Goldman Sachs : Frankenstein de la finance ou bouc-émissaire ?

<b>VIDEO - </b>Le passionnant documentaire d'Arte sur « la banque qui dirige le monde » décrypte, à la façon du film « Inside Jobs », la responsabilité de Goldman Sachs dans les dérives du capitalisme financier. Avec le risque d'en faire un bouc-émissaire commode.

7 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Rarement un docu-fiction aura été aussi bien « marketté ». Diffusé ce mardi 4 septembre en « Prime Time » de la soirée sur Arte, l'enquête sur « Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde » proposé par Jérôme Fritel, journaliste à l'agence Capa, et Marc Roche, le chroniqueur financier du journal Le Monde dont il est le correspondant à Londres, a été annoncé à la presse depuis le mois d'août. Ce « thriller financier exceptionnel » mérite de fait que l'on s'y attarde, s'inspirant du succès du film « Inside Jobs » dont il reprend en partie les recettes, en mêlant témoignages exclusifs et images d'archives. « Inside Jobs » était la dénonciation d'un système, quasi-mafieux, qui a conduit à la crise des subprimes, et l'aveuglement coupable ? voire la complicité, dont ont fait preuve les responsables de l'époque. Le documentaire d'Arte concentre le tir sur un seul acteur, Goldman Sachs, en revenant en image sur les dérives dénoncées par Marc Roche dans son livre « La Banque. Comment Goldman Sachs domine le monde » (Albin Michel).
Tous ceux qui ont vu aussi le film « Margin Call », ne seront pas dépaysés. Ce qui est décrit des m?urs de Wall Street au travers de ce reportage est un monde fait d'arrogance et de cynisme, qui n'a pas hésité à spéculer sur la faillite des ménages américains ou sur celle des Etats, comme la Grèce, dont Goldman Sachs a été le conseiller occulte et in fine assez immoral. Bien sûr, le film n'échappe pas à un certain manichéisme. Goldman Sachs, présentée en Frankenstein des temps modernes, est la créature qui a échappé à ses créateurs : la « firme » de 30.000 personnes et qui pèse 700 milliards de dollars d'actifs est jugée coupable d'avoir transformé le monde en un vaste casino manipulé à son seul profit, quel qu'en soit le prix.

Des « moines banquiers »

Tout y passe : l'histoire d'abord, de cette banque d'investissement, qui n'a « ni enseigne, ni agences, ni visages », devenu un véritable supermarché de la finance (voir ici la formidable infographie animée disponible sur le site d'Arte). On apprend ainsi comment Goldman Sachs recrute ses « moines banquiers ». Une légende maison raconte que les nouveaux « associés » font l'objet d'un bizutage d'entrée rituel : réunis dans une salle de réunion à la veille d'un week-end férié, ils sont livrés à eux-mêmes pendant plusieurs heures. Les plus impatients, partis avant l'arrivée tardive d'un dirigeant qui fait signer une feuille de présence à ceux qui ont tenu stoïquement, seront licenciés le lundi matin...
Cette réputation de dureté n'a pas empêché Goldman Sachs, aujourd'hui dirigée par un enfant de Brooklyn, Lloyd Blankfein, de toujours recruter les meilleurs, quel que soit leur milieu social d'origine. Mais la banque « la plus puissante et la plus opaque » de Wall Street a, selon les auteurs du reportage, mal tourné à l'orée des années 2000 : il y a eu une dérive avec la titrisation financière et l'arrivée des génies des maths qui ont transformé le modèle d'une banque d'investissement à la papa vers la quintessence du casino financier. Nomi Prins, une ancienne salariée devenu écrivain, raconte qu'elle a fini par partir, dégoûtée de voir son responsable demander à ses traders de continuer à spéculer sur le marché du pétrole le 11 septembre 2001 alors que le premier avion avait percuté le World Trade Center, parce qu'il y avait « de l'argent à se faire ». Et que dire de « Fab le Fabulous », alias Fabrice Tourré, le trader français impliqué dans le scandale Abacus, et que son employeur a lâché devant la commission d'enquête du Sénat tout en ayant divulgué discrètement à la presse les mails privés qu'il échangeait avec sa fiancée et où il laissait entendre qu'il savait que la fin de la partie était proche, ce qui ne l'empêchait pas de continuer à vendre ses produits financiers aux gogos. Un Fabrice Tourré réduit au silence, parce que ses avocats étaient payés par Goldman Sachs.

Un réseau d'influence tissé autour de Barack Obama, Mario Draghi...

Marc Roche et Jérôme Fritel raconte aussi par le menu comment Goldman Sachs a su se tisser un réseau d'influence dans la sphère politique, aux Etats-Unis, mais aussi en Europe, au risque de flirter avec les conflits d'intérêt. Hank Paulson, le secrétaire américain au Trésor, un ancien dirigeant de GS. Mario Draghi, aujourd'hui président de la BCE, aussi. Même Barack Obama a été infiltré par la banque qui a réussi à reprendre la main et à passer entre les mailles du filet réglementaire qui aurait pu nuire à ses intérêts.
Les comptes maquillés de la Grèce à l'aide d'une banquière, grecque, de Goldman Sachs sont un autre épisode fameux de l'histoire récente. Là encore, rien d'illégal, mais une conception toute particulière de la ligne jaune que l'on peut ou pas franchir. Mais qui, in fine, est le plus coupable : le gouvernement grec, qui a cherché à tricher sans mesurer les conséquences à long terme de ses actes sur la confiance de ses créanciers...? Ou celui qui l'a aidé à maquiller ses comptes en ayant recours aux astuces les plus secrètes de la sophistication financière ? Les auteurs n'élude pas le débat sur Goldman Sachs, le coupable idéal, mais restent sur leur proie. Interrogé, dans son appartement parisien face aux jardins du Palais Royal, Jean-Claude Trichet ancien président de la BCE, met en garde contre la tentation de faire d'un seul acteur un bouc-émissaire qui conduire à éluder la responsabilité de tout un système, mais il reconnaît que Goldman Sachs concentre désormais par son caractère exemplaire la colère de l'opinion publique mondiale contre les banquiers. En revanche, interrogé sur le conflit d'intérêt éventuel de son successeur à la BCE, Mario Draghi, il refuse catégoriquement de répondre et demande que la question ne figure pas dans le documentaire. Pas de chance, cette fois, le off est rompu...

Goldman Sachs surnommerait ses clients les « bouffons »

Alors, quel contrepouvoir face à une telle puissance ? Il y a bien eu la révolte de Greg Smith, un ancien salarié dont la tribune publiée par le New York Times, a fait le tour du monde. Selon Smith, Goldman Sachs aurait commencé à perdre son âme dés lors que la culture maison a cessé de placer en premier l'intérêt de ces clients qui seraient appelés en interne les « bouffons ». Calomnie de la part d'un salarié amer ? Ou bien véritable perversion d'un acteur qui serait devenu le Darth Vador de la finance mondiale ? Mais si tel était le cas, ces dérives étant publiques, Goldman Sachs aurait dû voir fuir tous ses clients. Or, tel n'est pas le cas. Au contraire, la banque n'a jamais été aussi globale. C'est finalement l'ancien économiste en chef du FMI, Simon Johnson, qui livre en fin de documentaire la clef du débat : selon lui, « nous n'avons pas besoin de banques de cette taille », autrement dit il serait une ?uvre de salubrité publique mondiale de lui faire rendre gorge en la démantelant. Mais qui aurait le pouvoir d'abattre Goldman Sachs, sinon ses clients ? Les gouvernements, eux, ont renoncé (abdiqué ?). Et si, finalement, Goldman Sachs était un mal nécessaire au capitalisme, le prédateur absolu de notre écosystème, capable de survivre à toutes les crises. Sur cette résilience de Goldman Sachs, qui a déjà affronté maints procès du même type, Marc Roche et Jérôme Fritel se gardent bien de trancher.


(Re)voir le documentaire :

« Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde »

Gouvernements, institutions internationales, grandes entreprises... Nul acteur de l'économie et de la finance n'échappe aujourd'hui à la toile tissée par Goldman Sachs, une "mégabanque" sans laquelle peu de décisions sont prises, et grâce à laquelle nombre de "coups" sont mis en ?uvre. Au risque, souvent, de flirter avec l'illégalité.

Date de la première diffusion : Arte, mardi 4 septembre, 20h40.

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 81
à écrit le 08/01/2013 à 23:28
Signaler
+1 objectif

le 09/10/2013 à 19:22
Signaler
Mais ou va le monde ?

à écrit le 05/10/2012 à 20:50
Signaler
J'écris en réponse en particulier à MaisouiMaisoui. Toutes les transactions opérées par GS sont certes tout à fait légales. Le système le permet. J'en ai bouffé des cours sur les l'utilisations des produits dérivés, SWAP ... lors de mes études. L'esp...

à écrit le 25/09/2012 à 0:03
Signaler
Tout est énorme: nos usines sont en chine, nos banques sont au dessus du monde, notre parlement est européen, notre peuple est en phase de devenir afro-européen, les mosquées poussent avec l'argent de l'OCI et du Qatar et les conflits d'interets éthn...

à écrit le 24/09/2012 à 7:52
Signaler
Profane dans ce domaine. Mais, et je le déplore, le monde est devenu capitet à toujours été capitaliste. C'est sa forme contemporaine. " Frankestein" a echappé à son créateur et ne sera plus jamais rep. Adaptez vous, utilisez les armes de l'ennemi. ...

à écrit le 11/09/2012 à 18:30
Signaler
Mais ils ne flirtent pas avec l'illégalité, ils sont dans la plus complète illégalité, et personne au parlement européen, ne bougera le petit doigt pour mettre à l'index ces gangsters, car ce sont des gangsters, puisque la majeure partie des représen...

à écrit le 10/09/2012 à 15:46
Signaler
le système est malade, le capitalisme est le meilleur pour permettre un développement rapide de nos sociétés mais le soucis, ce sont les hommes et leurs vices, ils bâtissent des monstres qu'ils ne maitrisent plu, il faut virer l'ensemble des acteurs ...

à écrit le 10/09/2012 à 14:08
Signaler
Bonjour, Est-il patriotique de spéculer sur les marchés quand son propre pays est attaqué ? Investir en pariant sur la faillite d'un pays, c'est le peuple qui en souffre, quand à le faire envers une entreprise, ce sont les salariés qui payent. La cup...

à écrit le 09/09/2012 à 17:20
Signaler
Oui, on savait que le néolibéralisme ne pouvait débouché in fin que sur une catastrophe, le problème c'est le manque d"'alternative... ou plutôt l?empêchement organisé de ne laisser d'autres solutions faire leurs preuves..

à écrit le 08/09/2012 à 23:13
Signaler
je vous conseille de lire l'article de matt taibbi sur Goldman Sachs, c'est très instructif.

à écrit le 05/09/2012 à 22:45
Signaler
Crise Grecque : un Jeu Goldman Sachs, sans commentaire ! Alors le blabla on connait la chanson... La crise grecque est née suite à un article du Financial Times de janvier 2009, diffusant une fausse information fournie par la banque d?affaire améric...

le 06/09/2012 à 7:45
Signaler
procédé bien connu du monde financier; en plus les Soros et Cie ont pignon sur rue au FTimes! Mais bien sur on n'a pas d'instance juridique, judiciaire et policiere au niveau international capable s'occuper de leur cas correctement!! Donc ils peuvent...

le 06/09/2012 à 11:20
Signaler
Des faits et des exemples svp pas du pipeau digne de Detective ou Gala. Les prédateurs ? Vous voulez parler des 65 millions de français (il n'y a pas de Hedge funds en France) qui ne veulent pas financer leur retraites (20 ards par an) leur secu (1...

le 08/09/2012 à 2:09
Signaler
MaisOui mais oui vous êtes malheureusement un bouffon quand vous extrapolez sur les 65 millions de français que ne cible pas exclusivement le message de Fumée sans feu. Votre amalgame aux convictions inébranlables pro libéral sur les retraites, la sé...

à écrit le 05/09/2012 à 18:35
Signaler
Quelsques extraits de presse spécialisée histoire de completer le tableau!!! Tribune de Genèves - Par Andrés Allemand le 16.02.2010 De nouvelles révélations accablent la banque d?affaires américaine, qui semble avoir joué sur tous les tableaux, me...

le 06/09/2012 à 11:16
Signaler
Effarant de bêtise et de contre vérités. Les contrats d'anticipations de recettes des aéroports et sociétés de jeux grecs représentent qq dizaines de millions d'Euros à comparer avec les 300 milliards actuels de la dette grecque. La masse de gains a...

à écrit le 05/09/2012 à 18:08
Signaler
Mes excuses: Hollande avec 2 L pour lui permettre de survoler le problème.......

à écrit le 05/09/2012 à 18:03
Signaler
P.S.: Messieurs Holande et Mélanchon ont raison : l?ennemi du social est la Finance .

le 05/09/2012 à 18:12
Signaler
et les commentaires un peu secs contre le système goldman ont été bien sûr arrêtés par la tribune: alors édulcorons le réel!!

à écrit le 05/09/2012 à 17:53
Signaler
Les monnaies étaient des moyens concrets pour représenter, sous une autre forme, le travail et ainsi permettre les échanges : il suffisait de travailler plus pour en avoir plus?.Puis l?intelligence de l?homme a crée la monnaie scripturale, repr...

le 05/09/2012 à 23:11
Signaler
Le système... et d?où sort t-il le SYSTÈME? Marrant c'est gens qui pensent que des chose se mettent en place toute seule ... Il existerait un SYSTÈME, sorti de nulle part ... un peu comme le père noël ou le bon dieu.. va savoir.... Ouvrez enfin le...

à écrit le 05/09/2012 à 16:49
Signaler
Monsieur "Maisouimaisoui", je comprends que vous défendiez votre gagne-pain (au vu de vos arguments il semble évident que travaillez dans la finance) mais vous mélangez tout : on n'attaque pas Goldman Sachs parce qu'ils sont banquiers ou spéculateurs...

le 06/09/2012 à 7:50
Signaler
Daniel : Demontrez, n'assenez pas. Les americains à la rue le sont pour leur surendettement immobilier. GS n'est pas une banque de detail. Et la dette titrisée de ces particuliers dans des produits financiers vieux comme le monde a contaminé le mond...

le 06/09/2012 à 11:56
Signaler
Pour ne parler que des subprime, GS a bel et bien monté un produit financier sur les crédits immobiliers contractés par les ménages américains les plus à risque...GS a bien vendu ce produit à plusieurs établissements financiers à travers le monde en ...

le 06/09/2012 à 14:57
Signaler
A Daniel, Mais crenom de triple buse : un subprime n'est pas un produit financier c'est juste un TYPE D'EMPRUNT !!! C'est pas vrai d'en etre à ce niveau de vide intellectuel pour defendre je ne sais quel discours fumeux. Aux USA qd vous empruntez vou...

le 06/09/2012 à 16:33
Signaler
Les insultes ne sont pas utiles dans le débat et ne vous font pas honneur...je sais bien que les subprime ne sont pas des produits financiers, c'est leur titrisation (notamment en CDO) qui les transforment en produits financiers toxiques en les combi...

le 06/09/2012 à 18:06
Signaler
Acceptez les insultes quand elles vous collent à la peau à la perfection et évitez de nous prendre pour des buses en changeant de discours (tendance plus soft) qd on vous prend la main dans le sac de l'enfumage. Vous avez TEXTUELLEMENT dit que GS ve...

à écrit le 05/09/2012 à 13:18
Signaler
Enième reportage bidon, estampillé "vrai document" par les énièmes journalistes incompétents ayant écrit leur texte bien avant la moindre enquête. Golfman Sachs est un broker, pas un spéculateur. Goldman n'assure pas "une vie de milliardaires" à ses...

le 05/09/2012 à 13:55
Signaler
Oui mais la banque a pour clients des Hedges Funds qui eux peuvent spéculer à la chute de la Grèce et vu qu'elle connaissait bien la situation avant qu'elle ne soit publiques elle aurait du etre condamnée pr délit d'initié si ce que dit Myret Zaki de...

le 05/09/2012 à 14:01
Signaler
Manifestement, vous n?avez pas vu le film. Entre autres scandales, on trouve un passage qui semble très rationnel et très vérifiable. il y a tout de même quelques passages très objectifs et tout à fait vérifiables : pourquoi Paulson a t-il laissé L...

le 05/09/2012 à 14:26
Signaler
C'est quand même fou de voir que certaine personne ayant la science infuse nie tout le reportage alors que les dirigeant ou ex dirigeant de GS, devant les caméras bloquent sur certaines questions crutiales et donc ne répondent pas.... C'est de la com...

le 05/09/2012 à 15:07
Signaler
J'ai vu le film. Et à l'opposé de ce que vous racontez il ne dévoile aucun secret sauf à faire d'un soupçon d'hésitation d'un inconnu ou d'un cadre de GS, le seul élément probant d'un soit disant secret inavouable. Lehman est une banque, AIG un assur...

le 05/09/2012 à 15:13
Signaler
Fumée sans feu. En quoi vendre (ou acheter d'ailleur puisque GS est un broker) comme intermediaire financier à un Hedge Funds (on ne vend pas à terme une obligation d'Etat Grec désolé de brimer votre imagination complotesque) , un agent financier "q...

le 05/09/2012 à 15:36
Signaler
Mais de qui se moque-t-on ? GS spécule sur les matières premières, les prêts immobiliers, la dette des Etats, les CDS etc... Ce sont des parasites économiques qui ruinent les Etats nations notamment depuis l'appropriation du pouvoir de création m...

le 05/09/2012 à 16:08
Signaler
@Xavier Les matières premières sont en général au même niveau en dollar constant qu'au début du XXième siècle (informez vous) et cela sans banque d'affaire. Je ne savais pas GS responsable de la hausse de consommation des BRIC et autres ex pays en vo...

le 05/09/2012 à 18:06
Signaler
@maisouimaisoui; Ce n'est pas mon imagination c'est une jounaliste Suisse Myret Zaki qui affirme qu'il y a eu délit d'initié dans une conférence de fin 2011! cf bilan.ch; maintenant si c'est de la désinformation alors informez-moi??

à écrit le 05/09/2012 à 11:56
Signaler
Documentaire en droite ligne de ce qui a été fait à l'encontre de sociétés comme Monsanto, qui rencontrent de trop grands succès. Très "français" comme attitude, de ne pas accepter le succès de sociétés dont personne n'est néanmoins en position de dé...

le 05/09/2012 à 12:14
Signaler
à Bili Hari: En résumé, c'est "fermez vos gueules, money rules the world." et "Faites ce que je dis , mais pas ce que je fais." . Devise de GS: " Ne vous contentez pas d'être les meilleurs, il faut enfoncer les autres." Bravo belle mentalité. Il y a ...

le 05/09/2012 à 12:23
Signaler
Attendez ! Vous l'avez vu ce documentaire avant de balancer des généralités ??!

le 05/09/2012 à 12:34
Signaler
Ahhhh le spectre de l'antisémitisme... Belle tentative Bili Hari. Mais cette fois-ci ca ne marche plus, nous jeunes de France, savons que ce masque de l'antisémitisme est le meilleur moyen pour éviter toute critique de la religion juive et du sioni...

le 05/09/2012 à 12:56
Signaler
Monsanto oui y aurait aussi clairement beaucoup à dire sur cette entreprise au fonctionnement interne des plus curieux ...

le 05/09/2012 à 12:58
Signaler
je recommande l excellent film "to big to fall" que j ai vu cet été à la télé aux USA , bon il donne un beau role à Polson sinon le reste est vraiment excellent

à écrit le 05/09/2012 à 11:08
Signaler
jerome Que fait un Etat face à des terroristes? Il baisse le pantalon car les élites sont en relation directe avec le monde de la finance, un fils de politique qui travaille dans telle banque, qui un frère travaille chez un assureur, la corruption p...

le 05/09/2012 à 13:57
Signaler
j'aimais bien ton intervention jusqu'à ce que tu le ruine avec ton nouvel ordre mondial....un ordre qui n'a pas changé depuis au moins 60ans...

à écrit le 05/09/2012 à 10:31
Signaler
voilà une banque qui place ses pions à des endroits stratégiques pour se protéger des lois et de la démocratie. Elle pratique un terrorisme économique et financier qui tue les Etats. Que fait un Etat face à des terroristes?

le 05/09/2012 à 10:50
Signaler
exact et derrière les états il y a qui ?... NOUS ! Liberté (de fermer notre gueule), Egalité (belle hypocrisie), Fraternité (diviser pour mieux régner)... Lorsque tout ça va exploser (on dit que le 21 décembre c'est la fin du ou d'un certain monde) n...

à écrit le 05/09/2012 à 10:30
Signaler
la connivence tant décriée ici est toute aussi flagrante en France entre nos dirigeants et les énarques des ministères et des grands établissements publics ou parapublics voyant les nominations à la tête des grandes banques françaises et leur rapport...

à écrit le 05/09/2012 à 10:28
Signaler
Et que dire de Lazard et ses liens avec le pouvoir et les gouvernements....

le 05/09/2012 à 14:14
Signaler
Cela s'appelle le changement dans la continuité . . .

à écrit le 05/09/2012 à 10:28
Signaler
Après la crise des subprimes et la crise grecque, Goldman Sachs aurait du disparaitre et aurait du voir sa licence supprimée. Les socialistes auraient du engager une procédure contre Lloyd Blankfein, mais curieusement personne n'en parle . Le caniche...

à écrit le 05/09/2012 à 10:20
Signaler
GOLDMAN SACHS EST LA BANQUE D'AFFAIRE NUMERO 1 ET SI WARREN BUFFET A INVESTI SON ARGENT A GOLDMAN SACHS ELLE FAIT DU BON BOULOT NOUS FAISONS LE TRAVAIL DE DIEU COMME BLANKFEIN L'A DIT

le 05/09/2012 à 16:51
Signaler
En réalité ils font plutôt le travail du diable, question de point de vue...

à écrit le 05/09/2012 à 10:09
Signaler
Inutile de chercher des circonstances atténuante pour expliquer l'attitude de ces gens qui tuent des millions de personnes en toute impunité.... Alors que vous risquez tous de finir en prison si vous oubliez de payer une amende de quelques centaines ...

le 05/09/2012 à 11:12
Signaler
regardez Arte la semaine prochaine sur Nestlé et le contrôle de l'eau comme d'autres matières essentielles c'est ainsi le capitalisme mais souvenez vous du système soviétique regardez aussi les chinois en Afrique ....et combien d'autres exemples sim...

à écrit le 05/09/2012 à 10:07
Signaler
Nous avons créer sur notre Terre la monnaie. Un moyen d'échanger simplement le fruit du travail de chacun. Aujourd'hui le Monde court à sa perte avec des gens sans scrupules (financiers spéculateurs, hommes politiques ...). A quand la sagesse ? Ceux ...

à écrit le 05/09/2012 à 9:39
Signaler
Plutôt que Franckenstein, honorable et inventif médecin dépeint par Mary Shelley, la comparaison avec le compte Dracula eût été encore plus éclairante

à écrit le 05/09/2012 à 8:54
Signaler
Goldman Sachs la secte bancaire

à écrit le 05/09/2012 à 8:06
Signaler
Il faut lire le livre de K. Galbraith sur la crise de 1929, très intéressant sur le rôle de GS dans la tempête boursière a cette époque. Le commentateur se trompe quand il dit que c'était une banque a papa avant 2007.

à écrit le 04/09/2012 à 22:54
Signaler
l 'Europe est infectée par le virus GS et les agences de notations sont l' instrument de soumission de nos pays à l' emprise américaine . Trop de nos gouvernants mangent dans la main US et le vivier des institutions internationales en constitue une r...

à écrit le 04/09/2012 à 22:27
Signaler
Je viens de voir le docu-fiction. Plutôt bien mené mais évidemment un peu trop axé sur GS...A revoir. Pour ce qui est de GS le plus simple c'est voter avec son compte en banque ==> aller déposer ses économies ailleurs. Ne pas oublier que ce fait vivr...

le 04/09/2012 à 23:06
Signaler
GS n'a pas de banque de depot. Par ailleurs, malgre sa sulfureuse reputation, ses clients continuent a lui faire confiance et estiment que ses employes sont parmi les meilleurs du monde dans le domaine. Peut-etre ont-ils tort me direz-vous? En tout c...

le 05/09/2012 à 10:17
Signaler
@Tyler : Pas une banque de dépôt mais une BFI (Banque Financement Investissement) il y a donc des clients qui viennent "déposer" leurs avoirs, acheter des produits, s'endetter auprès de GS. Certes ce sont des particuliers richissimes, des Etats et gr...

le 05/09/2012 à 10:27
Signaler
les clients tres riches peuvent venir investir leur argent chez goldman meme si ce sont des particuliers meme si on parle de plusieurs millions.

le 05/09/2012 à 11:51
Signaler
GS ne gère pas de particuliers, vous êtes bouchés? Si des institutionnels continuent d'y placer leur argent c'est qu'ils y trouvent leur compte d'une manière ou d'une autre, des garanties il n'y en a nulle part dés lors que l'on veut s'affranchir des...

le 05/09/2012 à 11:53
Signaler
A mon sens il y a banque et banque , aucune entreprise au monde peut se tarder d etre un paladin irréprochable à l armure immaculée defendant veuve et orphelins c est pareil pour les banques et à ce titre je pense qu il a celles qui font plutot leur ...

le 05/09/2012 à 15:47
Signaler
@ P@n@sonic : Pour moi un investitutionnel tel un assureur vie, une caisse de retraite ne représentent qu'une agglomération de particuliers...Derrière les institutionnels ce sont bien des particuliers ! Autre exemple une family office est pour moi un...

le 05/09/2012 à 16:56
Signaler
@Tyler Moi, si on me traitait de bouffon en off cela ferait belle lurette que je ne serais plus client chez eux... Ce doit être du masochisme en fait

le 05/09/2012 à 20:59
Signaler
Alors ils doivent etre maso, tant pis pour eux, tant mieux pour GS... Mais cela me laisse penser que la situation n'est pas aussi simple. A krok: idealement (ce qui n'arrive pas toujours, mais dans un certain nombre de cas malgre tout), la banque bie...

le 06/09/2012 à 23:13
Signaler
@Tyler : 1/ " Ca ne veut pas dire qu'elle va systematiquement vous arnaquer " ben là ils ont juste vendu des trucs super complexes à un pays, la Grèce. Et surtout ils ont pris des positions contre certains produits juste après les avoir vendu à leur ...

le 07/09/2012 à 0:03
Signaler
Sans vouloir minimiser les abus (reels) et nier ce que vous evoquez (maquillage des comptes de la Grece, produit Abacus chez GS, etc...), vous avez une vue bien etroite de ce qu'est la BFI, et sans refuter l'aspect speculation que vous evoquez, si vo...

le 07/09/2012 à 11:51
Signaler
@Tyler : " Ne parlez pas de BFI si vous ne savez pas ce que c'est " ... Je travaille dans une BFI. Et vous ?

à écrit le 04/09/2012 à 22:18
Signaler
Et les mafias dans la crise ?

le 04/09/2012 à 22:25
Signaler
Recrutent aussi des financiers pour placer leur liquidités !

à écrit le 04/09/2012 à 22:16
Signaler
le reportage m'a appris pas mal de choses, je regrette qu'il soit aussi manichéen et orienté théorie du complot. Il perd en crédibilité en utilisant des fonds d'écran à la matrix et des allusions faciles à la guerre des étoiles. Ce que je trouve domm...

le 05/09/2012 à 16:16
Signaler
Tout a fait d'accord... Victor. Mais bon vous oubliez un paramètre. C'est qu'à l'opposé du marché de la dette d'Etat, le journalisme éco est lui en crise depuis 50 ans .. et la rémission ne passe hélas pas par le journalisme à sensation. Pdt 20 ans...

à écrit le 04/09/2012 à 21:53
Signaler
Si on se contente de se focaliser sur Goldman Sachs, on perd la vue d'ensemble du Cartel des banquiers internationaux, les JP Morgan, HSBC, Chase, Deutche Bank ,etc.. (soc Gen, BNP, anyone?) Il suffit de prendre la liste des participants au Libor, ou...

le 05/09/2012 à 10:26
Signaler
+1

à écrit le 04/09/2012 à 19:42
Signaler
Un mal necessaire en somme...

à écrit le 04/09/2012 à 19:16
Signaler
Détail croustillant : Endemol (la boite de production qui débilise les Français avec le concours de TF1 et du gouvernement) est détenue par une filiale de Goldman Sachs. Tout est contrôlé par des féodalités financières telles que Goldman Sachs avec ...

le 05/09/2012 à 0:41
Signaler
"Controle publique inalienable de la monnaie", qu'est ce que cela veut dire? Dans la formulation, ca ressemble a un beau programme, cela nous donnera au mieux des bulles pharaoniques, au pire un systeme kafkaien corrompu... Par ailleurs, pensez-vous ...

à écrit le 04/09/2012 à 17:56
Signaler
J'imagine que certain vont trouver de quoi dire du bien...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.