Epargne : les Français boudent l'assurance vie et veulent investir dans le "réel"

 |   |  698  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Selon le dernier baromètre de l'UFF, 75% des Français pensent que leur capacité d'épargne va diminuer dans les six prochains mois. Parmi leurs placements préférés: les produits à capital garanti et les obligations. Ils sont de plus en plus nombreux à vouloir placer leur argent dans des investissements autres que financiers.

La crise financière modifie-t-elle les stratégies de placement des Français? Sont-ils en train de revoir leurs espérances de rendement? Se préparent-ils à des lendemains qui déchantent? Pour la quatrième année consécutive, l?UFF (Union financière de France), banque conseil en gestion de patrimoine a réalisé avec l?IFOP un sondage auprès d?un panel de Français détenteurs de valeurs mobilières ou d?assurance vie pour un total (hors immobilier) de plus de 30.000 euros. L?objectif: déterminer les placements préférés de nos concitoyens et leur perception du risque.

75% des sondés se montrent très pessimistes

Parmi les grands enseignements de ce nouveau baromètre, il est très intéressant de noter que les sondés sont 57% (51% l?an passé) à avoir adapté leur comportement d?investissement au regard de la conjoncture et qu?ils sont 75% à penser que leur capacité d?épargne va diminuer dans les six prochains mois. Ils sont donc plus que jamais réticents à placer leurs avoirs dans des produits financiers et plus particulièrement actions (ils ne sont plus que 25% à plébisciter cette classe d?actif contre 41% en 2009. Ce taux est le plus bas jamais constaté depuis les débuts de ce sondage). Plus symptomatique encore est la moindre appétence des Français pour l?assurance-vie, y compris en euros. Ils ne sont plus que 57% à envisager placer leur épargne dans cette enveloppe contre?73% en 2009 et encore 66% en 2011. Cette évolution est essentiellement liée à leurs craintes concernant l?endettement des pays de la zone euro. Preuve de leur mauvaise appréhension de la réalité: ils n?ont, en parallèle, jamais été aussi prompts à vouloir acquérir des obligations (57% contre 32% en 2009) alors que ce sont précisément ces produits que l?on retrouve dans les contrats en euros de l?assurance vie. Ils sont, en parallèle, 74% à vouloir privilégier les produits à capital garanti (contre 69% l'an passé et 66% en 2009). Preuve également de leur aversion aigüe au risque: ils sont 39% à envisager d?investir dans des placements monétaires à court terme (contre 19% en 2011) et ce, alors qu?ils ne rapportent absolument plus rien compte tenu de la baisse radicale des taux d?intérêt.

Les SCPI moins appréciées

D?autres placements jusqu?à présent très appréciés des épargnants sont, au contraire, plus délaissés. Comme l?investissement immobilier locatif (49% sont prêts aujourd?hui à lui faire confiance contre 53% l?an passé). Il faut dire que la fin programmée du Scellier a semé le doute dans les esprits et le nouveau dispositif déjà dénommé le Duflot n?est pas encore totalement défini. Plus surprenant est la petite baisse de forme vis-à-vis des SCPI, ces produits immobiliers permettant d?investir dans la pierre tout en bénéficiant de l?expertise de gérants aguerris à ces placements et d?être à la tête d?un titre plus liquide qu?un bien physique. Ils ne sont, ainsi, plus que 35% à plébisciter cet actif contre 44% en 2011.

Les Français veulent investir dans le "réel"

En fait, et c?est là aussi l?un des enseignements majeurs de ce nouveau baromètre, les Français semblent résolus à s?éloigner des produits financiers pour se rapprocher de placements alternatifs. Ils sont ainsi 43% à reconnaître s?être tournés vers des placements autres que financiers cette année alors qu?ils n?étaient que 36% à le reconnaître en 2011. Parmi les chouchous: les PME non cotées, permettant aux épargnants d?investir dans le «réel», les forêts en direct ou via la souscription de parts de groupements forestiers, des domaines viticoles et enfin l?achat d??uvres d?art. Ces dernières ayant finalement réussi à passer entre les fourches caudines de Bercy qui envisageait un moment, d?alourdir la fiscalité de cette classe d?actif dans le cadre de l?imposition sur l?ISF. Mais les puissants lobbies des salles de ventes et des riches collectionneurs ont eu raison de cette éphémère velléité.
 

 

Pour aller plus loin :

Notre espace SCPI

Notre guide des SCPI

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/10/2012 à 18:48 :
UN SEUL ET UNIQUE CONSEIL POUR PLACER VOTRE ARGENT :

L'OR OU LE YAN AU CHOIX !!!! :)

Faut être naïf pour croire que les actifs en euros ou en dollars ne vont pas s'effondrer...
Réponse de le 17/10/2012 à 19:33 :
Pour moi il n'y a que de l'or, et aucun papier, qu'il soit chinois ou autre..Si le USD et/ou l'euro tombe, toutes les autres fausses monnaies papier disparaitront également.
Réponse de le 05/03/2013 à 12:47 :
Pour l'or, c'est un peu tard, il a fait l'essentiel de sa hausse.
Eventuellement en guise de sécurité,sur une petite partie du patrimoine.
a écrit le 17/10/2012 à 17:56 :
bizarre de parler "des français" comme s'ils étaient représentatifs alors que les sondés disposent d'au moins 30.000 euros "auprès d?un panel de Français détenteurs de valeurs mobilières ou d?assurance vie pour un total (hors immobilier) de plus de 30.000 euros". je ne crois pas que la majorité des gens disposent de ce capital, une grosse majorité en fait peine à gagner cette somme en un an !
cet article a t il été écrit pour faire pression sur le gouvernement ou sur des banques ou des institutions ?
Réponse de le 17/10/2012 à 18:44 :
ça fait peur ce que vous dites et si vous y croyez vraiment c'est encore plus inquiétant ... nous sommes donc en train de devenir un pays pauvre ...
Réponse de le 17/10/2012 à 19:24 :
Je suis cadre et ne possède pas autant d'épargne. Oui la majorité des français ne possèdent pas 30 000? d'actifs liquides !
Réponse de le 05/03/2013 à 13:02 :
Le patrimoine brut moyen des 40-49 ans est d'environ 300 000 euros source insee
La résidence principale étant en moyenne valorisée à 200 000 euros, il reste de quoi faire .
30 000 euros de patrimoine financier ne parait donc pas stupide, surtout lorsque l'on sait que le patrimoine financier des ménages représente 1/3 de leur richesse (source Trésor Public).

Cette moyenne cache des disparités entre ceux qui n'ont rien, ceux qui ont beaucoup, et les cadres comme max qui dépensent tout ce qu'ils gagnent .
Le patrimoine des ménages représente 8 années de revenu ou 5 années de PIB (source Trésor Public)
a écrit le 17/10/2012 à 16:57 :
Sans oublier l'investissement dans l'Or physique qui reste un très bon investissement en ces temps de crise même pour les états !
a écrit le 17/10/2012 à 16:30 :
Sans oublier l'investissement dans l'or que ce soit dans des lingots et lingotins, mais aussi au travers de livrets Or, qui permettent de placer chaque mois dans de l'or à partir de 50 euro par mois !!!
a écrit le 17/10/2012 à 16:19 :
Nul besoin de s'y connaitre, des étudiants suisses ont repéré les 140 entreprises qui possèdent 40% du PIB mondial et un cercle restreint de 30 qui constituent le noyau dur, investissez dans celles-ci, bénéfices garantis et vous participerez ainsi au bonheur de tous.
Réponse de le 17/10/2012 à 16:42 :
Bénéfices garantis ??? Pouvez vous nous le garantir contractuellement avec une assurance privée institutionnel et connue d ela place publique ? Non c'est impossible sur d ela bourse. Le CAC40 a fait - 50 % en 11 ans !! Si vous appelez ca une garantie c'est votre affaire. L'or lui est revendable partout dans le monde entier et ce depuis 6000 ans, à mon sens cette garantie est supérieur, sans parler de la fiscalité très avantageuse sur l'or.
Réponse de le 05/03/2013 à 13:16 :
Raisonnement pas très convaincant. Pourquoi les plus grosses entreprises feraient plus de profits que les moyennes reconnues dans leur spécialité ou que les petites entreprises sur des marchés innovants.
Ceci dit, elles ne possèdent pas le pib mais le réalisent pour autant qu'il y ait toujours des clients en face.
L'or a peu de chance de monter de manière significative vu son niveau actuel et est de plus un placement improductif. Bref, le placement type du rentier. Mieux vaut investir dans des entreprises innovantes sur des marchés porteurs. Quant aux cac 40, ce n'est qu'une moyenne sur 40 entreprises; l'arbre qui cache la forêt.
Je vous rejoins, le placement garanti et performant n'existe pas, le rendement est justement là pour valoriser la prise de risque. L'or non-plus n'est pas un placement garanti (un risque limité vraisemblablement) , pas plus que l'art d'ailleurs.
a écrit le 17/10/2012 à 15:36 :
L'assurance vie est une arnaque. On sait qu'elle n'assurance en rien et n'a de vie que le nom. Aussi les franaçais ont-ils parfaitement raison d'éviter ce type de placement sauf à de très très sérieuses clarification, améliorations et changement de nom.
Réponse de le 17/10/2012 à 16:12 :
Et ? En quoi un changement de nom supprimerait l'éventuelle "arnaque" ? L'assurance vie est une enveloppe "fiscale" permettant de garantir un capital en cas de vie ou, en cas de mort, de transmettre ce capital hors dévolution successorale. L'assurance vie dans une seule enveloppe permet de constituer un capital à moyen terme soit sécurisé (fonds en euros), soit plus risqué (sur des OPCVM) ou de combiner les deux en même temps ou dans le temps. Ce qui me semble clair et sans équivoque. Pour rappel les français ne semblent pas avoir trop évité ce type de placement, puisque l'encours déposé est d'environ 1350 milliards d'euros... Et demain plus qu'hier puisque la fiscalité de l'assurance vie est épargnée par le projet de Loi de finance 2013, faisant de ce produit au contraire une véritable aubaine (sous réserve de sélectionner les fonds en euros solides couplés à quelques OPCVM "tout terrain").
Réponse de le 17/10/2012 à 18:27 :
alcide:tucrois vraiment qu'avec des taux a 0.5 pour cent en europe,les compagnies arrivent a payer du 3 pour cent!y'a de grands naifs!
a écrit le 17/10/2012 à 15:28 :
C'est sûr que créer des bulles sur les forêts et l'art, ça va faire redémarrer la croissance de manière incroyable ! Moi qui ai eu peur que la crise dure trop, me voilà bien rassuré.
a écrit le 17/10/2012 à 15:13 :
Pas d'assurance vie mais de l'obligation oui... Ce qui est la meme chose puisque les fonds en euros sont de l'obligation en totalité ou du moins en tres grosse partie...
Preuve donc que les francais ne connaissent rien a l'economie et a la finance! Il serait temps de mettre ce genre de chose au programme au lycée... cela leur servirais pour l'avenir et peut-etre que nos futur classe politique y comprendrons quelque chose grace a ca....
Réponse de le 17/10/2012 à 15:39 :
oui d'ailleurs en assurance vie ils ont une garantie jusqu'a 70k? de la part du fmga sur les fonds euros...garantie qui n'existe pas avec une obligation en direct....
Réponse de le 17/10/2012 à 15:41 :
Non, ce n'est pas la même chose d'avoir une AV Axa ou une obligation d'EDF en direct (par exemple). Ce qui tue les obligations, qui offrent de beaux rendements nominaux et moins de risques que les actions (si l'on peut attendre la fin de l'amortissement), c'est que la fiscalité dirige fortement vers l'AV, ce qui permet à l'Etat de se financer bon marché.
Réponse de le 17/10/2012 à 18:30 :
les assurances vie appartiennent a des compagnies d'assurance virtuellement en faillite:regardez le cours d'axa.donc il vaut mieux posséder des obligations en direct.les fonds de garantie,banques et assurances,sont bidons

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :