Banques : les suppressions de postes vont s'accélérer en 2013

 |   |  474  mots
70% des banques des Pays-Bas prévoient de réduire leurs effectifs dans les six prochains mois. Copyright Reuters
70% des banques des Pays-Bas prévoient de réduire leurs effectifs dans les six prochains mois. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon le baromètre des banques européennes de Ernst & Young, 45% des banques européennes prévoient de réduire leurs effectifs dans les six prochains mois.

Les Pays-Bas seront les plus touchés par les réduction d'effectifs dans la finance : 70% des banques du pays prévoient de supprimer des emplois.  Suivies de peu par la Grande-Bretagne où 64% des banques anticipent des suppressions de postes. Les banques des pays nordiques ne sont en revanche que 22% à préparer des coupes claires parmi leurs salariés, selon le baromètre des banques européennes (1) du cabinet Ernst & Young.

Les fonctions centrales et la banque d'investissement seront les plus visées

Plus de la moitié (58%) des banques européennes interrogées  vont faire maigrir les fonctions centrales de leurs sièges sociaux. « La réduction des coûts, la rationalisation des processus et la limitation des dépenses non essentielles figurent désormais parmi les cinq principales priorités des banques pour les six mois à venir », explique Marcel Van Loo, responsable des marchés bancaires et financiers pour l'Europe, le Moyen-Orient, l'Inde et l'Afrique chez Ernst & Young.

Mais les activités de banque de détail et de gestion de patrimoine devraient être relativement préservées. A l'inverse, les sombres perspectives en banque d'investissement laissent présager de nouvelles réductions dans cette branche. Selon Steven Lewis, responsable des analyses bancaires internationales chez Ernst & Young, « les banques d'investissement connaissent des heures difficiles. (...)  Alors même que toutes les banques sont plus ou moins affectées par des préoccupations économiques et par la crise de la dette souveraine, la banque d'investissement est également menacée par les évolutions réglementaires prévue pour l'année prochaine. Elle souffre également d'un manque de confiance sur le marché. En conséquence, le nombre de banques amenées à prendre d'importantes décisions concernant leurs banques d'investissement devrait augmenter. »

Le nombre de banques va diminuer en Europe

Près de la moitié des banques (47%) s'attendent  à une consolidation importante de leurs marchés au cours des trois prochaines années, surtout en Espagne et en Suisse. "La consolidation du secteur est principalement anticipée par les banques privées et les gestionnaires d'actifs", indique le baromètre de Ernst & Young. 
Pour Steven Lewis, « il y aura indubitablement plus de mouvements sur le marché en 2013, ce qui se traduira in fine par une diminution du nombre de banques, avec des tailles beaucoup plus modestes pour plusieurs d'entre elles. Certaines banques universelles sont aux prises avec leurs 'business model' actuel, et les acteurs de moindre envergure fonctionnent avec difficulté dans cet environnement à forte intensité capitalistique. Sur les marchés où le secteur bancaire demeure relativement fragmenté, la pression pour consolider ou initier des joint-ventures sera sans aucun doute très élevée. ».


 (1) Méthodologie : le baromètre des banques euroépennes conduit une enquête semestrielle auprès de 270 banques en Europe (Autriche, Belgique, France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, pays nordiques, Pologne, Espagne, Suisse et Royaume-Uni).

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :