Assurance : à qui profitera la loi Hamon ?

 |   |  590  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La loi Hamon, permettant de changer d'assureur à tout moment, est dénoncée par les représentants de la profession. Mais certains, dont les bancassureurs, se frottent les mains: elle va leur permettre de gagner des parts de marché

Dès que les décrets d'applications seront publiés, à l'automne, la loi Hamon, promulguée le 18 mars, permettra aux consommateurs de résilier leur contrat d'assurance (auto, habitation..) à tout moment, après un délai d'un an incompressible, suivant la signature du contrat. Une plus grande liberté par rapport à la situation actuelle, la résiliation ne pouvant intervenir que lors de l'échéance annuelle, qui n'est pas toujours bien connue.

La Fédération française des sociétés d'assurance, par la voix de son président Bernard Spitz, n'a pas eu de mots assez durs pour condamner cette réforme. « Personne ne l'a réclamée, personne n'en veut c'est l'idée d'un obscur chef de bureau au sein de l'administration », a-t-il eu l'occasion de dire, en substance.

Une baisse des prix, vraiment?

Et de souligner que l'objectif de concurrence accrue, et donc de baisse des prix, assigné à cette réforme par celui qui était ministre de la consommation, Benoît Hamon, ne sera jamais atteint. Bien au contraire : les tarifs pourraient augmenter. L'argument des assureurs est simple : les assurés vont changer plus facilement et rapidement d'assureur, ces derniers vont donc voir leurs coûts de gestion -acquérir un client est synonyme de frais de marketing et de gestion administrative- augmenter. D'où, dans un marché où les marges sont déjà faibles, une hausse, in fine, des tarifs.

Personne ne serait gagnant, à entendre, donc, les représentants officiels de la profession.

 Des assureurs satisfaits de la loi Hamon

Et pourtant, il existe des acteurs du monde l'assurance qui se frottent les mains. Les comparateurs, d'abord, sans surprise. Bien évidemment, avec la possibilité de quitter son assureur à tout moment, au premier mécontentement, la probabilité est élevée de voir le consommateur se diriger vers un comparateur de contrats pour choisir son prochain assureur, avec l'objectif de « payer moins cher ». Cette activité va donc croître et prospérer.

Mais, contrairement, à ce qu'indiquait la FFSA, d'autres acteurs accueillent favorablement la réforme Hamon.

Vendre de l'assurance aux clients des banques

C'est le cas d'assureurs actuellement en forte croissance, notamment les bancassureurs, qui cherchent à gagner des parts de marché. Ainsi, les dirigeants de Société Générale Insurance, la branche assurance de la banque du même nom, qui présentaient ce vendredi leurs résultats pour 2013, se sont félicités de cette évolution. Car ils pourront désormais - dès que la loi Hamon entrera en vigueur- proposer à tout moment à leurs clients bancaires différentes solutions d'assurance, les conseillers clientèle se faisant fort de gérer l'ensemble des aspects administratifs, dont la résiliation de l'ancien assureur.

« 15% des clients de la Société Générale sont « équipés » en assurance de protection (prévoyance, auto, habitation), nous pensons pouvoir monter à 40%, à terme » soulignent les dirigeants de Société Générale Insurance. Ils sont déjà dans une stratégie de conquête, avec une progression de leur chiffre d'affaires trois fois supérieure au marché, en assurance dommages (auto, habitation).

Cela passe par une stratégie de conquête de parts de marché, bien sûr, l'assurance étant un produit mûr : le parc automobile, par exemple, ne se développe pas, il faut donc conquérir des clients auprès de la concurrence.

Bref, la loi Hamon est une aubaine pour des assureurs encore petits sur le marché de la protection des personnes, mais qui disposent de force de vente considérable pour accroître leur part de marché.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/04/2014 à 11:18 :
Il faut bien compenser les assurances de groupes dans le monde du travail, pactole donné aux mutuelles"agrées", ( sous peine de pénalités pour l'entreprise) et mutuelles gérées , bien entendue et par hasard, par des syndicats de gauche ( tiens , on se croirait en fac..)
a écrit le 05/04/2014 à 9:06 :
La concurrence de Free sur le marché de la téléphonie mobile était censée faire disparaitre des emplois, au final le solde est positif, donc attention à ne pas trop prêter l'oreille aux discours des lobbies. Par ailleurs, cette loi qui obligeait à attendre une échéance annuelle n'avait pas de justification sérieuse et n'était qu'un élément de contrat léonin.
Réponse de le 08/04/2014 à 11:13 :
Leonin ? alors que la nouvelle loi ne permet pas la résiliation infra annuelle à l'assureur et autorise les nouveaux assureurs à faire les démarches à la place de l'assuré.. c'est une nouvelle forme de zapping qui fera augmenter la volatilité et les tarifs
a écrit le 04/04/2014 à 14:19 :
Ca sera pas trop tôt... les assureurs sont ultra protégés et nous sommes captifs... marre de ces marchés de dupes...
Réponse de le 08/04/2014 à 11:18 :
il y avait des assureurs significatifs qui pratiquait déjà la resiliation à tout moment depuis des années, visiblement cela n'a pas "captivé" les foules, c'est une loi électoraliste et manichéenne qui fera monter la volatilité et donc les prix = actuariat de base
a écrit le 04/04/2014 à 13:53 :
Donc en clair, les pure playeurs en assurance vont donc galérer et des milliers d'emplois risquent de disparaitre...
Réponse de le 05/04/2014 à 9:04 :
Ne soyez pas trop naïf quand-même...
Réponse de le 06/04/2014 à 18:17 :
ne vous inquiétez pas, AXA est le plus grand détenteur de la dette française, la chute ne sera pas trop dure
Réponse de le 08/04/2014 à 11:15 :
l'assurance dommage est en train de se banaliser juridiquement alors que c'est un produit assez complexe notamment en sinistres mais le CONsommateur est roi , au final les primes augmenteront car la guerre du prix pour le prix finit sur des ruines

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :