrice mais nos politique voulait se faire mousser en montrant de la fermeté mal placée. un petit bémol, la réduction du bilan, qu'on ...

le 09/08/2012 à 13:10
Signaler
DD ... Que le principe de Bâle 3 ne soit pas mauvais en soi (sans t), ok, mais pour le reste, j'ignore si tu es naïf ou si tu travailles pour un lobby. Je ne parle que du strictement tangible et vérifiable. BNP Paribas a déjà annoncé que son plan de...

le 09/08/2012 à 14:16
Signaler
@wakiconsulting : excusez moi mais vous mélangez un peu tout. Déjà il n'y a pas de crédit crunch, tous les chiffres (ceux des banques et ceux des gouvernements) le disent ; à ce stade c'est un risque potentiel des suites de B3 mais absoluement pas av...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.