Bâle III : les banques allemandes demandent un report d'un an

 |   |  448  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Une application au 1er janvier 2013 des normes Bâle III sur la solvabilité des banques ne paraît pas réaliste, selon la fédération allemande du crédit regroupant cinq fédérations bancaires.

La Fédération allemande du crédit, regroupant cinq fédérations bancaires, a demandé mercredi 25 juillet dans un communiqué que soit reportée d'un an, au 1er janvier 2014, la mise en oeuvre de la nouvelle et plus stricte réglementation du secteur, dite "Bâle III".

"Il semble que la procédure réglementaire va durer jusqu'au troisième trimestre 2012. En raison des exigences techniques et des efforts d'application des établissements de crédit, une introduction comme prévu le 1er janvier 2013 ne paraît plus réaliste. La Fédération allemande du crédit plaide donc pour un report d'un an", a déclaré, dans un communiqué, cette organisation, qui regroupe les banques privées, publiques et mutualistes allemandes.
L'introduction de "Bâle III" donne bien du fil à retordre aux banques du monde entier, déjà confrontées à la crise de la dette en zone euro.  La première banque allemande Deutsche Bank l'illustrait justement mercredi25 juillet.

Il manquerait 8 milliards à Deutsche Bank

Deutsche Bank, qui a en effet lancé mercredi soir un avertissement sur ses résultats trimestriels, était rudoyé en Bourse (-3,96% à 22,54 euros en milieu d'après-midi ), car les investisseurs doutent désormais qu'il puisse répondre aux exigences de Bâle III. Il lui manque pour cela 8 milliards d'euros d'argent frais selon les analystes de Exane BNP Paribas, cités par l'agence Dow Jones Newswires.

Des accords adoptés en septembre 2010 imposent ainsi à tous les établissements des ratios de fonds propres durs d'un minimum de 7%, contre 2% jusqu'à présent.

Le but est de contraindre les banque s à renforcer leurs défenses face à des risques de faillite. Elles peuvent augmenter leurs fonds propres par exemple en émettant de nouvelles actions ou en mettant en réserve une partie de leurs bénéfices.
Mais ce durcissement réglementaire fait redouter à certains que les banque s ne restreignent aussi leur offre de crédit de manière à augmenter leur ratio sur fonds propres.

Les banques euroépennes font moins de crédit

Un sondage trimestriel auprès des établissements de crédit publié mercredi par la Banque centrale européenne (BCE) montre que les conditions d'accès à des prêts en zone euro se durcissent de manière continue mais aussi que la demande de financement des ménages et des entreprises ne cesse de fléchir.

Selon la presse, les régulateurs internationaux du secteur bancaire sont sur le point d'assouplir un peu leurs exigences et d'accepter un plus large échantillon d'actifs financiers dans leur définition du ratio de liquidité. Outre le "cash" et les titres d'Etat, l'or et certaines actions pourraient ainsi être pris en compte, écrit le Wall Street Journal.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/07/2012 à 18:48 :
Quand la BCE prête 1000milliard aux banques à 1% qui elles même redistribue aux états mais à plus de 5% y'a pas de report, et encore moins de discussions. Mais quand ont double une taxe déjà ridicule pour freiner l'endettement, qui sera annulé n'en douter pas, la par contre on tente de reporter la chose histoire de s'engraisser 1ans de plus sur le contribuable. C'est beau être banquier.
a écrit le 26/07/2012 à 2:08 :
Ces mesures n'arrangent personne et sont trop difficiles à suivre, sauf en trichant. Donc mesures inutiles, encore de la bureaucratie et des normes pour faire travailler les technocrates.
a écrit le 25/07/2012 à 22:01 :
Oui, non. En réalité, c'est un an reconductible si les "mesures" de bale3 restent en l'état. 2125 me parait par contre judicieux comme date car il serait possible que les quelques régulateurs et politiciens gênants soient enfin en retraite.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :