Finances personnelles : « Le crédit se supporte moins bien »

 |   |  683  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le taux de détention des crédits à la consommation atteint son niveau le plus bas depuis 1989, et les intentions de souscription pour les mois à venir dégringolent. Une tendance liée notamment au contexte de crise qui pousse les ménages à se désendetter, et qui devrait perdurer avec la prochaine loi sur le crédit à la consommation.

"Le crédit se supporte moins bien. Le poids des charges de remboursement devient plus lourd", constate Michel Mouillart, professeur d'économie à l'université Paris Ouest. Il indique qu'en 2012, 15.1% des ménages qui détiennent des crédits considèrent que leurs charges de remboursement sont trop ou beaucoup trop élevées (contre 14.3% en 2011 et 13.8% en 2010).
Lors d'une présentation à la Fédération bancaire française, il confirme que la loi Lagarde et le contexte économique entraînent des mouvements de désendettement ou de report de projets, plus que des souscriptions de nouveaux crédits.
Ainsi, le taux de détention des crédits à la consommation s'élève à 27.6% en 2012 (contre 35.4% en 2001). Du jamais vu depuis 1995, selon les dernières données de l'Observatoire des crédits aux ménages. Et tous types de crédits confondus, le taux de détention atteint le point bas de 48.6% en 2012, jamais égalé depuis la création de l'Observatoire en 1989.

Une évolution des pratiques

Les pratiques ont également évolué. Les ménages utilisent de moins en moins le crédit pour financer l'achat d'une voiture (14.9% en 2012 contre 18.6% en 2001) ou un bien d'équipement pour la maison (6.8% en 2012 contre 13% en 2001), mais davantage pour soutenir leurs dépenses de consommation courante.
Sous l'effet de la loi Lagarde, les ménages se sont par ailleurs détournés du crédit adossé aux cartes de magasin : en 2012, 5.8% des ménages y ont eu recours contre 13.6% en 2001. Quant à la souscription d'un crédit à la consommation directement sur un lieu de vente, elle diminue depuis 2008, mais conserve le même niveau qu'en 2011, avec 6.2% des prêts distribués par ce canal. Par contre, la souscription auprès des banques et des organismes de crédit ne cesse de diminuer, à 18.8% (contre 20.4% en 2011 ou 21.5% en 2001).

Une phase de "très net recul"

Au final, les intentions de souscription à l'avenir ne sont guère plus brillantes. L'Observatoire remarque qu'en 2012, 4.1% des ménages envisageaient la souscription de nouveaux crédits immobiliers à l'avenir, et 3.5% de nouveaux crédits à la consommation, soit les niveaux les plus bas depuis 2001. "La demande n'est pas prête de rebondir par elle-même et tout laisse à penser que le taux de détention des crédits fléchira encore", estime Michel Mouillart.
La loi Lagarde sur le crédit à la consommation, entrée en vigueur le 1er juillet 2010, n'a pas été neutre sur la production de crédits. En septembre dernier, le rapport du cabinet Athling pour le Comité consultatif du secteur financier a d'ailleurs relevé que depuis l'entrée en vigueur de la loi, le nombre de comptes de crédits renouvelables a baissé de 5.3 millions, et que l'impact de la loi coûterait environ 1.5 milliard d'euros aux établissements de crédits sur la période 2011-2014. Il ajoute que "ce marché est passé en l'espace de quatre ans d'une phase d'expansion et de développement à une phase de repli, voire de très net recul".

Un scénario catastrophe ?

Quant à une possible mort du crédit à la consommation, le même rapport affirme que "ce scénario catastrophe aurait des conséquences néfastes tant sur l'activité de la distribution et du commerce, que sur les effectifs des établissements de crédit spécialisés et sur l'accès au crédit".
Dès lors, comment se comporteront les banques pour ne pas se priver d'un pan important de leur business et de leurs salariés ? Leur lobbying suffira-t-il pour donner lieu à une réforme indolore pour les groupes bancaires et pour le porte-monnaie des ménages ? Dans quel sens leurs pratiques et leurs offres vont-elles évoluer pour attirer de nouveau les ménages ? Et comment ces derniers financeront-ils alors leurs besoins de consommation ? Réponse (peut-être) en avril, lors de la présentation du projet de loi sur la consommation par Benoît Hamon, qui souhaite en particulier "un encadrement supplémentaire" du crédit renouvelable.

 

Pour aller plus loin:

>>> Qui veut la peau du crédit conso?

>>> Le 25ème rapport annuel de l'Observatoire des crédits aux ménages

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/12/2013 à 17:44 :
Persistez dans cette direction, c'est un bonheur de vous suivre.
Argent Web http://goo.gl/08ZfRI
a écrit le 29/01/2013 à 18:00 :
Les ménages utilisent de moins en moins le crédit pour financer l'achat d'une voiture (14.9% en 2012 contre 18.6% en 2001) ? Quelle surprise ! Euh, mais dites-moi, si la proportion de ménages ayant sur le dos un crédit auto a autant baissé, c'est peut-être, tout simplement, parce que les ventes de voitures sont en chute libre ?
En fait, pour cerner l'évolution des pratiques relatives au crédit il faudrait plutôt regarder quel pourcentage des achats d'automobiles sont faits avec un crédit... mais les banques et leur ami Mouillart préfèrent crier au loup et au "scénario catastrophe" de la "mort du crédit conso" (au fait, ce serait un catastrophe...pour qui???)
Foutaises (voire manipulation), il n'y aucune raison que le crédit conso disparaisse, il suit simplement ;la consommation, et se débarrasse (aumoins en partie) des excès de la bulel du crédit - et tant pis pour les commissions de nos amis banquiers...
Si les taux doivent augmenter un peu pour mieux refléter le cout de la liquidité (et empêcher les banques de prendre des risques insensés en vue de servir 15% de rendement à leurs actionnaires), c'est loin d'être une catastrophe pour l'économie... sur le long terme c'est même plutôt une bonne chose, quand on voit le coût astronomique des crises bancaires !
Réponse de le 29/01/2013 à 18:29 :
oui ils utilisent moins le credit consommation pour l'achat d'une voiture , mais plus les locations longue durée ....
a écrit le 29/01/2013 à 17:27 :
Vite, des injections de capitaux pour ces pauvres banques qui ne peuvent plus se gaver autant qu'avant sur le dos du client avec leurs crédits revolving et autres escroqueries à des taux usuriers...
La mort du crédit conso ? mon oeil, oui ! Disons plutôt le retour du crédit conso à sa vraie utilité : financer l'achat d'une voiture, d'une machine à laver, etc. Mais que les banques ne puissent plus faire souscrire le gogo à une "réserve d'argent" présentée comme s'il s'agissait d'un gain au loto avec lequel on peut "se faire plaisir" et dont il serait "dommage de se priver", c'est une excellente chose !
En fait le crédit (et pas seulement conso, cf le cré"dit immobilier et sa dérive subprime) doit redevenir ce qu'il n'aurait jamais du cesser d'être : un outil qui permet d'acheter tout de suite ce dont on a besoin et qu'on a les moyens de financer - et pas un gadget trompeur qui donne envie d'acheter des choses dont on n'a pas besoin et pour lesquelles on n'a pas les moyens.
Réponse de le 30/01/2013 à 4:51 :
Il y aura toujours des gens manquant de discernement qui s'acheteront leur tele plasma 3D GTI WDI a turbo propulseur et trifouilleur de vase simplement parce que c'est cool ou pour regarder les stars du PSG avec des couleurs qui chantent. Ou qui rouleront avec une super caisse et emprunteront meme pour y mettre de l'essence pour la frime. Chacun est responsable de ce qu'il fait. Les anes qui paient la peau du Q pour un imachin pour y stocker des jeux a la c... ou y regarder la tele ou un film ou balancer 500 sms par jour n'ont qu'a s'en prendre a eux-memes et ne pas accuser lachement la pub de les pervertir. Ils sont deja decerbres de toute facon.
Réponse de le 30/01/2013 à 17:55 :
Tout à fait d'accord MAO ! Moi qui travaille dans une banque je le vois tous les jours. Il est beaucoup plus facile de pointer du doigt "les banquiers et leur quête de primes volées au pauvre petits gens" que de prendre ses responsabilités et ne pas emprunter n'importe comment pour nimporte quoi...
Réponse de le 30/01/2013 à 17:59 :
@fairenough comment pouveze vous acheter une voiture avec un revolving??? ( a part une epave a retaper ??) expliquez moi je suis curieux

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :