1,324 milliard d'euros : c'est le résultat net en forte hausse de BNP Paribas au troisième trimestre

 |   |  192  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Au troisième trimestre, le résultat net de la banque a progressé de 541 millions d'euros par rapport à la même période l'an dernier, quand elle avait dû passer une dépréciation de plus de 2 milliards sur ses obligations grecques. Il a été réalisé à partir d'un produit net bancaire de 9,693 milliards d'euros (+8,4%).

Au troisième trimestre, le résultat net de la banque a progressé de 541 millions d'euros par rapport à la même période l'an dernier, quand elle avait dû passer une dépréciation de plus de 2 milliards sur ses obligations grecques. Il a été réalisé à partir d'un produit net bancaire de 9,693 milliards d'euros (+8,4%). Hors éléments exceptionnels (notamment -774 millions d'euros de réévaluation de la dette de la banque liée à l'amélioration des conditions de marché; et +427 millions d'euros de prise en compte d'écarts de valeur sur Fortis consécutive à des remboursements anticipés), le résultat net part du groupe aurait atteint 1,6 milliards ce trimestre.

Bémol toutefois, les encours de crédit sur le marché français ont légèrement fondu en un an au troisième trimestre (-0,2%). BNP Paribas impute ce fléchissement à une moindre demande et "à la baisse des taux persistante". Jean-Laurent Bonnafé, administrateur général, a souligné que BNP Paribas est aujourd'hui "une des grandes banques internationales les mieux capitalisées selon les nouvelles règles" de Bâle 3, puisqu'elle affiche un ratio de 9,5% au 30 septembre.

(source : BNP Paribas)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2012 à 9:07 :
Est ce qu'il s'agit de 1324Million ou bien Milliard ?
a écrit le 07/11/2012 à 13:02 :
car à force de vos en prendre à elles les grandes entreprises finiront par s'expatrier ..et ne faites pas le malin en les menaçant ...la bnp par exemple realise seulement 20% de son resultat en france alors...
Réponse de le 08/11/2012 à 11:59 :
Soyez rassuré, je suis tout à fait calme ! Je me contente simplement de constater qu'il vaut mieux gérer la richesse des autres plutot qu'essayer de la créer. Encore une fois, comparez ce type de bilan en le pondérant des risques pris avec n'importe quel secteur industriel (aéronautique, automobile, transport, biens d'équipement, BTP etc...), et vous ne pourrez qu'arriver à la même conclusion. Quand aux délocalisations, elles sont plus le fruit de la montagne de charges et autres obligations légales qui ont tué la compétitivité, ajoutez y un détachement éthique des actionnaires (souvent anglo saxons), et vous verrez que ce n'est pas le petit saupoudrage de nos actuels gouvernants qui va y changer quoi que ce soit. On a perdu toute notion de bon sens et le long terme est devenu presque une insulte !
a écrit le 07/11/2012 à 12:23 :
Cela fait un peu plus de 14 millions d'Euros par jour ! Décidément, il vaut mieux gérer l'argent des autres (ou encore rechercher et vendre du pétrole) plutot qu'éssayer de fabriquer des avions, ou encore les exploiter. En plus, particularité du monde de la finance, en cas de pépin, les décombres sont confiés au contribuable, alors qu'à l'inverse le même contribuable ne voit jamais le moindre retour quand tout va bien... Drôle de monde !
Réponse de le 07/11/2012 à 13:03 :
certe votre raisonnement est comprehensible, il faut toutefois nuancer : le plan de 2008, apres remboursement a largement été favorable au contribuable(interet du pret de l etat) , et BNP (voir le bilan 2011) paye tout de meme quelques millions d euros d impots. le benefice pour le contribuable reste maigre vis a vis des benefices engrangés mais il est la !
Réponse de le 08/11/2012 à 12:19 :
Tant qu'à nuancer, allons jusqu'au bout : Sans le contribuable, la plupart des banques auraient toutes été soit nationalisées, soit lourdement restructurées. Je ne pense pas que la BNP (tout comme ses copines) paie le même taux d'imposition que la PME francaise moyenne. Par contre, je sais que le jour ou ma boite sera insolvable, direction le tribunal de commerce, liquidation, et... ANPE. C'est tout simplement inéquitable, c'est le sens de mon discours.
a écrit le 07/11/2012 à 10:35 :
Vous avez des planches à billets?
Réponse de le 07/11/2012 à 10:56 :
Pas de planches à billets ce sont des lignes d'écritures comptables donc et des chèques ou reconnaissances de dettes qui tournent entre banques et Etats. C'est virtuel. Il n'empêche que si la compta dit déficit il nous faut palier, mais si elle dit bénef... , c'est bon pour la finance.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :